Chapitre Deux : Des enfants à élever (6/7)

L’intelligence des filles

Antoinette, la mère d’Antoine, est attentive à souligner les mérites des filles. Albine, l’aînée des Morand, est particulièrement gâtée par la nature, aux yeux de sa grand-mère. Sa cousine Olimpe de Besson montre également une vive intelligence. Les qualificatifs qu’emploie Antoinette indiquent bien combien elle est attentive à cet aspect de la personnalité en général ; chez ses petites-filles certes, mais pas seulement.

Albine, la « favorite »

Albine est une enfant douée ; Antoine, son père, le laisse entendre à plusieurs reprises dans ses lettres. Il avoue même que lui et Magdeleine l’ont peut être un peu « gâtée ».  Antoinette, sa grand-mère, lui voue une véritable adoration. L’enfant est douée, réussit dans tous les arts d’agrément qu’elle pratique (le piano et le dessin) et manifeste un esprit et une maturité au-dessus du commun. Les traits physiques ou le charme de la jeune fille sont peu évoqués. Il semble qu’elle ait souffert de quelques désagréments sur lesquels, par pudeur, ni Antoine ni Antoinette ne s’étendent. Son talent n’est pas là, à l’évidence.

Albine n’éprouve que des succès, constate la grand-mère en 1798, c’est-à-dire quand Albine a 12 ans, et ce, « dans tout ce qu’elle apprend ». Et Antoinette continue : « Cet aimable enfant est bien prématurée et ne peux que vous donner toutes sortes de satisfactions. »[1] Peut-être par pudeur, ou bien parce que la chose n’a pas besoin d’être soulignée entre époux, Antoine lorsqu’il écrit à Magdeleine, ne s’extasie pas autant que la grand-mère devant les talents de sa fille. Sa grand-mère en revanche, qui est loin et qui cherche à faire plaisir à son fils, ne tarit pas d’éloge sur la pianiste. Très fière, elle rapporte les impressions qu’a ressenties une femme dont elle apprécie particulièrement les dons artistiques et les qualités morales, à la vue d’Albine. Madame de Montherot, qui est comme une fille pour Antoinette Morand, est une femme excessivement douée au piano forte.  Antoinette ne cesse de vanter ses mérites. Elle a, d’après elle,  le « talent d’un maître » sur cet instrument.

Madame de Montherot est une ancienne voisine des Morand, rue Saint Dominique. C’est, vraisemblablement, un membre de la famille quoiqu’il ait été impossible d’établir, jusqu’à maintenant, à quel degré. Antoinette l’appelle sa « fille adoptive » et, lorsqu’elle déménage de la rue Saint dominique, lui reproche gentiment de quitter la « maison de son oncle ».  Son jugement, pour Antoinette, vaut de l’or. Lorsqu’elle lui rapport qu’Albine a fait les plus grands progrès et joue très bien des sonates fort difficiles, Antoinette ne se sent plus de joie. Elle s’empresse de le répéter à Antoine, bien persuadée qu’elle fera le plus grand plaisir à ce père qui, lui aussi, avoue un faible pour son aînée. D’autres viennent témoigner de ces talents que manifeste Albine ; Antoinette qui y est si sensible, s’empresse de rapporter tout ce qu’on dit de sa petite-fille. Un certain M. Silvy, revenu de machy, vient lui rapporter des nouvelles de celle qu’elle n’a pas revue depuis deux ans. Il a été, confie-t-elle ravie, « vraiment étonné des talents de ma chère Albine, il m’a vanté sa bonne tournure ».

C’est plus qu’un faible qu’Antoinette ressent pour Albine. Elle le dira à plusieurs reprises, l’aînée de ses petites-filles est sa « favorite » ; et elle le montre par une multitude de compliments qu’elle lui adresse par l’intermédiaire de son père et, sans doute, qu’elle lui adressait elle-même. Mais, hélas, nous n’avons plus les lettres qu’elle échangeait avec sa petite-fille. A 13 ans, celle qu’elle appelle son « aimable créature » vient de lui écrire. Antoinette s’extasie : c’est « une lettre si bien pensée, si bien peinte et si bien orthographiée, qu’en la lisant j’oubliais son âge, et pensais que dans celui où l’on a plus à acquérir l’on se ferait honneur d’écrire ainsi. »[2] Et elle ajoute : « Tous mes compliments à la petite maman du succès qu’elle a dans les soins qu’elle se donne pour son éducation. »

Albine est une enfant douée qui, de plus, travaille avec constance et application. Son éducation est, de l’avis d’Antoinette qui n’en manque pas elle-même, « très avancée ». Il n’est donc point nécessaire, avertit-elle ses parents soucieux de la trouver légèrement indisposée, d’insister pour la faire davantage travailler. Il faut au contraire, selon elle, la faire danser pour la distraire agréablement. « … cet enfant sera prématurée pour le physique comme elle l’est pour le moral ». Antoinette n’est pas peu fière de cette petite-fille qui sort peu à peu de l’enfance : ses lettres, puisqu’à partir de ses 12 ans elle n’a plus d’autre relation avec elle qu’épistolaire, témoignent d’une « fille au dessus de son âge ». C’est, ressasse-t-elle, « un enfant à souhait qui excelle dans tout ce qu’elle fait ».

Albine est le joyau des Morand de Jouffrey. Elle n’est pas la seule. Sa cousine Olimpe de Besson, née juste après elle, mérite les mêmes compliments. L’attachement cependant, noué à des heures plus tardives, n’est pas aussi intense.

