Chapitre Quatre : La coopération politique (4/8)

A Paris, Antoine peut compter sur quelques soutiens : d’abord, un vieil ami de son père, Cretet, le frère d’Emmanuel, conseiller d’Etat auquel son « affaire » va être renvoyée par le ministre de l’intérieur. Il passe du temps chez le couple Cretet, ils évoquent ensemble la vie lyonnaise du temps de Jean Antoine. Il est prêt, dit-il, à recommander vivement Antoine et son pont. Ensuite, les Fulchiron : lorsqu’il s’y rend, en ventôse, en réponse à une invitation, il est visiblement impressionné. Afin, dit-il, de « ne pas paraître provincial », il s’applique à ne pas arriver tôt. A force de reculer le moment de se présenter, il finit par … manquer le clou de la soirée : la venue, sans prévenir, du ministre de l’intérieur. Il était déjà reparti lorsqu’Antoine est arrivé, ne trouvant plus que « madame et ses enfants »[1]. Antoine, par ailleurs, compte sur le soutien de Jacques-Fortunat Savoye de Rollin, qu’il appelle simplement M. de Rollin. Les familles ne sont pas vraiment liées : il fait savoir à Magdeleine, en 1801, que Mme de Rollin et sa mère, Mme Périer, seront de passage à Lyon et qu’il serait judicieux de les recevoir[2]. Il a cependant une « correspondance très suivie » avec Rollin, quoique dans un seul sens : celui-ci, auquel il fait une réputation de paresseux et de quasi bon à rien[3], ne lui a écrit qu’une seule fois, dit-il, pour lui témoigner son étonnement et ses regrets sur une affaire de nomination. Antoine, conscient malgré le peu d’aide qu’il a reçue de lui jusqu’à présent, d’avoir en lui un allié de poids, ne fusse que par l’influence considérable de sa famille par alliance[4], prend grand soin de le tenir toujours prévenu des démarches qu’on pourrait faire pour lui : « je ne sais s’il s’en est occupé, confie-t-il à Magdeleine ; je vous aurais priée de me faire recommander encore à lui parce que je crains de lui écrire, mais on m’a assuré qu’il était au moment de quitter Paris, à la vérité il est toujours partant et jamais parti, veuillez bien faire ce que vous croirez le plus convenable. »[5]

A Lyon, Antoine compte sur d’autres soutiens et charge Magdeleine de plaider en sa faveur. « Tu rappelleras à M. Osmond en lui faisant tous nos compliments la lettre qu’il m’a promise pour me faciliter et rendre plus agréable la visite que je compte faire au ministre de la justice. »[6].

Un autre proche du préfet est Perron. On ne sait rien de lui. En revanche, on comprend à lire Antoine comment il se ménageait de tels alliés : d’abord en leur rendant des services auprès de personnages influents de leur entourage. Ainsi, Magdeleine qui sait ce qu’elle doit faire en telle occasion, fera comme d’habitude tout ce qu’elle pourra pour « lui être utile auprès du moine »[7]. Ensuite, en faisant bien savoir les services qu’on a rendus et la bonne volonté qu’on y met : « …que Perron voie bien que tu agis franchement avec lui et que notre désir est de lui être utile »[8]. Enfin, en échange de cette utilité bien pesée, en parlant de ses propres intérêts : « Tu verras ensuite en causant avec lui si tu seras dans le cas de lui parler de la prorogation du péage, il en sera étonné parce que j’avais par n’y pas penser. »[9]

Qui est le « moine » ? C’est André Paul Sain-Rousset, le maire de la division sud de Lyon[10]. Il est en charge des constructions lyonnaises, puisque c’est lui qui décide, en 1801, de la construction d’une digue sur le Rhône pour le passage de la traille. Le nom qu’il adopte lui vient en partie de sa femme, Antoinette Rousset, dont il a pris le patronyme. On aura l’occasion de croiser à maintes reprises ce personnage qui figure, avec son épouse, parmi les plus proches amis du couple Morand Jouffrey. Les surnoms dont Antoine et Magdeleine ne cesseront de les affubler témoignent de la proximité entre eux : si lui, en raison de la consonance de son patronyme, se fait déjà appeler Le Moine, elle se fera surnommer, lorsqu’ils seront plus proches, Mme La Petite[11]. Le couple habite, à Lyon, à côté de l’hôtel du nord mais séjourne régulièrement dans la campagne de Vaux en Beaujolais, d’où est originaire Mme Sain-Rousset. Les Morand ne les connaissent pas encore très bien en 1801. Antoine juge que le moine est un « ami », mais pour préciser aussitôt « jusqu’à un certain point »[12]. C’est en tout cas un homme à ménager, car que ce soit pour permettre le passage de la traille ou pour proroger le péage, c’est lui qui pourra « faire aller tout cela »[13]. Plus tard, ils noueront de vrais liens d’amitié.

