Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Chapitre Cinq : Alliances (8/8)

Le mariage se fait rapidement. Le garçon vient d’une famille de négociants bien connue des Arnaud-Tizon. Comme Albine et la femme de Ludovic, la nouvelle mariée s’installe dans sa belle-famille.  Après le mariage d’Adèle et Christophe Riocreux, Catherine va à Paris avec sa fille pour l’aider à s’installer dans ses nouveaux appartements. Elle trouve que la famille du mari lui a fait un « accueil amical » : son appartement était « rempli de fleurs. »[1]

« J’ai promis de vous écrire mes chers enfants et je viens tenir ma parole, il me faut bien cela pour me dédommager et me faire supporter l’idée de vous laisser à Rouen et moi venir à Paris. Je devais cela à ma chère Adèle et je me félicite d’être venue l’installer pour lui éviter bien des petits embarras ; cependant je dois toute justice à son mari qui cherche dans tout ce qui est en son pouvoir de lui faire trouver sa maison agréable et de lui éviter de la peineil a peur qu’elle ne s’ennuie et je vous assure qu’il n’en est rien. »  La jeune mariée, peur peut-être de sa nouvelle vie, demande à sa mère de rester auprès d’elle : « je couche encore aujourd’hui chez vous et demain je vais m’installer rue St Denis, je regretterai  mon logement où je suis à merveille et très bien soignée par vos domestiques, mais Adèle désire que je loge chez elle et je ne peux le lui refuser : [2] On voit encore l’idée que la nouvelle mariée doit entrer dans la famille de son mari, un moment qui doit causer de l’anxiété chez une fille de dix-huit ans qui a à peine quitt é la maison parentale. Tout-à-coup elle se retrouve mariée à un homme qu’elle connaît peu, voire pas du tout, introduite à la vie sexuelle sans avertissement[3], et probablement enceinte dans les semaines qui suivent.

Malgré tous ces changement brusques, la fille a l’air de s’adapter aisément à sa nouvelle vie, comme l’indiquent les commentaires de sa mère dans une lettre à Pierre et Amélie : « nos jeunes époux sont au spectacle, on voulait absolument me mener avec eux ; je leur ai persuadé que je passerais aussi agréablement ma soirée en m’entretenant avec vous ; l’éloge que vous me faites du castel de Barbet ne m’étonne pas,  je partage là-dessus votre manière de voir ; je trouve ce séjour charmant et je l’aimerais d’avantage s’il ne me privait pas pendant six mois de voir ma fille et ses petits enfants ; il faut se soumettre à ce qu’on ne peut empêcher; le bonheur de bien marier mon Adèle me faisait regarder comme un sacrifice léger celui de rester seule mais à présent que le moment de notre séparation approche je ne suis pas aussi résolue et j’éprouve du chagrin que je dissimule, cependant je n’ai qu’à me féliciter de l’acquisition de mon nouveau gendre ; on ne peut mettre plus de complaisance et d’amabilité dans sa conduite avec sa femme, tout ce qui peut lui être agréable il se fait un plaisir de le lui procurer ; il a fait pour elle l’acquisition d’un piano qui a été mis en place ce matin. »[4] Le gendre qu’elle vient « d’acquérir » fait tout son possible pour faire plaisir à sa jeune épouse.

Ce n’est pas long avant qu’Adèle se trouve enceinte, comme dans beaucoup de nos mariages, mais ce n’est pas une nouvelle qui fait plaisir à sa mère : « Il paraît que la chère Adèle éprouve des malaises et qu’il est presque sûr qu’elle est grosse, j’aurais désiré pour elle encore un peu de repos, enfin si cela lui fait plaisir et à son mari tout est au mieux, j’espère que d’après tes recommandations elle sera prudente. »[5]

Se marier dans les années autour de 1800 ne ressemble guère aux pratiques d’aujourd’hui. L’amour n’entre pas dans le jeu avant que le contrat soit signé et que les familles des deux côtés se soient mises d’accord sur les détails financiers. Mais l’amour compte quand même pour quelque chose. Une fois formé par les autres, ce couple est censé vivre ensemble, dormir ensemble, faire des projets ensemble, élever leurs enfants ensemble, et si possible, s’aimer. Dans la plupart des cas, ce système fonctionnait bien. La socialisation des filles surtout en est la base et la condition. Une fois mariée, elle doit accepter que son mari soit son « maître » et c’est comme cela que l’on évite le mieux des désaccords. Le fait de marier les filles si jeunes contribue aussi à la relative efficacité de ces mariages arrangés. Leur mari les forme pour qu’elles deviennent l’épouse qu’ils souhaitent et attendent.

C’est d’ailleurs tout le problème de M. Bompré, ce mari sentimental qui se marie avec une femme déjà formée, qui a des avis et des manières de vivre trop ancrées déjàà pour suivre sans question les habitudes de vie de son époux. C’est quand les filles et les femmes demandent le droit de devenir des êtres avec une volonté indépendante que le système de mariages décrit dans ce livre s’écroule. Mais ce changement va suivre une évolution très lente, et beaucoup de mariages continuent d’être organiser plus par les parents que par le couple tout au long du dix-neuvième siècle.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[2] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[3] Ou sous la forme qu’on a crue deviner chez Albine, d’une consultation médicale ; ce qui, quelles que soient les capacités pédagogiques et démonstratives du médecin, ne risquait pas de placer la jeune fille en situation de percevoir grand-chose de l’expérience qui l’attendait.

[4] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Rouen)  Paris, le 22 août 1816.

[5] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 27 octobre 1816.

Chapitre Cinq : Alliances (6/8)

Trois mariages chez les  Arnaud-Tizon

Après avoir marié leur fille ainée, Amélie, avec Pierre Vitet en 1801, Catherine et Claude Arnaud-Tizon ont encore trois enfants à marier. En 1807, quand sa deuxième fille a dix-sept ans, Catherine exprime le poids de sa responsabilité en la matière. Quand un ami intime de la famille propose un époux pour Victoire, Catherine écrit à Pierre afin d’organiser un voyage à Paris pour rencontrer la personne proposée, un autre Lyonnais.  « Je persiste toujours dans mon projet d’aller à Paris lorsque la personne en question y sera arrivée.  Il viendrait ensuite à Rouen et si les choses s’arrangent, nous retournerions passer une huitaine à Paris tous ensemble et nous vous ramenerions avec nous. Mais tout cela sont des projets ; il faut avant tout que les jeunes gens se voyent et se conviennent. Je vous avoue que la solidité de ce parti me flatte.  Mr Fournel m’a fait beaucoup d’éloge du jeune homme, et j’ai de fortes raisons pour croire qu’il juge bien. Je vous avoue que tout cela m’agite.  Je sens le poid de ma responsibilité pour le bonheur de ma chère victoire mais en faisant tout ce que ma tendresse pour elle m’inspire, je crois n’avoir rien à me reprocher.  N’ayant aucun espoir de la marier à Rouen, le papa est plus content de la voir aller à Lyon où elle a un frère que dans toute autre ville où elle serait tout a fait isolée. Car il ne faut pas non plus songer à Paris, y trouver un parti solide serait encore plus difficile. Lorsque l’ami Roux aura réponse de Lyon, marquez-le moi je vous prie de suite et aussitôt que je saurai l’arrivée je me mettrai en route le même jour. »[1] Comme toutes les autres commodités, les maris sont plus chers à Paris qu’en provinces. Ce projet de mariage ne va pas aller plus loin qu’une visite à Paris ; un peu plus tard un autre prétendant entre sur scène.

Dans ses lettres, il arrive à Catherine d’évoquer les qualités qui font, selon elle, un bon époux . En 1800 un autre prétendant s’est signalé. Il s’appelle Jacques-Juste Barbet ; il est le fils d’un négociant très riche et d’une famille protestante rouennaise[2]. Catherine apprécie la douceur de son caractère mais souligne également le désir qu’il a exprimé d’une telle alliance : « notre chère Victoire a été recherchée par un jeune homme de ce pays, fils d’un négociant riche….  Les dernières paroles ont été données hier matin et le soir la présentation du prétendant, qui n’a d’autre défaut à mon gré que d’être un peu jeune : il n’a que 23 ans. Victoire l’avait vu cet hiver à tous les Bals et n’a eu nulle peine à se décider. Ce jeune homme paraît fort doux et très content de s’allier à notre famille ; je me réserve de vous donner de vive voix tous les détails sur sa fortune [et] sa famille…. »[3]

Peu après le mariage de Victoire et du jeune Jacques-Juste Barbet, Pierre Vitet écrit à sa femme qui est chez ses parents à Rouen pendant que lui est chez les Suchet à St. Just : « mais sans m’en apercevoir je ne t’entretiens que de St Just, et cependant tout ce qui m’intéresse le plus, n’y est pas : parlons donc de toi, de mon Ludovic &c ; comment se porte ma chère Amélie ? sans doute aussi bien que moi, sans doute elle pense a son époux,  elle en cause avec notre petit homme, et elle l’embrasse quelque fois a mon intention …. ne quittons point le chapitre des embrassades, c’est un fort bon à-propos pour te demander des nouvelles de nos amoureux, et pour leur exprimer tous mes sentiments d’affection ; ils sont je n’en doute pas toujours dans la plus douce ivresse ; celle du bonheur de s’aimer, ils ont raison d’en jouir ; cependant bien des gens sages disent qu’il faut économiser le plaisir comme la fortune, c’est le moyen de conserver l’une et de mieux savourer l’autre !  pour nous, ma chère amie, nous avons donc suivi ces conseils, car je sens que je t’aime autant que jamais, et que j’aurai bien de la jouissance à te revoir à Paris. »[4]

le mariage de Ludovic Arnaud-Tizon

Quatre ans plus tard c’est le tour de leur deuxième enfant, le seul garçon de la famille. Le démarche est différente, mais ce sont toujours des tiers qui agissent en premier, comme on peut le voir dans cette lettre du plus jeune des gendres de la famille, Jacques Barbet, qui va considérablement s’impliquer dans cette alliance :  « Mon ami, je n’avais point oublié de participer au Papa et à la Maman [ils appellent toujours leurs beaux-parents comme ça]. et même à Ludovic ce que je savais relativement au sujet de ta dernière lettre.  Je leur ai communiqué ce qui touchait cet article et tout en me renfermant dans les bornes de la plus stricte prudence quant aux conseils mais en appuyant sur le mérite de la jeune personne.  J’ai vu que cela ne leur convenait pas pour la fortune qu’ils ne trouvent pas assez considérable . . . » [5]

