Chapitre Quatre : La coopération politique (5/8)

Les « dîners de veuve »

Une expression ressort dans la correspondance d’Antoine, qui est encore probablement le fruit de son imagination littéraire. En effet, on ne la trouve nulle part ailleurs sous ce sens là. Il s’agit des « dîners de veuve ». On comprend bien qu’il s’agit d’un dîner solitaire, et c’est ainsi que l’expression est employée dans la littérature. Mais ici, c’est tout le contraire. Le dîner de veuve est l’organisation d’une réunion d’hommes par une femme seule, en vue de solliciter ou de remercier des personnes influentes. Antoine n’en parle qu’une fois, à deux reprises, dans un courrier de floréal an 9, c’est à dire en avril 1801. C’est pour engager Mion à organiser une rencontre avec un membre du corps législatif, de passage à Lyon, avec son fils, et un certain M. Royer. Il lui indique, comme à son ordinaire, la stratégie à suivre pour ne pas manquer ce qu’il juge comme des relations utiles. Le 5 floréal, il l’informe qu’il a rendu visite à ce membre du corps législatif M. Mallein, et appris qu’il partait pour Lyon le lendemain. Mion doit les attendre aux alentours du début du cinquième jour, le temps pour la diligence de parcourir la distance depuis Paris. Ils logeront, lui dit-il, à l’hôtel du nord (celui là même qui est voisin de la maison Sain). Si personne ne se manifestait avant le soir, alors elle devrait écrire elle-même pour engager Mallein et ses deux compagnons de voyage à répondre à son invitation. Tu leur dirais, dit en substance Antoine, que « c’est le seul moyen de te procurer le plaisir de faire leur connaissance pendant le moment de leur séjour »[1] et il ajoute : « Ils sont très pressés de se rendre à Grenoble mais si le défaut de places [dans la diligence] les oblige à séjourner un jour je serai bien aise que tu les reçoives et tout seuls, c’est le moyen de pouvoir causer un peu. »[2] Viennent ensuite les informations nécessaires pour qu’elle juge elle-même de l’importance de la rencontre, en situant mieux, socialement et familialement, les trois personnages. Mallein est un oncle de Madame Savoye de Rollin, dont on se souvient que Mion est censée avoir fait la connaissance il y a peu de temps. Lui et son fils retournent à Grenoble où le frère de monsieur est ami et voisin, à la campagne, des Bertrand de Besson[3]. Comme il se doit à l’époque, il est porteur pour Eléonore et son mari, de graines et autres commissions dont Antoine s’est chargé à Paris. Ce n’est pas Mallein qui intéresse Antoine. D’ailleurs, pour cette raison, il l’a fort peu vu, comme il dit : « cela ne me menait à rien » ; mais il lui a fait des visites d’honnêteté et a dîné avec lui chez Mme Perier, cette Grenobloise dont on a déjà parlé, la mère de Mme Savoye de Rollin et d’une dizaine d’autres personnages tous plus influents les uns que les autres. C’est Royer Dupré qui intéresse Antoine. Directeur général des contributions à Grenoble, il est lié lui aussi avec Besson. Il l’a rencontré deux jours auparavant chez Béranger : « il est malheureux pour moi de ne l’avoir pas connu plus tôt, mais très heureux cependant de l’avoir vu avant son départ. Il est très lié avec M. Hamet, premier commis des finances de qui dépendra l’expédition de mon affaire. A la recommandation de M. Bérenger et à ce qu’il m’a paru aussi par attachement pour Lyon et considération pour ma famille, il a malgré toutes ses affaires employé des moments précieux à me rendre service et à me mettre dans le cas de pouvoir compter à présent sur la bonne volonté de M. Hennet[4] à expédier le rapport et à le faire le moins défavorable possible, car je crains bien de ne pouvoir le persuader que je suis fondé quoique bien des gens cependant me paraissent convaincus. Sans lui j’aurais pu continuer à aller souvent dans les bureaux sans rien avancer, il est malheureux que je l’aie connu si tard mais encore une fois j’ai bien à me féliciter de l’avoir vu avant son départ. »

Voilà pour les informations dont dispose Magdeleine pour organiser son dîner de veuve. Jean-Baptiste Abraham Mallein est bien, en effet, membre du corps législatif. Il est né à Grenoble en 1743, et y a exercé la profession d’avocat. Pendant la Révolution, il a exercé diverses fonctions de justice jusqu’à son élection, en l’an V, au Conseil des Anciens. Après le coup d’Etat de Napoléon Bonaparte, qu’il a soutenu, il est choisi comme député de l’Isère. Il est l’oncle par alliance de Mme de Rollin, puisqu’il a épousé la sœur de Marie Charlotte Périer (née Pascal), sa mère[5]. Royer-Dupré, quant à lui, a laissé peu de traces[6].

