Chapitre Quatre : La coopération politique (6/8)

C’est d’une manière générale qu’Antoine se montre scrupuleux dans le détail des missions qu’il confie à Magdeleine. On le voit, une autre fois, lui faire parvenir à nouveau un petit billet pour l’époux d’une de ses relations féminines : « tu ne paraîtras pas instruite de ce qu’il contient et ne parleras pas s’il ne t’en dit sinon il importe que cela soit bien secret, (…). N’oublie pas de cacheter le billet et de faire sécher le pain à cacheter avant la remise du billet »[1]. En floréal, à cette époque où tout se précipite et, d’après lui, se joue pour l’affaire du pont, chaque lettre d’Antoine apporte son lot de missions pour Magdeleine. Non seulement elle doit rendre visite aux alliés, mais elle doit ménager les opposants ; ainsi l’envoie-t-il chez un certain Allard, bien connu des Vitet, qui fait partie de ceux qui, au conseil de préfecture, ont repoussé ses « réclamations ». Il incite Mion à lui rendre visite, mais sans pousser trop loin la conversation ; il s’agit seulement de les voir, par convenance, et de leur « témoigner que j’ai été sensible à leurs honnêtetés et que je t’en ai souvent parlé ». Son intention n’est pas « d’avoir de grandes liaisons » avec lui[2] mais de lui exprimer une considération qui pourrait, le cas échéant, l’amener à se ranger à son avis ou à ne pas exprimer trop fortement son opposition.

En prairial, toujours à Paris pour le pont, il a besoin de rassembler un certain nombre de papiers relatifs aux contributions payées par la Compagnie. Etonnamment, il n’écrit pas directement à leur homme d’affaire, Tisseur, mais demande à Mion d’entrer en relation avec lui pour en obtenir satisfaction : « dis à M. Tisseur de rassembler toutes les impositions payées depuis notre rentrée dans le péage, d’aller chez le receveur et de se faire donner un certificat sur le vue de ces feuilles ou par extrait de ses registres (…). Tu feras certifier la signature du receveur par Jaume, si comme je le crois c’est à lui à le faire et tu m’enverras cette pièce ; (….) tu me l’enverras aussitôt que tu l’auras. (…) je n’ai pas besoin de te dire lorsque tu le vois, qu’il faut lui faire bien des compliments de ma part. »[3] Pourquoi n’écrit-il pas lui-même ? Est-ce en raison de la rancune qu’il garde contre l’homme qui a fait courir des rumeurs sur son compte[4] ? Ou parce qu’Antoine a besoin de gagner du temps ? ou bien, plus probablement, parce qu’il ne souhaite pas entrer dans un grand nombre de détails avec celui qu’il appelle aussi le « caissier sans caisse » sur l’affaire qui l’occupe à Paris ? En tout état de cause, la médiation de Magdeleine paraît, ici comme ailleurs, indispensable : elle contribue à maintenir un lien avec un homme utile : « sur le tout je le crois honnête et qu’il mérite toute confiance ; je sais surtout que nous avons besoin de lui mais il faut trouver petit à petit les moyens de ne pas être tout à fait dans la dépendance. »[5] Et elle saura, mieux qu’aucune lettre, conserver la confiance nécessaire entre les deux hommes. On trouve à d’autres reprises cette préférence marquée pour une chaîne de liens masculins dont le maillon central est une femme, Magdeleine. Ainsi, ce Gouret auquel Antoine n’écrit pas, lequel le lui rend bien. Les salutations pour le couple passent par Magdeleine à qui, Antoine le voit bien, le sieur Gouret aime le mieux envoyer ses lettres : « Mille choses de ma part à Gouret et à sa femme je ne lui ai pas écrit depuis longtemps mais je vois bien qu’il aime mieux correspondre avec moi par ton intermédiaire, j’espère que je trouverai quelques jours l’occasion de prendre ma revanche. »[6]

Dans l’affaire du pont, Magdeleine ne joue pas qu’un rôle d’intermédiaire entre Antoine, leurs alliés lyonnais et les autorités de la ville et du département. Elle contribue également à faire circuler l’information, dont elle maîtrise les dits et les non dits, ce qui doit rester secret et ce qui doit au contraire être su par le plus grand nombre. Ainsi, après ses démarches commandées auprès du préfet Raymond de Verninac-Saint-Maur, Antoine s’enquiert de ce qu’elle en a, ou pas, fait savoir auprès de coassociés : « Tu ne m’as pas dit si tu avais fait part à quelques uns de nos coassociés de Lyon [de ce] que tu avais obtenu du préfet d’après la lettre que je lui avais adressée, pour suspendre les poursuites des receveurs ; et les démarches que tu avais faites auprès des autres ponts, il ne faut pas leur laisser ignorer tout cela. »[7] Elle voit régulièrement, par ces dîners qu’elle organise rue Saint Dominique – et cette fois sans être en service commandé – Sain-Rousset et Perron, du conseil municipal : c’est ainsi qu’elle obtient des informations dont Antoine est friand[8].

