Chapitre Cinq : Alliances (8/8)

Le mariage se fait rapidement. Le garçon vient d’une famille de négociants bien connue des Arnaud-Tizon. Comme Albine et la femme de Ludovic, la nouvelle mariée s’installe dans sa belle-famille.  Après le mariage d’Adèle et Christophe Riocreux, Catherine va à Paris avec sa fille pour l’aider à s’installer dans ses nouveaux appartements. Elle trouve que la famille du mari lui a fait un « accueil amical » : son appartement était « rempli de fleurs. »[1]

« J’ai promis de vous écrire mes chers enfants et je viens tenir ma parole, il me faut bien cela pour me dédommager et me faire supporter l’idée de vous laisser à Rouen et moi venir à Paris. Je devais cela à ma chère Adèle et je me félicite d’être venue l’installer pour lui éviter bien des petits embarras ; cependant je dois toute justice à son mari qui cherche dans tout ce qui est en son pouvoir de lui faire trouver sa maison agréable et de lui éviter de la peineil a peur qu’elle ne s’ennuie et je vous assure qu’il n’en est rien. »  La jeune mariée, peur peut-être de sa nouvelle vie, demande à sa mère de rester auprès d’elle : « je couche encore aujourd’hui chez vous et demain je vais m’installer rue St Denis, je regretterai  mon logement où je suis à merveille et très bien soignée par vos domestiques, mais Adèle désire que je loge chez elle et je ne peux le lui refuser : [2] On voit encore l’idée que la nouvelle mariée doit entrer dans la famille de son mari, un moment qui doit causer de l’anxiété chez une fille de dix-huit ans qui a à peine quitt é la maison parentale. Tout-à-coup elle se retrouve mariée à un homme qu’elle connaît peu, voire pas du tout, introduite à la vie sexuelle sans avertissement[3], et probablement enceinte dans les semaines qui suivent.

Malgré tous ces changement brusques, la fille a l’air de s’adapter aisément à sa nouvelle vie, comme l’indiquent les commentaires de sa mère dans une lettre à Pierre et Amélie : « nos jeunes époux sont au spectacle, on voulait absolument me mener avec eux ; je leur ai persuadé que je passerais aussi agréablement ma soirée en m’entretenant avec vous ; l’éloge que vous me faites du castel de Barbet ne m’étonne pas,  je partage là-dessus votre manière de voir ; je trouve ce séjour charmant et je l’aimerais d’avantage s’il ne me privait pas pendant six mois de voir ma fille et ses petits enfants ; il faut se soumettre à ce qu’on ne peut empêcher; le bonheur de bien marier mon Adèle me faisait regarder comme un sacrifice léger celui de rester seule mais à présent que le moment de notre séparation approche je ne suis pas aussi résolue et j’éprouve du chagrin que je dissimule, cependant je n’ai qu’à me féliciter de l’acquisition de mon nouveau gendre ; on ne peut mettre plus de complaisance et d’amabilité dans sa conduite avec sa femme, tout ce qui peut lui être agréable il se fait un plaisir de le lui procurer ; il a fait pour elle l’acquisition d’un piano qui a été mis en place ce matin. »[4] Le gendre qu’elle vient « d’acquérir » fait tout son possible pour faire plaisir à sa jeune épouse.

Ce n’est pas long avant qu’Adèle se trouve enceinte, comme dans beaucoup de nos mariages, mais ce n’est pas une nouvelle qui fait plaisir à sa mère : « Il paraît que la chère Adèle éprouve des malaises et qu’il est presque sûr qu’elle est grosse, j’aurais désiré pour elle encore un peu de repos, enfin si cela lui fait plaisir et à son mari tout est au mieux, j’espère que d’après tes recommandations elle sera prudente. »[5]

Se marier dans les années autour de 1800 ne ressemble guère aux pratiques d’aujourd’hui. L’amour n’entre pas dans le jeu avant que le contrat soit signé et que les familles des deux côtés se soient mises d’accord sur les détails financiers. Mais l’amour compte quand même pour quelque chose. Une fois formé par les autres, ce couple est censé vivre ensemble, dormir ensemble, faire des projets ensemble, élever leurs enfants ensemble, et si possible, s’aimer. Dans la plupart des cas, ce système fonctionnait bien. La socialisation des filles surtout en est la base et la condition. Une fois mariée, elle doit accepter que son mari soit son « maître » et c’est comme cela que l’on évite le mieux des désaccords. Le fait de marier les filles si jeunes contribue aussi à la relative efficacité de ces mariages arrangés. Leur mari les forme pour qu’elles deviennent l’épouse qu’ils souhaitent et attendent.

C’est d’ailleurs tout le problème de M. Bompré, ce mari sentimental qui se marie avec une femme déjà formée, qui a des avis et des manières de vivre trop ancrées déjàà pour suivre sans question les habitudes de vie de son époux. C’est quand les filles et les femmes demandent le droit de devenir des êtres avec une volonté indépendante que le système de mariages décrit dans ce livre s’écroule. Mais ce changement va suivre une évolution très lente, et beaucoup de mariages continuent d’être organiser plus par les parents que par le couple tout au long du dix-neuvième siècle.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[2] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Rouen)  Paris, le 18 août 1816.

[3] Ou sous la forme qu’on a crue deviner chez Albine, d’une consultation médicale ; ce qui, quelles que soient les capacités pédagogiques et démonstratives du médecin, ne risquait pas de placer la jeune fille en situation de percevoir grand-chose de l’expérience qui l’attendait.

