Présentation d’homosexus

La pensée politique des rapports sociaux de sexe : couple, classe de sexe et individu dans l’espace public contemporain (1789-1968)

Ce « carnet » est un support pour le séminaire de Master Recherche de Sociologie politique, parcours Histoire de la pensée politique, qui a lieu à l’Ens-Lsh. En le créant le 6 octobre 2008, j’aspirais à en faire un espace de partage de matériau, d’idées et d’informations sur la pensée politique des rapports sociaux de sexe depuis la Révolution de 1789 jusqu’aux années 1960 ; créé à l’intention des étudiants de ce séminaire, il s’adresse également à la communauté des chercheur.e.s en histoire politique et sociale du genre, ainsi qu’à un public francophone curieux de visiter un chantier de recherche sur un thème qui continue encore d’intriguer souvent, d’agacer parfois et toujours, de susciter le débat.

L’approche que j’ai choisie, pour débuter ce chantier, part d’une hypothèse : deux mouvements de pensée, deux « paradigmes » seraient en tension, depuis 1789, pour organiser et comprendre les relations politiques entre les hommes et les femmes. D’une part, le paradigme conjugaliste, c’est-à-dire une pensée de l’unité d’intérêts (politiques, économiques et sociaux) du couple. D’autre part, le paradigme sexualiste, c’est à dire une pensée organisée autour de l’antagonisme entre deux classes de sexes aux intérêts spécifiques. Je consacrerai quelques pages à définir ces paradigmes, et à expliquer comment ils se sont peu à peu construits au fil de la recherche que je mène depuis plusieurs années sur ce sujet.

Volontairement, je mets de côté (pour le moment du moins) une alternative bien connue à ce double paradigme, à savoir : la « solution » « individualiste ».

Ces deux grands schèmes de la pensée politique des rapports sociaux de sexe seront abordés à travers trois « terrains » :

1. les théories de la représentation démocratique

2. la critique sociale féministe

3. l’analyse politologique du vote

Je crée donc deux grands dossiers, deux grands « placards » dans lesquels je propose, dans un premier temps, de « ranger » les arguments qui, tout au long de la période, vont dans un sens ou dans l’autre. Il est bien entendu que ces paradigmes évoluent au cours du temps et que le conjugalisme de 1789 n’a sans doute plus grand chose à voir avec celui de 1950 ; je crée donc des tiroirs temporels au sein de chaque paradigme, afin d’évaluer dans quelle mesure les paradigmes bougent au gré des changements culturels, économiques ou sociaux. Ces tiroirs temporels reprennent, a priori, les frontières classiquement identifiées par l’histoire politique, que je redécoupe intérieurement pour interroger les changements au prisme des grandes révolutions du suffrage (quitte à en changer ultérieurement) : dans le siècle des Révolutions (1789-1880) on aura donc deux catégories, avant et après1848 ; dans le siècle des Guerres mondiales, on distinguera, là encore, avant et après 1944.

Anne Verjus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *