Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (4/8)

Sacrifices maternels

Antoinette et Antoine : une inaltérable tendresse

Antoinette ressent comme un sacrifice le renoncement qu’elle a fait à la vente des Brotteaux. Le fait est qu’elle ne reçoit de son fils, à l’issue des arrangements consécutifs au procès, qu’une rente insuffisante pour pallier à ses besoins. Rappelons qu’elle vit avec sa « sœur » que visiblement, elle entretient complètement ; qu’elle emménage rapidement dans un appartement d’une grande tristesse qu’elle loue, rue Brocherie ; et qu’elle ne conçoit pas de se séparer de ses deux domestiques, une femme de chambre et une cuisinière[dzd1] . Lorsqu’elle fait le bilan de son emménagement, elle constate qu’elle ne pourra pas faire face aux dettes qu’elle a accumulées pour l’achat des « petits meubles indispensables » qu’il lui a fallu remplacer ; ni payer les provisions pour l’hiver. Sa rente s’élève à 1250 livres par trimestre. Elle est contrainte d’emprunter mais se plaint amèrement que son fils ne joue par le rôle de banquier : elle ne connaît personne à Grenoble, elle ne peut donc prendre à crédit ni, non plus, « rester redevable aux ouvriers » qu’elle emploie : sa « délicatesse » s’y oppose. En outre, il semble qu’Antoine tarde à lui envoyer ce qu’il lui doit, ce qui la met dans une colère froide. Antoinette connaît fort bien les affaires ; elle sait les sacrifices qu’elle a consentis et pourquoi. Elle connaît également les droits qu’il lui reste et continuera pendant longtemps de batailler avec Antoine sur ce sujet. Sa préoccupation principale est de maintenir la paix dans la famille ; entre elle et son fils mais aussi, par contrecoup, entre Antoine sa sœur et son beau frère qui sont venus tenter de « terminer des dissensions que [il rendait] interminables »[1]. Le bilan qu’elle fait des sacrifices consentis, en 1799, rend compte de leur étendue ainsi que de la conscience qu’elle en a. Ce seul extrait, dont on pardonnera la longueur en raison de son exceptionnelle densité, donne à voir une mère qui s’est volontairement séparée de tout objet de litige entre son fils et elle : « Jetons un voile sur le passé, n’ajoutez plus à mon chagrin, causé par d’affreux malheurs qui souvent encore m’accablent je vous ai pardonné. Je tâche d’oublier. Nulle puissance humaine n’aurait pu m’engager d’accepter un moindre revenu que celui dont je me suis contentée avec tant de peine, et qui n’est que suffisant pour vivre selon mon état. Il aurait dû être plus considérable sous tous les rapports. Je me suis dévêtue, mon fils, en votre faveur, même d’un appartement que vous m’avez demandé avec tant de véhémence. Je vous ai remis avec plaisir des objets précieux auxquels votre infortuné père attachait le plus de prix ; et en m’y succédant, vous m’avez dit vous-même qu’il vous semblait que je n’existais plus. Vous qui jugez les autres, jugez vous vous-même, écoutez la voix de la justice, celle de la nature, du sentiment envers celle qui a été, qui est, et sera toujours votre bonne mère levet Morand. »[2]

Le maintien d’une relation coûte que coûte avec Antoine est autant le fruit de son intarissable tendresse pour le fils que la conséquence de son intérêt pour les affaires liées à ce patrimoine auquel elle tient plus que tout.

L’amour d’Antoinette pour Antoine n’est pas touché par son ressentiment, aussi durable et intense soit-il. Elle ne cesse d’assurer son fils de son attachement « inaltérable », de le couvrir des marques de la tendresse la plus vive. Son amour pour Antoine résiste à toutes les épreuves. Ce grand fils de bientôt 40 ans l’émeut lorsqu’il est malade et, on l’a vu, Antoine ne se prive jamais de raconter avec force détails tous les maux qui l’accablent, et tous les médicaments auxquels il recourt ; elle, de son côté, très affectée de sa souffrance, n’est jamais à court de conseils, de recettes et de posologie pour lui venir en aide. Antoine la fait rire parfois, même lorsqu’elle est au plus fort de sa mélancolie. Elle a beau l’accabler de reproches, elle termine ses lettres, immanquablement, en revenant à l’amour qu’elle a pour lui. Et l’on ne peut croire que ce soit là figure de style ou stratagème pour adoucir son créditeur : les témoignages de son affection sont trop présents, à tout moment de sa correspondance, pour relever de cette seule motivation. Antoinette ne se résout pas à cette séparation qu’elle n’a pas désirée. Elle cherche à la combler en écrivant sans cesse, en requérant des nouvelles d’Albine, James et Léo, en envoyant et demandant toutes sortes d’informations sur les familles lyonnaises ou grenobloises de son entourage. Antoinette, enfin, ne cesse pas, malgré son exil, de s’intéresser au pont, à la gestion du patrimoine familial en général. Non seulement elle s’en inquiète sans cesse, mais elle conseille Antoine, par exemple dès que le gel est assez fort pour nécessiter quelques mesures préventives sur les piliers du pont ; quand la nécessité de faire intervenir des personnalités politiques appelle de sa part une activation des réseaux qu’elle a conservés à Lyon et formés à Grenoble ; quand elle réalise qu’Antoine a négligé de se faire régler le produit des bois de la Guillotière vendus par Jean Antoine ; ou encore, quand elle incite Antoine à demander une indemnisation du tort qu’on lui a fait dans les terrains de l’héritage de son père, par l’obtention d’un pré, la « prébende des Balmes », sur le chemin de la Tête d’or, et que Jean Antoine avait, en son temps, envisagé d’acquérir. Antoinette connaît parfaitement les affaires, a suivi de près les constructions, les plans, les projets de Jean Antoine. Elle continue à faire bénéficier Antoine de son expérience en la matière et sur ce point, on ne peut dire qu’Antoine ne lui reconnaisse une réelle compétence.