[4] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Rouen)  Paris, le 22 août 1816.

[5] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 27 octobre 1816.

Chapitre Cinq : Alliances (7/8)

Les tractations doivent être terminées lorsque Ludovic viendra faire sa demande officielle. Les discussions d’intérêt risqueraient de ternir l’état d’esprit qui doit présider à ce moment. Jacques Barbet est donc fortement encouragé à faire en sorte que « cela se fasse de suite et sans cérémonies »[1]. A cette date, les parents n’ont toujours pas rencontré la jeune femme ; Catherine s’appuie sur les échos qu’elle en a, qui sont fort bons, pour se réjouir du bonheur qui attend son fils. Mais elle ne s’est pas encore déplacée de Rouen pour juger d’elle-même qui sera cette bru définitivement promise. Les tractations se mènent par l’intermédiaire des gendres en qui les parents placent toute leur confiance, avec les parents de la future mariée. Seule compte pour eux sa réputation et l’état de sa fortune. Quant au reste, Ludovic est jugé seul apte à décider. La confiance est totale en ces hommes et ce garçon. On voit une fois de plus comme il pouvait être valorisant d’être aussi bien considéré, du seul fait qu’on était un homme, dans ces familles. Contrairement aux filles qu’on incite doucement à se ranger à l’avis des parents, ici il n’est pas question d’influencer le choix du futur époux. Et Albine qui avait fini pour se rallier à la préférence de ses parents pour le vieux petit à perruque, n’avait plus qu’à compter sur la chance pour les faire changer d’avis ; ce que la chance fit. Le destin des filles était bien plus que celui des garçons soumis à la fatalité, cet autre nom de la volonté des autres.

Enfin, le 28 juillet, Ludovic et son père se décident, peut être en réponse au fameux signal attendu des deux gendres parisiens, à se rendre à la capitale. On décide de publier les bans à la mi-août. Catherine a dû faire le voyage à son tour car, dans un courrier adressé à Pierre et Amélie fin août, elle leur confie combien elle est « revenue fort enchantée de [sa] future belle fille. Je voudrais, continue-t-elle, qu’elle nous vît avec les mêmes yeux que nous la voyons et rien ne manquerait à notre satisfaction. Je trouve mon fils bien heureux d’avoir fait un aussi bon choix ; je vois son impatience à ce cher Ludovic quinze jours sont bien longs en pareil cas. »[2].Le papa de Ludovic exprime les mêmes sentiments, et ajoute des remerciements à Pierre et Amélie d’avoir commencé les responsabilités parentales plus tôt que prévu : « en conséquence rien ne parait devoir retarder la noce qui au gré de mon fils ne se fera jamais assez tôt au reste son impatience me paraît bien fondée et de mon coté je la partage bien puisque cette époque doit nous réunir tous : En attendant, vous Mon cher ami et votre chère épouse, vous avez bien de l’embarras. Vous commencez tous les deux de bien bonne heure à remplir les fonctions paternelles et maternelles, particulièrement vous qui voulez bien me remplacer et quoique ce soit un apprentissage pour l’époque ou vous marierez l’autre Ludovic, je ne vous en sais pas moins bien bon gré et vous prie d’en recevoir mes remerciements en attendant que je vous les fasse bientôt de vive voix »[3]

Au total, les deux promis n’ont guère eu l’occasion de se connaître. L’impatience de Ludovic, au dire des parents, est à son comble. On ne cesse de l’évoquer et de la trouver bien normale. On peut se douter en effet que, sur la seule foi d’une ou deux rencontres où chacun ne donne à voir que le meilleur de lui-même, l’imagination marche bon train et les espérances du même pas.

Le 25 septembre 1812, le contrat de mariage est signé ; il prévoie qu’au cas où les époux mourraient sans postérité, les dots seraient restituées aux familles. Le couple se forme pour continuer la lignée ; l’argent dont les dotent les parents est destiné à financer la reproduction de la famille, et à permettre aux futurs petits enfants de s’établir à leur tour. Ludovic apporte une dot de 60 000 livres, ainsi que 25 000 livres en numéraire, c’est-à-dire sans condition d’utilisation. Marie-Françoise-Julie (qu’on surnomme, c’est une manie, Amélie), apporte de son côté 36 000 livres « liquide » mais payé « petit à petit »[4] ; et 30 000 livres équivalant à la valeur d’une ferme située dans le département de la Seine inférieure. Autrement dit, elle reçoit en dot cette ferme, qu’elle transmettra à ses enfants ; et une grande partie de numéraire qui permettra au couple de s’installer et de subvenir aux besoins du ménage.  Il s’installe à Bapeaume, dans la maison à côté de l’usine que dirigent Ludovic et son père Claude. Cette deuxième Amélie s’intègre tout de suite à sa nouvelle famille à Rouen.