Olimpe de Besson

Olimpe a, en 1798, 11 ans. Elle vit à Grenoble, place aux Herbes, avec ses parents, son frère Auguste et sa petite soeur Louise. Antoinette apprend à mieux la connaître à partir du moment où elle s’installe définitivement à Grenoble, rue Brocherie, c’est à dire à quelques pas seulement de la place aux Herbes. Antoinette n’a guère fréquenté cette partie de sa famille depuis le siège de Lyon et l’exécution de Jean Antoine. On sait que sa soeur et sa fille étaient auprès d’elle dans ces moments tragiques. Mais où étaient les trois enfants d’Eléonore ? Jean Antoine n’évoque pas leur présence dans les lettres qu’il adresse à sa femme, de sa prison lyonnaise. Aussi, on ne sait si Antoinette a vraiment eu l’occasion de les voir grandir. Présente au moment de la naissance d’Olimpe, elle n’évoque pas d’autre séjour grenoblois dans ses courriers ; ni de souvenir lié à la petite enfance des enfants d’Eléonore, sa fille.On peut bien supposer que, lorsqu’elle arrive à Grenoble en 1798, c’est trois petits enfants de papier qu’elle rencontre. Enfants de papier si Eléonore a pris la plume pour régulièrement donner des nouvelles de sa famille. Ce dont on n’a pas la preuve.

Olimpe, lorsqu’elle fait sa connaissance, lui apparaît comme une enfant aussi douée que sa chère Albine. Au point de mériter la comparaison avec le phénix de Machy : « Olimpe se porte à merveille. C’est à présent la santé de la maison. Mais elle reste bien petite. Elle est comme albine pour l’intelligence, elle a une excellente tête. Pour y classer tout ce qu’elle apprend avec facilité. Auguste est un aimable polisson, il ne manque pas aussi d’intelligence, mais il est extrêmement distrait, fort vigoureux et d’une franchise qui fait excuser ses fautes dont il convient volontiers. »[3] Antoinette s’extasie cependant moins sur elle que sur Albine . Du moins dans ses lettres à Antoine, les seules qu’on ait conservées. Elle a passé moins de temps auprès d’elle ; et peut-être aussi a-t-elle moins de raisons de vanter les mérites de cette petite nièce encore plus étrangère à Antoine qu’à Antoinette, que de s’extasier sur les qualités de cette fille chérie.

On le voit dans cet extrait qui concerne les mérites d’Olimpe : la comparaison avec les garçons n’est pas forcément à leur avantage. Elle s’en enquiert, leur montre un attachement qu’on devine aussi intense qu’aux filles. Mais les mérites sont moins souvent soulignés, ou d’une manière qui accentue moins leur intelligence et plutôt leur jolie figure. C’est en tout cas le charme qu’elle trouve, en particulier, à James le grand frère d’Albine et de Léo.

Il est une autre demoiselle qui reçoit de cette vieille dame facilement charmée par le talent, des déluges de compliments. L’affection qui lie Antoinette à sa mère peut expliquer, comme pour Albine, celle qu’elle éprouve pour l’enfant. N’aime-t-on pas avec plus de facilité les enfants des personnes qui nous sont le plus chères ? Antoine, le père d’Albine, est incontestablement l’enfant chéri d’Antoinette. La fille de Madame de Montherot, sa « fille adoptive », ne pouvait que partir avec de forts atouts pour plaire à Antoinette.

Mlle de Montherot

[4] Sa mère, cette « chère fille Demontherot », comme elle se plaît à l’appeler, pouvait déjà en tout « servir de modèle » ; ses filles allaient forcément, prédit-elle, faire « d’aimables amies » pour ses petites filles. La prédiction s’est avérée juste. Albine est devenue l’une des meilleures amies de Louise Demontherot et la grand mère, certaine que l’influence lui sera bénéfique, s’en réjouit : « Je félicite ma chère Albine d’avoir pour amie Mlle demontherot, c’est la candeur et la bonté personnifiées. J’ai trouvé aussi beaucoup d’esprit et de raison dans les conversations que je me suis plu d’avoir avec elle. »

Le destin va donner cependant un écho des plus lugubres à ces rapprochements amicaux, presque familiaux, entre Louise et Albine. La première mourra en 1804 des suites d’une grossesse extra-utérine, laissant ses proches au désespoir ; Albine, trois ans plus tard, connaîtra le même sort pour des raisons similaires. On devine, à lire Antoinette au fil de son admiration pour l’une et pour l’autre, le degré d’anéantissement auquel ces disparitions tragiques porteront le cœur de la vieille dame. Antoinette déjà si profondément atteinte lorsque partira, après tant d’autres, sa chère Albine : car le sort se sera véritablement acharné sur cette femme, veuve inconsolable d’un époux vénéré ; mère orpheline d’Eléonore, qui les quittera quelques jours seulement après le mariage d’Albine ; soeur enfin privée de son alter ego, cette femme mystérieuse dont on n’a gardé que peu de souvenirs, sinon un gobelet marqué Saint Cyprien Morand, du nom qu’elle avait emprunté pour entrer en religion, et qui elle aussi est la première à partir.  Entre 1793 et 1807, Antoinette aura perdu la plupart des êtres qui lui étaient le plus chers, la mort atteignant à chaque fois des êtres de plus en plus jeunes : son époux, sa soeur, sa fille et enfin, Albine sa petite-fille chérie. La vieille dame survivra encore quatre ans avant de s’éteindre à l’âge deen 1812.

