Chapitre Cinq : Alliances (2/8)

Le Grenoblois : « … la petite taille est un grand obstacle ».

« L’idée que vous aviez pour Grenoble me paraissait très bonne, mais il paraît que l’homme a une tournure qui a été plaisantée chez ma sœur devant Albine (qui paraît malheureusement un peu difficile, d’un autre côté elle ne se déciderait pas je crois à nous quitter à moins que ce ne fut pour quelque chose au-dessus de nos espérances et cela ne se trouve pas aisément ; entre nous la voilà arrivée à l’âge où sa mère s’est mariée et cette dernière est surtout bien tourmentée de ne pas la voir encore établie, jusqu’à présent j’ai plaisanté de ses craintes mais bientôt je les partagerai malgré moi. »[1] Rappelons qu’elle n’a que dix-huit ans quand il écrit ces mots. Et il termine sa lettre en revenant une dernière fois sur ce sujet qui le préoccupe tant : « rappelez moi au souvenir de M. de la Mothe il avait quelque amitié pour Albine, dites-lui quand vous en trouvez l’occasion ce que je compte faire pour elle, il est possible qu’il fasse quelque bonne découverte et je crois que nous pouvons assez compter sur son amitié pour être persuadés qu’il ne laisserait pas échapper l’occasion de nous servir si elle se présentait. » [2]

Un long échange de courriers entre Antoine, Marie Magdeleine les parents et la grand-mère, toujours très impliquée dans cette seconde chance qui s’offre de marier Albine , témoigne du soin que l’on met à ne pas « compromettre » les familles impliquées dans les négociations.

Un autre aspect de ces courriers d’Antoine concerne le désir qu’il manifeste de ne pas forcer la volonté d’Albine. Elle est difficile, reconnaît-il : c’est qu’elle s’est décidée à rester auprès de ses parents. Non pas en demeurant fille, mais en se mariant dans les abords de Machy ou de Lyon, afin de ne pas s’éloigner de sa famille. Lorsque sa grand-mère et son père envisagent de la marier à Grenoble, vient tout de suite la question du sacrifice que cela demandera à Albine. Sur ce point, Antoine pense qu’avec un peu de temps, il pourrait venir à bout des réticences de sa fille sur ce point ; mais quant à forcer un éventuel dégoût sur la personne du futur fiancé, il n’envisage même pas le cas. Le bonheur d’Albine est en jeu et s’il cherche le meilleur parti possible, prêt à la convaincre d’abandonner ses parents pour son propre bonheur d’épouse, il est bien persuadé qu’elle seule sera décisionnaire au moment du choix ultime. Il est donc bien important, au moment de présenter les futurs l’un à l’autre, de n’être plus dans le cas de devoir reculer pour des raisons autres que des « convenances de caractère », c’est-à-dire sentimentales. Et il est encore plus important que le secret soit gardé jusqu’au bout, afin de ne pas risquer de mettre les futurs en situation d’attente d’abord, au risque de la déception, ou de prétendant éconduit. L’honneur de chacun est en jeu ; il mobilise l’équilibre des rangs, des prétentions, des qualités personnelles et tout rejet d’une « candidature » est bien évidemment vécue très durement tant par les parents que par les jeunes personnes.

Pour une fois, et c’est la seule, on trouve dans la correspondance d’Antoine une lettre écrite par le couple. Elle est adressée à Antoinette, la mère d’Antoine. C’est elle qui, dans cette affaire, joue le rôle d’intermédiaire ; ici encore plus que dans les négociations politiques, on préfère ne pas passer par la trace écrite. Beaucoup de paroles sont échangées qui doivent pouvoir s’envoler à la moindre hésitation. Le rôle des femmes est donc, ici comme dans les affaires délicates, de première importance. Ce sont elles qui font les visites, qui nouent les relations, les entretiennent, font passer l’information importante, sous couvert de simples échanges de courtoisie.

« Je commence, ma chère maman, une lettre que terminera ma bonne amie, pour vous prier de faire assurer en mon nom les parents de la personne dont il est question que si quelque chose pouvait me consoler de me séparer d’alb. ce serait la satisfaction de la voir entrer dans une famille pour laquelle j’ai autant de considération ; que je sens comme eux que la chose la plus importante dans une affaire de ce genre est que les parties les plus intéressées se conviennent réciproquement ; que je désire bien aussi dans le cas où l’on se déciderait à faire faire le voyage de Lyon à M. S. pour voir les parents qu’il y a et relativement aux affaires de Monsieur son Père, la chose soit absolument secrète entre nous, car alb s’est toujours si fort flattée de ne nous point quitter qu’il faudra du temps et surtout des convenances de caractère pour déterminer cette chère enfant à renoncer à cet espoir ; il est de notre devoir de la conseiller dans une affaire aussi importante pour le bonheur de sa vie mais le pouvoir de bons parents ne s’étend pas au-delà sur un objet de ce genre.