Une dernière fille à marier : Adèle Arnaud-Tizon

Dans le cas de Ludovic, c’est lui, apparemment, qui a découvert cette jeune fille et lui qui a poussé ses parents à se renseigner sur sa famille. Ce n’est pas du tout la même histoire qui se joue pour la cadette de la famille Arnaud-Tizon. Celle-ci, Adèle, a quinze ans quand sa mère commence à l’emmener à tous les bals de Rouen. N’étant plus très jeune, Catherine se plaint de son obligation de faire tous les bals mais Adèle est contente de danser jusqu’à l’aube plusieurs fois par semaine. Assister à des bals fait partie des devoirs maternels . Sa fille doit se montrer en société jusqu’à ce qu’elle trouve un mari : « Nous avons encore un bal le Dimanche en huit chez Mme Prevel, un grand dîner chez Mde Vigné (Vigué ?) le jeudi après,  une soirée demain chez Mme Thezard, mais grâce à Dieu on ne danse pas car on n’en finit (pas ?) pour les toilettes, non pas la mienne comme tu penses mais bien celles d’Adèle, cette chère fille ne se lasse pas de danser, mais moi je me lasse fort de l’accompagner et les bals cette année ne finissent pas avant 5 heures du matin ce qui est bien fatiguant, enfin il faut que je finisse ma tache, encore quelques années et je garderai le coin de mon feu ». [5]

La première mention que nous avons d’un mari potentiel pour Adèle est une proposition qui passe par la famille de Ludovic ; les parents la refusent presqu’immédiatement : « Je viens mon cher ami à répondre à l’article de votre lettre où vous me communiquez l’ouverture que vous a faite Mme Brunet pour un mariage. Je suis infiniment sensible à l’intérêt que nous porte cette dame ; mais après nous être consultés avec le papa nous ne pourrions nous décider à établir notre fille dans un pays où la tranquillité est souvent compromise et où les chances du commerce sont plus dangereuses que dans toute autre ville, même d’autres villes maritimes, mes enfants pensent comme nous, ainsi donc mon cher ami je vous prie de voir Mme Brunet pour la remercier et lui communiquer ma lettre,  Adèle est jeune et je vous avoue que je désire pour son bonheur qu’elle reste encore quelque temps avec nous exempte des soucis qui sont inséparables de la profession de mère de famille[6]

C’est une excuse. Une fausse excuse. Car quelques mois plus tard, quatre exactement, une seconde proposition est acceptée avec empressement. Catherine, qui est bien celle qui, toujours, est au premières lignes en matière d’écriture et, a fortiori, pour tout ce qui a trait aux alliances, s’adresse à Pierre : « Je reçois à l’instant votre lettre mon cher ami et je prends la même voix pour vous répondre espérant de votre complaisance et de votre bonne amitié pour nous que vous partirez demain soir pour venir nous trouver ; je serai bien aise, ainsi que le papa, de vous voir et je suis sûre que nos voyageurs partageront notre empressement, ils doivent diner avec nous jeudi ; je vous dirai que quoique mon mari et Mr Barbet eussent cru dans leur sagesse devoir me faire un mystère des intentions de Mr Riocreux il a lui-même trahi son secret, non en me faisant aucune ouverture mais bien par son air empressé ; je ne sais si Adèle se doute de quelque chose ; ce qu’il y a de sûr c’est qu’elle l’a comme nous apprécié et de son côté je crois, cela ne souffrira aucune difficulté,  si elle s’éloigne de moi elle se rapproche de vous, pour habiter un pays qu’elle aime ainsi tout est pour le mieux. »

« Je ne peux vous dire combien le jeune homme nous a plu,  il a une franchise que j’aime, il est de toute manière en rapport avec nous, le genre de son commerce nous plait, aussi cette alliance ne nous laisse rien à désirer ; elle a votre assentiment et aura celui je suis sûre de toute notre famille ;  j’ai écrit à Ludovic pour qu’il ne manque pas de venir ce matin et je lui communiquerai votre lettre et celle de sa femme ; je ne doute pas qu’il ne partage notre opinion sur le jeune homme car déjà dimanche ils avoient l’air de se convenir au mieux ; ce mariage me flatte d’autant plus que l’intérêt ne peut en être le mobile ; je conçois facilement mes chers enfants que lorsqu’on vous connaît on a envie de s’allier à vous et votre sœur vous devra son bonheur. »[7]

Peu après, Adèle et son prétendant se rencontrent et tout se passe très bien, au moins d’après Pierre Vitet qui raconte la scène à sa femme Amélie restée à Paris : « Nos amoureux se conviennent de plus en plus ; je dis nos amoureux, car il y a vraiment sympathie, et si Mr Riocreux est enchanté d’Adèle, celle-ci à son tour reçoit avec bonne grâce et contentement les témoignages de son amour. Quelques petits gages ont été échangés entre eux ; et en cédant une de ses bagues, Adèle l’a vue remplacée par un joli brillant que son futur avait au doigt.  … Mr Riocreux a écrit à ses parents de St Etienne pour les instruire de son choix, et pour les prier de venir le confirmer par leur présence à sa noce ; cette noce où la fera-t-elle ? à Rouen !  et tout réfléchi c’est là qu’elle doit avoir lieu. Ainsi je croix que l’époque de nos vacances nous amènera tout naturellement pour célébrer cette fête de famille. Mais n’anticipons pas encore sur ce moment désiré, ne songeons qu’au présent . . . » [8]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 24 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12.

[2] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 17 août 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[3] AML 84 II 13, Claude Arnaud-Tizon à Pierre Vitet 16 août 1812.

[4] CM collection privée de Madame Monique Augustin-Normand, au Havre.

[5] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 16 février 1815

[6] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  Rouen, le 7 mars 1816.

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 2 juillet 1816.

[8] AML 84 II 09,  Pierre Vitet à Amélie Vitet, Rouen, 7 juillet 1816.

Chapitre Cinq : Alliances (6/8)

Trois mariages chez les  Arnaud-Tizon

Après avoir marié leur fille ainée, Amélie, avec Pierre Vitet en 1801, Catherine et Claude Arnaud-Tizon ont encore trois enfants à marier. En 1807, quand sa deuxième fille a dix-sept ans, Catherine exprime le poids de sa responsabilité en la matière. Quand un ami intime de la famille propose un époux pour Victoire, Catherine écrit à Pierre afin d’organiser un voyage à Paris pour rencontrer la personne proposée, un autre Lyonnais.  « Je persiste toujours dans mon projet d’aller à Paris lorsque la personne en question y sera arrivée.  Il viendrait ensuite à Rouen et si les choses s’arrangent, nous retournerions passer une huitaine à Paris tous ensemble et nous vous ramenerions avec nous. Mais tout cela sont des projets ; il faut avant tout que les jeunes gens se voyent et se conviennent. Je vous avoue que la solidité de ce parti me flatte.  Mr Fournel m’a fait beaucoup d’éloge du jeune homme, et j’ai de fortes raisons pour croire qu’il juge bien. Je vous avoue que tout cela m’agite.  Je sens le poid de ma responsibilité pour le bonheur de ma chère victoire mais en faisant tout ce que ma tendresse pour elle m’inspire, je crois n’avoir rien à me reprocher.  N’ayant aucun espoir de la marier à Rouen, le papa est plus content de la voir aller à Lyon où elle a un frère que dans toute autre ville où elle serait tout a fait isolée. Car il ne faut pas non plus songer à Paris, y trouver un parti solide serait encore plus difficile. Lorsque l’ami Roux aura réponse de Lyon, marquez-le moi je vous prie de suite et aussitôt que je saurai l’arrivée je me mettrai en route le même jour. »[1] Comme toutes les autres commodités, les maris sont plus chers à Paris qu’en provinces. Ce projet de mariage ne va pas aller plus loin qu’une visite à Paris ; un peu plus tard un autre prétendant entre sur scène.

Dans ses lettres, il arrive à Catherine d’évoquer les qualités qui font, selon elle, un bon époux . En 1800 un autre prétendant s’est signalé. Il s’appelle Jacques-Juste Barbet ; il est le fils d’un négociant très riche et d’une famille protestante rouennaise[2]. Catherine apprécie la douceur de son caractère mais souligne également le désir qu’il a exprimé d’une telle alliance : « notre chère Victoire a été recherchée par un jeune homme de ce pays, fils d’un négociant riche….  Les dernières paroles ont été données hier matin et le soir la présentation du prétendant, qui n’a d’autre défaut à mon gré que d’être un peu jeune : il n’a que 23 ans. Victoire l’avait vu cet hiver à tous les Bals et n’a eu nulle peine à se décider. Ce jeune homme paraît fort doux et très content de s’allier à notre famille ; je me réserve de vous donner de vive voix tous les détails sur sa fortune [et] sa famille…. »[3]

Peu après le mariage de Victoire et du jeune Jacques-Juste Barbet, Pierre Vitet écrit à sa femme qui est chez ses parents à Rouen pendant que lui est chez les Suchet à St. Just : « mais sans m’en apercevoir je ne t’entretiens que de St Just, et cependant tout ce qui m’intéresse le plus, n’y est pas : parlons donc de toi, de mon Ludovic &c ; comment se porte ma chère Amélie ? sans doute aussi bien que moi, sans doute elle pense a son époux,  elle en cause avec notre petit homme, et elle l’embrasse quelque fois a mon intention …. ne quittons point le chapitre des embrassades, c’est un fort bon à-propos pour te demander des nouvelles de nos amoureux, et pour leur exprimer tous mes sentiments d’affection ; ils sont je n’en doute pas toujours dans la plus douce ivresse ; celle du bonheur de s’aimer, ils ont raison d’en jouir ; cependant bien des gens sages disent qu’il faut économiser le plaisir comme la fortune, c’est le moyen de conserver l’une et de mieux savourer l’autre !  pour nous, ma chère amie, nous avons donc suivi ces conseils, car je sens que je t’aime autant que jamais, et que j’aurai bien de la jouissance à te revoir à Paris. »[4]

le mariage de Ludovic Arnaud-Tizon

Quatre ans plus tard c’est le tour de leur deuxième enfant, le seul garçon de la famille. Le démarche est différente, mais ce sont toujours des tiers qui agissent en premier, comme on peut le voir dans cette lettre du plus jeune des gendres de la famille, Jacques Barbet, qui va considérablement s’impliquer dans cette alliance :  « Mon ami, je n’avais point oublié de participer au Papa et à la Maman [ils appellent toujours leurs beaux-parents comme ça]. et même à Ludovic ce que je savais relativement au sujet de ta dernière lettre.  Je leur ai communiqué ce qui touchait cet article et tout en me renfermant dans les bornes de la plus stricte prudence quant aux conseils mais en appuyant sur le mérite de la jeune personne.  J’ai vu que cela ne leur convenait pas pour la fortune qu’ils ne trouvent pas assez considérable . . . » [5]