Ludovic a rencontré la jeune femme ; il et sait pertinemment à qui on le destine, ou du moins à qui pensent ses parents. Par chance,  elle lui plaît « infiniment et par ses manières, son physique et sa famille ». Peut-être l’a-t-il lui-même proposée à Catherine et Claude puisque la mère parle d’elle comme d’une jeune fille sur laquelle son fils a « jeté les yeux »[6]. Cependant, d’accord avec ses parents, ils estiment que la dot n’est pas assez considérable. Il faudrait, pour le moins, que « les revenus couvrissent la dépense ». Ce qui, pour parler franc, revient à demander 60 000 francs comptant, plus une ferme de 1900 livres de rente. Une femme peut avoir toutes les qualités souhaitables, si elle n’apporte pas suffisamment d’argent, le mariage ne se fera pas. Cependant, les exigences vont être revues à la baisse. Soit que Ludovic prenne conscience du caractère excessif de sa demande, soit qu’il se soit véritablement entiché de la jeune femme, on voit au fil des lettres diminuer le montant de la dot souhaitée. C’est ainsi que Catherine ne parle plus que de 30 000 livres, dernier seuil fixé par le père de Ludovic. Dans cette histoire, il semble que l’on ne puisse négocier avec les parents de la jeune fille sans s’être préalablement identifiés : cela laisse penser que toutes ces conjectures sur le montant de la dot se sont jusqu’alors faites par personnes interposées, sans que les parents Arnaud-Tizon aient dévoilé ouvertement leurs intentions. Catherine le laisse entendre, qui dit à Pierre : « on a à peu près 40 milles livres ;  je sens qu’on ne peut guère demander cela sans faire une demande en règle ».[7] Le « on » désigne la famille de la jeune personne, manière de ne pas les nommer par respect pour l’anonymat qui règne toujours, dans les lettres, à cette étape des tractations. Et l’énormité de la somme oblige, vraisemblablement, à se découvrir : autrement dit, à mettre au jour la propre fortune du futur marié, afin de laisser miroiter les éventuels avantages qu’il y aurait, pour les parents dotant leur fille à un si fort niveau, à une telle alliance. Fort niveau dont Catherine n’ignore rien puisqu’elle laisse entendre que « on » est en possession d’une telle somme au comptant.

Reste que Ludovic, qui rêvait d’une dot à 60 000 livres, diminue de moitié des prétentions au moment de faire sa demande officielle.

Obtenir l’objet de son désir

L’expression qu’emploie Barbet qui informe Pierre des désirs de Ludovic est assez troublante car c’est en termes d’acquisition, d’obtention pour dire mieux, qu’il parle de la promise. A lire la phrase, on a un instant d’hésitation mais sa construction ne permet pas de douter longtemps : « Si soixante mille francs comptant plus la ferme de 1900# de rente étaient la dot de l’aimable personne qui leur plait beaucoup, notre cher frère se trouverait fort heureux de pouvoir l’obtenir car elle lui plait infiniment et par ses manières son Physique et sa famille mais il désirerait avoir une femme dont les revenus couvrissent la dépense. »[8] Le fait qu’il use, tout de suite après « l’obtenir », d’un sujet qui désigne la jeune femme et non la dot indique bien que c’est elle qu’il souhaite obtenir ; que c’est d’elle qu’il parle comme s’il acquérait un bien. Ce qui, à ses yeux, est le cas.

Mais comment, dans les circonstances, ne pas penser ainsi ? on place un jeune homme en position de choisir parmi quelques fortunes qui sont incarnées par des personnes qui sont autant de promesses de plaisirs, d’avenir et de liberté augmentés. Comment ne pas considérer ces jeunes femmes ainsi mises en concurrence les unes avec les autres comme des « objets conjugaux », pour reprendre l’expression que nous avions rencontrée pour qualifier la relation de M. Henley à son épouse ? Le contraste est fort avec Albine qui, quoique misant sur son propre dégoût pendant la rencontre avec le vieux petit à perruque, s’inquiétait de n’être pas désirée par lui. Et si elle ne lui plaisait pas, avait-elle demandé à ses parents ? Ici, la question ne se pose pas en ces termes, apparemment. Surtout lorsqu’on s’appelle Ludovic Arnaud-Tizon et qu’on est le seul fils d’une famille de riches négociants. L’expression est utilisée par Barbet, qui peut ne pas avoir retranscrit le sentiment du jeune homme mais employer une expression représentative de son propre rapport aux femmes ; car Jacques-Jules Barbet – même s’il ne s’appelle pas encore Barbet de Jouy – n’est pas homme à dédaigner les privilèges sexuels que lui confère sa posture de personnage richissime[9]. De fait, il est familier de ce genre de vocable : à chaque fois qu’il évoque ce futur mariage, il emploie des termes du même registre. C’est ainsi qu’en évoquant l’impatience que ressent Ludovic à se trouver marier à la jeune femme, il fait allusion au jour où enfin il la « possèdera ».

Barbet n’a cependant pas l’exclusivité de ce type d’expression. On la retrouve à plusieurs reprises sous la plume de Catherine : « Ludovic persistant à vouloir se marier, et désirant obtenir celle de qui nous avons déjà parlé »[10], dit-elle. Une autre fois : « Je vous l’avoue je désir voir mon fils établi et le bien qu’on dit de la demoiselle (…) me fait désirer ardemment qu’il puisse l’obtenir ». On peut sans risquer de se tromper penser qu’elle était d’usage, soit en général soit dans cette famille particulièrement. La notion d’ « appropriation des femmes », notion couramment employée par les féministes quelques années plus tard, n’est pas un vain mot.

Pierre, comme souvent, est tenu informé des tractations et des positions de chacun. Catherine s’exprime à cœur ouvert avec lui et ne cache pas le désaccord qui l’oppose à son mari sur la nécessité pour Ludovic de se marier. La mère tient à ce que son fils se marie pour le « fixer et maintenir en lui le goût du travail ». Le père, qui s’est marié à …, ne partage pas cette opinion : il a l’air, dit-elle, de « désirer que Ludovic ne se presse pas ». Le plus important, au-delà de cet écart entre les idées que chacun des parents se fait sur l’intérêt pour le fils de la famille de se « fixer », est la liberté que l’un et l’autre lui laissent ; car même Catherine considère que « sur le tout, ce grand garçon fera ce qui l’arrangera ». La pression exercée sur l’enfant à marier, selon qu’il est homme ou selon qu’elle est femme, n’est donc pas du tout la même ; sur le choix sur la personne comme sur le choix du meilleur moment.

Enfin, Catherine ne partage pas l’avis de Barbet et de Ludovic sur les critères qui doivent présider, selon elle, au mariage. Comme Pierre, elle se situe du côté de la convenance des caractères plutôt que des fortunes : « je pense comme vous qu’une bonne éducation et un bon caractère sont préférables à une grande fortune ».[11] Quand quelques problèmes ralentissent les négociations, ils décident de voyager à Paris pour montrer leur empressement: « enfin pour tout terminer et bien prouver notre empressement de nous allier à cette respectable famille mon mari et son fils partiront jeudi matin pour se rendre a paris ; mon fils aurait voulu partir à l’instant mais les affaires du papa ne lui ont pas permis de partir plus tôt. »[12] Le garçon est toujours pressé de se trouver marier à cette fille qu’il a dû rencontrer à l’un de ces bals auxquels il assistait sans cesse. On voit que sa mère, aussi, est enthousiaste, et espère avoir de bonnes relations avec cette future bru. : « Je regarde mes gendres comme mes propres enfants et je désire qu’il en soit de même de ma belle fille, le bien qu’on dit de cette jeune personne me fait désirer avec ardeur de la voir entrer dans notre famille; »[13]

La demande, à vrai dire, ne se fait pas directement : comme pour Albine, on passe par des intermédiaires. Les deux beaux frères de Ludovic, Pierre Vitet et Jacques Barbet, sont chargés de réfléchir à la manière de s’y prendre. Le moment est venu, prétend Catherine, de « nommer les masques »[14] : informer les parents de la future sur la fortune du prétendant ne pourra, dit-elle tout en s’excusant du caractère vaniteux de cette considération, « nuire à la réussite de l’affaire »[15].

Est-ce la réputation et la fortune de la famille Arnaud-Tizon, ou bien l’insistance des gendres auprès de la famille de la jeune fille qui ont joué ? La dot, finalement, est revue à la hausse pour atteindre 40 000 livres. Répondant au souhait de Pierre qui, visiblement, a besoin à son tour d’en apprendre davantage sur ce qu’apporte, de son côté, la famille Arnaud-Tizon, Catherine aligne les chiffres, les faits et les promesses : Ludovic sera, de son côté, doté de 60 000 livres ; il a déjà gagné plus de 20 000 livres, est associé pour un quart dans la fabrique et, au mois de janvier, il aura les mêmes intérêts que son père (c’est-à-dire qu’il sera associé pour un tiers). « Voilà sa position »[16], conclut-elle. Ce n’est donc pas le jeune homme que l’on contacte pour obtenir ces informations qui le concernent : après tout, que sait-il vraiment des intentions de ses parents ? Dans ces familles de négociants où les places des garçons sont décidées et distribuées dès la naissance au sein de la fabrique, les parents restent en position de déterminer le degré de fortune des héritiers. Ludovic n’échappe pas à cette règle.

Huit jours plus tard, Ludovic rencontre le père de sa future épouse. Enfin, l’identité de la famille sélectionnée peut apparaître dans les courriers. On sort de l’anonymat, les tractations ont abouti. Il s’agit d’un certain monsieur Brunet[17]. Ludovic le rencontre chez des amis, à Paris ou au Havre. On l’attend sous peu à Rouen. Catherine, suspicieuse comme on l’est toujours dans ces familles à cette époque, s’interroge sur les raisons qui l’amènent à faire tarder sa réponse : est-il venu à Rouen en secret afin de prendre des informations sur les Arnaud-Tizon ? « Pourquoi ne pas le dire franchement ? »[18] demande-t-elle à Pierre.