Antoinette chérit les filles de son entourage. Elle est une grand-mère attentive, admirative et encourageante. On ne l’entend jamais, dans les lettres, exprimer autre chose que de la tendresse. C’est elle qui, en dépit des difficultés financières où elle se trouve, insiste pour offrir à Albine les 100 livres que coûtent une vingtaine de leçons de piano forte dont elle a besoin. On n’entend pas la voix de la mère, c’est dommage. Mais d’autres voix féminines se montrent à l’unisson de celle d’Antoinette. Il y a, chez ces femmes responsables de l’éducation des enfants en général, mais des filles en particulier, un souci et une qualité d’attention sur les caractères et dispositions individuelles tout à fait remarquables. La fameuse Madame de Montherot, cette grande amie d’Antoinette justement, renchérit par l’intermédiaire d’Antoine lorsque, chargée pendant des circonstances exceptionnelles[1] de l’amusement et des occupations de Léo, elle lui fait connaître son jugement sur la petite fille alors âgée de 10 ans ; Antoine, bien certain que le compliment ira droit au cœur de sa mère, s’empresse de lui faire parvenir ces paroles : « le jour je suis très occupé et les soirées se passent ou avec ma petite compagne [Léo] ou en l’accompagnant quelque part et venant la rechercher le soir[2] ; comme j’ai fait aujourd’hui chez Mad. de Montherot ; elle m’a chargé de mille choses pour vous et pour ma femme, et n’a cessé de me dire combien elle appréciait et aimait encore mieux Léo depuis qu’elle avait eu plus de rapports avec elle ; elle lui trouve beaucoup de douceur, d’intelligence, de mémoire et un heureux naturel ; elle est enfin bien persuadée que son éducation peut présenter à celle qui voudra la faire, plaisirs et succès. » [3]

On ne peut dire que les filles, et en tout cas Albine, sont méjugées ou peu considérées, dans la famille Morand. Si, comme on le remarquait tout à l’heure, les garçons partent avec un temps d’avance, mieux accueillis par des mères inquiètes de plaire aux maris comme aux familles en attente d’un héritier, certaines filles ne manquent pas non plus d’un vrai et sincère soutien.

La formation des garçons

L’éducation des garçons est plus sommaire au sens où elle nécessite apparemment moins d’efforts : les fortifier physiquement d’abord, puis former son caractère sont les deux grandes directions que se donnent les parents. Très jeunes, ils sont séparés du milieu familial pour acquérir une instruction, du moins quand ils parviennent à supporter la dureté du collège.

Accoutumer les corps à la fatigue

Dès que James atteint 7 ans, son père incite Mion à chercher à « fortifier sa santé, à accoutumer de bonne heure son corps à la fatigue ». [5] Ludovic, quant à lui, dans le même but, prend des cours de danse. A 10 ans, c’est un enfant d’une « grandeur extraordinaire » ; sa grand-mère, Catherine, doute qu’il soit assez fort pour supporter ces cours mais c’est le seul moyen, en hiver, pour faire de l’exercice puisqu’à partir de la saison d’hiver, il n’est plus question de se promener dans la ville[6]. On n’est pas partisan, chez elle, d’une pratique intensive ; lorsqu’un mois plus tard elle apprend qu’il persévère, elle l’en félicite mais elle ajoute qu’il en faut faire « modérément »[7]. A 17 ans, il est devenu un excellent danseur, courtisé par les « jeunes dames et demoiselles » pour qu’il les fasse danser.

Douceur et bonté dans le caractère

Ludovic Vitet est, quant à lui, un garçon dont on souligne le « caractère affable et les bonnes manières » [8].

Bonté du cœur, douceur du caractère : telles sont les qualités qu’observent, et dont se félicitent, les deux parents de James . A 7 ans comme à 15 ans, c’est un garçon assez réservé, timide même, qui travaille avec application au collège de la Croix Rousse où il a été placé. Antoine apprécie, autant que chez ses filles, la modestie de son maintien : « Je suis très content de ton fils, il ne cherche point à se produire, a la timidité qui convient à son âge mais annonce beaucoup de bon sens, de réflexion et de l’instruction pour son âge et par conséquent du véritable et bon esprit. »[9] Il dessine, notamment lorsqu’une assez grave entorse l’oblige à demeurer chez lui plus longtemps que prévu. Tous ces traits de caractère agréent Antoine, qui s’en félicite et s’en inquiète à la fois. Il n’est vraiment occupé, remarque-t-il un brin étonné, « que du désir de s’instruire et de s’avancer ». Lui-même ayant été d’un tempérament beaucoup plus fougueux, voire emporté, ayant vécu une jeunesse de passions et d’amusements, il se prend à douter de la capacité de James à faire face à l’éloignement, le moment venu : « studieux et très doux », ne risque-t-il pas de se décourager ? Ne faudrait-il pas qu’il soit « un peu moins raisonnable » finalement ? Ne manque-t-il pas « de caractère et d’un peu d’énergie » ? Toutes ces interrogations émergent lorsqu’il s’agit de placer James dans un collège à l’autre bout de la France.

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Grenoble ce 22 thermidor an 6 (9 août 1798). Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal rue Saint dominique n°66 à Lyon. AM Lyon, 14 ii 31.

[2] 12 germinal an 7 (Antoinette à son fils). Au citoyen Morand Jouffrey juge du tribunal de lyon département du Rhône à Lyon.

[3] Fontaine, 27 vendémiaire an 7 (1798) : Antoinette à Antoine. Au citoyen morand juge du tribunal, rue saint dominique, n° 66, à Lyon. Fontaine était la résidence secondaire des Besson.

[4] Fontaine, 27 vendémiaire an 7 (1798) : Antoinette à Antoine. Au citoyen morand juge du tribunal, rue saint dominique, n° 66, à Lyon. Fontaine était la résidence secondaire des Besson.

[5] Lettre du 24 germinal an II, soit le 13 avril 1794.

[6] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 25 jan 1812, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  84 II 1

[7] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 22 février 1815.

[8] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 5  février 1819.

[9] Grenoble, mardi à 8h ½ (août 1802, messidor an 10). A Madame Morand de Jouffrey, rue saint dominique à lyon Deux feuilles volantes ton bleuté.

[1] Sur lesquelles nous reviendrons. Cf. infra, chapitre VII.

[2] Antoine est, à cette époque, seul à Lyon avec Léo. Magdeleine est à Grenoble.