Ludovic a rencontré la jeune femme ; il et sait pertinemment à qui on le destine, ou du moins à qui pensent ses parents. Par chance,  elle lui plaît « infiniment et par ses manières, son physique et sa famille ». Peut-être l’a-t-il lui-même proposée à Catherine et Claude puisque la mère parle d’elle comme d’une jeune fille sur laquelle son fils a « jeté les yeux »[6]. Cependant, d’accord avec ses parents, ils estiment que la dot n’est pas assez considérable. Il faudrait, pour le moins, que « les revenus couvrissent la dépense ». Ce qui, pour parler franc, revient à demander 60 000 francs comptant, plus une ferme de 1900 livres de rente. Une femme peut avoir toutes les qualités souhaitables, si elle n’apporte pas suffisamment d’argent, le mariage ne se fera pas. Cependant, les exigences vont être revues à la baisse. Soit que Ludovic prenne conscience du caractère excessif de sa demande, soit qu’il se soit véritablement entiché de la jeune femme, on voit au fil des lettres diminuer le montant de la dot souhaitée. C’est ainsi que Catherine ne parle plus que de 30 000 livres, dernier seuil fixé par le père de Ludovic. Dans cette histoire, il semble que l’on ne puisse négocier avec les parents de la jeune fille sans s’être préalablement identifiés : cela laisse penser que toutes ces conjectures sur le montant de la dot se sont jusqu’alors faites par personnes interposées, sans que les parents Arnaud-Tizon aient dévoilé ouvertement leurs intentions. Catherine le laisse entendre, qui dit à Pierre : « on a à peu près 40 milles livres ;  je sens qu’on ne peut guère demander cela sans faire une demande en règle ».[7] Le « on » désigne la famille de la jeune personne, manière de ne pas les nommer par respect pour l’anonymat qui règne toujours, dans les lettres, à cette étape des tractations. Et l’énormité de la somme oblige, vraisemblablement, à se découvrir : autrement dit, à mettre au jour la propre fortune du futur marié, afin de laisser miroiter les éventuels avantages qu’il y aurait, pour les parents dotant leur fille à un si fort niveau, à une telle alliance. Fort niveau dont Catherine n’ignore rien puisqu’elle laisse entendre que « on » est en possession d’une telle somme au comptant.

Reste que Ludovic, qui rêvait d’une dot à 60 000 livres, diminue de moitié des prétentions au moment de faire sa demande officielle.

Obtenir l’objet de son désir

L’expression qu’emploie Barbet qui informe Pierre des désirs de Ludovic est assez troublante car c’est en termes d’acquisition, d’obtention pour dire mieux, qu’il parle de la promise. A lire la phrase, on a un instant d’hésitation mais sa construction ne permet pas de douter longtemps : « Si soixante mille francs comptant plus la ferme de 1900# de rente étaient la dot de l’aimable personne qui leur plait beaucoup, notre cher frère se trouverait fort heureux de pouvoir l’obtenir car elle lui plait infiniment et par ses manières son Physique et sa famille mais il désirerait avoir une femme dont les revenus couvrissent la dépense. »[8] Le fait qu’il use, tout de suite après « l’obtenir », d’un sujet qui désigne la jeune femme et non la dot indique bien que c’est elle qu’il souhaite obtenir ; que c’est d’elle qu’il parle comme s’il acquérait un bien. Ce qui, à ses yeux, est le cas.

Mais comment, dans les circonstances, ne pas penser ainsi ? on place un jeune homme en position de choisir parmi quelques fortunes qui sont incarnées par des personnes qui sont autant de promesses de plaisirs, d’avenir et de liberté augmentés. Comment ne pas considérer ces jeunes femmes ainsi mises en concurrence les unes avec les autres comme des « objets conjugaux », pour reprendre l’expression que nous avions rencontrée pour qualifier la relation de M. Henley à son épouse ? Le contraste est fort avec Albine qui, quoique misant sur son propre dégoût pendant la rencontre avec le vieux petit à perruque, s’inquiétait de n’être pas désirée par lui. Et si elle ne lui plaisait pas, avait-elle demandé à ses parents ? Ici, la question ne se pose pas en ces termes, apparemment. Surtout lorsqu’on s’appelle Ludovic Arnaud-Tizon et qu’on est le seul fils d’une famille de riches négociants. L’expression est utilisée par Barbet, qui peut ne pas avoir retranscrit le sentiment du jeune homme mais employer une expression représentative de son propre rapport aux femmes ; car Jacques-Jules Barbet – même s’il ne s’appelle pas encore Barbet de Jouy – n’est pas homme à dédaigner les privilèges sexuels que lui confère sa posture de personnage richissime[9]. De fait, il est familier de ce genre de vocable : à chaque fois qu’il évoque ce futur mariage, il emploie des termes du même registre. C’est ainsi qu’en évoquant l’impatience que ressent Ludovic à se trouver marier à la jeune femme, il fait allusion au jour où enfin il la « possèdera ».

Barbet n’a cependant pas l’exclusivité de ce type d’expression. On la retrouve à plusieurs reprises sous la plume de Catherine : « Ludovic persistant à vouloir se marier, et désirant obtenir celle de qui nous avons déjà parlé »[10], dit-elle. Une autre fois : « Je vous l’avoue je désir voir mon fils établi et le bien qu’on dit de la demoiselle (…) me fait désirer ardemment qu’il puisse l’obtenir ». On peut sans risquer de se tromper penser qu’elle était d’usage, soit en général soit dans cette famille particulièrement. La notion d’ « appropriation des femmes », notion couramment employée par les féministes quelques années plus tard, n’est pas un vain mot.

Pierre, comme souvent, est tenu informé des tractations et des positions de chacun. Catherine s’exprime à cœur ouvert avec lui et ne cache pas le désaccord qui l’oppose à son mari sur la nécessité pour Ludovic de se marier. La mère tient à ce que son fils se marie pour le « fixer et maintenir en lui le goût du travail ». Le père, qui s’est marié à …, ne partage pas cette opinion : il a l’air, dit-elle, de « désirer que Ludovic ne se presse pas ». Le plus important, au-delà de cet écart entre les idées que chacun des parents se fait sur l’intérêt pour le fils de la famille de se « fixer », est la liberté que l’un et l’autre lui laissent ; car même Catherine considère que « sur le tout, ce grand garçon fera ce qui l’arrangera ». La pression exercée sur l’enfant à marier, selon qu’il est homme ou selon qu’elle est femme, n’est donc pas du tout la même ; sur le choix sur la personne comme sur le choix du meilleur moment.

Enfin, Catherine ne partage pas l’avis de Barbet et de Ludovic sur les critères qui doivent présider, selon elle, au mariage. Comme Pierre, elle se situe du côté de la convenance des caractères plutôt que des fortunes : « je pense comme vous qu’une bonne éducation et un bon caractère sont préférables à une grande fortune ».[11] Quand quelques problèmes ralentissent les négociations, ils décident de voyager à Paris pour montrer leur empressement: « enfin pour tout terminer et bien prouver notre empressement de nous allier à cette respectable famille mon mari et son fils partiront jeudi matin pour se rendre a paris ; mon fils aurait voulu partir à l’instant mais les affaires du papa ne lui ont pas permis de partir plus tôt. »[12] Le garçon est toujours pressé de se trouver marier à cette fille qu’il a dû rencontrer à l’un de ces bals auxquels il assistait sans cesse. On voit que sa mère, aussi, est enthousiaste, et espère avoir de bonnes relations avec cette future bru. : « Je regarde mes gendres comme mes propres enfants et je désire qu’il en soit de même de ma belle fille, le bien qu’on dit de cette jeune personne me fait désirer avec ardeur de la voir entrer dans notre famille; »[13]

La demande, à vrai dire, ne se fait pas directement : comme pour Albine, on passe par des intermédiaires. Les deux beaux frères de Ludovic, Pierre Vitet et Jacques Barbet, sont chargés de réfléchir à la manière de s’y prendre. Le moment est venu, prétend Catherine, de « nommer les masques »[14] : informer les parents de la future sur la fortune du prétendant ne pourra, dit-elle tout en s’excusant du caractère vaniteux de cette considération, « nuire à la réussite de l’affaire »[15].

Est-ce la réputation et la fortune de la famille Arnaud-Tizon, ou bien l’insistance des gendres auprès de la famille de la jeune fille qui ont joué ? La dot, finalement, est revue à la hausse pour atteindre 40 000 livres. Répondant au souhait de Pierre qui, visiblement, a besoin à son tour d’en apprendre davantage sur ce qu’apporte, de son côté, la famille Arnaud-Tizon, Catherine aligne les chiffres, les faits et les promesses : Ludovic sera, de son côté, doté de 60 000 livres ; il a déjà gagné plus de 20 000 livres, est associé pour un quart dans la fabrique et, au mois de janvier, il aura les mêmes intérêts que son père (c’est-à-dire qu’il sera associé pour un tiers). « Voilà sa position »[16], conclut-elle. Ce n’est donc pas le jeune homme que l’on contacte pour obtenir ces informations qui le concernent : après tout, que sait-il vraiment des intentions de ses parents ? Dans ces familles de négociants où les places des garçons sont décidées et distribuées dès la naissance au sein de la fabrique, les parents restent en position de déterminer le degré de fortune des héritiers. Ludovic n’échappe pas à cette règle.

Huit jours plus tard, Ludovic rencontre le père de sa future épouse. Enfin, l’identité de la famille sélectionnée peut apparaître dans les courriers. On sort de l’anonymat, les tractations ont abouti. Il s’agit d’un certain monsieur Brunet[17]. Ludovic le rencontre chez des amis, à Paris ou au Havre. On l’attend sous peu à Rouen. Catherine, suspicieuse comme on l’est toujours dans ces familles à cette époque, s’interroge sur les raisons qui l’amènent à faire tarder sa réponse : est-il venu à Rouen en secret afin de prendre des informations sur les Arnaud-Tizon ? « Pourquoi ne pas le dire franchement ? »[18] demande-t-elle à Pierre.

Les familles se rencontrent, peu après cette première mise en relation de Ludovic, de ses parents et du père de la jeune promise. Une soirée est organisée à XXX au cours de laquelle Amélie chante et, manifestement, emplit Jacques du ravissement qu’il ressent toujours aux abords de sa belle sœur préférée. Mais la « future » n’est pas pour lui déplaire non plus et, au final, Jacques Barbet se trouve très heureux d’appartenir à une famille aussi bien dotée en jolies femmes : « Je vous assure que sans faire plaisir à personne j’en éprouvai beaucoup en remarquant que mes chères belles sœurs présente et future étaient ce qu’il y avait de mieux à cette soirée et ce n’est pas peu dire »[19]. Tout n’est pas décidé encore et Ludovic s’impatiente : pour lui, « les jours sont des semaines ». Son père est absent, ce qui semble retarder la suite des négociations. C’est Pierre pourtant dont on attend le signal pour « aller en avant » : c’est lui qui, pour son beau père, est chargé, « en négociant habile » qu’il est, de pouvoir « terminer au désir du papa Arnaudtizon une alliance qui ne peut que nous être agréable à tous. »[20]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 12 Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 31 octobre 1807. Victoire est née à Lyon le 13  novembre 1790. Donc elle avait presque 18 ans.