Si j’avais ma chère maman l’honneur de connaître la dame qui veut bien servir d’intermédiaire je vous prierais de lui en témoigner ma reconnaissance et de lui faire mes remerciements. » [3]

Antoine confie à sa mère un billet pour un certain M. de la Mothe, libre à elle de la lui remettre ou de se contenter de relayer son contenu par des mots qu’elle jugera plus appropriés : on voit bien encore combien le jeu subtil des relations entre alliés est considéré comme du domaine des femmes et, a fortiori, des aînées. Antoine considère sa mère comme une experte en la matière et n’hésite donc pas à lui permettre de faire comme bon lui semblera pour le profit de sa petite-fille Albine. Le billet ne contient rien de compromettant : Antoine ne dit rien qui annonce qu’on ait parlé aux parents, donc aucune parole n’ayant été donnée, rien ne pourra leur être reproché. Le regard de l’opinion est comme un tiers dans ce jeu des mariages : il est à tout instant consulté, prévenu, pesé et mesuré. Tout, dans ces affaires de mariage, est pris en compte ; ainsi, Antoine envisage qu’un voyage à Lyon, de la part du jeune homme, pourrait laisser penser qu’il s’occupe d’autre chose que de ses affaires et il ne veut pas courir ce risque quoique, concède-t-il, réfléchissant à mesure qu’il écrit, « un voyage à Lyon ne puisse compromettre quelqu’un ». Cette préoccupation est constante ; on la retrouve chez Marie Magdeleine qui cherche tous les prétextes pour faire venir sans offrir le flan à la critique, le prétendant d’Albine : une personne de leur connaissance pourrait les aider à « obtenir le séjour que nous désirerions leur voir faire ici, il se trouverait motivé, sur une partie de leur rente à recevoir à Lyon et sur des parents agréables à cultiver. »

Dans sa lettre, Marie Magdeleine revient sur le ratage de « l’affaire de Lyon » : elle a donné à tous « beaucoup de chagrin » mais, ajoute-t-elle, « nous n’en conserverons que plus d’amitié à la mère, à qui je me propose de faire une visite ce soir (sans alb.) ». Cependant, malgré la confiance qu’on peut avoir en cette femme, toutes les précautions doivent être prises pour que la lettre d’Antoinette, qui devait être relativement explicite sur les attentes et les offres des Morand, ne se perde pas ou, pire, ne tombe dans les « mains de gens moins sûrs ». Aussi, demandera-t-on à la mère éconduite de bien vouloir la brûler.  Il est presque étonnant, à lire ces courriers, que les Morand aient conservé leurs propres lettres ; mais il est vrai que l’art de la précaution étant tellement intégré, ces courriers ne dévoilent jamais de noms qui puissent compromettre qui que ce soit.

Le plus intéressant, dans la lettre de Marie Magdeleine, porte sur la manière dont elle a abordé la question du mariage avec Albine. Là encore, ce sont les mères qui ont pour mission de sonder le cœur de leurs filles, de les guider et, le cas échéant, de doucement les amener au point de vue parental. La confiance est le maître mot de ces situations : c’est sur la foi de paroles prononcées par des relations qu’on accepte, ou pas, de rencontrer un prétendant ; c’est sur une réputation qu’on hésite peu ou prou à faire ce premier pas qui coûte toujours parce qu’il est un début d’engagement. Albine, ici, est prise entre la répugnance qu’elle éprouve pour tout éloignement de ses parents, le peu d’attrait qu’exerce sur elle le ridicule qui précède cet homme de petite taille, et les promesses de rapprochement, ainsi que le talent de persuasion de sa mère : « J’ai pensé ainsi que vous, écrit Marie Magdeleine dans sa lettre à Antoinette, sur la nécessité de la consulter, son premier mouvement a bien été de dire absolument non ; mais j’y suis revenue à plusieurs fois ; l’obstacle qui paraissait invincible était la séparation ; je lui ai parlé de notre rapprochement pour les deux premiers hivers et sur l’espoir qu’on pourrait peut être continuer ; elle a bien su raisonnablement me dire qu’on manquait souvent à ces paroles-là et que rarement elles pouvaient s’exécuter. Cependant les avantages du côté de la fortune de la famille l’ont un peu ébranlée ; mais comme le physique lui est connu de réputation, elle a la plus grande peine à prendre son parti, pour une aussi petite taille, elle préférerait bien l’excès contraire, au résultat elle m’a cependant dit qu’elle désirerait pouvoir le connaître ; je lui ai parlé de tout le bien qu’on pensait de lui, elle en a entendu parler à M. de la Morte, qui paraît avoir vécu avec lui, et c’est parce qu’elle a paru désirer qu’on écrivit au Chevalier que mon mari s’est décidé au petit billet que je vous fais tenir en vous répétant cependant que si vous croyez cela imprudent, comme pouvant y donner trop de publicité, de ne pas le lui remettre. »