[3] Lyon, le samedi 19, 10h du soir [19 décembre 1807]. Cette lettre déclassée se trouve dans le dossier des lettres non datées. Nous avons pu la dater pour des raisons que nous donnons plus loin, chapitre VII.

en 1811.

Chapitre Deux : Des enfants à élever (5/7)

Il n’en va pas de même des filles. La déception ressentie par les mères, on l’a suggéré, pouvait bien venir de cette conscience qu’avec une fille, rien n’allait être aussi simple qu’avec un garçon. Et le gribouillage d’Antoine recopiant Fénelon le dit déjà : l’éducation des sexes concerne surtout celui « dont les mœurs ont le plus d’influence dans la société ». Cela dit bien que le grand sujet de débat, la préoccupation majeure des pédagogues, en ces années qui entourent la Révolution, focalise l’éducation bien davantage sur les filles que sur les garçons.

L’éducation n’est pas l’instruction. Le débat avait longtemps porté sur l’injustice qui consistait à ne former intellectuellement que les garçons[1]. Sur ce point, aux alentours de la Révolution, on n’a guère fait bouger les lignes du sens commun. Au contraire peut être, avec l’avènement d’une République faisant de l’unité conjugale et de la domestication des femmes son alpha et son oméga. En revanche, si domestication il devait y avoir, elle passait nécessairement par une emphase sur l’éducation de celles à qui l’on confiait le gouvernement de la maisonnée.

L’éducation des filles

L’éducation des filles préoccupe. En quoi consiste-t-elle, dans les familles Vitet et Morand ? Les jugements de valeur, on le constate en premier lieu, portent davantage sur les filles que sur les garçons ; le modèle maternel en constitue, aux yeux des pères, le pivot ; enfin, des arts d’agréments leur sont enseignés, principalement dans le but de les occuper et de distraire leur entourage.

Jugements de valeur

Catherine, de Rouen, exprime très souvent ses jugements sur ses petites filles et petits fils. Les premières sont l’objet de toute son attention, et c’est sur elles qu’elle s’attarde le plus dans ses lettres. Quand les garçons sont généralement qualifiés de « sage et raisonnable », c’est bien le plus que l’on peut obtenir d’elle sur eux. En revanche, elle ne tarit pas de commentaires sur celles qu’elle fréquente ; non plus que sur la réputation qu’elles se sont faites, ou qu’on leur a faites à travers les échanges de correspondance.

Marie, l’une des filles de Victoire (sœur d’Amélie) à 11 ans, « est à la vérité assez étonnante par son goût pour le travail ; elle aime aussi beaucoup à causer et je vous assure que quand nous passons la soirée tête à tête la conversation ne tarit pas et qu’elle m’amuse mieux que beaucoup de gens raisonnables… »[2]

Victoire, qui est une autre de ses petites filles, est âgée de 16 ans ; on la juge déjà en âge de se marier. Une voisine des Vitet, en écrivant à Amélie, s’inquiète : elle avait la réputation, et on lui reprochait, « ses goûts de solitude ». Or, maintenant que c’est une « demoiselle bonne à marier », il faudrait qu’elle ait pris « un peu le goût du monde et des bals ». Est-ce le cas ? demande-t-elle à la tante. L’inquiétude est feinte, en vérité car le jugement sur l’essentiel est déjà formé : « avec l’éducation qu’elle a reçue, et l’esprit naturel qu’elle avait ce sera une charmante femme » [3]. Cette femme continue à juger ici, là, jusqu’à en venir à sa propre fille dont elle dit qu’elle commence à devenir « bien moins capricieuse », qu’elle « annonce des dispositions à apprendre facilement », qu’elle est d’un « caractère très gai et d’une très belle santé, ce qui est fort heureux …». Jugeant Amélie, la petite dernière de Pierre et Amélie, elle s’informe de l’évolution de son caractère : « est-elle toujours un peu lutin ? », étant la plus gâtée parce que la plus petite (elle a 5 ans). Il ne faut pas s’en inquiéter, la rassure-t-elle : la « raison vient vite aux demoiselles et, comme elle ne vous quittera pas, vous en ferez une bien aimable petite fille d’ici à peu de temps. »

L’art de faire des cadeaux est, à soi seul, une manière d’orienter le destin des filles. Chez les Vitet et Arnaud-Tizon, quand les garçons reçoivent, en guise d’étrennes, des livres, les filles se voient offrir des robes et des fourrures. Antoine rapporte de Paris de la peinture et du matériel à dessin pour Albine ; des bijoux parfois, à la demande de Marie Magdeleine, pour leur faire plaisir. Les livres sont pour Marie Magdeleine.

La mère comme point fixe

L’exemple maternel fait figure de principal paramètre dans la formation du caractère des petites filles : à force de demeurer au contact de leur mère, nécessairement elles finissent par en adopter le ton, les attitudes, les principes et finalement la morale. Les petites filles qui, par nécessité, doivent se tourner vers une éducation de pension sont considérées comme des victimes du destin : c’est que dans ces établissements, on acquiert une piètre éducation et, de surcroît, un « jugement faux » [4].

En 1801, Antoine recommande à sa femme de veiller à ce que leur fille aînée, Albine, alors âgée de 15 ans, se ménage. Elle vient de se rendre à deux bals et il craint que cela ne l’ait « échauffée » : il ne s’agit pas qu’elle se fasse remarquer, sauf par « sa bonne éducation, sa douceur, ses qualités essentielles et toutes les ressemblances avec sa mère qui pourrait (sic) en faire une bonne mère de famille » [5]. Antoine semble exprimer la crainte qu’Albine, en s’échauffant, n’aille s’imaginer un destin au-dessus de sa condition de « mère de famille ». C’est pourquoi il se tourne vers Marie Magdeleine pour la ramener à davantage de modestie.

