Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Pierre Guyomar : « Ridicule citoyenne ! »

« Le partisan de l’égalité politique entre les individus ou problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait », 1793

« Je ne conçois pas comment une différence sexuelle en mettrait une dans l’égalité des droits. Quoi ! ce serait là la ligne de démarcation tracée par la nature entre la partie souveraine et la partie sujette dans l’espèce humaine. En ce cas-là, les femmes naissent et demeurent esclaves, et inégales en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune des hommes. (…)

De deux choses l’une, ou la nation est composée d’hommes et de femmes, ou elle ne l’est que d’hommes. Dans le premier cas, les hommes forment un corps, contre l’esprit de l’article [Deux] ; dans le second cas, les femmes sont les ilotes de la République. Choisissez : de bonne foi, la différence des sexes est-elle un titre mieux fondé que la couleur des nègres à l’esclavage ? (…)

Où est donc l’obligation de la femme d’obéir à des lois auxquelles elle ne concourt ni directement ni indirectement ? (…)

Je soutiens que la moitié des individus d’une société n’a pas le droit de priver l’autre moitié du droit imprescriptible d’émettre son voeu. Affranchissons-nous plutôt du préjugé de sexe, comme nous nous sommes dégagés du préjugé de la couleur des nègres. (…)

Tous les jours, j’entends dire : la France a 25 millions d’habitants ; alors on comprend les femmes. S’agit-il de calculer le nombre des membres du souverain : sans façon on fait la soustraction de la moitié de la population. De quel droit, de quelle autorité s’il vous plaît ? (…)

On me dira, sans doute, que la Constitution a aboli la féodalité. Moi, je soutiens qu’elle en conserva la plus forte racine par la succession des seuls mâles au ci-devant trône constitutionnel de France. (…)

L’homme et la femme sont également habiles à régner, et à se faire détester : mais l’un et l’autre sont susceptibles de la vertu ainsi que du vice. Les mêmes talents se développent dans chaque individu, par le moyen d’une bonne éducation. (…)

Cette liberté, cette égalité appartiennent également à l’homme et à la femme, ou bien l’immortelle Déclaration des Droits contient une mortelle exclusion. (…)

Je pense donc que la déclaration des Droits est commune à l’homme et à la femme. Je ne vois pas quel titre à la souveraineté pourrait réclamer l’un, qui ne serait aussitôt revendiqué par l’autre. (…)

…il y a plus de différence d’homme à homme, qu’il n’y en a de tel homme à telle femme. (…)

Admettrons-nous, rejetterons-nous de notre pacte social les femmes ? (…)

Quoi ! le Français esclave dit : Les femmes sont indignes de monter sur le trône [référence à la loi salique]. Le Français libre dira-t-il aussi : les femmes sont indignes de jouir de l’égalité des droits politiques. N’est-ce pas, sous deux gouvernements très différents, tenir le même langage ? (…)

Quoi ! à la naissance de l’égalité,

on proclamerait aussi l’esclavage de la moitié du genre humain dont nous avons le projet de faire le bonheur. L’époque du nouvel ordre de choses laissera les femmes dans l’ancien, et elles dateront de ce jour leur nom d’ilotes de la Républiques ; elles seront des servantes non gagées, placées dans le même rang que nos constituants assignèrent aux serviteurs à gages. En effet, elles n’ont point de cité ; si elles n’ont pas droit de voter dans les assemblées primaires, elles ne sont pas membres du souverain. Ce sont deux vains mots pour elles. J’observe, en passant, que le nom de citoyenne est plus que ridicule, et doit être retranché de notre langage.

Il faudra désormais les appeler femmes ou filles de citoyen, jamais citoyennes. Ou retranchez le mot, ou accordez la chose. (…)

Mais je dois déclarer que le droit de cité est pleinement acquis par la seule votation et délibération dans les assemblées primaires.

Je dirai même que ce droit est le seul que les femmes puissent exercer, à en juger pas les moeurs européennes. Un usage que j’invoque, parce qu’il est fondé sur la nature et nos moeurs ; cet usage établit un partage d’occupations entre les individus. La femme est chargée de nourrir, d’élever les enfants en bas âge ; elle s’occupe des affaires du dedans, tandis que l’homme fait les affaires du dehors. Le genre de vie des femmes mariées ou non, est et doit être sédentaire parmi nous ; celui des hommes est plus actif. Sans inconvénient.