Les familles se rencontrent, peu après cette première mise en relation de Ludovic, de ses parents et du père de la jeune promise. Une soirée est organisée à XXX au cours de laquelle Amélie chante et, manifestement, emplit Jacques du ravissement qu’il ressent toujours aux abords de sa belle sœur préférée. Mais la « future » n’est pas pour lui déplaire non plus et, au final, Jacques Barbet se trouve très heureux d’appartenir à une famille aussi bien dotée en jolies femmes : « Je vous assure que sans faire plaisir à personne j’en éprouvai beaucoup en remarquant que mes chères belles sœurs présente et future étaient ce qu’il y avait de mieux à cette soirée et ce n’est pas peu dire »[19]. Tout n’est pas décidé encore et Ludovic s’impatiente : pour lui, « les jours sont des semaines ». Son père est absent, ce qui semble retarder la suite des négociations. C’est Pierre pourtant dont on attend le signal pour « aller en avant » : c’est lui qui, pour son beau père, est chargé, « en négociant habile » qu’il est, de pouvoir « terminer au désir du papa Arnaudtizon une alliance qui ne peut que nous être agréable à tous. »[20]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 31 octobre 1807. Victoire est née à Lyon le 13  novembre 1790. Donc elle avait presque 18 ans.

[2] Né en 1787, Jacques Barbet a donc … quand il se marie. Il va devenir Barbet de Jouy quand en acquérant une propriété à Jouy, une ville dans l’Eure, entre Rouen et Paris. Un de ses fils, Henry Barbet de Jouy, va devenir conservateur du Louvre sous le Second Empire.

[3] AML 84 II 12, Cathrine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 4 mai 1808.

[4] AML 84 II 09, Pierre Vitet à Amélie Vitet, St. Just, le 9 juillet 1808

[5] AML 84 II 09  Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 7 avril 1812.

[8] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[9] Cf supra, le chapitre 3 sur le corps et les choses.

[10] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[11] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 7 avril 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 28 [juillet 1812] à deux heures de l’après midi, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[13] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 5 juin 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[14] Veut-elle dire « tomber les masques » ?

[15] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[16] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 12 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[17] Brunet est en réalité le deuxième mari de la mère de la jeune fille. C’est lui qui la dotera.

[18] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 20 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[19] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajoute informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.

[20] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajouter informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.

Chapitre Cinq : Alliances (3/8)

Faut-il préférer, dans la dot du futur mari, une propriété ou bien 4 000 livres de rentes ? là-dessus, Antoine et Marie Magdeleine sont en désaccord. Lui préfèrerait de beaucoup du numéraire quand elle, plus attentive aux conditions matérielles de la réussite morale d’une vie conjugale, souhaiterait « un objet qui attache et fasse une occupation ; surtout au mari. Il faut un ménage des enfants et des affaires, mais pas trop de l’un ni de l’autre ». Mais ce n’est pas tout : si le souci premier paraît être se « s’attacher », par une propriété, l’affection et l’intérêt d’un mari ; celui d’Albine est également pris en compte. Et on rejoint, ici, une problématique soulevée par Le Mari sentimental : celle d’être dans une maison comme chez soi, d’y faire les changements qu’on souhaite, ce que ne permettrait pas l’obligation d’habiter chez des beaux parents ou de louer un appartement : « [sur l’objet] d’opter entre les 4 m. L. de rente ou la propriété, nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec mon mari, je préfère infiniment le dernier, même à quelques 100 L. de rente de moins, il faut la possession au moment d’un objet qui attache et fasse une occupation ; surtout au mari ; il faut un ménage des enfants et des affaires, mais pas trop de l’un ni de l’autre ; je suis persuadée aussi qu’alb. pensera comme moi sur la propriété, le plaisir de paraître tout de suite chez soi, et d’y faire les changements à son goût serait une jouissance et un moyen pour s’accoutumer un peu à la dure séparation ».

Un dernier élément entre en ligne de compte, qui range bien les Morand parmi les aristocrates qu’ils n’ont jamais cessé d’être, en dépit d’opinions et d’attitudes plus ou moins républicaines : celui de la particule. Albine est née Morand de Jouffrey. Ne serait-il pas possible, demande sa mère, d’accoler un deuxième nom au patronyme du fiancé ? C’est, accord-t-elle, « un bien petit objet de vanité », mais « s’il y avait un second nom cela ferait plaisir ; je ne sais pas où mon mari a pris qu’il s’appelait De sesarche ; au reste il leur serait sûrement bien aisé d’en trouver un, qui distingua le fils du père (c’est encore une chose que je ne puis dire qu’à vous) ». Sur le tout, on aura bien deviné que Marie Magdeleine, en prévision d’une déception bien prévisible au moment de la rencontre, cherche à répondre à tous les souhaits exprimés par Albine : « mon désir, espérant que cela peut faire le bonheur d’alb. est de réunir le plus de choses qui lui paraissent agréables pour l’y décider ; mais la petite taille est un grand obstacle, il n’y avait que le séjour près de nous qui puisse lui faire faire ce sacrifice ; elle me dit aussi modestement, qu’elle désirerait le connaître, mais qu’elle pensait bien aussi qu’il était très possible qu’elle-même ne lui convienne pas. Celui dont il a été question se trouvait d’une haute taille, alb. lui plaisait beaucoup elle l’a vu sans pouvoir s’en douter, mais je ne le regrette point ; je n’ai pas pensé de même pour un dont il fut question cet hiver, proposé par Mme de Montherot (je n’ai pu que savoir gré à cette amie) par bonne volonté elle fut beaucoup trop vite, il était dans le nombre des petits mon mari y trouvait cependant quelques inconvénients, il y avait 100 m. écus et le séjour ici, enfin c’est de celui-ci comme du dernier il ne faut plus penser pour (déchiré). Combien les Dlles sont difficiles à marier, Mlle Demag avec bien plus d’avantages qu’albi, s’est décidée de la même manière, je lui la cite ainsi que Mlle Devalin, etc. »

En juillet, les choses ont bien avancé : les « fiancés » se sont rencontrés à Lyon. Albine, comme on pouvait s’y attendre, a été bien rebutée. On ne lui avait pas tout dit, l’homme n’était seulement excessivement court, il portait également la perruque et n’était pas de l’âge le plus tendre. On ne sait, au juste, si ce sont ces détails sur la « taille, la perruque et l’âge » [1] qui ont arrêté net les espérances d’Albine, mais celle-ci ne paraît plus très décidée, et Marie Magdeleine, peut être aussi rebutée que sa fille finalement, refuse de l’influencer. En tout état de cause, la conversation a peut être joué ; mais d’après Antoine, ils ne se sont rien dit de bien important ou en tout cas, de très secret. On dirait même à l’entendre qu’ils n’ont jamais eu un moment de solitude. Antoine, soit qu’il se montre moins sensible au physique et à l’aspect du prétendant, soit qu’il soit plus confiant sur le poids de sa volonté en la matière, croirait presque la chose déjà faite : « Ma femme et ma fille retournent aujourd’hui à Machi, et M. de s./b. part demain, il s’est parfaitement conduit pendant son séjour à Lyon et a eu l’intention de le prolonger aussi longtemps que ces dames y restaient, je suis de plus en plus persuadé que par son caractère et ses qualités il est destiné à faire le bonheur de sa femme, malgré la taille, la perruque et l’âge. Ma fille ne témoigne pas d’éloignement mais elle aurait besoin d’être décidée et sa mère ne croit pas devoir prendre sur elle de l’influencer. Cependant ma chère maman, je regarde cette affaire comme bien avancée quoi qu’ils se quitteront sûrement sans s’être rien dit qui y eut rapport, j’avoue que je crois qu’il ne faut pas mettre une demoiselle dans le cas de causer avec un homme sous certain point de vue sans que tout soit absolument décidé. » [2]

Ce qui chagrine Antoine n’est pas dans le peu d’engouement d’Albine pour le jeune homme. Ce n’est pas non plus dans l’attitude de la famille qui semble répondre favorablement à tous les « petits changements » auxquels les Morand semblent vouloir tenir. Si le père n’apporte aucun obstacle et si la mère trouve Albine à son goût, ce qui ne pourra se décider que par une visite à Grenoble, l’affaire pourra se régler. Mais pourquoi diable ce garçon est-il allé écrire de manière si positive, et d’une façon telle que tout Grenoble en parle et bientôt, par certains amis, tout Lyon ? Jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire celui où les parents, après les enfants, donnent leur ultime consentement, sur la base des accords matériels et de la convenance des caractères entre la future bru et ses beaux parents, un homme d’expérience, c’est-à-dire un parent n’écarte pas la possibilité d’un échec. Antoine n’a pas tort. Malheureusement, on n’a pas les détails sur les événements qui ont eu lieu entre cette lettre du 13 juillet et le fatidique mois d’août pendant lequel devait avoir lieu la rencontre entre Albine et la famille de son prétendant. Se sont-ils rencontrés et mal plus ? Albine a-t-elle pris conscience du caractère rédhibitoire de son peu d’attrait pour le petit vieil homme à la perruque ? Toujours est-il qu’à l’automne, tout est changé.

Le Voisin, gendre et mari idéal (octobre 1805)

Antoine qui voyait comme un « grand sacrifice » de devoir marier sa fille à Grenoble, c’est-à-dire loin de chez lui, s’émerveille en octobre de la voir bientôt mariée au fils d’un ancien confrère et ami, jeune, bel homme, d’une candeur et d’une honnêteté bien rares, voisin, propriétaire d’un château très bien meublé qu’il connaît dans tous ses détails, etc. Il s’agit d’Honoré Bœuf de Curis, dont le père avait été guillotiné, comme celui d’Antoine : de cela il n’est pas question dans les lettres, d’ailleurs ; on l’apprendra par Madame Vitet, la mère de Pierre, qui a été invitée à la noce, dans un courrier qu’elle adresse à son fils. Antoine exulte, c’est peu de le dire. Hélas, la joie qu’il trouvera auprès de ce couple où tout l’émerveille, sera de très courte durée.