Au printemps 1807, Léo, la petite dernière, atteint ses onze ans. C’est, aux yeux de son père, « une grande personne », déjà. Son devoir est de s’empresser de se rendre utile à sa mère et de la « suppléer dans les soins du ménage ». Mais Léo prend aussi des cours. Pendant l’hiver 1807-1808, C’est lui qui s’occupe de la petite fille depuis que Marie Magdeleine, ravagée par le chagrin, a quitté Lyon pour Grenoble. Il est au palais de justice quand les maîtresses viennent faire leur leçon à Léo, et il ne les rencontre pas mais, dit-il, elles sont contentes d’elle. Il lui donnera donc un maître de danse après les fêtes de fin d’année ; en attendant, il demande à Marie Magdeleine de revenir car, dit-il : « je ne sais pas faire le soutien de maman, rien ne peut remplacer une tendre mère, conserve-la donc à tes enfants et que le coup terrible qui nous frappe ne pèse que sur nous. »[6]

Une éducation exclusivement maternelle n’est cependant pas sans inconvénient. L’enfant et surtout le jeune adulte se conforme d’autant mieux aux injonctions qu’elles sont non verbales, passent par le corps et les gestes ; lorsqu’il s’agit d’enseigner explicitement, la difficulté s’accroît. L’entremêlement de l’affectif et de l’exigence pédagogique ne produit pas que de bons effets ; ainsi, Albine semble-t-elle préférer « les observations et les instructions d’une personne étrangère », qui ont plus d’effet sur elle, « que celles de sa mère » [7]. Non pas, ajoute aussitôt Antoine, toujours soucieux de ménager la susceptibilité de Mion, « que sa bonne mère ne soit bien dans le cas de continuer avec succès tout ce qu’elle a commencé » ; mais à l’âge d’Albine, et avec son caractère bien trempé, l’enseignement gagne à être externalisé.

Catherine, pour sa part, se réjouit de ce que sa dernière fille, Adèle, séjourne auprès d’Amélie et Pierre à Paris : « elle ne peut que gagner beaucoup à être auprès de vous ; vous allez mettre la dernière main à son éducation car il faut que quand les dix huit ans sonneront il ne reste rien à faire. »[8] Finalement, le plus important réside peut-être là, dans cette « touche finale » que peut offrir l’exemplarité familiale. Exemplarité familiale qui se résume bien souvent à l’exemplarité maternelle, on l’a vu ; ou à défaut, au modèle des sœurs puisqu’ici, Amélie est la sœur d’Adèle. Et sur ce point, Catherine fait confiance à Amélie pour offrir le meilleur exemple possible : « je l’engage fort à conserver le maintien modeste ; cela plait en tout pays ; peu de gens aiment l’air évaporé de certaines demoiselles qui prennent cela pour l’aisance ; au reste Adèle n’a pas de meilleur modèle que ses sœurs ; il y a peut être un peu de vanité dans mon dire mais elle m’est je crois permise. »[9]

C’est pourquoi aussi on insiste tant pour que les filles soient non seulement éduquées mais instruites à la maison, et plutôt par des femmes.

De l’art d’agrémenter la vie intérieure ou de se faire un métier ?

Chez les Arnaud-Tizon, il semble qu’on s’attarde peu sur les contenus pédagogiques ou pratiques des arts enseignés aux filles. Quand elles jouent de la musique, c’est du piano : Catherine, la grand-mère, applaudit alors à leur application, quoiqu’en trouvant cela « drôle » [10]. Elles font du dessin, de la danse. L’une, qui fait du piano, se voit agrémentée du joli compliment d’être « fort bien organisée pour la musique ». Vraisemblablement, Catherine n’est pas elle-même musicienne. On n’en apprendra guère plus. Dans une famille aussi fortunée que les Arnaud-Tizon, dans laquelle l’avenir des filles est nécessairement le mariage, l’important n’est pas forcément dans leurs progrès en la matière. Il suffit qu’elles y prennent du « goût », qu’elles s’y amusent ou qu’elles parviennent à en distraire les autres. Car l’objectif de ces enseignements est bien de les occuper sans les ennuyer, pour leur permettre d’animer et d’agrémenter de leurs talents la maisonnée.

Chez Antoine et Marie Magdeleine, il semble en aller différemment. Ce ne sont pas des négociants : leur richesse tient dans leur patrimoine. Essentiellement des rentes viagères et les revenus du pont Morand. Or, vers 1801, Antoine ne cesse de se plaindre de la baisse de leur niveau de vie. Il est sans arrêt à court de liquidités et doit éviter souvent des dépenses qu’il s’accordait sans y penser quelques années auparavant. Dans ce contexte, Marie Magdeleine songe à l’avenir d’Albine ; c’est elle qui la première insiste pour que leur fille aînée pousse le plus loin possible ses capacités et son travail dans l’art du dessin. Sur ce point, ils n’ont tout d’abord pas le même avis : en aristocrate issu d’une famille fortunée, Antoine ne voit dans la pratique d’un art que le plaisir pour soi et l’agrément pour les autres. La concurrence est trop rude pour envisager sérieusement de se faire « remarquer ».

