Chapitre Quatre : La coopération politique (8/8)

Juge au tribunal d’appel

Pas plus que de devenir un homme politique, Antoine ne semble désirer entrer dans la carrière judiciaire. Il craint les collègues autant que la charge de travail. Il a déjà, visiblement, repoussé une offre pour le tribunal de première instance. Mais cette fois, il s’agit de se retrouver avec « trois individus dont on ne fait pas grand cas » et avec lesquels il est bien certain de n’avoir jamais de « grandes liaisons ». La place n’a, à Lyon, attiré que des grigous, dirait-on : « A grenoble, il y a des gens très comme il faut qui ont accepté ces places, à Lyon il faut bien que quelqu’un d’honnête commence à y entrer et peut-être me verrait-on avec plaisir surmonter la répugnance que je dois avoir de me trouver avec de pareils collègues. » En outre, la fonction n’est pas importante, mal rémunérée au regard des dépenses qu’elle induit[1], et elle est « assujettissante », l’exposant soit se brouiller avec le préfet soit à « n’avoir jamais de volonté que la sienne ». Ce qui pourrait le pousser à pencher en faveur d’un tel emploi est le bénéfice qu’il en retirerait pour ses « affaires particulières, celles de la compagnie » et les Brotteaux ; en outre, cela lui donnerait un poste d’observation utile pour obtenir, ensuite, une place au tribunal d’appel[2]. Il conclut, et c’est ici encore une fois qu’on retrouve l’union si particulière qui caractérise le couple Morand : « D’après toutes ces réflexions, ma bonne amie, tu vois que sans la composition je me déciderais à accepter, dis moi franchement ce que tu penses de tout cela, j’espère que je ne serai point dans le cas de m’en occuper mais si cela arrivait il faut nous faire d’avance nos idées, prendre un parti réfléchi et ne point avoir ensuite de regrets quand on s’est décidé. »[3]

Il attendra un an, en vérité, pour obtenir la place qu’il désire vraiment au tribunal d’appel de Lyon. Il la devra à la volonté expresse de Napoléon Bonaparte. Au sortir de cette période riche en requêtes et attentes fortes, Antoine aura, comme il sait toujours si bien le faire, ce mot de remerciement qui a dû aller droit au cœur de son active épouse : « pour cet objet comme pour tout le reste nous avons fait toute leur besogne et je dis nous à cause de tout ce que tu as fait de ton côté à lyon, la réponse faite par le ministre des finances dans notre affaire décide celle qu’il va faire et je vais écrire à Charal  demain matin pour le lui annoncer. »[4] Aux côtés de Magdeleine, Antoinette sa mère a également beaucoup œuvré pour qu’il obtienne cette place tant désirée. De longs échanges entre elle et Antoine témoignent du rôle qu’elle a joué auprès d’intermédiaires influents, parmi lesquels messieurs Savoye-Rollin, Fulchiron, Mayeuvre de Champvieux[5] mais aussi le préfet du Rhône nouvellement arrivé[6] ; il a contre lui une dame « bien aimable, bien rancunière et sans doute bien puissante à Paris » puisqu’elle a réussi, semble-t-il, à le faire retrancher de la composition du tribunal d’appel lors de sa formation. Or, Antoinette connaît cette dame Prévernaux, et c’est peut être dans l’espoir qu’elle intervienne auprès d’elle pour l’empêcher de nuire davantage qu’Antoine lui rapporte le rôle qu’elle a jusqu’ici joué contre lui. Il s’agit pour Antoine d’éviter de se faire nommer au tribunal d’instance, place qu’il ne pourrait refuser alors qu’il la juge bien au-dessus de ses compétences. Elle est, dit-il, la plus difficile dans l’ordre judiciaire ; or, ajoute-t-il, « je ne suis pas assez familiarisé avec la formalité qui tient à l’instruction pour pouvoir me tirer d’affaire sans un travail continuel et au dessus de mes forces actuelles. »[7] Il prie instamment sa mère de faire en sorte que toutes les recommandations dont il bénéficie ne lui vaillent pas cette place : « je vous prie de me faire recommander absolument pour une place vacante au tribunal d’appel »[8]. Et comme avec Magdeleine, quoiqu’avec moins de précisions sur la forme, il indique à sa mère comment procéder pour faire advenir cette nomination : il lui faudrait faire agir M. Béranger et M. de Rollin auprès de Cambacérès qui fait « toutes les nominations ».

