Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Un voyage au Sénégal

La petite, qui avait eu peur de nous, s'était accrochée à sa mère et n'en avait plus bougé.

J’ouvre ici un nouveau « placard », après un voyage bref mais d’une extraordinaire intensité dans le lointain pays sénégalais, au fin fond de la région du Siné Saloum, dans le petit village de Dassilamé Sérère. Je ne sais encore comment intégrer ces impressions de voyage à nos deux thématiques, bien que l’on puisse faire sans grand risque l’hypothèse que nous entrons de plein fouet dans une forme achevée de familialisme. J’y ai surtout observé, et c’est ce qui m’incite le plus à inscrire ces notes pendant que leur mémoire est encore fraîche, une expérience de développement, par un seul homme, qui met au coeur de son projet l’activité et le travail féminins (en l’absence remarquée des hommes, ie des hommes en âge de travailler, entre 15 et 65 ans).

La similitude avec les thématiques soulevées par les révolutionnaires français, soucieux de ne pas se priver d’une influence féminine qu’en hommes (c’est à dire en fils et en « virs », c’est à dire en ex-enfants élevés par une femme, et en tant qu’hétérosexuels) ils considéraient comme fondamentale, qu’elle soit néfaste ou bénéfique, est certainement le plus frappant de cette expérience. Thématiques est d’ailleurs un mot trop faible, ne serait-ce qu’en raison du fait que, dans le langage commun, la notion renvoie à des théories ou des concepts, des idées qui passent trop souvent pour n’être que des « trompe l’oeil », des cache sexe ; et en l’occurrence, des trompe l’oeil destinés dans le contexte de 1789 à compenser les droits nouveaux et exclusifs des chefs de famille ; ces droits politiques comme le droit de suffrage et, par là, le pouvoir de décision démocratique, droits auxquels, en occidentaux, nous attribuons l’exclusivité des formes acceptables socialement du pouvoir.

Le recours à la force et au travail, à l’influence et au pouvoir des femmes sont bien davantage que des « thématiques », ce sont des éléments fondamentaux du système politique, de l’efficacité des moyens mis en place pour l’organiser. Entre pouvoir de décision politique et importance sociale, il faudra bien, pour l’étude et la compréhension des sociétés traditionnelles, que l’on apprenne à ne pas systématiquement opérer une confusion qui n’a pas lieu d’être.