« Je ne conçois pas, ma chère maman, comment j’ai pu rester si longtemps sans vous écrire surtout dans des circonstances aussi intéressantes ; il faut croire que c’est la suite de l’embarras où elles me jettent : comment en effet lorsque je m’étais décidé à un grand sacrifice, pouvoir m’accoutumer tout à coup à l’idée de voir ma fille épouser le fils d’un ancien confrère et d’un ami, jeune, bel homme, d’une candeur et d’une honnêteté bien rares ; mon voisin, propriétaire d’un château très bien meublé, que je connais dans tous ses détails et où très jeune je comptais déjà pour quelque chose. Comment passer sans le plus grand trouble, de l’idée d’une séparation bien cruelle à celle si douce de ne la perdre de vue ni à la campagne ni à la ville et au bonheur de voir ma famille s’augmenter d’une manière agréable sans cependant être obligé de loger chez moi le nouveau venu pour m’assurer le plaisir de passer quelques mois avec ma fille ; en vérité, ma chère maman, je ne peux suffire à ma joie qui se concentre en moi-même et à laquelle je sens que je ne me livrerai avec sécurité que lorsque la chose sera faite. Ce bonheur est si grand pour moi que je ne me flatte pas de l’avoir mérité, car vous sentez bien que cette défiance est la seule cause qui puisse me laisser quelque doute sur une affaire aussi bien arrêtée et aussi publiquement sûre et généralement approuvée que celle là. » [3]

Comment l’affaire s’est-elle faite ? Antoine s’est laissé convaincre par un ami commun qu’il y avait bien des avantages à tourner ses regards vers le voisinage plutôt que vers cette ville lointaine qui allait lui enlever sa fille ou l’obliger à recevoir dans son appartement trop exigu pour y loger deux couples, et pour de longs mois d’intimité forcée, ce « nouveau venu » :

« Ma satisfaction, ma chère maman, a été bien troublée par ce qui s’est passé ; j’estime beaucoup certaine personne je suis plein d’attachement pour toute sa famille et j’avoue que j’eus donné beaucoup pour que tout ce qui s’est passé n’eut pas eu lieu ; ce qu’il y a de bien certain (et vous n’en doutez pas) c’est que j’agissais franchement ; ce n’est que dans les derniers moments et pendant que les bienheureux clous ont retardé le voyage, qu’un ami commun a noué cette affaire [avec la famille Bœuf de curis], alors nous avons tous reconnu que l’autre affaire était la suite de raisonnements de notre part et de celle de nos parents sur les convenances, que si alb. ne s’était pas prononcée contre ce n’était que l’effet de sa confiance en nous tous, mais que les agréments de cet établissement étaient tels qu’il n’était pas possible de penser à l’autre sans courir les risques d’être tous malheureux en faisant le malheur d’un enfant aimable et qui mérite bien qu’on veille à ce qui peut assurer son bonheur. Vous avez tout de suite chère maman partagé notre manière de penser parce que le cœur maternel ne [se] trompe pas. » [4] En tout état de cause, voici Albine à nouveau presque mariée.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le mardi 11 thermidor an 13 [13 juillet 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[2] Lyon, le mardi 11 thermidor an 13 [13 juillet 1805]. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[3] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

[4] Machi, le 16 octobre 1805. A Madame Morand Rue Brocherie à Grenoble. 14 ii 35.

Chapitre Deux : Des enfants à élever (4/7)

De la nécessité nouvelle d’une instruction solide

En 1801, Antoine prend conscience que le monde a changé et qu’il sera nécessaire, dorénavant, de posséder un savoir et de montrer une « continuelle application à un travail de tous les moments » pour parvenir au bonheur, c’est-à-dire à un état et à une considération mérités : « Je vous plains beaucoup, écrit-il à sa mère [qui, à Grenoble, loge James] d’être environnée d’ouvriers et je sens que c’est surtout dans ce moment que votre petit fils doit vous embarrasser beaucoup, je vois cependant avec plaisir que vous êtes contente de sa conduite et de son travail, il faut bien qu’il en prenne l’habitude car ce n’est qu’en s’occupant sans cesse qu’on peut se mettre en état de parvenir maintenant, on ne peut se faire une idée de la manière dont on travaille ici, car dans cette grande ville qui est bien déserte maintenant on trouve ou des gens qui ne font que tuer le temps et n’avoir que l’air de s’amuser ou d’autres qui se livrent avec une continuelle application à un travail de tous les moments, ceux là quand ils se livrent à quelques instants de délassement sont réellement heureux et j’aime à penser que c’est la route que (déchiré) fils pour mériter la considération et parvenir au bonheur qu’on peut espérer dans ce monde. » [1]

Le travail est devenu non seulement une valeur, mais une nécessité : « …tout ce qui est talent, même de pur agrément, est maintenant porté à une si grande perfection qu’on a besoin de plus de travail que jamais pour être remarqué. »[2][dzd1] )

l’implication des pères : sollicitude et tendresse

Antoine, un peu comme Henley, distille les conseils, décide de ce qui est bon ou pas pour les enfants. Cependant, ce n’est pas sans prendre des avis autour de lui. On l’a vu avec l’inoculation : Marie Magdeleine, partisane de la vaccination, tente de le convaincre ; mais c’est vers sa mère qu’il se tourne et c’est la conjonction des deux avis qui le fait céder. Antoine cède, mais c’est lui qui cède. Car les décisions, in fine, lui reviennent. Par ailleurs, ce n’est pas non sans s’impliquer lui-même : Antoine, à ses heures perdues, joue les pédagogues. Enfin, il se préoccupe de la santé, des soins qu’en son absence, Marie Magdeleine prodigue aux enfants. Antoine exprime et manifeste une réelle tendresse pour ses trois enfants, sur lesquels il n’exerce que très peu de jugement.

De la sollicitude à l’inquiétude

Antoine n’est pas avare de conseils, on a eu l’occasion de s’en apercevoir. Lorsque naît leur troisième fille, l’allaitement et l’alimentation des enfants n’ont plus de secret pour les parents ; Antoine, fort de son expérience, enjoint Marie Magdeleine à bien surveiller la manière dont on nourrit Léo : « prends bien garde ma bonne amie qu’on ne lui fasse pas manger du [illisible] et des villenies, sa soupe et son téton, rien autre et tiens y la main, c’est à ce petit âge qu’on peut abîmer l’estomac d’un enfant »[3].  Antoine est sur tous les fronts : l’éducation, l’instruction, la santé et l’alimentation, ainsi que la mode enfantine à laquelle il est sensible. Ainsi, de Paris, écrit-il en juillet 1796 : « quand tu feras une petite chemise à ta petite. S’il fait encore chaud, laisse lui les bras tout nus, tous les petits enfants sont ici comme cela et c’est très drôle, j’imagine qu’ensuite cela n’empêche pas de placer des manches quand le froid arrive. » [4] Ce même été, il décide de faire faire des chaussures à Albine ; « une paire comme les enfants les portent ici, ils ne peuvent pas les sortir du pied, ce qui aura bien son avantage, et cette paire pourra servir de modèle pour en faire d’autres. » [5] N’ayant pas de cordonnier, ils sont incapables, d’eux-mêmes, de prendre correctement les bonnes mesures ; il demande à Marie Magdeleine de lui envoyer non pas une « pointure » (la notion n’existe pas) mais une chaussure pour prendre modèle dessus.

Il n’est pas avare non plus de son temps. Alors qu’il a trouvé une activité lucrative régulière, c’est à dire un « emploi » qui vient compléter les revenus irréguliers du Pont qu’il gère, la perspective d’un congé des tribunaux du département apparaît, au sortir de l’été 1796. Il envisage alors de consacrer ces deux mois, entre fructidor et brumaire[6], à l’enseignement de la géographie aux enfants : « c’est une des choses qu’on peut le plus facilement enseigner en l’apprenant soi-même, et je suis à peu près dans ce cas là car le peu que j’en ai su est bien oublié. » [7]

C’est un père qui s’inquiète continuellement de ses enfants ; à des centaines de lieues de distance[dzd2] , au début du printemps, il met en garde contre le soleil « qui est bien dangereux en ce moment » [8] pour les enfants qui courent dehors ; il s’enquiert d’Albine qui ne doit pas commencer trop tôt l’apprentissage de l’écriture, sous peine de déformer son orthographe – et bien qu’elle ait huit ans[9].

Les encouragements et les signes de reconnaissance sont réfrénés, de peur de « gâter » les enfants ; Antoine le regrette, lui qui est si expansif et prompt à manifester son enthousiasme. Très fier de James par exemple, de son sérieux et de son application aux études, il se réfrène cependant dans l’expression de son contentement : « pourquoi faut il, pour son bien ne pas se livrer trop à tout le plaisir que j’aurais à lui laisser voir combien sa conduite et son application le rendent cher à son père » [10] ? Il ne fait pas de doute que, malgré les parapets qu’il place tout autour de ses élans, Antoine manifeste malgré lui l’immense tendresse qu’il ressent pour ses enfants. Ceux-ci le lui rendent bien.

La tendresse exprimée

Antoine se fait vraisemblablement appeler « papa » et se fait tutoyer. La génération a changé car lui-même, comme Pierre Vitet, a appris et continué à vouvoyer sa mère.

On ne perçoit guère, dans les lettres d’un homme qui écrit de loin, la manière dont il exerçait son autorité. On devine ses intentions, comme lorsqu’il s’adresse à Marie Magdeleine pour l’inciter à ne pas gâter leur fils, et à lui donner « une éducation républicaine et sévère »[11]. A l’inverse, ses lettres sont emplies d’intentions tendres à l’endroit de chacun de ses enfants.