Les instructions d’Antoine sont, comme toujours, fort précises. Cette fois, il s’agit pour Mion de lier connaissance de manière assez approfondie avec Royer Dupré pour l’engager à parler en faveur de l’affaire de l’exemption d’impôt auprès de deux personnages importants du Ministère des Finances, Hennet et son beau frère Oyon. Or, il ne pourra le faire, assure Antoine, que s’il manifeste un intérêt certain pour la famille d’Antoine ; car c’est à ce titre qu’il pourra faire valoir les arguments en faveur de sa demande. Autrement dit, ce n’est pas tant en mettant en avant un quelconque intérêt pour la communauté de Lyon, ou pour certains individus de l’élite, qu’Antoine espère faire valoir ses droits ; mais en comptant sur la notoriété de la famille Morand, et sur l’amitié que lui portent certaines personnes bien placées. Mion a donc pour mission de le recevoir d’abord pour lui témoigner toute la reconnaissance d’Antoine ; et pour le prier instamment de bien vouloir parler en sa faveur à l’occasion d’une lettre qu’il écrirait à Hennet ou à son beau-frère. Pour cela, il lui faudra disposer de temps pour le connaître : « Tu sens que pour pouvoir lui faire cette prière, il faut avoir le temps de causer avec lui, et de le connaître un peu. » Elle pourra, éventuellement, convier à ce dîner d’autres dames, dont il cite les noms. Mais, ajoute-t-il, il ne faudrait pas avoir le moine, c’est-à-dire Sain-rousset. Ce dernier est trop opposé à l’exemption des contributions pour risquer de le mettre en relation avec Royer Dupré : « Il serait dangereux qu’il fut dans le cas de la discuter avec quelqu’un d’un parti contraire à nos intérêts. »[7]

Il lui faudra donc rester chez elle le jour de leur arrivée par la diligence de Paris, afin d’attendre de leurs nouvelles ; Antoine a tout fait pour qu’ils passent rue Saint Dominique en remettant à Mallein un paquet de graines et un billet (pour Magdeleine ?). Ce n’est qu’un prétexte afin de s’assurer qu’il ne passera pas à Lyon sans rendre visite à Mion. Mallein n’est pas complètement le jouet d’Antoine, dans cette affaire qui le préoccupe tant ; car lui-même semble trouver un intérêt à être porteur de nouvelles, afin d’avoir une bonne raison soit de rencontrer, soit de se faire valoir auprès de la famille grenobloise des Morand. Il a donc assuré Antoine qu’il voulait connaître les enfants pour en donner des nouvelles aux parents à Grenoble.[8]

Au cas malgré tout probable où les trois hommes ne se présenteraient pas d’eux-mêmes, Mion devra envoyer un billet d’invitation. Antoine pousse le détail jusqu’à prescrire le contenu de l’invitation. Craint-il une maladresse de la part de Magdeleine ? Est-il tellement anxieux qu’il se rassure lui-même en tentant de contrôler de bout en bout la soirée dont il espère de si bénéfiques retombées ? Voici le contenu de son « ordonnance » : « Mme M. J. espère que messieurs Mallein et monsieur Royer ont fait un heureux voyage et séjourneront demain à Lyon, elle les prie d’accepter pour demain son dîner de veuve. Ce sera le seul moyen de lui procurer le plaisir de faire leur connaissance… »[9] Est-il conscient d’être blessant en instruisant aussi précisément la future rencontre ? Antoine a toujours montré le souci de reconnaître toute sa place à Mion ; on se souvient que, désirant ou plutôt rêvant d’acheter une maison à Paris, il avait aussitôt ajouté que le tout ne se ferait, bien évidemment, qu’avec son consentement. C’est vrai dans plusieurs occasions et, ici, dans ces lettres qui ne sont jamais des copies de brouillon préalable, la pensée s’écrit au fil de son déroulement et les parenthèses  ou les très rares ratures viennent comme pour corriger le premier mouvement. L’une des rares ratures du courrier d’Antoine est particulièrement significative : il parle du Pont comme de « mes affaires » ; et il a barré le « mes » pour corriger par « nos ». N’est-ce pas le signe de son attention toujours en éveil devant les réactions possibles d’une Magdeleine que l’on sent soucieuse d’être reconnue entièrement dans le « nous » du couple ? En 1801, dans ce courrier où il met tant de soin à poser chacune des étapes du futur « dîner de veuve », il  ajoute, après avoir indiqué son modèle de billet : « cela ou tout autre chose que madame fera mieux que moi » [10].