Enfin, dans ces configurations de pseudo veuvage, l’épouse tient le rôle de représentante de son époux. C’est ainsi que, rendre visite à Madame revient à rendre visite à Monsieur ; et ne pas rendre visite à l’une c’est ne pas rendre visite à l’autre. Antoine l’exprime bien, lorsqu’il évoque une rencontre qui n’a pas eu lieu entre Mion et un certain Perron. Il prend ce manquement pour un affront personnel : « je regarde comme important pour moi, dit-il, d’être fort bien avec lui et ne conçois pas qu’il n’ait fait une visite à Minette. » [9]

Au final, Magdeleine joue un rôle central et particulièrement actif dans la négociation délicate autour de l’exemption des contributions du pont. Antoine, on l’a vu, prend soin à la fois de la diriger de manière extrêmement précise, et de lui laisser une marge de manœuvre. En tout, il cherche à ménager sa susceptibilité et à reconnaître son investissement à sa juste valeur. Son attitude témoigne qu’il ne la considère pas tout à fait comme son égale mais plutôt comme un enfant ou une élève à former ; une élève douée, en qui il a confiance mais qui, peut être aussi, est la première à lui demander des indications sur la marche à suivre. On le sent, à le lire, partagé entre la confiance et la méfiance à l’égard de Mion. Méfiance de principe car jamais dans ses lettres, il n’a la moindre parole de reproche envers son épouse. Au contraire, il ne cesse de souligner qu’elle fait toujours bien, parfois mieux que lui. La confiance semble donc s’être construite peu à peu, au fil de leur expérience des affaires et du monde politique ; une expérience déjà longue, en 1801, pour ce couple marié depuis 15 ans.

Antoine donne des instructions et manifestement, elles sont suivies à la lettre car jamais on ne rencontre, dans ses lettres, de plainte sur la manière dont elle a agi. On contraire, on l’a dit, il la félicite et l’encourage dès qu’il peut. En revanche, l’une de ses initiatives, une fois, s’avère des plus malheureuses. Antoine, on le sent, est très agacé qu’une telle idée ait pu lui « venir dans la tête », parce que les conséquences de son action l’embarrassent terriblement ; pour autant, aussitôt après avoir exprimé son agacement, il place dans la même phrase son antidote : « il est bien mal à moi ma chère amie de me plaindre quand j’ai tant de remerciements à te faire mais sans le vouloir tu m’as mis dans un grand embarras et dont je ne sais comment sortir parce qu’il en va résulter pour moi des retards bien préjudiciables dans la position où nous sommes. (…) Adieu ma chère amie, que ce petit contretemps ne te fasse pas de la peine cependant… » [10] L’énervement est réel car, à plusieurs reprises, il revient sur les désagréments qui, pour lui et leurs affaires, en découlent. Obstiné, presque buté, il ressasse sa déception, ce qui ne peut que peser sur le sentiment de culpabilité de la destinataire de sa complainte. L’effort qu’il fait généralement pour amoindrir ses rares reproches n’est plus au goût du jour. Une fois seulement, on trouve une « gronderie » assumée : l’affaire, pour nous, n’est pas si claire, nous manquons d’éléments pour comprendre de quoi il retourne. Magdeleine a, visiblement, trop parlé à Jean François Vitet des consultations qu’il mène à Paris ce qui fait craindre à Antoine qu’il ne renonce à écrire un avis motivé (encore une fois, sur le pont), de peur de se trouver en contradiction avec les jurisconsultes de la capitale.  Peu importe le fond qui justifie cette fâcherie ; c’est son caractère exceptionnel qui la rend intéressante. Antoine reconnaît lui-même, à cette occasion, ne pas avoir l’habitude d’agir ainsi avec elle, et ne pas ressentir en règle générale assez de mécontentement pour l’exprimer par écrit : « en vérité je crois que je vais oublier que c’est une lettre de jour de l’an que j’écris et la terminer en mari, c’est-à-dire en grondant, je ne crois pas cependant que ce soit mon usage, car je ne crois pas avoir jamais été fâché assez longtemps contre ma bonne amie pour l’avoir grondée par écrit, nos petites querelles sont bientôt terminées, elle sont l’effet ordinairement d’une vivacité que je me reproche tout de suite après mais partant de la tête et non du cœur où tu règnes. »[11] Antoine, on l’avait vu déjà, n’a pas ce défaut qu’on trouvait à l’état latent chez M. Bompré : la mauvaise foi. Il reconnaît sans difficulté ses torts ou défauts, se complaît même parfois à les mettre en avant, comme lorsqu’il se vante presque de souffrir d’une paresse irrépressible. C’est un trait de caractère qui, certainement, ne pouvait laisser indifférente la susceptible et sensible Magdeleine.

