Chapitre Six : La famille au risque du patrimoine (5/8)

Marguerite se laisse convaincre. Pierre et Amélie rentrent ; et quelques jours après, la mère signe un document, devant le notaire, abandonnant sa part de la maison de la rue des Bouchers[1] à son fils. En échant, Pierre garantit à sa mère 270 francs de rente viagère, et le double à son oncle Chazette. Le document est signé le 16 octobre 1810. Une semaine plus tard, elle est à Lyon. Elle est donc partie presqu’immédiatement après le rendez vous chez le notaire.

6 ans plus tard, elle réalise la portée de son acte. Elle s’en émeut auprès de Pierre. Elle ne comprend pas l’attitude qu’il a eue. Elle ne comprend pas qu’il n’ait pas respecté le souhait qu’elle avait alors exprimé. A savoir,  que sa sœur et ses enfants puissent bénéficier de cette maison, au cas où Pierre décèderait sans descendance : « je n’entendais pas frustrer ma sœur et ses enfant de mon bien, si tu venais à mourir sans laisser d’enfant, je sentais que je portais un coup cruel à un bon père par une telle prévoyance. »[2]

Consciente d’avoir été maladroite, elle a pourtant le sentiment d’avoir elle-même été flouée ; et de l’avoir été par l’effet conjoint de la malignité de son fils et de son propre trouble au moment de quitter sa famille pour rejoindre Lyon.

Il est étonnant qu’elle ne prenne conscience de la gravité de cet acte que six ans après sa signature ; peut-être ne s’agit-il pas de ce départ-là de Paris, celui de 1811, mais tout laisse penser le contraire ; car les termes qu’elle emploie pour décrire l’état dans lequel elle est partie, la lettre de Pierre lorsqu’elle lui apprend qu’elle s’apprête à prendre la route de Lyon, son retour précipité, tout laisse penser qu’il s’agit de cette époque là. Voici la[dzd1] lettre :

« Bon fils, écrit-elle en 1816, je n’ai pas cessé depuis mon retour de Paris de me livrer à une juste inquiétude ; les différents évènements qui ont bouleversé la France auraient dû me faire mourir de regrets, si dieu n’eut voulu par sa bonté me conserver la vie.

Je viens donc avec la juste confiance que tu dois mériter te rappeler que l’acte que tu me fis signer fut fait dans un moment peu convenable pour un engagement sans doute important mais je n’étais pas à moi, absorbée par la crainte de faire de la peine à mes enfants en les quittant et de passer pour ingrate, mon peu de lumière et d’expérience des affaires, auraient dû au moins me faire réfléchir autant de bien connaitre l’engagement, je ne sais pas comment il est conçu, j’étais suffoqué par la peine de vous quitter et je n’avais que ce moment cependant je te dis en revenant de chez le notaire que je n’entendais pas frustrer ma sœur et ses enfants de mon bien, si tu venais à mourir sans laisser d’enfant, je sentais que je portais un coup cruel à un bon père par une telle prévoyance ; tu y répondis car je n’entendis que balbutier, j’aurais dû retarder mon départ et faire un sacrifice, mais tu voulais repartir pour Rouen ; je ne cherchais donc qu’à me distraire, et à me persuader que je te reverrais à Lyon, combien de fois me suis-je reproché de ne t’avoir pas conseillé d’y venir lorsque tes affaires t’y appelaient ; ma sincérité sur ce que tu ne pouvais vendre alors en fut causée 1)

Je te prie donc, et par justice, et par amitié pour ta mère de revoir cet article et de réparer ce qui est au préjudice de ma sœur.

Il est inutile de vouloir te persuader que jamais ni elle ni les siens n’ont agi, ou dit une parole qui put me marquer de l’intérêt[av2] . C’est néanmoins la vérité, et cela me les rend bien plus chers, j’aime par-dessus tout mon fils et mon petit fils, et à Dieu ne plaise que je voulus vous prendre rien de ce que vous devez avoir de moi.

Mais, on ne voit que trop souvent des jeunes gens être victimes de mille accidents ou maladies, voilà ma volonté, je n’ai pas même le loisir de mettre de l’ordre dans mes idées, ni de te marquer ce que je voudrais ajouter à l’acte qu’il convient de faire en détruisant l’autre ; je n’ai communiqué mon dessein à qui que ce soit ici, ni m’ettarer ( ??) [dzd3] dans ce que je voudrais te faire sentir, je te demande le secret a l’égard de ta femme et de mon Ludovic, comme je [le] garde moi-même

Adieu je n’ai que l’instant de faire partir mon paquet, car c’est aux Cordeliers. Je suis et serai toujours ta tendre mère. »[3]

Ces deux lettres, écrites à plus de cinq ans d’écart, montrent un côté inattendu de cette relation entre la mère et le fils.  Il est révélateur que Marguerite veuille garder le secret à l’égard de sa belle-fille et de son petit-fils sur sa volonté de changer le document de 1810. Elle ne leur fait pas confiance, en tout cas elle ne fait pas confiance à Amélie (et souhaite sans doute ne pas mêler Ludovic à cela) ; et elle se sent impuissante envers lui.