[2] Né en 1787, Jacques Barbet a donc … quand il se marie. Il va devenir Barbet de Jouy quand en acquérant une propriété à Jouy, une ville dans l’Eure, entre Rouen et Paris. Un de ses fils, Henry Barbet de Jouy, va devenir conservateur du Louvre sous le Second Empire.

[3] AML 84 II 12, Cathrine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 4 mai 1808.

[4] AML 84 II 09, Pierre Vitet à Amélie Vitet, St. Just, le 9 juillet 1808

[5] AML 84 II 09  Jacques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud-Tizon à Pierre et Amélie Vitet, Rouen le 7 avril 1812.

[8] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Rouen le 31 janvier 1812.

[9] Cf supra, le chapitre 3 sur le corps et les choses.

[10] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[11] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 7 avril 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 28 [juillet 1812] à deux heures de l’après midi, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[13] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 5 juin 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[14] Veut-elle dire « tomber les masques » ?

[15] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 31 mai 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris) AML 84 II 12

[16] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 12 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[17] Brunet est en réalité le deuxième mari de la mère de la jeune fille. C’est lui qui la dotera.

[18] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen, le 20 juillet 1812, à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  84 II 12

[19] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajoute informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.

[20] AML 84 II 09  Jaques Barbet à Pierre Vitet, Bapaume le 12 juin 1812. Ajouter informations sur M. Brunet, deuxième mari de la mère de la future, Amélie Thiébault.

Chapitre Cinq : Alliances (5/8)

Albine change d’état

La noce est prévue pour le 12 novembre. Nous sommes en 1805. Mme Vitet, épouse de Jean-François, cet ami de la famille Morand qui est aussi le vice président du tribunal d’appel de Lyon, est invitée. On l’apprend par une lettre qu’adresse Marguerite Vitet à son fils Pierre. La fille aînée des Morand va être mariée, lui annonce-t-elle, et leur cousine s’est résolue à s’y rendre malgré la gelée : « … Mme Vitet s’est cependant armée de courage et a cédé aux instances de la famille Morand,  elle va passer huit jours pour la noce de Melle Morand dans leur campagne ; je la crois du côté de celle des la conot ; elle épouse Mr Bœuf de Curis, qui a de belles propriétés et habite 9 mois de l’année cet endroit ; on ira installer la nouvelle mariée dans sa maison, où il n’y a père ni mère mais un frère et une sœur de son mari, sous la conduite d’une bonne tatan qui les a fort bien élevés depuis la fâcheuse révolution qui a fait périr le père sous la hâche et peu après la mère par le chagrin ; la cousine Aurélie se dispose à bien danser. »[1]

On n’a pas eu à aller très loin, comme le disait Antoine, pour trouver ce fiancé. Honoré Bœuf de Curis possède un château qui existe encore dans la commune de Curis, à quelques km à vol d’oiseau de Machy, de l’autre côté de ce qu’on appelle les monts d’or. La demeure n’a rien à voir avec celle des Morand : c’est un vrai château, même s’il reste assez modeste dans ses dimensions. Une grande tour surplombe un bâtiment carré de plusieurs étages. A l’inverse, Machy est surtout une belle demeure bourgeoise qui, certes domine une longue plaine pentue de pâturages, mais qui ne possède qu’un étage et des combles. De minuscules tourelles agrémentent l’ensemble pour lui donner une certaine allure, mais l’impression n’est pas la même que celle ressentie devant Curis.

La fête se déroule à Machi ; elle a réuni « très peu de monde »[2], de l’avis d’Antoine, quoiqu’assez pour « garnir ma salle à manger »[3]. La cérémonie religieuse a eu lieu à l’église de Chasselay : « Tout s’est très bien passé, hier, on nous a traités en gens qu’on aime »[4]. Une garde à cheval, formée de jeunes gens, est venue prendre Albine à Machy et l’a ramenée ensuite en sortant de l’église ; tout le village participait, visiblement : « les boîtes et les pistolets et les cloches faisaient à notre approche de Chasselai un bruit qui, avec le cortège que formaient les voitures et la cavalerie avaient rassemblé, malgré que ce fut un jour ouvrable, la plus grande partie des habitants de notre bourg. »[5] Les Morand, en digne famille aristocratique, possèdent leur propre chapelle « dépendante de l’église » de Chasselay ; c’est là qu’a été donnée la bénédiction ; c’est M. Navarre qui a fait la cérémonie, « prononcé un très joli discours et plein de choses agréables pour les deux familles et dit la messe, M. le curé qui est très sensible à se souvenir de ma tante a mis dans tout cela la plus grande complaisance »[6].

C’est dans les jours qui suivent le mariage que l’on attend du monde : des « personnes du voisinage et de la ville », des cousins. Passées ces visites, la famille ira faire « son entrée » dans la ville du marié, à Curis. Après quoi, on restera à Machi : « ma femme compte rester et garder Mad. Albine jusqu’à la Noël »[7] : le départ de la maison maternelle est tout sauf brutal, pour une jeune fille qui vient de se marier.