Jamais elle ne reviendra à Lyon pourtant. La pénurie de moyens dans laquelle Antoine et la Révolution l’ont mise, l’un en s’obstinant à conserver les Brotteaux et l’autre en anéantissant ses rentes, l’en empêchera toujours.

Antoine, de son côté, a beau se plaindre amèrement de la réaction de sa mère, il multiplie également les signes de son attachement. Il écrit régulièrement, même si ce n’est pas assez au goût d’Antoinette ; il envoie des présents, comme ce tableau des trois enfants qui ont fait un « plaisir inexprimable » à la grand-mère : « L’envoi que vous m’avez fait de mes trois petits enfants m’a fait un plaisir inexprimable, je les ai mis dans la partie la plus éclairée de ma chambre, je les regarde sans cesse je leur souris et leur parle comme s’ils devaient m’entendre, ils sont très bien dessinés, Albine a sa jolie tournure ses beaux cheveux assez de ressemblance, même mon ami james est parlant, sa jolie figure est parfaitement bien rendue, la petite Eléonore, quoique très bien aussi, n’a pas autant l’expression de sa mine fine et lutine, c’est au moins ma manière de les voir. »[3] La seule chose sur laquelle il continue à provoquer l’ire maternelle reste celle du paiement de la rente trimestrielle qu’il lui doit. Négligence ou véritable difficulté financière de la part d’Antoine, on ne peut trancher pour le moment ; il semble probable qu’il se soit trouvé dans une situation économique assez critique, à cette période. Mais Antoinette en est réduite à « boursiller », comme elle dit ; c’est-à-dire à emprunter dans la poche de ses connaissances ; et à se résoudre au déshonneur d’être endettée auprès de son malheureux propriétaire : « Je ne puis rester dans cette pénurie, ne passez par la quinzaine sans solder ce que vous me devez, et ne m’obligez pas à tirer sur vous une lettre de change. Je serai fâchée de vous mettre dans l’embarras ou vous me mettez à chaque payement. »[4]

Il a l’indélicatesse de se plaindre d’avoir à payer trop d’impôt ; indélicatesse qu’Antoinette, en femme d’affaires avertie et surtout, en citoyenne devenue non imposable par son appauvrissement, ne manque pas de lui reprocher : « quant aux impositions, répond-elle, c’est un malheur que tant de gens voudraient être dans le cas de supporter »[5]. Antoinette n’est pas loin de penser que son fils est un enfant gâté. Il n’a certes pas eu à souffrir, comme elle et Jean Antoine, de la lente et laborieuse constitution d’un patrimoine colossal. Il a tout eu en héritage et, plutôt que de s’en réjouir, il a le mauvais goût, un goût bourgeois peut-être, de se plaindre. Elle le semonce vigoureusement à ce sujet : ni elle ni Jean Antoine n’ont joui au même âge de tant de rentes et de capitaux. Qu’il cesse donc de continuellement gémir sur ces « objets de la fortune » ; un peu d’économie pourvoira à ces inquiétudes mal placées. Mais il est vrai, et Antoine est le premier à le reconnaître, qu’il n’en a acquis ni le goût ni l’habitude. C’est, de l’avis de l’une comme de l’autre, un héritier.

C’est un élément étonnant de cette relation, mais qu’on retrouve chez la mère de Pierre. En effet, le sacrifice maternel n’est pas que le fait d’Antoinette. Et il concerne, comme dans la famille Morand, le patrimoine transmis du père au fils.

Marguerite Vitet, mère sacrificielle ?

Marguerite, au moment du décès de son époux Louis en 1809, se voit elle-même spoliée par son fils. Du moins le ressent-elle ainsi et l’exprime à longueur de lettres. Pour autant, son affection n’en ressort pas amoindrie. Il y a, chez ces femmes, une acceptation impressionnante de la prise du patrimoine par leur fils, et par-dessus tout, une impossibilité viscérale à diminuer leur affection. Sans même parler de l’incongruité qu’il y aurait à mettre fin, tout bonnement, à leurs relations épistolaires.