Peu de temps après avoir appris la nouvelle de sa nomination, alors qu’il est à Paris, il prévient Mion qu’elle devra se rendre au palais pour lui, afin de décider de la distribution du travail et des jours de vacance[9]. Il est intéressant de remarquer combien, une fois encore, en l’absence du mari on recourt à sa « veuve », c’est-à-dire à celle qui tient les rênes de la maisonnée. Il suppose qu’elle aura « voix au chapitre » et lui indique ce à quoi elle doit s’attendre en termes de jours par semaine (on vient d’abandonner les décades qui donnaient 9 jours de congé par mois) : soit le dimanche et le lundi, soit le samedi et le dimanche[10]. Enfin, toujours en nécessité d’en passer par elle plutôt que d’en appeler directement aux concernés, ne serait-ce que pour s’éviter l’affront d’un refus et, par-dessus tout, la révélation d’attentes particulières, Antoine demande une fois de plus à Magdeleine d’intercéder en sa faveur ; cette fois, il s’agit de convaincre leur ami Jean-François Vitet, vice président du tribunal d’appel, pour qu’il prenne avec lui Antoine dans sa section[11]. La raison ? éviter de fréquenter un homme « couvert à mes yeux d’une tache ineffaçable, l’ami de vout. (illisible) ou du moins son protégé ». Bien sûr, Mion ne donnera pas cette raison à Vitet, mais prétendra sans que cela ait l’air de venir d’Antoine, que son époux n’a que le désir de servir avec lui[12][av1] .

Nous avons très peu de mots de la main de Magdeleine et des milliers de la plume de son mari. Malgré notre accès indirect avec cette femme, elle apparaît dans les lettres de son mari assez clairement comme un être tout-a-fait capable et efficace. Il sait qu’il peut compter sur elle pour le remplacer quand il ne peut pas être sur place, et qu’elle peut faire mieux que lui dans certaines circonstances. Les femmes, passées maîtresses dans l’art de la sociabilité, ont la possibilité de faire et de dire des choses qui sont moins acceptées de la part d’un homme. L’histoire du « dîner de veuve » relève parfaitement le rôle particulier des femmes, des épouses, d’agir en lieu et place de leurs maris. Un mari, sentimental ou pas, dépend de sa femme et il sera plus heureux dans sa vie professionnelle si sa femme peut l’aider. Ce chapitre nous aide à comprendre le sens de la phrase qu’on voit partout quand, dans les lettres, on parle des époux et des épouses : « l’être dont son bonheur dépend ». Quand on dit « bonheur » ici, c’est souvent dans le sens de réussite, dans la vie privée et publique. [av2]

Nous voyons dans ces lettres que les époux ne sont pas obligés d’être toujours d’accord sur tout pour avoir l’impression qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre. Antoine apprécie le fait que Magdeleine va lui donner son vrai point de vue, et il semble prêt à apprendre d’elle. [av3] Ce n’est pas dire qu’il n’est pas autoritaire. On trouve aussi des traces claires d’un homme qui pense que ses paroles sont la loi. Il donne des ordres et il présume que ses ordres vont être suivis à la lettre. Mion n’oppose que très peu de contradiction aux consignes et aux injonctions que lui envoie Antoine[av4] . Il y a, au-delà de l’autonomie que déploie Magdeleine, visible en particulier à travers la liberté de décision qu’elle se donne, les initiatives qu’elle prend, le sentiment très incorporé, très intégré, chez l’un et l’autre, de la place qu’occupe chacun dans la hiérarchie imaginaire et toujours implicite, du couple. Magdeleine a si bien intégré l’autorité conjugale sur ce plan qu’elle n’entre que très peu en contradiction avec son époux. A maintes reprises, celui-ci dicte ses ordres comme s’ils ne devaient pas être contestés : « tu ne resteras pas plus de 8 jours à Machy », « tu iras voir le préfet », « tu ne prendras pas cette décision sans que l’on se soit concertés », etc. Et toujours, elle semble agir précisément comme il le lui a demandé. Mais à l’inverse, le peu d’éléments que l’on a sur la manière dont Antoine agissait selon les recommandations de Magdeleine, laisse penser qu’il réagissait plutôt positivement à ses demandes ou à ses conseils sur la conduite politique à tenir. La seule fois où on les observe dans un désaccord, sur la question de l’exemption d’impôt, on sent que chacun défend de manière opiniâtre ses convictions, sans se laisser vraiment influencer. Ils sont donc capables de s’opposer ; le plus remarquable tient plutôt à leur capacité à se trouver d’accord la plupart du temps. Magdeleine ayant des idées bien arrêtées sur un grand nombre de domaines, il est dès lors difficile de déterminer si l’un ou l’autre est plus influencé.