Un jour viendra peut-être où le règne des moeurs permettra aux individus des deux sexes de circuler avec la même sécurité. (…) Mais la vie sédentaire ne l’est pas au point qu’elle entraîne l’exclusion des assemblées primaires. (…)

On me fera sans doute le reproche de composer moi-même avec les principes, et de proposer une exclusion tout en m’opposant aux exclusions. Voici ma réponse. Les femmes élisantes ont incontestablement le droit d’être élues. Je dois distinguer ici et la rigueur du droit et les convenances tirées de nos moeurs. La compatibilité est seulement présumée et non réelle. (…)

Je ne vois même aucun inconvénient à l’admission de certaines places locales, qui n’exigeraient aucun déplacement. (…)

… aujourd’hui, il ne doit y avoir entre les hommes des deux sexes d’autre distinction que la vertu et le vice. J’ajoute que les droits et les devoirs de la nature sont d’un ordre supérieur à toutes les institutions antiques ou nouvelles. (…)

Apôtres de l’égalité, traitons les femmes égales, et marchons de front dans la carrière politique. »

Citoyen, citoyenne : une « conversation » en 1796

« Aux Auteurs du Journal », par les citoyens Roederer et Corancez, juin 1796[1]

“Quelqu’un à qui je faisais hier cette observation [sur l’usage parodique, dans une pièce de théâtre, du terme de Monsieur pour dire citoyen] me répondit qu’il était revenu fort à la mode de remplacer le titre de citoyen par celui de monsieur. Je répliquai que dans les lieux publics, et au théâtre, les hommes du public doivent se conformer, non à la mode, qui est la fantaisie de quelques uns, mais aux moeurs et aux lois qui sont la volonté de tous.

Notre conversation avait lieu dans un café, et mon adversaire venait de lire le Journal de Paris. Voyez, me dit-il, ce journaliste, qui dans sa lettre à une femme lui dit : Madame et non pas citoyenne. Ceci, répartis-je, est autre chose. Les citoyens, dans la république française, sont les membres de l’état. Etre membre de l’état, c’est avoir un droit politique. Le titre de citoyen est donc un titre politique. Mais une femme n’est que membre de la famille. Elle n’a aucun droit politique dans l’état. Elle ne doit donc porter aucun titre politique.

A Rome on disait les citoyens romains, et les dames romaines, matronae.

Ce n’est pas parce que les femmes sont au-dessous des hommes qu’elles doivent avoir un autre titre ; c’est parce qu’elles sont au-dessus. Dame veut dire maîtresse, dominatrice. Le mot vient de la même origine que domaine. Nous sommes le domaine des femmes.

Mais autrefois ne disait-on pas le président et la présidente ; le comte et la comtesse ? — Oui, mais on ne disait pas mon médecin et ma médecine, mon avocat et mon avocate. Et pourquoi la différence ? C’est qu’autrefois les emplois publics s’obtenaient toujours par faveur ou par argent, c’était madame qui les obtenait, point monsieur, madame en était aussi capable que monsieur, et souvent les exerçait au moins par moitié avec monsieur. Mais dans les professions où il fallait payer de sa personne, comme celles de jurisconsulte et de médecin, le titre du mari ne passait point à la femme. Or, le devoir de citoyen, est de ceux pour lesquels il faut payer de sa personne.

Mais on disait autrefois le roi et la reine. — Abus, qui donna lieu à mettre en principe qu’il n’y avait qu’une majesté en France, de sorte que le Parlement refusa toujours le titre de majesté aux reines.

Ici un plaisant se mêla de la conversation : Parbleu, dit-il, en s’adressant à mon interlocuteur, que nous parlez-vous encore de citoyennes ? Les plus zélés républicains n’ont-ils pas réhabilité le madame, quand ils ont applaudi à Notre-Dame-des-Victoires et à Notre-Dame-de-Bon-Secours. Eh morbleu ! soyez citoyens et laissez-nous nos dames. »


[1] Journal de Paris, par les citoyens Roederer et Corancez, 11 messidor an IVème de la République française, une et indivisible (mercredi 19 juin 1796).