Mion organise des dîners, répond à d’autres : elle déploie une vie sociale intense, destinée soit à renforcer leurs appuis, soit à en créer de nouveaux. En 1801, elle a été conviée à un souper qui, on le sait, pouvait avoir lieu fort tard. Antoine la félicite de s’y être rendue. C’est que, concède-t-il comme pour justifier cet effort pour elle et ce qui pourrait paraître comme un affront aux bonnes mœurs, « il faut ou pouvoir vivre très indépendant, ou se concilier les gens en place, c’est une chose nécessaire sous tous les gouvernements »[14]. Elle prend des initiatives dont généralement il se montre content, et l’encourage à continuer : « Si Marcel a été content, ma chère amie, je ne désapprouve point le parti que tu as pris, ce qu’il y avait d’important était de ne pas différer davantage de lui faire voir qu’on se rappelait de ce qu’il avait fait, j’approuve donc comme à l’ordinaire ce qu’a fait Madame Minette. »[15] Il l’incite d’ailleurs à ne pas s’attarder à Machy plus de huit jours car il a d’autres messages à lui confier pour des gens de Lyon.

Le 3 floréal an 1801, il apprend du trésorier de la compagnie qu’il est « persécuté » pour payer les contributions encore échues sur le pont. Il charge Magdeleine d’une visite au préfet pour lui remettre une lettre qu’il lui joint, afin de faire cesser ces poursuites[16]. Il rédige, à cet effet, un courrier qu’il charge Mion, après l’avoir lue et cachetée, de la lui remettre accompagnée d’un bref mémoire de deux pages qu’il a rédigé à l’intention des associés du Pont. Pour lui rendre compte de la position d’Antoine à Paris, il demande à Mion de lui lire une autre lettre qu’il lui écrit : « elle ne paraît pas être faite pour lui être communiquée mais je crois qu’elle ne peut que faire un bon effet aujourd’hui et lui prouver ta confiance entière » [17]. Antoine regrette, alors que les opposants se montrent de plus en plus actifs, de n’avoir pas chargé Magdeleine de lui communiquer plus tôt, c’est-à-dire « tout de suite », la marche qu’il s’est décidé à suivre : « j’ai la certitude qu’on lui a écrit[18], qu’il a répondu et comme j’imagine qu’il ne t’en fera pas un secret tu verras ensuite s’il y a moyen de connaître dans ses bureaux la demande et la réponse ; peut être ne trouvera t-il point d’inconvénient à t’en donner communication et alors tu m’en instruiras, je pense que Jaume[19] te servirait pour t’en donner copie, au reste peut être tout naturellement le préfet t’en parlera, fera appeler un secrétaire pour t’en donner connaissance et alors s’il ne te paraît pas nécessaire d’en avoir copie tu me diras seulement en substance ce qu’on lui a écrit et ce qu’il a répondu. »[20] Les instructions extrêmement précises qui suivent donnent une idée de l’importance, pour Antoine, de cette mission qu’il lui confie. Tout est détaillé : l’heure à laquelle elle doit se rendre chez le préfet, quel escalier elle doit prendre, les papiers qu’elle doit prendre avec elle, ceux qu’elle devra laisser à l’abri pour ne pas risquer d’être compromise, etc. Et il termine par une ultime recommandation, destinée à lui bien montrer à quel point il compte sur son intervention : « Je crains bien que malgré toutes mes précautions, mon affaire maintenant ne soit bien connue à Lyon, et je ne sais comment le préfet aura pris ce changement dans ma marche, c’est ce que tu me diras, tu sens qu’il importe qu’il soit instruit des motifs qui m’ont obligé d’en changer. »[21] Jaume est un allié des Morand : « il nous aime assez », confie-t-il à Magdeleine chargée de lui remettre l’adresse d’Antoine à Paris afin qu’il lui envoie la liste de ses « commissions ».