Antoine, on l’a vu, distribue les signes de reconnaissance, qu’il sait manier avec largesse et discernement, et pas seulement en direction de Magdeleine : s’il est un leitmotiv des consignes qu’il envoie à sa femme, c’est bien celui d’exprimer, de sa part, toute la reconnaissance qu’il veut témoigner à ceux qui lui ont rendu un service. Témoigner sa reconnaissance, sinon la ressentir : tel est l’objectif principal, dominant, des visites qu’Antoine charge Mme Morand de faire aux alliés de la famille ; des « dîners de veuve » qu’elle est chargée d’organiser lorsque débarquent à Lyon des personnes susceptibles de servir la cause des Morand.

Il y a, dans les missions qu’il confie à Mion afin d’exprimer pour lui sa reconnaissance, une illustration de plus, s’il était besoin, de la capacité de l’épouse à « représenter » son mari ; l’envoyer, c’est comme y être soi-même. Ce n’est pas une manière de faire patienter son interlocuteur en attendant un retour attendu : c’est remercier pleinement que d’envoyer sa femme exprimer sa reconnaissance pour le soutien apporté. On retrouve bien, là, le principe du « fondé de pouvoir » qui a, entre autres compétences et fonctions, celle de parler au nom de l’autorité qu’il représente, dont il est le délégué, le porteur. La grande différence, s’il fallait comparer, entre le député et le fondé de pouvoir, c’est que le premier, en démocratie, n’est pas lié par un mandat ; il est supposé trouver en lui les raisons d’agir pour le bien commun, et non de porter les intérêts particuliers de ses commettants, de son département ou de sa localité ; tandis que la fondée de pouvoir, l’épouse, est supposée agir en tout exactement comme le lui aura indiqué celui pour lequel elle parle. L’épouse n’est en aucune manière le « député » de son mari ; elle est son représentant au sens traditionnel que donnait l’ancien régime à cette fonction, elle est un porte parole au sens strict. Celle dont les intérêts se confondent avec celui dont elle porte la parole ; et celle surtout qui agit pour et en fonction des instructions qu’on lui aura fait passer. Il n’y a, sur ce point, aucun doute pour ceux qui reçoivent, de la part de l’épouse, les remerciements et l’expression de la reconnaissance du mari.

Il y a du Pygmalion chez Antoine, des qualités qu’on prêterait aujourd’hui à un bon manager : savoir encourager, reconnaître le mérite, inciter à l’initiative, favoriser l’autonomie. Antoine, éloigné de Lyon, a besoin de Magdeleine pour les affaires qu’il traite de Paris, il le sait, et il ne rechigne pas à lui confier les missions les plus délicates, celles qui impliquent la relation aux alliés et aux puissants. Il est comme un père avec elle, dans ce domaine : il l’encadre au plus près, quitte à l’assommer de directives, en répétant sans cesse les mêmes consignes, en reprenant indéfiniment le récit de ses démarches, l’historique de son parcours, les raisons qui l’ont amené à renoncer à tel ou tel projet ; s’il ne s’émerveille plus autant qu’à l’époque de son exil à Briançon des initiatives qu’elle prend, il continue néanmoins à lui trouver tous les mérites et, surtout, prend soin d’exprimer le moins de critique possible. Il a tout au plus, à de rares occasions, de la mauvaise humeur dont il s’excuse presqu’aussitôt ; quelques objections ponctuent ses lettres, auxquelles il semble bien qu’il ne soit que rarement porté de contradiction.

