24 mars 1944 : le débat sur le vote des femmes

On trouve, sur Clio, l’intégralité du débat qui donna lieu au droit de vote des femmes en mars 1944.

C’est l’article 17 de l’Ordonnance du comité français de la libération nationale, réuni en Algérie, promulguée le 21 avril. Le vote a eu lieu le 24 mars. C’est Fernand Grenier, communiste, qui propose un amendement en faveur de l’égalité complète entre les hommes et les femmes, en matière de droits politiques. Il sera adopté à 51 voix contre 16. Le principe avait déjà été adopté par la Commission à l’unanimité moins une voix ; mais avait également été estimé que « les femmes ne voteraient pas aux élections provisoires qui auraient lieu en cours de libération » (Giacobbi, 24 mars 1944, dans cette séance). Giacobbi est rétif à revenir sur cette décision : deux arguments :

1. il ne reste que 3 mois pour reconstituer les listes, c’est court ;

2. les femmes sont plus nombreuses que les hommes  (« …est-il bien indiqué de remplacer le suffrage universel masculin par le suffrage universel féminin ? » – ce qui suppose, une fois encore, c’est à dire comme pendant tout l’entre-deux-guerres, que les femmes vont voter en tant femmes, ie en tant que classe de sexe au vote homogène).

Autre argument sexualiste, dans ce débat, celui de Hauriou, au nom des résistants indépendants : « … il ne saurait être question de faire voter les femmes, car cela ne manquerait pas de provoquer un déséquilibre dans le corps électoral. (…) … il serait à redouter que les femmes n’encourent des responsabilités et des reproches immérités, dans une consultation populaire où elles auraient eu la majorité. »

Pour contrer l’argument sexualiste, Ribière s’appuie sur l’argument inverse : le vote des femmes n’est pas à craindre : elles vont voter… comme leur mari. Il ne vient à l’idée de personne, encore, qu’elles puissent voter indépendamment de leur sexe ou d’un conjoint ; qu’elles puissent être soumises, comme les hommes, à des déterminants sociologiques tels que leur classe sociale, leur pratique religieuse, leur socialisation familiale ; ou voter selon leur « bon vouloir », ie de manière ni sociologique ni rationnelle – sans pour autant rapporter cette « irationalité » à leur ignorance ou leur appétence naturelle (toujours comme classe de sexe) pour la beauté ou le charisme des candidats.

Grenier : « Il faut reconnaître que les femmes qui sont en France et dont les maris sont prisonniers en Allemagne voteront dans le même esprit qu’auraient voté leurs maris. Refuser le droit de vote aux femmes, pour ce premier suffrage, serait à mon avis une injure pour les femmes. »

Référendum du 21 octobre 1945

Les 51 qui ont voté pour : MM. Antier, d’Astier de la Vigerie, Aubrac, Aurange, Auriol,
Billoux, Blanc, Bonte, Bourgoin, Bouzanquet, Buisson, R. P. Carrière, Claudius, Costa,
Croizat, Cuttoli, Darnal, Debiesse, Duclos, Evrard, Fayet, Ferrière, Froment, Gazier,
Gervolino, Giovoni, Girot, Grenier, Marty, Mayoux, Mercier, Mistral, Moch, Muselli,
Parent, Poimboeuf, Prigent, Pourtalet, Rencurel, Ribière, Tubert, Vallon, de Villèle + bulletins « 4, 6, 7, 9, 11, 13, 14, 15 » (sont-ce les absents ?).

Ont voté contre : MM. Astier, Azaïs, Bosman, Cassin, Dumesnil de Gramont,
Francke, Gandelin, Giacobbi, Hauriou, Jean-Jacques, Laurent, Maillot, Rucart, Valentino, Viard.
Bulletin 3.

En congé ou excusés : MM. Billot, Ely Manel Fall, Seignon, Zivarattinam.
N’ont pas pris part au scrutin : MM. Bendjelloul, Bissagnet, de Boissoudy, Cot,
Guérin, Guillery, Lapie, Morandat, Serda et M. Félix Gouin qui présidait la séance.

Les femmes voteront pour la première fois lors des élections municipales du 21 avril 1945.