Albine montre des dispositions en piano ; mais éprouve une vraie passion pour le dessin. Au point de négliger son apprentissage et sa pratique de la musique. Son père s’en inquiète : elle pourrait, en insistant un peu, devenir une bonne accompagnatrice et trouver bien du plaisir à partager son art avec d’autres. On retrouve dans les expressions qu’il utilise un état d’esprit très proche de celui des Arnaud Tizon et des Vitet, sur les objectifs de l’enseignement des arts d’agrément pour les filles : « … elle avait vraiment de la facilité pour l’un et pour l’autre, mon intention est bien qu’elle continue le piano de manière à ne jamais l’abandonner et à devenir après bonne musicienne pour pouvoir convoiter l’accompagnement, cela seul peut y attacher, quant à la perfection dans l’exécution, il faut trop de temps et une trop grande continuité d’application, au reste il y a maintenant des choses si étonnantes en fait de talents, qu’il faut se borner à les avoir pour son plaisir, son occupation surtout et l’agrément des siens mais ne pas avoir la prétention d’être remarquée ni citée. »[11] Mais on devine, à la réponse qu’y fera Antoine, que Marie Magdeleine ne partage pas son opinion. Sans doute songe-t-elle à la possibilité pour Albine de se faire professeur de dessin, si le besoin un jour s’en faisait sentir. Sa position n’est donc pas du tout la même que celle d’Antoine. Celui-ci finit par s’y rallier et de Paris, accepte qu’Albine prenne davantage de cours de dessin ; à cet effet, il engage son épouse à faire ces frais, en reconnaissant que lui aussi « pense à l’avenir et adopte des idées qu'[elle a] eues la première »[12]. Le seul problème à ses yeux gît dans le choix du professeur de dessin ; si, comme convenu, ce doit être un homme, « la maman (…) sera obligée d’assister aux leçons » et cela, bien qu’il ait « le ton fort honnête »[13]. On voit bien que la perspective des parents est la pratique d’un métier, au cas où Albine ne trouverait pas à se marier.

Antoine est attentif à l’éducation qu’il donne à Léo, comme il l’a été pour Albine : dans cette même lettre, sur la foi d’un petit « saint jean » qu’elle a dessiné et envoyé à sa mère, qui s’en est montrée contente, il décide qu’elle passera l’année à « dessiner beaucoup » selon une certaine technique[14]. Il a remarqué qu’elle avait, elle aussi, « beaucoup de facilité et une grande propreté dans ce qu’elle fait. (…) J’avoue que je tiens plus à cela qu’au piano, mais je ne lui dis point. » [15]

A suivre…

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Un livre oublié, aujourd’hui, retrace les discours depuis Fénelon jusqu’à Mme Roland en passant par  Rousseau et Mmes de Lambert, d’Epinay et Necker sur l’éducation des femmes. Il s’intitule, joliment, L’éducation des femmes par les femmes. Il a été écrit à l’époque où la IIIème République mettait en place une instruction de qualité pour les filles, par la loi Camille Sée. Cf. Octave Gérard, L’éducation des femmes par les femmes, 1886. Le livre est consultable en format html sur wikisource.org.

[2] AML 84 II 13 Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet Rouen, 16 avril 1821

[3] AML 84 II 11  Mme Hochet (ancienne voisine des Vitet) à Amélie Vitet, Angers, le 20 janvier 1827.

[4] Lettre 7 frimaire de l’an 3 de la république, 27 novembre 1794.

[5] AM de Lyon, 14 ii 35, Antoine à Marie Magdeleine, Paris, le 13 prairial an 9 (2 juin 1801), mardi. Lettre n°37.

[6] Lettre d’antoine à sa femme, Lyon, adressée rue brocherie à grenoble, datée du lundi 21 9bre. Je suppose qu’il s’agit du mois de novembre.  Oui, ces abréviations sont partout sur les documents d’archives.

[7] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9 (10 juin 1801), Mercredi.

[8] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 21 février 1816.

[9] AML 84 II 12, Catherine Arnaud Tizon née Descheaux à Pierre Vitet (Paris)  Rouen, le 21 février 1816.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 20  janvier 1819.

[11] Antoine à sa mère, lettre du 9 floréal an 9 (29 avril 1801)., AM Lyon, 14 ii 035.

[12] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9, Mercredi (10 juin 1801)

[13] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802, Paris, le 21 prairial an 9, Mercredi (10 juin 1801).

[14] On lit difficilement le mot « bosse ». S’agit-il de dessiner à la brosse ? C’est, d’après Antoine, « ce qui forme », quitte à adopter ensuite un genre « et chercher à y devenir d’une certaine force ». On n’a pas le sentiment, à le lire, qu’il s’agit d’une technique mais plutôt d’un style.

[15] AM de Lyon, dossier 14 ii 35, 31 lettres d’Antoine à sa femme, 1807. Paris, le mercredi 15 avril. A madame Morand de Jouffrey, Rue saint dominique, à Lyon.

Chapitre Deux : Des enfants à élever (3/7)

L’allaitement ou la sexualité

Eléonore, née en novembre 1795, est allaitée par sa mère : « prends soin de la nourrice », écrit Antoine à sa femme. Le fait qu’il parle de la nourrice ne doit pas tromper ; c’est bien Marie Magdeleine qui nourrit son enfant au sein. Mais la mise distance que réalise la troisième personne du singulier permet de la scinder et de s’adresser différemment à l’une et à l’autre, sans risque de confusion : à la mère il prodigue ses conseils, l’incitant à se bien alimenter, à se reposer afin d’être la meilleure nourrice possible. On se souvient que M. Henley avait eu ce type d’inquiétude lorsqu’il s’était agi de déterminer si le lait de sa femme serait le meilleur possible pour l’enfant à naître. Il y a, en la matière, une espèce d’expertise reconnue aux pères, et à l’inverse, une tendance que dénonçait bien Isabelle de Charrière, à considérer la mère comme un simple pourvoyeur de substances laitières. Mais Antoine n’est pas ce mufle insensible qu’est Henley. Antoine qui a la passion de la réciprocité – aussi subtile et complexe soit-elle[1] – se conçoit lui-même comme un « père nourricier ». C’est ainsi que dans l’une de ses lettres, il s’indigne de ne pas recevoir de nouvelles de ce bébé qui est au sein : « je suis un peu en peine de Léo, recommande-la à sa nourrice qui l’oublie au point de n’en pas dire un seul petit mot dans sa dernière lettre au père nourricier. » [2] On peut trouver aussi, dans cette insistance sur ces identités de nourrice et de nourricier, la marque d’une reconnaissance. Il y a comme un goût de nouveauté dont on se gargarise, à prononcer ces noms lorsqu’ils ne renvoient plus à des femmes extérieures à la famille, mais à une fonction anoblie par le grand Jean Jacques. Antoine se plaît à savoir ses enfants bien nourris, c’est-à-dire non pas seulement d’un liquide riche en éléments nutritifs mais, comme on le pensait encore beaucoup à l’époque (et Henley en est témoin), de toutes les substances qui traversent le corps, l’esprit et les humeurs de la mère.  Appeler sa femme une nourrice, c’est à la fois la renvoyer, sous forme de taquinerie, à un rôle subalterne (auquel on se [dzd1] permet de donner conseils et guides de bonne conduite) et l’instituer comme détentrice d’une fonction quasi sacrée.