Nous savons que Pierre et son père l’ont un peu abandonnée à Lyon depuis leur exil en Suisse entre 1793 et 1794. Pierre a toujours été très proche de son père ; il ne l’a jamais quitté depuis 1793 jusqu’à sa mort en 1809. Une fois mariés, on se souvient qu’Amélie et Pierre s’installent avec lui dans l’appartement qu’il leur a offert au moment de leur mariage.

Il faut attendre plusieurs années pour que Marguerite se décide à se rendre à Paris, apparemment pour la première fois de sa vie ; elle a compris, sans doute, que c’est la seule manière pour elle de revoir son époux, son fils, sa belle fille et son petit-fils  puisque ceux-ci ne veulent ou ne peuvent pas faire le voyage jusqu’à Lyon. Les 150 lettres de Marguerite que nous possédons sont remplies d’affection ; elle répète sans cesse son désir de voir son fils et sa famille. Pierre, par contre, dans le peu de lettres qui ont été sauvegardées, se montre plutôt froid et distant avec sa mère. Son attachement émotionnel est visiblement plus fort pour son père, et la mort inattendue de celui-là a dû être un choc pour le fils.

Que s’est-il passé à ce moment-là ? La mort du père place-t-elle immanquablement les fils dans une position d’héritiers exclusifs ? Toujours est-il que Pierre agit, à l’instar d’Antoine, comme si toute la responsabilité du patrimoine familial, et tous ses fruits, devaient lui revenir. Cela implique, comme dans le cas d’Antoine, le sacrifice du bien être de sa mère. De fait, quelques jours seulement après la mort de Louis, Pierre convainc sa mère de renoncer tout bonnement à ses droits de succession. Il parvient même, un an plus tard, à s’accaparer le seul bien qui lui reste. On ne sait ce qui s’est passé ; Marguerite est encore à Paris à ce moment là ; depuis un an. Est-ce sous l’effet de cette prise de possession qu’elle estime injuste qu’elle décide de repartir à Lyon ? Est-ce seulement le fruit de la déception qu’elle éprouve à voir son fils sans arrêt en déplacement, la laissant seule à Paris avec sa bonne (Marion ?) ?  .

En effet, en 1810, Pierre fait le voyage jusqu’à Lyon alors que sa mère est chez lui à Paris ; l’ironie n’a pas dû échapper à Marguerite, qui l’a pendant de si longues années supplié de venir lui rendre visite. En rentrant de Lyon, il repart tout de suite pour Rouen, laissant sa mère seule dans l’appartement parisien. C’est alors qu’elle prend la décision de retourner à Lyon, où sa sœur et beaucoup d’autres parents l’attendent.

Est-ce qu’elle se sent tellement abusée par son fils, qu’il lui faut cinq ans pour trouver le courage de lui en parler ? Est-ce que c’est sa sœur ou un autre membre de sa famille qui lui a dit que la vente de sa maison pouvait la priver de tout accès à cet héritage si Pierre venait à mourir sans descendance ? On ne peut pas savoir. Mais on sait que cette femme qui a tellement souffert pendant sa vie, qui a vu mourir neuf de ses dix enfants, et qui a été a peu près abandonnée par son mari à cause de ses opinions politiques et religieuses, passe ses dernières années en pensant que son fils lui a fait un mauvais coup de plus. Malgré cela, elle n’arrête jamais de lui envoyer ses expressions tendres et pleines d’amour. Marguerite, comme la mère d’Antoine, montre une grande capacité à souffrir et à tout sacrifier pour ses enfants et ses petits-enfants. Les fils par contre semblent inconscients des souffrances de leurs mères. Ils cherchent à vivre comme ils veulent, sortant tous les soirs et profitant de la sociabilité et la vie mondaine autour d’eux. [av4] Si leurs mères se trouvent dans une situation matérielle amoindrie, les obligeant à vivre bien en-dessous du niveau de vie antérieur au décès de leur mari, ils ne le remarquent pas.  Ils ont une vue sur le futur, peut-être, et sont prêts à tout faire,  y-compris des torts envers l’être qui leur a donné la vie, pour préparer le chemin aux générations à venir.