Pendant plus d’un an avant la mort Louis, le « couple » des parents a vécu avec Pierre et Amélie dans l’appartement de la rue St. Roch. Après le décès de son mari, Marguerite y reste pendant un an, et puis quitte Paris précipitamment. Au moment de son départ, Pierre et Amélie sont à Rouen  ; Pierre, en apprenant son départ, est bouleversé  ; pourquoi sa mère part-elle sans même attendre qu’ils viennent lui dire au revoir. Qu’est-ce qui a pu la pousser à retourner à Lyon si précipitamment ?

Juste après la mort de Louis, Marguerite et Pierre ont signé un document chez leur notaire  ; Marguerite y « cède tous ses droits à la succession du sieur Louis Vitet médecin » in compris sa dot, « en faveur de Pierre Vitet son fils, à la charge que celui-ci fera et assurera à la dite Jeanne Marguerite Faulin veuve Vitet une rente viagère de deux mille francs par an payable par quart dans les mois de janvier, avril, juillet et octobre. » En comparaison, Antoinette recevait deux fois plus (rente trimestrielle de 1250#).

Au bas de ce document, on ajoute que « indépendamment des conventions ci-dessus, la jouissance et administration pleine et entière de la portion de maison size rue des Bouchers à Lyon, reste toujours appartenante à Jeanne Marguerite Faulin Veuve Vitet, par l’effet de la succession de sieur Claude Faulin son père, à la charge par elle de payer la pension viagère concédée à Monsieur Chazette son oncle. » [6]

Un an plus tard, alors qu’elle est toujours à Paris, Marguerite envoie une lettre à son fils. Il est à Rouen. Elle lui annonce son départ imminent. Pierre la prie de différer son retour, au moins le temps pour lui et Amélie de revenir de Rouen.

Sa lettre, hâtive et affolée, mérite d’être citée presqu’en entier : « Déterminés à partir pour vous faire au moins nos adieux demain matin 10, nous avons envoyé Marguerite sur le champ à Rouen pour retenir deux places pour Paris ; mais en vain !  Toutes les places soit d’intérieur soit de cabriolet étaient prises dans l’Eclair, le Vélocifer, et la Grande Messagerie. Toute cette impossibilité, je n’ai donc d’autres ressources que devoir écrire par la voie du conducteur de l’Eclair et de vous prévenir que nous partirons demain au soir Amélie & moi ; il s’est trouvé heureusement une dernière place pour elle dans l’intérieur, et une dans le cabriolet pour moi …

J’espère ma chère mère, que l’empressement que nous mettons à vous aller embrasser vous déterminera à retarder d’un jour votre départ ; puisque vous êtes avec un homme complaisant il pourra très bien différer en votre faveur. . .  Le voyage imprévu que nous faisons vous prouvera combien vous aviez mal calculé les dispositions de votre départ ; je ne sais si votre cœur devait moins en souffrir, mais vous ne pouvez pas agir d’une manière plus pénible pour vos enfants et puis pour vous-même à la veille de nous quitter, n’avions-nous pas une infinité de choses à nous communiquer : ne fallait-il pas se concerter à pourvoir à tout ce qui vous est nécessaire à Lyon, et donner avis à Mr Costerizan :  enfin rien à mes yeux ne pouvait adoucir l’idée d’un pareil départ. C’est pourquoi j’ai fait tous mes efforts pour vous aller voir au moins quelques instants, et ma femme a été de moitié dans ma résolution. Si vous m’aviez prévenu plus tôt, ou si vous m’aviez marqué le désir de nous voir incessamment revenir auprès de vous, pouviez[-vous] douter que nous eussions hésité ?

Je n’ai pas le courage de vous entretenir plus longtemps de mes chagrins, il est tard et il faut que je porte ma lettre au conducteur.

Adieu ma chère mère, en attendant le plaisir de vous embrasser, je vous renouvelle l’assurance de mon dévouement. »[7]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Ce 7 pluviose an 7. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon. Lettres d’Antoinette à Antoine, 14 ii 31.

[2] Ce 7 pluviose an 7. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon.

[3] Grenoble, 5 nivose an 7 (janvier 1799). Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon.

[4] Grenoble, 5 nivose an 7 (janvier 1799). Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, à Lyon. Lettres d’Antoinette à son fils, 14 ii 31.

[5] Grenoble, 26 nivose. Au citoyen Morand jouffrey, juge du tribunal de Lyon département du Rhône, rue Saint Dominique n° 66 à Lyon. Lettres d’Antoinette à son fils, 14 ii 31.

[6] AML 84 II 07, Document de notaire, succession Louis Vitet, datée 3 juin 1809.

[7] AML 84 II 09, Lettre envoyées de Pierre Vitet, lettre à Marguerite Vitet née Faulin, 9 octobre 1810.


[dzd1]Je trouve qu’on s’éloigne trop du couple ici.

OUI certes, mais le chapitre sur le patrimoine peut difficilement se passer de la relation aux « ancêtres ». Je ne sais que faire…

I THINK WE CAN TRY TO SHORTEN THIS A BIT, TO CUT OUT SOME OF THE DETAILS. The chapter is about 10 pages too long, anyway!  Tant pis, nous verrons au moment de l’édition si cela crée un décalage ou pas, si le chapitre est ennuyeux ou si l’on peut garder cette partie ; j’y tiens pour les raisons que je t’ai données.