On ne sait pas grand-chose de la manière dont Magdeleine répondait à ces recommandations à l’excessive précision. On n’entend pas Antoine se justifier d’avoir été trop peu ou trop bien directif, aussi peut-on supposer qu’elle ne se plaignait pas du ton qu’il adoptait avec elle. On n’a qu’un écho, mais quel écho, de ce qu’elle pouvait penser de ces missions qu’il lui confiait. En ce mois de floréal, celui au cours duquel il lui en confie tant, il écrit : « tu ne te plaindras pas que je ne te fasse pas agir, voilà bien assez de commissions que je te donne. »[12]

La messe est dite : Magdeleine est non seulement douée pour ces interventions et ces « dîners de veuve », mais elle y trouve de l’intérêt et tient à être présente dans la gestion de leurs affaires communes. L’un remplace l’autre, dans ces questions, on l’a vu : une présence est indispensable à Lyon, où se négocient un grand nombre de décisions. C’est ce qui empêche Mion de rester trop longtemps à Machi, par exemple. Et également, ce qui interdit au couple de se déplacer de concert : lorsqu’Antoinette, la mère d’Antoine, les convie à la rejoindre à Grenoble, elle se voit adresser un refus ferme de la part de son fils. Il se trouve, dit-il, dans l’exacte position où elle-même était du vivant de jean Antoine : dans l’impossibilité de « quitter ensemble la suite de nos affaires »[13]. Preuve s’il en était besoin de l’importance stratégique non seulement de Magdeleine dans la gestion de leurs affaires, mais de l’interchangeabilité des deux membres du couple.

Antoine retournera à Paris pour le pont, à l’avenir. L’affaire de l’exemption de contributions mettra du temps à être résolue. En 1802, Rollin intervient encore très fermement en faveur de la question[14]. Nous ne nous étendrons pas sur ces épisodes, qui intéressent surtout l’histoire économique et sociale de la ville de Lyon, et assez peu le récit de la coopération politique, à laquelle ils n’ajoutent rien sur le fond. Retenons simplement ces mots par lesquels il conclut, en quelque sorte, cette collaboration conjugale qui se réitère au fil du temps, sans jamais lasser ni l’un ni l’autre : « Je vois par les détails que tu me donnes que tu n’as pas perdu un moment pour notre affaire ; comme à l’ordinaire la compagnie est bien heureuse que j’aie un second tel que toi sans cela avec qui pourrais-je correspondre pour les cas difficiles. » [15]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, N° 4/ Paris, le 3 ventose à onze heures du soir pour partir le 4. Pas d’adresse sur cette lettre recto verso. 22 février 1801.

[2] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, n° 22/ Paris, le 7 floréal an 9. Sans nom sans adresse. 27 avril 1801.

[3] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 6 prairial mardi, an 9. A Madame Morand Jouffrey, rue saint dominique, à Lyon. 26 mai 1801.

[4] Tisseur a prétendu qu’Antoine avait donné l’ordre que la compagnie des ponts prête de l’argent à un certain individu condamné à 14 ans de fers.

[5] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 6 prairial mardi, an 9. A Madame Morand Jouffrey, rue saint dominique, à Lyon. 26 mai 1801.

[6] AM de Lyon, 14 ii 35, 1801/1802, Antoine à Magdeleine, Paris, le 13 prairial an 9, 2 juin1801. n° 37, à Madame Morand Jouffrey, rue saint Dominique, à Lyon. 2 juin 1801.

[7] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 6 prairial mardi, an 9. A Madame Morand Jouffrey, rue saint dominique, à Lyon ; 26 mai 1801.

[8] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 17 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon.

[9] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Paris, le 9 prairial vendredi, an 9. A mme Morand Jouffrey, rue saint-dominique, à Lyon. (29 mai 1801).

[10] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le dimanche 19 avril à une heure.

[11] Paris, le jeudi soir 6 nivose (janvier 1803, à Paris pour le sacre de Napoléon depuis brumaire an 10).

[12] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, non numérotée. Paris, le 8 floréal. 28 avril 1801

[13] AM de Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine à sa mère. Lyon, lundi 23 messidor an 10 de la République (juillet 1802).

[14] Comme en témoigne une lettre à sa mère, écrite de Machi le 22 thermidor an X, dans laquelle il raconte que Rollin est allé avec lui chez le préfet. 14 ii 35, lettres non classées d’Antoine à sa mère.

[15] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.