Mais cette « nourrice », du fait même qu’elle est désignée comme une personne tierce, par le recours à la troisième personne du singulier, n’est pas non plus, n’est pas vraiment, la femme d’Antoine. Et le jeu sur les identités permet à l’époux, quand il s’adresse à Marie Magdeleine, de parler à son épouse.

On attendait généralement que l’enfant ait fait ses dents pour arrêter son allaitement ; c’était le signe de la reprise de la fécondité, pensait-on (et peut être aussi de la sexualité, ce qui ne pouvait qu’aider à conférer à l’allaitement un pouvoir de stérilité). De sexualité, entre Antoine et Marie Magdeleine, il n’y en a pas de toute façon pour prouver le contraire, puisque c’est le moment, choisi ou non, pour un nouveau séjour à Paris. Néanmoins, au moment de retrouver bientôt sa femme, Antoine s’impatiente de savoir encore Léo au sein : « Léo ne veut donc pas pondre ses dents, écrit-il J’en suis d’autant plus fâché que cela va retarder le moment d’en débarrasser la nourrice ainsi que la naissance de son petit frère. »

D’autres sont encore moins patients que lui. L’époux de Victoire, petite sœur d’Amélie, se montre « fort ennuyé du nourrissage ». Mais il est possible que le désagrément vienne non pas du nourrissage en soi, mais du danger qu’il représente pour la santé de la mère ; en effet, l’allaitement de ce premier enfant, Juste, ne se passe pas bien. Le sein est dur, le nourrisson s’en détourne, « il faut l’attraper en le tournant de l’autre côté » pour l’amener à se nourrir. Or, nul n’ignore les risques liés à l’inflammation d’un sein. La mère veille, comme toujours dans cette famille, et s’inquiète, à son habitude. Elle se confie auprès de sa fille Amélie, à laquelle elle rend compte des moindres changements dans la santé de Victoire : « Je vous avoue qu’il serait bien essentiel pour le bonheur de votre soeur qu’elle fût bien portante car son mari n’aime pas les malades et a l’air fort ennuyé du nourrissage tout en carressant beaucoup son petit qui se porte à merveille. »[3] Catherine la mère ne s’étonne pas de ces manifestations d’impatience de la part d’un homme ; elle cherche simplement à y mettre fin. Il faudrait ainsi que Victoire soit rétablie non pas tellement pour échapper à la maladie ou permettre à son enfant de se nourrir mieux, mais pour faire cesser les ronchonneries de son époux, Jacques Barbet.

Le berceau auprès du lit

Mion garde la petite Eléonore bien près de son lit, sans doute, puisqu’Antoine, en thermidor 1796, alors qu’elle est encore un bébé, envie Marie Magdeleine de pouvoir la « caresser pendant la nuit »[4] ; le 1er fructidor, languissant de dormir à nouveau près de Mion, notre bon mari se montre prêt à beaucoup de concessions : « … je vais me coucher fort ennuyé d’être seul, dût Léo me réveiller par ses cris, je sais bien où je voudrais être. »[5] Amélie, de son côté, gardera elle aussi ses enfants près de son lit, la nuit[6].

Inoculer ou vacciner ?

Antoine aurait été inoculé [dzd2] à l’âge de 5 ans, par un chirurgien du nom de Grafot, à Lyon. La pratique n’était pas en grand usage mais c’est pourtant elle, dit il, qui l’a garanti pour la vie des dangers d’une maladie « ordinairement inévitable et qui devient plus terrible à mesure qu’elle tarde davantage à frapper. »[7]. De quelle maladie s’agissait-il ? de la varicelle, de la rougeole ?

Mais étrangement, lorsqu’il aborde la question avec Mion, en 1801, il ne semble plus être si sûr de son efficacité, ni de la manière dont c’est pratiqué à Lyon. « Quant au petit Léo je ne t’ai pas parlé inoculation parce que je ne veux pas toujours que tu aies les peines sans que je les partage. Il faut espérer qu’elle ne prendra pas la petite vérole cette année et que la … s’accoutumant à la vaccine nous la ferons vacciner si comme on le prétend ici cela est si sûr et si simple ; tout le monde à Paris vante cette méthode et en garantit l’avantage ; je ne sais si à Lyon on en a déjà fait l’expérience. » [8] Deux mois plus tard, sa décision est prise : « je ne ferai pas vacciner Léo mais bien inoculer tout bonnement. » [9]

Cependant, trois ans plus tard, rien n’a été fait encore et Antoine, sous les instances conjointes de sa femme et de sa mère, change d’avis. Léo sera vaccinée. « Quant à Léo, il est question d’inoculer ou de vacciner, je tenais beaucoup au premier moyen ; le second est généralement employé et est bien tentant parce qu’il n’y a aucun danger et presque pas de maladie pour l’enfant. Dites moi je vous prie ce qu’on en pense à Grenoble et surtout ce que vous en pensez ; ma femme a été convertie par les docteurs vaccinants [dzd3] et je ne voudrais pas qu’il résultât de mon opposition que nous ne prissions aucun moyen contre une si terrible maladie. »[10] Quelques jours plus tard Antoine annonce à sa mère : « On va disposer Léo à être vaccinée, ce que vous me dites sans être positif me détermine cependant. » [11]