On voit que dans le modèle de billet qu’Antoine prescrit à Mion, il fait mention du « dîner de veuve », comme s’il s’agissait d’une locution courante. Il est regrettable qu’on ne trouve pas, jusqu’à plus ample informé, d’occurrence de cette expression dans l’immense littérature disponible par les moteurs de recherche d’internet.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[2] Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 (63 lettres), 1802 (18 lettres)

1801 : Antoine a 41 ans. Sa femme, 39 ans.            Les lettres sont numérotées de la main de celle qui les a soigneusement classées.

[3] Il s’agit de PaulBertrand de Besson, le mari de sa sœur Eléonore, avec lequel il échange une correspondance assez fournie, à partir de 1801 justement. Etonnamment, dans ses lettres, Antoine ne le nomme jamais par son prénom. Mais qui, à part les enfants, est désigné par un prénom, dans cette correspondance ? on ne trouve que des messieurs, des dames, des mères, des filles, des épouses et des noms de famille à l’orthographe plus ou moins écorchée, ou des surnoms… ; PaulBertrand de Besson est donc, généralement, désigné comme son « beau frère », ou plus sèchement comme « Besson ».

[4] Hennet est le directeur des contributions directes au sein du ministère des finances, d’après Les ministères des Finances de 1790 à 1848, disponible sur http://www.comite-histoire.minefi.gouv.fr. Il semble qu’il s’appelle Hennet du Vigneux et qu’il ait été nommé directement par Bonaparte, en 1809, pour le récompenser de ses actions militaires comme sous lieutenant en premier (http://bonaparte-a-valence.fr/bonaparte_et_valence.html).

[5] On trouve ces éléments biographiques sur le site http://www.genea-bdf.org/BasesDonnees/genealogies/perier.htm ainsi que dans la thèse de Jérôme Rojon, L’industrialisation du Bas-Dauphiné : le cas du textile (fin XVIIIème siècle à 1914), thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’Université Lyon2, sous la direction de S. Chassagne, le 3 novembre 2007, et disponible sur le site des thèses en ligne de Lyon2 http://demeter.univ-lyon2.fr. Marie Charlotte Périer est la mère de ces douze enfants dont dix ont survécu et qui ont continué avec succès la dynastie des Périer. Voir note supra. Son frère, Charles Alexandre Pascal, s’investira considérablement dans l’entreprise de textile des Périer ; ses spéculations hasardeuses le ruineront et il laissera, en 1818, une veuve sans le sou ; mais comme Mallein, son beau-frère, il fait partie du Corps législatif pendant tout l’Empire.

[6] On trouve cependant son patronyme sur le site des détenteurs de la légion d’honneur. Né en 1765 en Isère, il porte comme prénom Joseph-Etienne. Cf. http://www.patrimoine-de-france.org/hommes/honneurs-392.html. Il est également répertorié sur le repertoire numérique des bibliothèques des villes-centres de Rhône-Alpes comme auteur d’un Mémoire du directeur des contributions directes du département de l’Isère, aux membres composant en l’an dix, le conseil général de ce département, 5 prairial an 10 (25 mai 1802), signé Royer-Dupré ; ainsi que d’une Lettre sur le mode des réclamations et de perception…, par J. Ph Dupré, 1801. C’est son fils, Paul-Henri-Ernest de Royer Dupré qui est plus connu puisqu’il sera ministre de la justice sous le Second Empire. Joseph-Etienne est marié avec Claudine Folch de Cardon de Sandrans, née en 1778 et originaire de l’Ain.

[7] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 21/ Paris, le 5 floréal, samedi. Sans nom sans adresse. 25 avril 1801.

[8] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 21/ Paris, le 5 floréal, samedi. Sans nom sans adresse. 25 avril 1801.

[9] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 21/ Paris, le 5 floréal, samedi. Sans nom sans adresse. 25 avril 1801.

[10] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 21/ Paris, le 5 floréal, samedi. Sans nom sans adresse. 25 avril 1801.