Antoine a une relation privilégiée avec ses deux premiers né.e.s : à la fin de chacune de ses lettres, il charge leur mère d’embrasser « de tout cœur », ou bien « mille fois » ses « petits amis »[12], ses « jolis enfants ». En juillet 1796, alors qu’il les a quittés depuis moins d’une semaine, il écrit : « J’embrasse de tout mon cœur nos jolis enfants on n’en voit pas beaucoup comme ceux là mais il faut bien croire que les yeux des pères sont indulgents. » [13]

Il est amusant de constater combien même les formules de tendresse portent la marque du genre : lorsqu’en 1801, Antoine entreprend un nouveau voyage à Paris, 5 ans après celui qui l’y avait emmené pour régler l’affaire du double péage sur le Pont, il demande à Mion d’embrasser les enfants ; pour chacun, il a une petite formule, une pensée spéciale, dans lesquelles se devinent les distinctions subtiles qui s’établissent dans la socialisation différenciée des garçons et des filles : « Mille baisers à ma petite léo… la plus petite, l’assurance de toute ma tendresse à mon albine et de mon espérance de succès pour mon james, (…) il est tout simple que mes derniers regards c’est-à-dire les plus tendres se portent sur ma maîtresse ma femme et mon amie[14].

Antoine avoue une tendresse particulière pour sa fille aînée, qui la première l’a fait devenir père : il « croirait presque avoir pour elle un sentiment de prédilection » s’il lui était possible de « mettre entre eux quelque différence »[15]. En bon disciple de la pensée des Lumières, il s’interdit toute préférence : « ils se conduiront tous également bien et me seront toujours également chers » [16]. De fait, il ne manque pas d’exprimer son amour pour la petite dernière. Alors qu’il s’éloigne une fois de plus de sa famille, Antoine pense à sa petite dernière, Léo (Eléonore), alors âgée de 8 ans : « Léo est toute seule à Machi, je ne lui aurai pas fait de grands adieux il m’en coûte de partir sans l’embrasser un peu plus fort qu’à l’ordinaire. Elle est bien un peu gâtée, mais elle est caressante gaie et bien aimante. Mille choses tendres à ma sœur et à ses enfants j’embrasse mon frère. »[17]

Un père heureux et content

A l’été 1796, Antoine ne peut s’empêcher de comparer ses enfants à ceux, apparemment bien plus dégourdis, qu’il croise à Paris : « ils ont bien du mérite, mais ils ont à vaincre leur timidité et à rendre un peu de tournure, il est certain qu’à cet égard les plus petits enfants à Paris sont gracieux et causants. » [18]

En 1801, Antoine est à Paris depuis deux mois ; il se languit de ses enfants, de Mion qu’il envie d’être restée à Machy pour « finir toutes nos affaires » : je voudrais de tout cœur ma bonne amie ne pas en avoir d’autres que celles-là, l’éducation de nos enfants et le plaisir de vivre l’un près de l’autre ; c’est à quoi se bornent tous mes vœux, il n’y a pas d’apparence qu’ils puissent se réaliser. » [19]

D’une manière générale, les pères sont présents non seulement dans l’orientation des choix éducatifs, des soins, et du quotidien en général ; mais ils peuvent également assurer un rôle d’aide et de réassurance auprès des mères dont les affects sont supposés aveugler parfois la raison : ainsi, Pierre rassure-t-il très doctement sa femme, Amélie, sur les maux qui ont donné de la fièvre à leur petite fille : « tu sais bien que les dents produisent d’ordinaire ces malaises » ; il ajoute, comme pour trouver des excuses à cette inquiétude qui, de loin, lui paraît avoir été sans fondement : « le cœur d’une mère comme toi ne raisonne pas ; il s’affecte avant tout, et à mon grand regret je n’étais pas là pour t’aider et te rassurer. »[20] Où l’on voit combien Pierre est convaincu de l’importance de son rôle tant comme père que comme soutien de la mère de ses enfants.

former de bons citoyens et de bonnes mères de famille

La question de l’éducation semble se poser davantage pour les filles que pour les garçons. Non pas tant celle de l’instruction à leur donner, que celle des moyens et de la finalité que cette éducation doit se donner. Antoine, en prenant des notes sur Fénelon, consigne : « le grand décret de l’éducation des deux sexes, et surtout du sexe dont les mœurs ont le plus d’influence dans la société, c’est de mettre à l’abri des séductions, c’est d’écarter de lui tous les objets capables d’éveiller l’imagination et les sens. »[21]

On a souligné, tout à l’heure, que le petit bébé de sexe mâle avait bien des chances d’être accueilli le mieux du monde ; l’expression employée par Catherine, qui fait de tout fœtus un « monsieur », montre bien que le « petit d’humain » qui va naître est pensé sur la base d’une masculinité première, originale. Toute personne, considérée dans son humanité, est masculine implicitement. C’est comme si la perfection gisait là ; comme si le petit garçon constituait le référent absolu au regard duquel le reste, c’est-à-dire une fille, obligeait à se décaler, à prendre un autre chemin que la voie ordinaire, et appelait ainsi les difficultés, un travail supplémentaire peut être, une formation spécifique certainement. Le garçon doit être instruit, mais il n’a pas à être éduqué : parfait par sa forme d’humain premier, on peut lui laisser une grande liberté, il fera son chemin tout seul, aura toujours une légitimité qu’il saura imposer par la seule force d’évidence de sa masculinité.

(A suivre)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à sa mère, Paris, jeudi 28 mai. Lettres non datées. Mais que je peux situer avec certitude en 1801.

[2] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à Marie Magdeleine, Paris, le 13 prairial an 9 (2 juin 1801), mardi. Lettre n°37.

[3] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor (17 août 1796) à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[4] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[5] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor (17 août 1796) à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[6] C’est-à-dire de mi août à mi octobre.

[7] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV. Paris, le 22 fructidor an 4 de la république (7 sep 1796). A la citoyenne Morand Jouffrey, dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[8] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre numérotée 16/ du 16 germinal (6 avril) lundi à midi.

[9] AM Lyon, 14 ii 035, lettre du 25 fructidor an II, 11 septembre 1794.

[10] Paris, le 8 germinal lundi à une heure (1802 – an IX). 29 mai 1801.

[11] Lettre du 24 germinal an II, soit le 13 avril 1794.

[12] AM Lyon, 14 ii 035, Lettre de Briançon, du 23 brumaire an III de la république, 13 nov. 1794.

[13] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[14] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. A madame Morand-Jouffrey, rue saint dominique, n°66, à Lyon. Lucy ( ?), le soir, le vendredi à 4h.

[15] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.

[16] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.

[17] Lyon, le jeudi soir 24 brumaire (15 nov) AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. Il y a quelque chose d’étrange. Le couronnement de Bonaparte a eu lieu le 2 décembre. Tu as raison.après vérification, c’est la veille de son départ pour Paris, et il va bien se rendre au couronnement dont il rend compte le 10 décembre à sa mère.  J’avais fait cette inscription pour m’aider à trouver l’année d’écriture de cette lettre.

[18] AM Lyon, 14 ii 035.  Lettres datées de l’an IV, Paris, le 5 fructidor l’an 4 à onze heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[19] AM de Lyon, 14 ii 035, 1801 / 1802, lettre n° 19/ Paris, le 30 an 9, à 11h du matin, lundi, décade. A mme Morand-Jouffrey, rue saint-dominique.

[20] AML 84 II 15, Pierre Vitet à Amélie Vitet, attachée à une lettre de Ludovic Vitet adressée à sa mère, Rouen le 22 septembre 1823.

[21] AM Lyon, 14 ii 028.


[dzd1]Comment ?  Veux tu que je trouve des exemples chez les Vitet ? non, je pensais juste qu’il manquait un petit commentaire pour cette partie qui n’est faite que d’extraits, quasiment.

[dzd2]Les mêmes mots appareillent sur la prochaine page.  OK. Tu as bien fait de faire la modification.

Chapitre deux : Des enfants à élever (2/7)

La découverte du sexe de l’enfant

Marie Magdeleine accouche donc de son troisième enfant en avril 1795. Elle est déçue, elle qui souhaitait un garçon. Antoine, en revanche, s’en réjouit : « Ma femme vient d’accoucher très heureusement d’une fille et a son grand regret, pour moi cela m’est à peu près égal et quand ma fille aînée sera mariée, je serai fort aise d’en avoir une qui la remplace auprès de moi. »[1] Déjà, en 1787, lors de la naissance de sa première nièce, Olimpe Bertrand de Besson, Antoine s’est exprimé sur ce sujet. En faisant allusion au sentiment qu’éprouve sa sœur, il confie à sa mère : « … qu’elle ne soit point fâchée du sexe de son enfant et qu’elle n’imagine pas que son mari doive l’être, je suis sûr que Besson aimera sa fille de tout son cœur et comme moi, ne voudra par la changer contre un garçon ; pour moi je suis tout fier d’avoir une petite nièce de mon sang et la petite Olimpe me sera aussi chère dans la suite que l’Eléonore[2] qui m’a toujours tendrement aimé et à qui je le rends bien.

Nous avons envoyé chez mon oncle qui comme il nous l’avait annoncé, ne s’informait pas du sexe de l’enfant mais seulement de la santé de la mère, il a été enchanté d’apprendre qu’elle était aussi bonne qu’elle peut l’être après une pareille secousse (…). »[3]

Marie Magdeleine exprimant sa déception est loin d’être un cas isolé. Catherine Arnaud Tizon, de son côté, anticipe en riant sous cape la déception qu’aura un de leurs amis proches, M. Roux[4], lorsqu’une quatrième fille lui naîtra : « La nouvelle que vous me donnez de la grossesse de Mme Roux nous a fait tous beaucoup rire, pour moi je n’avais pas besoin de cette preuve pour être persuadée que l’ambition fait tourner la tête ; que pense Fournel[5] de ce nouvel exploit de l’ami Roux ; s’il a une quatrième fille son nez touchera son menton »[6]. En vérité, c’est un garçon qui, 7 mois plus tard, naît au sein de cette famille ; et Mme Arnaud Tizon, jamais à court de jugements, trouve encore quelque chose à déclarer sur le sujet : « J’ai reçu mes chers enfants votre lettre du 29 qui m’annonce l’accouchement de Mme Roux qui doit être au comble de la joie ; lorsque l’on a un grand nom à transmettre il est permis de désirer un garçon ; il aura trois jolies soeurs pour le bercer, tout cela est à merveille, veuillez je vous prie faire mon compliment à M. et Mme Roux sur ce grand événement ; soignée par votre cher papa[7] je ne doute pas que l’accouchée ne soit bientôt rétablie ; c’est ce que j’aprendrai avec beaucoup de plaisir. »[8]

Pourquoi pensent-t-elles, toutes ces femmes, que les hommes ne veulent que des garçons tandis que les hommes disent l’inverse ? Que signifie cet écart entre les attentes des pères et des mères ?  S’agit-il d’un désamour des femmes à l’égard du sexe féminin, que ne partagent pas les hommes de cette classe sociale, tout acquis aux femmes de la famille et aux femmes en général ? Les hommes sont-ils faussement indifférents ou bien le fait d’avoir un mâle les dédouane-t-il à jamais d’en avoir un second ?