Urbain Jaume, secrétaire de préfecture[22], est un personnage intéressant ; ancien « membre de la Société des jacobins de Paris », il avait obtenu à Paris, en 1793, avec Jean-Démosthène Dugoure, un brevet de 5 ans pour de nouvelles cartes à jouer où les rois étaient remplacés par des génies (guerre, paix, arts et commerce), les dames par la liberté (des cultes, de la presse, du mariage et des professions), les valets par l’égalité (des droits, des devoirs, des rangs et des couleurs) et l’as, par la Loi[23]. Enfin, pour terminer sur ce personnage peu banal, précisons qu’il avait acquis une réputation dont on a aujourd’hui tout oublié, mais qui faisait parler de lui, pour le présenter à Napoléon Bonaparte, comme quelqu’un de « fameux dans le cours de la Révolution. »[24]

« Tu peux lui parler sans te compromettre en allant chez lui, avait ajouté Antoine, tu sauras bien vite si je dois ou non y croire car il est assez franc (…).»[25]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[2] « Aussitôt reçue ma lettre, comme il serait bien possible qu’il ne s’informa pas si tu es à lyon, va chez mad. Quevamont soeur de m. de Rollin et qui m’a fait honnêteté à lyon, j’ai mangé chez elle ; mad. de rollin sera bien aise de faire ta connaissance, Mme Perrier sa mère est aussi du voyage, c’est une femme respectable et qui m’a témoigné de l’intérêt, tout cela passant à Lyon pour se rendre à Grenoble, je serai bien fâché que tu ne pus pas les voir. Mais pour peu qu’ils fassent de séjour à lyon j’espère que tu seras avertie à temps. Parle leur de mes regrets de n’avoir pas eu le plaisir de les voir avant leur départ. » Paris, le 11 prairial an 9.

[3] « …ce Rollin est (entre nous, toujours le même, et n’est bon à rien ni à ses amis ni à ses coassociés, ce qu’il faut bien cependant ne pas dire). » Mardi 16 à midi (16 germinal 1802 An X), lettres d’Antoine à Magdeleine. Et plus tard, s’adressant à sa mère : « il a beaucoup d’esprit mais il est je crois encore plus paresseux que moi, vous ne pouvez que le remercier de ce qu’il aura voulu faire pour moi et l’engager à écrire à Cambacérès, toujours pour le tribunal d’appel. » Machi le 22 thermidor, dimanche 10 août 1802.

[4] Jacques Fortunat Savoye de Rollin est en effet marié avec Joséphine, l’aînée des filles de la famille Périer, fameuse dynastie de banquiers et hommes politiques originaires de Grenoble. Stendhal a laissé un portrait de Mme de Rollin, avec laquelle il avait partagé un précepteur, dans ses Œuvres intimes (t. I, p. 72). On trouve dés élements sur le couple, et notamment le déséquilibre entre les dots, dans Sylvain Turc, Les Elites grenobloises, des Lumières à la monarchie de Juillet, Grenoble, PUG, 2009, p. 168. Pour la petite histoire, ajoutons que Cécile Périer, l’une des nièces de Joséphine, épousera un certain Ludovic Vitet, le fils de Pierre et Amélie. Antoine les connaît suffisamment pour savoir qu’à la mort du patriarche, en février 1801, Mme Rollin se trouve héritière de « plus d’un million », et d’ajouter : « voilà bien des affaires pour son mari ». Lettres d’Antoine à Magdeleine, N°3/ Le mercredi 29 pluviose an 9, à 11h du soir. A madame Morand-jouffrey, rue saint dominique, n°66, à Lyon. On pourrait ajouter d’autres ramifications, illustrant combien les familles étaient interreliées : ainsi, Emmanuel Cretet dont on a déjà parlé n’est autre que l’oncle de l’industriel Teisseire (l’inventeur de ce ratafia de cerise qu’Antoine se fait envoyer à chacune de ses fêtes), époux lui aussi d’une fille Périer (Marine).

[5] Lettres d’Antoine à sa mère. 14 II 35.

[6] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[7] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon. 6 juin 1801.

[8] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon. 6 juin 1801.

[9] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon. 6 juin 1801.

[10] Sain-Rousset est maire de la division sud de Lyon entre 1799 et 1803 ; c’est à ce titre qu’il déposera, en 1803, un projet d’embellissement de Perrache par l’aménagement d’un parc. Le plan avait été accepté par la municipalité mais, faut de moyens, n’allait jamais être réalisé. Il sera ensuite premier adjoint de la mairie de Lyon lorsque celle-ci sera réunifiée. Peu connu, Sain-Rousset a cependant laissé son nom dans une biographie universelle en raison de la députation lyonnaise dont il a fait partie, en décembre 1793 : avec Changeux, Chaussat et Prost, il s’était rendu à la Convention pour faire cesser la répression et rappeler Collot-d’Herbois. Ils obtiennent le décret de rappel mais Collot-d’Herbois le fait annuler. Le chef de la députation (est-ce Sain-Rousset ?) est arrêté. Fontanes, qui avait rédigé le discours, est lui proscrit. On trouve ces éléments dans la Biographie universelle, ancienne et moderne…, p. 236, dans la notice consacrée à Fontane.