Ce n’est pas dire que Pierre ne fait rien pour sa mère. Comme Antoine, il écrit souvent, normalement toutes les deux semaines quand un certain Peuch qui fait presque sans arrêt le voyage entre Lyon et Paris retourne à Lyon. Il lui envoie un portrait de son fils, Ludovic, alors âgé de 10 ans, et qu’elle apprécie : « je me suis empressée  d’annoncer au papa Arnautizon la bonne venue de son cher petit-fils, il est venu lui faire sa visite d’amitié, et j’ai reçu ces compliments de bon cœur, ensuite lui et moi nous sommes permis une critiqueégère et sans frais sur des très petits défauts, c’est un peu de gravité trop de foncé dans le visage, et les cheveux un peu trop blonds tout en remarquant ces riens, je conviens que la longueur des séances pouvait l’ennuyer, son bon papa attribue au défaut d’a(illegible) la grossesse de sa figure mais il est fort bien posé et son air est très naturel et de lui son costume est parfaitement bien et au total c’est un très joli garçon  ma sœur et ses enfants en sont enchantées, et les petites cousines le trouvent charmant et redoublent d’envie de voir l’original  (…) je vais le placer en face du tableau de famille à la porte condamnée, il ne saurait être mieux, j’ôte pour lui ma sainte Geneviève et la mettrai dans mon alcôve. »[4] Sa manière de parler du portrait comme si c’était le personnage lui-même montre combien ça lui a fait plaisir. Elle fait des remerciements à Pierre pour un autre tableau, peut-être un de ses propres paysages, qu’il lui envoie en 1813. On ne peut pas dire que son fils l’a complètement négligée[av5] .

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Aujourd’hui rue Flandrin, près de la place des Terreaux. L’immeuble était situé au n°44. L’autre moitié de la propriété appartient à sa sœur, la veuve Morel.

[2] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, Lyon, le 16 février 1816.

[3] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet [Lyon] 19 février 1816.

[4] AML 84 II 11  Marguerite Vitet à Pierre Vitet, [Lyon] le 8 juin 1811.


[dzd1] To repond to the comment above : First, I don’t understand the idea of putting this letter near the one from Barbet. Second, I thought in your email that you said that I went too far in depicting Pierre as having un “appat du gain”. So I’m not sure what you are suggesting I do here. Or do you think I already did enough?

Je te dis, dans mon mail, que l’accusation d’avoir lésé sa mere doit être davantage démontrée. Et il me semble que son conflit avec Barbet pourrait être rappelé pour justifier ton jugement sur lui, si tu penses toujours qu’il a un tel appât du gain qu’il est prêt à se disputer avec ses proches. Pour ma part, j’ai l’intuition qu’il n’a pas forcément lésé sa mère avec son arrangement, mais plutôt sa tante. Mais sur ce point je te laisse trouver les éléments dans un sens ou dans l’autre.

[av2]Est-ce bien le terme ?  c’est le contraire, je pense. JE NE SAIS PAS. Mais tu n’as pas le cliché de la lettre alors ? Veux tu que j’aille vérifier ?  NON, JE N’AI PAS LE CLICHÉ. SI TU AS LE TEMPS, OU QUE TU ES AUX ARCHIVES DE TOUTE FACON, OUI. SINON, ON PEUT COUPER CETTE PARTIE. J’irai voir.

[dzd3]Qu’est ce que ca peut être ? EGARER ? mais le « m’ » est bizarre ici.

« Je n’ai communiqué… ni m’égarer » ne veut rien dire ; il faudrait « je n’ai communiqué… ni ne voudrait m’égarer ». So what ? comme elle écrit assez mal, on peut supposer qu’elle a oublié un mot ou mal construit sa phrase.

[av4]Je suis d’accord sur l’idée générale. Par contre, on ne peut pas leur reprocher de sortir tous les soirs, cela n’a pas grand-chose à voir avec leur attitude vis-à-vis de leur mère. Je dirais plutôt qu’Antoine et Pierre se montrent insensibles à la situation matérielle et symbolique de leur mère, convaincus de toute façon d’être mieux placés qu’elles pour faire profiter le patrimoine commun et le transmettre augmenté à la descendance. Les hommes s’accaparent les biens des femmes et de leur mère d’une manière qui n’est légale que dans les formes. Le procès pour Antoine, l’acte notarié pour Pierre. Mais on voit bien qu’elles se retrouvent dans une situation à laquelle leurs droits d’héritières ne les préparaient pas : Antoinette aurait dû vivre plus confortablement des revenus de la richesse acquise du temps de J .A ; et Marguerite, héritière de son père, pouvait prétendre à un relatif confort.

CELA dit : sa préoccupation à elle est tout aussi patrimoniale que celle de Pierre. Sur la question de son confort, nous ne sommes pas certaines qu’elle y a perdu. Au fond, peut être valait-il mieux pour elle se faire payer une rente par son fils, et se voir dégagée des obligations viagères à l’égard de l’oncle ? As-tu pu comparer ses revenus avant et après la signature de cet acte ? est ce que pierre n’a pas fait valoir qu’elle y gagnerait, et n’y voyait il pas lui-même un moyen d’aider sa mère (au détriment de la sœur de marguerite pour laquelle il n’a pas de tendresse et en tout c as à laquelle il ne reconnaît pas de légitimité à hériter de cette partie de la maison paternelle).

[av5]Je ne comprends pas tellement le rapport que ça a avec le patrimoine. Par contre, ça peut venir à l’appui d’une thèse selon laquelle Pierre n’a pas voulu abuser sa mère : mais tu ne le dis pas.

  1.  ? []