Peut-être faut-il considérer les choses autrement. Non pas en termes d’amour ou de désamour pour un sexe, mais du point de vue de l’idée que l’on se fait, de part et d’autre, de son utilité relative dans la famille. Lorsque la sœur d’Antoine s’émeut, c’est moins apparemment d’avoir mis au monde une fille, que de ne pas répondre aux attentes de son mari : elle craint de n’avoir pas rempli son devoir, de n’avoir pas été « utile » elle-même en ne mettant pas au monde un héritier mâle. Un autre versant de l’utilité paraît plus convaincant encore : Antoine met très bien l’intérêt de « disposer » d’une cadette pour remplacer l’aînée auprès de lui. Antoine aime « avoir » une fille dans la perspective de le servir peut être, mais aussi de lui tenir compagnie, de jouer avec lui au tric trac, aux échecs, de discuter et d’être présente : il ne faut pas oublier que les filles, contrairement aux garçons, passent toute leurs enfance, jusqu’au moment du mariage, dans la maison parentale. Ni Albine ni Eléonore n’iront en pension, et c’est à la maison qu’elles reçoivent leur instruction. Le plus clair de leur temps est consacré aux arts d’agrément, à la conversation, aux jeux. Elles forment donc un élément essentiel de la vie domestique, et mieux, des côtés agréables de la vie domestique ; aussi bien pour les pères que pour les mères qui partagent encore plus que les premiers leur quotidien avec elles.

Ajoutons enfin, pour proposer encore une raison non sentimentale à cette différence entre la susceptibilité des mères et celle des pères à la naissance d’une fille, que l’éducation d’une fille est une charge et une responsabilité pour la mère : on le verra, c’est elle qui surveille son éducation jusqu’à son mariage, sans interruption et sans guère d’aide extérieure. Le père, qui lui se charge davantage de donner une instruction à son fils, peut compter sur les institutions qui, à l’époque, existent ou se mettent place : collèges, lycées, internats, universités, etc. Lorsque naît une fille, un père peut davantage voir en elle les agréments qu’elle lui apportera, alors que la mère y verra surtout ce que cela va lui coûter en peine(s).

Il y a aussi, bien sûr, le coût de la dot mais à cet égard, le père devrait aussi bien que la mère s’inquiéter de la naissance d’une fille supplémentaire ; dans les familles aisées, ce n’est pas un problème.[dzd1] La question est ailleurs, par conséquent.

On pourrait prendre en compte le devoir qu’ont les femmes de mettre au monde un garçon d’abord, afin de donner un héritier à la lignée masculine. Mais la question n’est pas que là, sinon comment expliquer la déception de Marie Magdeleine à la naissance de la petite Eléonore, alors qu’elle a déjà mis au monde un garçon ?[dzd2]

Enfin, une dernière chose qui témoigne de l’état d’esprit dans lequel étaient attendus les bébés. Dans la famille de Pierre et Amélie, du moins du côté maternel, on parle du futur enfant en l’appelant le « petit Mr »[9]. On n’a alors, évidemment, aucune idée de son sexe. Mais on devine la pression que cela pouvait mettre sur le ventre des mères qui, au lieu du Petit Monsieur tant attendu, mettaient au monde une petite madame dont personne jusqu’ici n’avait parlé.

Bien entendu, cela n’engage en rien les sentiments des uns et des autres, une fois l’enfant présent. Cette petite fille qu’on n’attendait pouvait très bien ne pas être mal accueillie, voire entourée et aimée : on navigue ici dans entre le possible et le probable, variable selon les familles. On peut être certain en revanche de la satisfaction, et de l’atmosphère festive, qui venaient entourer la venue au monde d’un petit bébé de sexe mâle. On peut raisonnablement penser que, d’emblée, avant que ne se nouent les liens particuliers nés du soin et du contact, la mère se penchait sur son fils avec une tendresse mêlée de reconnaissance et de contentement. Si la petite fille n’était pas toujours perdante à ce jeu des attentes déçues, le petit garçon y était, lui, généralement gagnant.

La petite fille est d’autant moins perdante qu’elle vient après un grand nombre de fausses couches. L’enfant qui naît est alors, fille ou garçon, accueilli comme un bienfait. C’est le cas de la fille de Pierre et Amélie qui naît après deux décennies d’attente, de renoncements, de deuils aussi même s’ils n’en portent pas le nom. On félicite la mère de son heureux accouchement, et l’on se réjouit du « plaisir qu’elle a d’avoir une petite fille. » [10]

Conserver la vie

On se souvient que, dans l’histoire familiale de Pierre Vitet, la question de la survie des nourrissons n’est pas une petite affaire : ses parents ont perdu une dizaine d’enfants en bas âge.

Les enfants ne survivent pas toujours, et il semble que, s’ils décèdent très jeunes, il n’en soit pas fait un drame aussi poignant que ce serait le cas aujourd’hui. Ainsi, lorsque Pierre doit apprendre à sa mère que l’un des jumeaux mis au monde par sa belle-sœur est finalement décédé trois jours après sa naissance, il le note rapidement au dos d’une feuille comme s’il risquait d’oublier : « nouvelles de Victoire, nourri à la maison, fille morte, garçon va bien, ma femme marraine » [11].

Le fait qu’il ne leur accorde pas de prénom n’est, en revanche, pas un indicateur de son désintérêt pour l’enfant[dzd3] ; cela laisse simplement penser que les jumeaux n’avaient pas été baptisés au moment du décès de la petite fille.

La mise en nourrice

Antoine raconte qu’il a été mis en nourrice. Il ne s’en plaint pas, ayant, dit-il, été « remis à mon père et à ma mère dans le meilleur état possible ». Ce n’était pas toujours le cas : sa sœur, également mise en nourrice, qui « ne fut pas élevée avec autant de soin que moi. On la remit dans un état de dépérissement qui fit craindre à ma mère de ne la pouvoir pas conserver, à quatre ans elle ne marchait pas, et il a fallu tous les soins de ma mère pour avoir pu l’élever. » Autres temps, autres mœurs : dans les années 1790, tous ceux qui ont lu Rousseau (c’est-à-dire à peu près toute l’élite éduquée) n’ont pas pris le choix d’utiliser une nourrice sans y refléchir. Mais ce n’est pas à dire que toutes ont fait le choix de faire l’allaitement maternel non plus.

Lorsque naît la deuxième fille de Pierre et Amélie, celle-ci est mise en nourrice sans aucune discussion dans les lettres de l’époque. La mère d’Amélie s’inquiète, quand le moment de la naissance d’une de ses petites filles, chez Adèle s’approche, si celle-ci a décidé de mettre son enfant en nourrice ou de le garder « chez elle ». Elle s’en informe pour une raison qui étonnera, sans doute : il s’agit de déterminer le type de layette qu’elle doit faire faire. Or, « il y a toujours un peu de différence pour l’un ou l’autre cas ». En d’autres termes, un enfant confié à une nourrice n’est certainement pas aussi richement paré que s’il est mis en exposition aux yeux des amis à la maison. Chez les Arnaud-Tizon, c’est-à-dire dans la lignée maternelle d’Amélie, on n’en est plus à penser qu’il est bon de confier un enfant à une nourrice. On n’y recourt qu’en dernière extrémité ; ainsi, quand Victoire réalise qu’elle ne parviendra pas à nourrir son deuxième enfant, une petite Mery, parce qu’elle est trop faible pour têter et oblige sa mère à lui donner le sein « tout le jour », Catherine confie à Amélie que le recours à une nourrice « serait bien désagréable », quoiqu’inévitable[12]. Quels sont les variables qui entrent dans cette décision ?  Il y a santé de la mère et de l’enfant évidement, mais il y a aussi le plaisir aussi bien sexuel que social, car une mère qui allaite ne peut faire n’importe quoi.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le 19 frimaire an 4 (nov décembre 1795). Au citoyen morand, homme de loi à Briançon. (Adressée à son cher oncle.)

[2] L’Eléonore dont il s’agit est sa sœur (et non pas sa fille qui en 1787 n’est pas encore née).

[3] Lyon, ce 28 may à 10 heures du soir. Lettres d’Antoine à sa femme, non datées. 14 ii 35. Antoine y parle d’Albine, donc postérieure à 1786. Et ne parle pas de James, donc avant sa naissance en septembre 87. Naissance d’Olympe Bertrand de Besson, le 27 mai 1787, sans doute.

[4] Des représentants de la famille Roux avaient été témoins au mariage de Pierre et Amélie. Ce sont, comme il se doit, des Lyonnais.

[5] Les Fournel sont dans le même cas que les Roux. (mais combien y avait-il de témoins à ce mariage ?) Quand je dis « témoins » je parlent de ceux qui ont signé le contrat de mariage. C’est peut-être pas la même chose ? Si, on peut prendre comme définition que ceux qui signent sont appelés comme témoins. Il faudra l’écrire quelque part, dans une petite note.

[6] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 mai 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[7] Il s’agit bien entendu de Louis Vitet qui exerce encore la médecine à Paris. On sait d’ailleurs qu’il est le médecin attitré d’Antoine lorsque celui-ci se rend à Paris. (il faut penser à l’ajouter à l’introduction).

[8] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 dec 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12.

[9] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 9 avril 1817.

[10] AML 84 II 10 Veuve Morel à Pierre Vitet, Lyon le 6 février 1822.

[11] AML 84 II 11, notes de brouillon écrit sur la lettre de Vitet née Faulin datée du 25 juillet 1812.