[11] Cf. http://clochemerle.blogspirit.com/archive/2008/12/08/histoire-de-clochemerle-vaux-en-beaukolais.html. Sain-Rousset devient président du conseil général en 1805 ; il deviendra le baron de Vauxonne en 1813 par lettres patentes du 2 octobre établissant ses biens en majorat.

[12] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon. 6 juin 1801.

[13] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon. 6 juin 1801.

[14] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[15] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

[16] A cette époque, le préfet est Raymond de Verninac-Saint-Maur. Il a été nommé dès la création des préfectures en mars 1800, il quittera ses fonctions le 21 août 1801 en raison de ses opinions politiques, trop républicaines pour Napoléon Bonaparte. On possède un portrait de son épouse Henriette par Jacques-Louis David ainsi qu’un buste réalisé par un artiste lyonnais de renom, Joseph Chinard. Le couple était, en outre, apparenté à Eugène Delacroix, frère cadet d’Henriette. Raymond de Verninac-Saint-Maur est l’instigateur, pendant son séjour à Lyon d’une société d’artistes et de littérateurs, l’Athénée. Par son entremise, Chinard rencontra les parents Delacroix (Charles et Victoire) dont il réalisa un double médaillon, aujourd’hui conservé au Musée Delacroix. Il existe un éloge historique de Raymond de Verninac-Saint-Maur, par M. J. R. Dumas, publié à Lyon en 1826.

[17] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 20/ Paris, le 3 floréal, à minuit, partie le 4. A mme Morand-Jouffrey, rue saint-dominique. s’il s’agit du 3 floréal an 9, c’est le 23 avril 1801.

[18] Dans une lettre du 5 floréal, Antoine annonce en effet à Mion qu’il a vu la lettre en question, grâce à M. Royer.

[19] Jaume est identifié comme secrétaire de la préfecture du Rhône, sur le site de la Bibliothèque municipale de Lyon qui vient de mettre en ligne le fonds Coste. Il s’agit d’Urbain Jaume, ancien « membre de la Société des jacobins de Paris » dont la Bibliothèque détient un certificat et des lettres autographes de 1794 et 1801. En 1793, Urbain Jaume avait obtenu à Paris, avec Jean-Démosthène Dugoure, un brevet de 5 ans pour de nouvelles cartes à jouer où les rois étaient remplacés par des génies (guerre, paix, arts et commerce), les dames par la liberté (des cultes, de la presse, du mariage et des professions), les valets par l’égalité (des droits, des devoirs, des rangs et des couleurs) et l’as, par la Loi. Cf. Description des machines et procédés spécifiés dans les brevets d’invention…, publiée d’après les ordres de M. le Comte Montalivet, Ministre de l’intérieur, par C.P. Molard…, Paris, 1811, tome premier, pp. 219-221. Disponible sur https://books.google.fr. Enfin, pour terminer sur ce personnage peu banal, précisons qu’il avait acquis une réputation dont on a aujourd’hui tout oublié, mais qui faisait parler de lui à Bonaparte comme quelqu’un de « fameux dans le cours de la Révolution ». Cf. Discours et Opinions, par Stanislas de Girardin, p. 221.

[20] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 20/ Paris, le 3 floréal, à minuit, partie le 4. A mme Morand-Jouffrey, rue saint-dominique. s’il s’agit du 3 floréal an 9, c’est le 23 avril 1801.

[21] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 20/ Paris, le 3 floréal, à minuit, partie le 4. A mme Morand-Jouffrey, rue saint-dominique. s’il s’agit du 3 floréal an 9, c’est le 23 avril 1801.

[22] Jaume est identifié comme secrétaire de la préfecture du Rhône, sur le site de la Bibliothèque municipale de Lyon qui vient de mettre en ligne le fonds Coste. Il s’agit d’Urbain Jaume.

[23] Cf. Description des machines et procédés spécifiés dans les brevets d’invention…, publiée d’après les ordres de M. le Comte Montalivet, Ministre de l’intérieur, par C.P. Molard…, Paris, 1811, tome premier, pp. 219-221. Disponible sur https://books.google.fr.

[24] Cf. Discours et Opinions, par Stanislas de Girardin, p. 221.

[25] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, N° 4/ Paris, le 3 ventose à onze heures du soir pour partir le 4 ; lettre numérotée 4, Pas d’adresse sur cette lettre recto verso. 22 février 1801.