En faisant le récit de la noce, Antoine invariablement revient à ses regrets :  « Pourquoi l’idée de ma pauvre sœur souffrante, que je porte sans cesse avec moi, pourquoi la privation de vous … dans ce moment intéressant sont elles venues empoisonner d’aussi doux moments. Tout le monde a partagé nos regrets, vous étiez là mais en peinture seulement et M. Deschamps a adressé de très jolies choses à votre portrait. »[8] Qu’il soit optimiste ou résolument décidé à ne voir que ce qui l’arrange, Antoine n’imagine pas un instant que sa sœur, au plus mal, a pu désirer la présence de sa famille auprès d’elle. Eléonore décède quelques jours après le mariage d’Albine, le (22 ?) novembre. Le 30 novembre[9], Antoine écrit à sa mère que, depuis 8 jours, on lui a caché les nouvelles qui arrivent de Grenoble. Il n’a appris la « perte cruelle » qu’en arrivant à Lyon, et il invite sa mère à les rejoindre à Machi. Personne, parmi ceux qui, à ses côtés, n’ignoraient rien de la gravité de sa maladie, n’a jugé utile de décaler le mariage d’Albine.

Dès le lendemain de la noce, Antoine écrit à sa mère : toute la lettre vaut d’être citée, notamment pour ces premières phrases dans lesquelles le père constate, observateur discret mais attentif, que sa fille a, au lendemain de la nuit de noce, « un air d’étonnement et de satisfaction » qui laisse penser qu’elle est devenue « Madame » : « C’est hier, ma chère maman, qu’Albine a changé d’état, elle est bien venue ce matin déjeuner avec nous, est-elle ou non Madame, c’est ce que je ne vous dirai pas, je suis trop discret pour faire à cet égard des questions, mais elle a un air d’étonnement et de satisfaction qui s’explique et qui me fait grand plaisir. »[10] Un mois plus tard, il confirme que sa fille se porte décidément « très bien, il n’est plus question de sang porté à la figure et je suis obligé de convenir qu’elle a une charmante tournure, il est difficile d’être mieux faite mais en m’applaudissent de cet ouvrage il faut bien m’accoutumer à penser qu’il est destiné à éprouver de grands changements. Je désirerais bien cependant que cela fut un peu retardé car ces premiers moments où une jeune femme paraît dans le monde sont bien les plus beaux de la vie de ces êtres intéressants, hélas que de douleurs que de may(cachet noir cache partie du mot) sont ensuite leur partage ! »[11]

Reste cependant le délicat sujet du faire part d’un mariage en période de deuil : Antoine s’en remet, une fois de plus, à sa mère. Elle est, à ses yeux, la meilleure maîtresse qui soit dans l’art des convenances :

« J’avais fait faire des billets de famille pour rendre nos visites, j’ai cru devoir suspendre cet envoi à cause du deuil où nous sommes. Vous êtes à la tête de cette liste, car il est bien d’usage d’y placer les parents père mère oncles et tantes lors même qu’ils sont absents, mais m. de besson est sur la liste, son grand deuil à lui sera fort long ; dites moi si je dois faire réimprimer les billets pour en ôter son nom ou si je peux l’y laisser ? je suivrai votre conseil mais ce sera entre nous absolument ».

A part ses inquiétudes sur de telles formalités, Antoine est heureux. Le mariage d’Albine lui donne l’occasion de revisiter un château où, semble-t-il, il a vécu une partie de son enfance : c’est ainsi qu’il rappelle à sa mère, en février 1806, que lorsqu’elle viendra à Curis comme elle en a l’intention, Albine sera bien fière de « pouvoir offrir de nouveau à sa bonne maman son ancienne chambre, elle est toujours la même et je me rappelle bien d’y avoir récité des leçons et mon cathéchisme ; d’autres appartements de ce château me rappellent d’autres souvenirs….. enfin le bon dieu est bien bon et moi bien content de me retrouver dans le cas d’habiter à mon âge un bien où j’ai passé des moments agréables dans mon enfance et dans ma jeunesse. »[12] Il dit juste : Antoine a connu le château de

Curis, celui de son gendre, quand il était petit car Jean Antoine, son père, l’a restauré et, visiblement, la famille s’y est durablement installée.

Dès février 1806, c’est-à-dire trois mois après son mariage, Albine est enceinte. Cela n’est pas dit de manière aussi brutale ; Antoine le fait savoir d’une manière qui ne peut être comprise autrement par une grand-mère qui sait ce que « fatiguée », dans les mois qui suivent un mariage, peut signifier : « Ma fille est un peu fatiguée maintenant, nous la voyons souvent et sommes beaucoup en famille, elle est assez disposée à être comme son mari un peu sauvage et les visites sont toujours la chose dont on parle le plus et qu’on fait le moins. » [13] Albine et Honoré mettront au monde une petite fille, le 1er septembre 1806, soit 9 mois et demi après leur mariage. Ils la nomment Antoinette Azélie. On l’appellera Azélie.

Sa maman, Albine, mourra dix mois plus tard, le 8 juillet 1807.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] AML 84 II 11 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] le 1 octobre 1805.

[2] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[3] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[4] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[5] (Sic) AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[6] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[7] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[8] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[9] La lettre est datée de « Machi, le samedi 30 décembre », mais je pense qu’il s’agit du 30 novembre 1805. Cela seul peut expliquer la lettre du 12 décembre dans laquelle il montre bien qu’il est déjà au courant du décès de sa sœur.

[10] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1805). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[11] Lyon, le 12 décembre 1805, Lettres d’Antoine à sa mère, 15 ii 35.

[12] Lyon, le 2 février 1806. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[13] Lyon, le 2 février 1806. Antoine à sa mère. 14 ii 35.