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 12 juin 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12


[dzd1]Même dans les familles aisées les dots peuvent peser lourd. Plus qu’on est riche, plus qu’on doit donner. Je ne suis pas convaincue par ta logique ici.

[dzd2]C’était bien le cas dans la famille Roux après la naissance de trois filles.

Ton commentaire veut dire que tu es d’accord ou le contraire ? dans la famille Roux, il fallait, oui, donner un héritier ; mais ça n’explique pas le cas de Mion qui a déjà donné un héritier : c’est ça que je veux dire, sur la déception « en général ». Qu’en penses tu ? Plus haut, tu as raison sans doute.  Tu peux modifier dans le texte quand tu n’es pas d’accord.

[dzd3]Le bébé avait bien un prénom (Louise Adèle). On l’a inscrit dans l’état civil à Rouen un jour après sa naissance, et on trouve l’acte de décès juste après. Par contre, c’est possible que Pierre, à Paris, ne sache pas son prénom. Dans ce cas, chère Denise, pense à effectuer toi-même les modifications dans le texte.

Chapitre premier : De la séparation naît le manque (6/6)

A mots couverts…

A mots couverts, cependant, Antoine se livre. On ne peut croire, dans la lettre qui suit, qu’il ne fasse allusion à la « constance » que comme à une vertu générale. En la plaçant comme il fait en regard des sentiments qu’il a pour elle, puis en ajoutant plus loin que ses réassurances peuvent paraître difficiles à croire, on peut difficilement douter qu’Antoine reconnaît, plus qu’il ne confie, un secret qui n’en est plus un : « je t’assure qu’il m’en coûte bien de lui avoir fait infidélité, je n’ose pas dire que la constance est une vertu de mon goût et cependant dieu seul sait que les tendres sentiments qui m’attachent à l’être dont dépend mon bonheur en ce monde ou le malheur des jours qui me sont encore comptés n’ont jamais varié ; cela paraît difficile à croire et c’est cependant la vérité, tant chez beaucoup d’hommes à raison de leur mauvaise éducation, il y a loin de ce qui tient au cœur et à l’âme de ce qui ne dépend que de …… (…) Bonjour ma bonne amie aime moi toujours un peu je ne dis pas que je le mérite autant que je le voudrais mais j’en ai bien besoin. »[1]

… jusqu’à la colère

Antoine est, il le dit lui-même, d’un tempérament violent. Les lettres ne laissent que peu apparaître cette facette du personnage : celui qui écrit dans la solitude de sa chambre est rarement en situation de conserver une colère que personne ne vient ranimer pour la prolonger ou l’intensifier. Antoine avait confié à sa mère, au moment de la perte de son père, les mouvements qui le secouaient et le mettaient en danger d’être découvert. Mais en dehors de ces confessions qui restent ponctuelles, on trouve peu de référence aux emportements qui peuvent le prendre. On le verra s’effondrer de douleur, manifester son chagrin bruyamment lors d’un autre départ, celui de sa mère, ruinée et désabusée, quittant définitivement Lyon. Mais quant à la colère, elle n’apparaît que très peu dans les lettres.

Il en est une cependant qui laisse percer la force de cette colère, par les gestes qu’elle provoque. Antoine a de fortes attentes à l’endroit de « Mlle Mion ». Autant il se montre le plus souvent satisfait, semble-t-il, de toutes les initiatives qu’elle peut prendre dans la gestion des affaires courantes ; autant dans leur relation affective, on perçoit un déséquilibre que ses périphrases, ses plaisanteries et ses petites provocations tentent de rattraper.

Le ton d’Antoine peut se faire mordant et ses reproches vifs lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il attend : ainsi, dans une lettre adressée de Lyon à Mion restée à Machy, après son retour de Paris, en brumaire an 4, annonce-t-il que, de dépit, il a déchiré sa lettre (qu’il qualifie d’ailleurs de « petit billet ») et, avec elle, la liste des commissions qu’elle renfermait : «  quoi qu’on dise, madame, je serai tenté de croire qu’il vaut mieux être à cent lieux qu’à deux ; au moins la correspondance est plus exacte et ce sont des lettres qu’on reçoit et non pas un petit billet qui commence par dire qu’on a bien sommeil et finit par vous souhaiter une bonne nuit sans qu’on trouve rien de tendre dans quelques lignes tracées à la hâte et sans qu’on puisse y apercevoir autre chose que le besoin qu’on avait de dormir. Pas seulement des nouvelles de mes enfants, aussi le billet a-t-il été déchiré à la seconde lecture et par conséquent les commissions qu’il renfermait, bien inutilement données. »[2] S’ensuit une longue plainte, exprimée d’un seul trait, sur le malheur d’aimer au point de s’en rendre « absolument dépendant », et qui pourrait figurer en bonne place dans une anthologie de la phrase amoureuse : « Je mène ici une triste vie et malheureusement pour moi c’est ce que j’éprouve partout où j’existe séparé de la meilleure partie de moi-même, il est certain (je commence à le croire) que c’est un malheur que de se rendre absolument dépendant d’un autre être dont tous les sentiments dont toutes les activités font vos plaisirs ou causent vos peines, mais quand on a pris cette douce et mauvaise habitude il n’est plus possible d’y renoncer sans renoncer en même temps à la vie, ou du moins à tout ce qui la rend agréable. » [3]

Marie Magdeleine n’est pas en reste, du côté de la colère. Son expression diffère, semble-t-il : elle est plus intériorisée, plus durable aussi et se transforme en rancune. Lorsqu’elle est brutale et passagère, elle a le don non seulement d’amuser Antoine, mais de le rassurer : lui qui s’inquiète tant de l’indifférence qu’elle affiche, voit dans la perte de son flegme le signe réconfortant que le cœur est battant : « Ma dure amie ta colère au commencement de ta lettre et les choses aimables qui la terminent ne peuvent que m’être bien agréables. Elles prouvent que ton attachement pour moi est toujours le même et quoique je n’en aie jamais douté, les assurances nouvelles que tu m’en donnes ont toujours des charmes pour moi. »[4] Le besoin qu’a Antoine d’être constamment rassuré sur l’amour et la passion que lui porte sa femme ressort clairement. Le pire pour lui, comme dans nos contes sur le mari et la femme sentimental(e), c’est l’indifférence. Il lui faut de la passion, et même de la colère, pour vivre heureux.

Gronderies, reproches et « mauvaises querelles »

Antoine est « vif », « violent même » et jaloux : il le reconnaît volontiers. Il se fâche, « gronde » à travers ses lettres et manifeste son humeur. A cela elle réagit. Il est coutumier du fait et regrette seulement de n’être pas à ses côtés, dans ces cas là, pour se faire pardonner par un baiser ; il ne prend guère au sérieux ces altercations : un baiser peut tout rattraper ; et s’il se traite de méchant, c’est de « méchant minou » ce qui n’est pas le reproche le plus sévère que l’on puisse s’adresser : « Adieu ma tendre amie sois bien sûre que le reste de ma vie sera employé à contribuer au bonheur de celle qui me rend si heureux ; je ne veux plus mériter des reproches, je suis plus vif que toi, violent même mais j’oublie jaloux ; minette garde un peu de rancune et cela m’attriste surtout quand je ne suis pas assez rapproché pour qu’un baiser puisse arrêter la plainte. Embrasse les enfants » [5] Antoine est peut être moins rancunier : il est mauvais coucheur, mais peu affecté par ces « mauvaises querelles » que parfois, Marie Magdeleine peut lui chercher : c’est toujours une occasion, pour lui, de la mettre gentiment « en dette » et, sur le prétexte de se venger de l’injustice qu’elle lui fait, pour reprendre l’une de ses expressions, « payer en retour ». C’est ainsi qu’à la lecture d’une lettre dans laquelle elle a passé, dit-il, deux pages à lui prouver qu’il n’était qu’un « imbécile », il répond :« Vous voyez bien que vous ne me faites que de mauvaises querelles et j’espère que vous ne pourrez jamais m’en faire d’autre et je me flatte de trouver l’occasion de m’en venger quand je serai près de toi et que je pourrai t’en bien faire enrager[dzd1] . »[6][av2]

Antoine sait reconnaître ses torts. Nombre de fois, on le voit revenir sur ses intentions non tant pour se justifier que pour s’expliquer, et terminer en admettant qu’il n’aurait pas dû s’emporter.

Ici se clôt ce premier tableau des liens amoureux entre Antoine et Marie Magdeleine. Il se clôt tôt dans leur vie conjugale et nous aurons l’occasion de revenir pour le prolonger au moment où ils traverseront la crise la plus grave de leur existence. Ici s’arrête, lorsqu’Antoine atteint 41 ans, la période faste de ce couple qu’on sent, essentiellement du côté d’Antoine, faute d’avoir les traces écrites de Marie Magdeleine, traversé d’une énergie, d’une tension vitale qui ne se dément jamais. Certes, Antoine connaît des moments de doute, à l’approche de la quarantaine : on n’en entendra plus parler, peut être en raison de l’évanouissement de ses craintes, quelles qu’en soient les raisons. Mais sans que l’on puisse très bien s’appuyer sur des extraits pour décrire ce phénomène, il ressort de cette lecture que nous avons faite des lettres écrites entre 1794 et 1801, un véritable élan amoureux. La répétition des allusions, les glissements voulus ou non du registre « séculaire » à celui de l’intime, voire du grivois, l’obsession de manifester son attachement et son désir, de partager avec elle les effets de ses rêves nocturnes, tout concourt à conférer à l’écriture d’Antoine une tension perceptible. Tout changera par la suite : passée la crise, Antoine n’aura rien perdu de son sentiment amoureux. Mais quelque chose se sera envolé, et notamment cette tension. On sentira un homme fatigué, qui se sent et se sait vieillir. Nous y reviendrons. Car en ce début de vie, alors qu’Antoine et marie Magdeleine tissent leur quotidien à deux, c’est tout autre chose qui transparaît.

Les mots qu’Antoine adresse à Marie Magdeleine témoignent d’un véritable attachement ; un attachement fondé sur une attraction physique dont il ne cache pas l’emprise qu’elle a sur ses sens, sur son « cœur ». Il a conscience de parfois s’imposer à elle qui semble ne pas manifester un goût aussi prononcé pour le jeu amoureux.