Cette unité, dans les vies d’Antoine et Magdeleine, c’est l’œuvre des deux ; mais dans l’esprit d’Antoine, cela relève de sa responsabilité. Combien de fois félicite-t-il son épouse, dont il semble découvrir les mérites à mesure qu’elle prend des initiatives ?

Il n’y a pas de réciprocité dans la répartition des fonctions, même s’il n’y pas de spécialisation des tâches : Magdeleine ne pénètre que sur les domaines qu’Antoine veut bien lui laisser. Si elle peut vendre, acheter, louer, décider, il n’est jamais question qu’elle se rende à Paris pour négocier elle-même le doublement du péage. Et quand nous disons les domaines qu’Antoine veut bien lui laisser, nous devrions dire : les domaines qu’il peut lui laisser. Car en la matière, la liberté de décider de ses domaines de compétences et d’action n’est guère plus grande pour Antoine : les affaires l’ennuient, il se morfond loin de son épouse et de ses enfants, et il est souvent trop heureux de laisser à Magdeleine ce que les mœurs de l’époque lui permettent de lui laisser : la gestion du domaine, les relations sociales, la gouvernance de la famille, etc.

Nous sommes face à un exemple de pouvoir partagé, à une concertation sur les décisions qui engagent le couple, à une volonté manifeste de préserver l’unité de direction et à une horreur tout aussi manifeste des conflits (plusieurs lettres d’Antoine montrent sa répugnance pour les querelles que voudrait lui faire Magdeleine). Mais ce partage des intérêts communs n’est pas une association d’égaux. Antoine n’applaudit tant aux décisions de Magdeleine que parce que le conflit et la contradiction lui répugnent ; parce que ses intérêts sont dans les mains de cette épouse qui gère le domaine, qui obtient pour lui une permission, qui élève ses enfants ; et que, pas plus que cela ne vient à l’esprit de Magdeleine, la potentialité d’une divergence et d’une division ne lui vient à l’esprit. Tous deux ont parfaitement intégré le modèle conjugaliste, que Constant a décrit sous le jour que nous connaissons. Constant ou bien Rousseau d’ailleurs : n’oublions pas qu’Antoine et Magdeleine nomment leur fils unique Aimé Jean Jacques.

Les Vitet n’apparaissent pas dans ce chapitre parce que la complicité est beaucoup moins présente que chez les Morand. Ils participent à beaucoup d’activités ensemble, surtout la sociabilité, mais leurs lettres ne laissent pas de traces de Pierre et Amélie en train de travailler ensemble sur des projets comme nous en trouvons chez Antoine et Magdeleine. En partie, c’est simplement parce qu’ils étaient plus rarement séparés, et c’est aussi le genre d’activités professionnelles de Pierre qui vivait surtout grâce aux appartements qu’il louait à Paris et à Lyon. Jusqu’à la mort de sa mère, c’est elle qui est sur place à Lyon pour surveiller ses propriétés ; après sa mort, Pierre vend tout le plus rapidement possible. Il a un homme d’affaire sur place aussi, Costerizan, qui d’ailleurs était aussi l’homme d’affaire du Maréchal Suchet. Sa mère est souvent en contact avec lui, mais jamais Amélie. Amélie joue un rôle secondaire, voir non-existant, dans la vie professionnelle de son mari. C’est que, contrairement à Antoine, Pierre n’avait pas besoin d’une femme pour atteindre ses objectifs.[av1]

( A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[av1]Pourquoi ?


[1] Antoine parle de 2400 livres, ce qui est à peu près « nul à cause de la dépense que cela me ferait faire de plus ».

[2] Il vient d’apprendre, en effet, qu’il n’avait pas obtenu cette place qu’il attendait sans oser la solliciter. Il est assez amer en constatant que d’autres n’ont pas eu ses scrupules.

[3] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, Lettres d’Antoine à sa femme. Paris, le 19 prairial an 9, samedi. A Madame Morand-Jouffrey, rue Saint-Dominique, à Lyon.

[4] Paris mardi 14 à 11h du soir (14 floréal 1802 ). Numérotée 33. Lettres non datées d’Antoine à sa femme. A Madame Morand Jouffrey rue saint dominique.