L’ambivalence n’est jamais loin, pour celles qui, comme Marie Magdeleine, ont passé toute leur vie et la quasi-totalité de leurs journées avec leurs filles ; la mère d’Albine ne cache pas le caractère contraint et quasi contradictoire, pour elle, de ce rôle de conseillère es mariage auprès de celle qu’elle verra partir le chagrin au cœur : « Malgré tout mon chagrin en songeant à une séparation avec la personne que je n’ai jamais quittée, je me crois obligée de lui faire toutes les réflexions convenables dans une affaire aussi importante. »

Marie Magdeleine, davantage qu’Antoine, se préoccupe du confort moral d’Albine ; dans la négociation, entre en jeu notamment la promesse qu’elle a faite à sa fille de la garder auprès d’elle les deux premiers hivers. Cela doit être dit et cela doit être tenu : la famille du prétendant doit, sur ce point, donner son accord. Il va de soi que garder Albine auprès d’elle suppose de recevoir le couple. Or, deux obstacles se mettent en travers de cette promesse : l’exiguïté de l’appartement lyonnais et l’économie rendue nécessaire par la constitution de la dot. Marie Magdeleine écrit donc à Antoinette pour la prier de faire entrer, dans la négociation, la possibilité d’un « dédommagement à ces frais-là pour moi » ; « pour moi », précise-t-elle, sans qu’on puisse s’assurer de ce que signifie ce « pour moi ». Est-ce sur la fortune personnelle de Marie Magdeleine que sont payés les frais de bouche ? On croise, à l’occasion, dans leur correspondance, ces manières personnelles d’exprimer l’autonomie de chacun sur les dépenses. Mais sans plus de détail, il est difficile de se faire une idée exacte de la manière dont elles sont réparties entre eux. Le passage de la lettre dans lequel elle confie les difficultés que va engendrer ce mariage qui les amène à faire plus qu’ils ne peuvent, en dit long à la fois sur l’attachement de la mère et de la fille, et des sacrifices que la première est prête à consentir au bonheur et au confort de la seconde. C’est, dans toute la correspondance, l’un des extraits les plus émouvants qu’on ait trouvés : « Si nous devons aller plus avant sur cette affaire, je voudrais entrer dans encore plus de détails ; il est bien à présumer que ces deux premiers hivers, qu’on permet de passer ici, ce ne serait qu’autant que je pourrais les recevoir (et je n’ai pas besoin de parler du peu d’obstacle que j’y mettrais). Cependant vous connaissez notre disposition d’appartement, et la plus grande raison encore (que je ne puis dire qu’à vous) c’est que faisant pour ma fille plus que nous ne pouvons, il nous faut la plus grande et la plus stricte économie ; il faudrait donc bien convenir du dédommagement à ces frais là pour moi ; vous savez mes intentions pour ce qui est ma manière de vivre après le moment où j’aurais pu fixer le bonheur d’albine et je ne varie pas sur ces articles ; la très grande jouissance de la posséder quelques mois, me décidera aux changements de mon intérieur pendant ce temps là ; si cela ne m’oblige pas à des frais que je ne puis pas absolument trouver sur ce qui nous restera de fortune. »

La lettre n’est pas terminée et l’on juge, à sa longueur et au détail de ses articles, combien Marie Magdeleine se soucie du moindre détail : on retrouve ici une manie qu’on avait crue, un instant, une particularité d’Antoine, avant de réaliser qu’elle était surtout une manie conjugale[4].

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, dimanche soir, … floréal an 13 []. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. Lettres non datées d’Antoine à sa mère. 14 ii 35. En l’an XIII, les dimanches de floréal sont le 21 avril ou 1er floréal, 8 floréal (28 avril) 15 floréal (5 mai) 22 (12 mai) et 29 floréal (17 mai). Si cette lettre, de retour de Paris, a été écrite avant celle du 14 floréal, alors il s’agit du dimanche 1er ou 8 floréal.

[2] Lyon, dimanche soir, … floréal an 13 []. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. Lettres non datées d’Antoine à sa mère. 14 ii 35. En l’an XIII, les dimanches de floréal sont le 21 avril ou 1er floréal, 8 floréal (28 avril) 15 floréal (5 mai) 22 (12 mai) et 29 floréal (17 mai). Si cette lettre, de retour de Paris, a été écrite avant celle du 14 floréal, alors il s’agit du dimanche 1er ou 8 floréal.

[3] Ce samedi 14 floréal [4 mai 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. Lettres non datées d’Antoine à sa mère. 14 ii 35. Toutes les citations qui suivent sont extraites de cette lettre, jusqu’à mention contraire.

[4] Cf. supra, le chapitre sur la coopération politique.