Antoine ne doute que de ses capacités et redoute surtout son propre amoindrissement. Quant aux réticences de sa femme, dont il a bien conscience, il les prend à la légère ; il joue de la menace parfois, sous couvert de plaisanterie, comme s’il connaissait les « droits » que lui donne son attachement réel pour elle. Il a beau se récrier que ce n’est là que de la réciprocité, il a bien conscience cependant que cette réciprocité joue à plusieurs niveaux : sexuellement, il est celui qui exprime le plus de désir et attend que Marie Madeleine les satisfasse avec le plus de plaisir possible. La réciprocité, ici, se résume à lui concéder de plein gré ce qu’il comprendrait difficilement qu’on lui refuse. Elle est, il le reconnaît, celle qui donne le plus de sa personne, et il lui en sait gré. Sur le plan affectif, la « réciprocité » semble s’inverser : Antoine est conscient, quitte à s’en fendre le cœur, d’être le plus prodigue des deux. Il regorge d’affection, il est plein d’un sentiment qui n’est pas sans lien avec l’attraction qu’exerce Magdeleine au point d’en être une condition. La réciprocité joue alors dans le croisement de ces deux niveaux : plus Marie Magdeleine montre de « complaisance », et satisfait le désir qu’il a des rencontres avec elle, plus elle nourrit l’amour qu’il lui porte et peut, à son tour, lui « donner ». La voici donc débitrice des manifestations d’affection qu’elle reçoit, pour reprendre son langage marchand, là où elle était créditrice du don qu’elle faisait d’elle-même. On peut penser que c’est cela, ce qu’Antoine appelle une réciprocité qui n’est pas celle, simpliste, des « droits et des devoirs » du code civil qu’on leur prépare.

Antoine est-il un « sujet absolu » tel qu’on l’a vu décrit involontairement par Samuel Constant de Rebecque, et avec force prosélytisme par Isabelle de Charrière ? On ne répondra pas sur la seule foi de ce chapitre à cette question. Mais des éléments de réponse affleurent.

Antoine exprime ses désirs, ses besoins, partage avec sa femme une partie de ses fantasmes, et conserve avec elle une réelle complicité. Il ne doute guère de son droit, tout en se montrant respectueux, jusque dans une certaine mesure, des sentiments et des affects de celle qu’il aime. Cette « mesure » c’est celle dont il décide qu’elle est la bonne pour lui. Et tous ses efforts sont dirigés vers le travail de persuasion qu’il entreprend vis-à-vis d’elle pour l’amener à, sinon partager son désir, du moins à ne s’en pas dégoûter. Les permissions qu’il se donne, cependant, laissent bien voir qu’il est convaincu qu’en la matière, il ne gagnerait rien à prêter une oreille trop complaisante à la placidité sexuelle de son épouse.

Antoine est un sentimental qui se sert de la sentimentalité pour parvenir à ses fins, obtenir ce qu’il souhaite, convaincre Marie Magdeleine, la conquérir. Il exprime une jalousie qui montre qu’il entend bien rester maître à bord ; il ne cesse de le répéter, exprimant ainsi l’attente d’exclusivité sexuelle à l’endroit de sa femme. Antoine aime Marie Magdeleine ; c’est un homme qui a la sagesse d’aimer ce qu’il a ; et qui entend bien posséder ce qu’il aime, sans partage. Il a appris, sans doute, à apprécier ce que le destin lui offrait : l’éducation catholique qu’il a reçue n’est pas sans lien avec cette philosophie.

Si parfois il agite le drapeau d’une possible infidélité de sa part à elle, c’est davantage pour inquiéter Mion, Minette, l’avertir des retombées que cela pourrait avoir pour elle, que pour l’autoriser à faire de même.

Antoine agit à sa guise en tout, selon son bon vouloir, sans concertation et sans s’inquiéter des désirs ou non désirs de celle qu’il a face à lui autrement que pour lever les éventuels obstacles. Antoine n’est pas un mufle ; Antoine est un homme de son temps. Un mari amoureux d’une femme bien faite pour lui plaire physiquement et moralement.

Il n’y a pas de tension soutenue dans le couple d’Antoine et marie Magdeleine. Pas de conflit tellement fort, pas de mésentente tellement importante que le couple en viendrait à ne plus s’écrire, ou ne plus parler que d’affaires, ou se séparer, comme les parents de Pierre Vitet, par exemple.

Avant de répondre à la question du type d’homme qu’est Antoine, et du type de femme qu’est Marie Magdeleine, on a bien d’autres facettes à découvrir de ce couple : car Marie Magdeleine a d’autres mérites, aux yeux de son époux, que la complaisance à ses désirs. Elle est par exemple, bien davantage que lui douée en affaires. Et lui déploie d’autres caractéristiques qui vont plus ou moins dans le sens du « sujet absolu ». Face à lui, pour contrecarrer ses éventuelles velléités en la matière, Marie Madeleine n’est pas sans volonté ni sans moyens. Nous verrons qu’à l’occasion de l’épouvantable crise de 1807-1808, elle trouvera en elle les forces, la légitimité et l’acharnement pour obtenir d’Antoine le plus grand sacrifice.

Quels sont les mérites d’Antoine aux yeux de Marie Magdeleine ? Se pose-t-elle seulement la question en ces termes ? Est-elle dans la même position que lui pour poser sur elle et sur lui un regard aussi dénué de mauvaise conscience ?

N’est-il pas d’autant plus franc et lucide qu’il se soucie peu d’agir selon une autre opinion que la sienne ? Peut-être qu’en cela, il affiche un aristocratisme qui le tient éloigné du souci que montrent les bourgeois de roman de s’inscrire dans une bienséance, une moralité et des règles de conduite de leur classe, et dont ni Bompré ni Henley n’étaient dépourvus. Si ceux-ci incarnent le « sujet absolu » tel qu’on l’a défini, Antoine s’en éloigne par cet individualisme qu’il étend au-delà de sa sphère intime. Car les maris qu’on a rencontrés dans les romans de Charrière et de Rebecque se distinguaient par un absolutisme du sujet face à leur maisonnée ; très peu, en revanche, dans l’extériorité de leur classe sociale, obéissant en tout aux normes qu’elle édicte, conformistes par principe et par nécessité économique. Tout cela est à nuancer : Antoine ne peut pas agir en tout à sa guise non plus. Aristocrate ou pas, il vit la période révolutionnaire, directoriale, impériale et doit s’en accommoder. Il doit, en outre, gérer des affaires qui l’obligent à entrer en relation avec le monde bourgeois, le monde politique, le monde des affaires. Il en viendra nécessairement à ne pas, en tout, se moquer de l’opinion publique.

Nous n’avons vu que très peu Amélie et Pierre, dans ces lignes sur l’amour conjugal.

Cela tient essentiellement à la spécificité du matériau dont nous disposons, conséquence de la vie très différente qu’ils ont vécue : contrairement à Antoine, Pierre n’a jamais eu à quitter longtemps son épouse. La majorité des lettres dont nous disposons sont celles que Pierre envoie régulièrement à sa belle-mère, pas à sa femme. Nécessairement, et connaissant en particulier le tempérament pudique et réservé du mari d’Amélie, on n’y trouve pas trace de ses émotions amoureuses. Mais on sent quand même son attachement pour sa femme et toute sa belle famille, surtout dans sa « complicité » – pour utiliser leur mot -, à leur rendre service.

Cela tient aussi, peut être, à la personnalité de Pierre. Nous sommes loin, si l’on peut en juger à partir des rares lettres qui nous ont permis d’apercevoir, de loin, la manière dont il s’exprimait dans sa correspondance avec Amélie, du tempérament d’Antoine. Celui-ci est capable de se confier de manière assez intime à sa propre mère. On aura l’occasion d’y revenir ; mais d’ores et déjà, on l’a vu à l’œuvre lorsqu’il fait allusion aux qualités de sa femme qui plairaient « aux sages et également à ceux qui ne le sont pas ».

Ce n’est pas le cas de Pierre. Très distant avec sa mère, il reste sur un terrain informatif, presque « public » au sens où rien de ce qui le touche vraiment n’affleure dans cette correspondance. Avec sa belle-mère, malgré son attachement sincère pour cette femme dont nous avons souligné combien, en âge, il était plus proche d’elle que de sa propre épouse, il ne peut pas se permettre de s’épancher ni de faire des commentaires grivois, à la façon d’Antoine.

Il faut garder en tête, pour suivre ces deux couples dans le déroulement de ce quotidien, ce qui les lie, profondément, et les aide à consacrer une grande partie de leur énergie à élever leurs trois enfants, à ne pas se laisser envahir par les tâches du quotidien, à s’occuper conjointement au rétablissement de leur fortune, à nouer des alliances, à marier les enfants, et enfin, à veiller à la transmission de leurs valeurs, matérielles ou immatérielles.

(Fin du chapitre premier. A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] A Madame Morand de Jouffrey (sans adresse, sans date). Le mardi matin à 6 heures. Impossible à dater précisément ; cependant, les références qu’il fait, dans cette lettre, à son gendre Honoré, à Azélie, la situent forcément après le décès d’Albine, donc après 1807. Le couple a, derrière lui, un long passé puisqu’ils vivent ensemble depuis plus de vingt ans.

[2] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Lyon, 19 brumaire an 5, 10h du soir.

[3] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Lyon, 19 brumaire an 5, 10h du soir.

[4] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, N° 4/ Paris, le 3 ventose au onze heures du soir pour partir le 4 ; lettre numérotée 4, Pas d’adresse sur cette lettre recto verso.

[5] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre numérotée 15/ du 12 germinal.

[6] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 6 prairial mardi, à Madame Morand Jouffrey, rue saint dominique à Lyon.


[dzd1]Oui, mettons sa avec la volonté d’une femme.

[av2]La querelle ne porte pas sur les agissements amoureux d’Antoine ; elle pourrait être intégrée au chapitre sur la complicité politique. Ou sur les possibilités pour une femme d’exprimer son opposition, sa volonté.