[5] Etienne Mayeuvre de Champvieux est d’abord un ami des parents d’Antoine Morand. Né d’une très ancienne famille de notables lyonnais en 1743, il est en effet plutôt de la génération de Jean Antoine que d’Antoine, né 17 ans plus tard. C’est d’abord un amateur d’arts, ce qui peut expliquer son amitié avec Jean Antoine Morand ; il a, notamment, créé une Ecole gratuite des Beaux Arts à Lyon, avant la Révolution. Procureur général syndic du département de Rhône et Loire,  il a connu en 1793 la perte de son épouse, ainsi que la détention pendant le siège de Lyon. Il a été député au Conseil des Cinq Cents en 1796, (où il parla en faveur de la création d’une inspection des contributions) ; partisan de la Révolution, modéré au moment du Directoire a été fructidorisé et placé sur la liste des déportés. Il a cependant réussi à échapper à ses poursuivants. Rallié à Napoléon Bonaparte, il devient juge au tribunal d’appel de Lyon en avril 1800. Il est, en outre, maire de Saint Germain au Mont d’Or (où la famille possède depuis des générations un château) non loin de Chasselay et, par conséquent, de Machy. Une partie de ces éléments biographiques est extraite de Paul Metzger, « Un héritage noble à Lyon. La succession Mayeuvre de Champvieux », in Revue d’Histoire de Lyon, mars-avril 1913, pp. 38-77.

[6] Car en ces temps où les places virevoltent au rythme des changements de régime, même les préfets arrivés avec l’installation du Consulat ne restent pas longtemps en place. Le premier, Verninac, a rapidement réussi à déplaire au nouveau potentat et a dû quitter sa place au bout d’un an. Depuis le 21 août 1801, c’est Benoît Georges de Najac qui lui a succédé. C’est ce qu’on appellerait aujourd’hui un parachuté. Il a fait toute sa carrière en Bretagne, en particulier dans le Morbihan où il a occupé différents postes politiques et administratifs. Arrivé à Paris pour être employé au ministère de la Marine, il continuera sa carrière dans cette administration comme organisateur de la campagne d’Egypte puis intendant général de la Marine. C’est avec l’arrivée au pouvoir de Bonaparte qu’il accède au poste de conseiller d’Etat puis de préfet du Rhône, qu’il ne conserve que deux ans, avant d’être envoyé en Italie et de recevoir toute une palette de récompenses honorifiques. En 1801, âgé de 53 ans, il est marié depuis 1788 avec la fille de colons de Pondichéry, et père de trois jeunes enfants.

[7] Machi le 22 thermidor, dimanche, lettre d’Antoine adressée à Madame Morand, Brocherie, Grenoble (elle date du 10 août 1802).

[8] Lyon, le 16 thermidor, lundi (1801 ??? à vérifier). Aml lettres d’Antoine à sa mère. 14 II 35.

[9] Vacance est bien au singulier. Il s’agit d’une période de vacance, c’est-à-dire de vide, de travail.

[10] Paris, le vendredi saint à dix heures du soir pour partir demain 27 germinal (1802)

Numérotée 27.

Lettres non datées d’Antoine à sa femme.

A Madame Morand Jouffrey, rue Saint dominique, à Lyon

[11] Jean-François Vitet est, en outre, vient d’être nommé président du Conseil des Hospices civils de Lyon (18 pluviose an X-7 février 1802). On retrouve, dans ce conseil, Antoine Morand-Jouffrey (sic), en tant que membre de la commission exécutive.

[12] Paris, le jeudi 2 floréal à une heure passée (1802). Numérotée 29. Lettres non datées d’Antoine à sa femme. A Madame Morand Jouffrey, rue Saint dominique, à Lyon


[av1]Il faut écrire quelques lignes de synthèse en guise de conclusion, ici. Pour ce soir, je suis exténuée, je te laisse la plume. Bisousssssss J

Merci !!!

[av2]Oui, bien vu.

[av3]Je suis d’accord.

[av4]On ne peut pas dire qu’elle obéisse comme une enfant à son père. J’ai changé d’avis là-dessus, depuis que j’ai retrouvé des éléments qui montrent qu’elle pouvait lui opposer une opinion différente, contraire et tenir bon. Voir notamment la controverse autour de l’exemption d’imp