La responsabilité des mères : l’éducation au jour le jour

Ce sont les bonnes qui s’occupent, au jour le jour, des enfants : elles qui leur préparent le café du matin ; elles qui les emmènent se promener « en Bellecour », où le hasard leur fait parfois rencontrer les parents ; elles enfin qui assurent tout le quotidien 24h sur 24 : ainsi, lorsqu’Antoine et Marie Magdeleine se rendent deux jours à Machi, ils décident de ne pas emmener James et Albine, qui « resteront avec leur bonne »[12] à l’appartement de Lyon. Cela dit, il semble bien que ce ne soit leur bonne que parce que la grand-mère, mère d’Antoine, n’est plus là pour prendre le relais des parents ; c’est le sens de la remarque mi figue mi raisin qu’Antoine adresse à sa mère, tout juste partie vivre près de sa fille à Grenoble, et dont il n’accepte que difficilement le départ : « … quand nos affaires nous obligent de les quitter, ils [les enfants] n’ont plus personne à Lyon qui puisse prendre à eux un véritable intérêt et dont la tendresse les conseils et l’expérience puissent leur être de quelque utilité. » [13] Ce sera donc la bonne à défaut de la grand-mère.

Et c’est la grand-mère à défaut de la mère. Car la mère assume l’essentiel, c’est-à-dire ce qui est considéré comme l’essentiel, de l’éducation des enfants.

Apprendre à écrire

Chez Pierre et Amélie, Ludovic commence à lire alors qu’il vient d’avoir 5 ans[14]. Non seulement on apprend tôt, mais on apprend rapidement : six semaine suffisent pour réussir à écrire une lettre pour son papa. Ce sont bien les mères qui enseignent ainsi l’écriture aux enfants, puisque c’est aux pères qu’on fait la surprise d’un apprentissage dont, apparemment, ils ne savent rien (ou font mine de ne rien savoir) : « Marie[15] au bout de six semaines de leçons a écrit une lettre à son père pour le jour de l’an qui était vraiment très bien » [16].

L’enseignement de la religion[dzd4]

La religion est une affaire de femmes ; mais plutôt de grand-mère que de mère. Dans les lettres d’Antoine, il n’en est jamais fait mention de la moindre instruction religieuse pour les enfants. La seule référence se trouve dans une lettre de 1802, alors qu’il s’est rendu à Paris pour chercher une pension pour son fils aîné, James. Et encore écrit-il à sa mère, sur ce sujet. Avec son épouse, que ce soit un sujet de dispute ou au contraire, d’indifférence partagée, il n’évoque jamais les questions religieuses et ses mots sur la religion semblent d’être une manière de satisfaire et rassurer sa mère pour qui c’est un véritable sujet d’intérêt. La comparaison entre les lettres qu’il adresse à son épouse d’un côté, et à sa mère de l’autre, est frappante à cet égard. « Le religion est partout traitée bien légèrement. C’est de même dans tous les établissements et il faut compter un peu sur les principes qu’il a déjà. On ne trouve partout que des prêtres mariés (…). »[17] Antoine n’est pas un grand croyant ; il essaie de le faire croire à sa mère, en l’assurant de temps en temps qu’il rend des actions de grâce au seigneur ; mais il charge surtout sa tante maternelle, visiblement une ancienne religieuse, de le « remercier » en son nom car « tout doit être mieux reçu de sa part. » [18] S’il est croyant, il n’est guère pratiquant et peu enclin à faire amende honorable.

Chez les Vitet, c’est Marguerite, la mère de Pierre, qui revient continuellement à la charge sur la question de l’instruction religieuse des enfants. Elle en parle dans presque toutes ses lettres, comme celle qu’elle à envoyé fin 1812 pour envoyer ces vœux de nouvel an :   « j’ai à cœur que ma chère fille prenne tous les soins possible pour recouvrer sa santé et quelle ne s’inquiète pas, cella lui nuirait beaucoup. Je lui souhaite dans l’année qui va commencer tous ce qui peut contribuer à son bonheur, même une fille, ci son cœur désire une.  Je sais que tu serais content de ce qui ferait la félicité de ton épouse, et que ce vœux ne déplaisait pas à mon bon Ludovic ainsi je le forme et le soumet à dieu qui peut l’exaucer et vous faire sanctifier vos enfants, en les élevant pour lui   je lui offre à ce dieu, notre père, mon cher petit fils, tous les jours, je le prie de vous conserver tous, mes chers et bien aimés enfants, et pour lui et pour moi, qui ne désire rien tant que de vous savoir bons catholiques avant que je meure, le tems presse de lui en donner les leçons, et l’exemple, si vous l’aimé vraiment pour lui, donne des amis vertueux et qui ne rougissent pas de remplir les devoirs que la religion impose aux chrétiens et j’aime à croire qu’ils les surpassera et en science et en sagesse »[19] D’autres lettres de la même époque renforce la même idée : « il n’est point de parfait Bonheur en ce monde, mes bons enfants, songes à vivre en chrétien qui ce préparent à celui d’être au ciel pour l’éternité, que ton fils je t’en conjure remplisse ces devoirs Religieux, suivant son âge  il a bien du jugement, et d’heureuse disposition, met les à profit. »[20] Tout le monde sait qu’elle porte beaucoup d’importance à la religion, et quand Ludovic fait sa première communion, c’est à elle, au plaisir et à la satisfaction qu’elle va nécessairement ressentir, qu’on pense : « je félicite mon cher Ludovic d’avoir fait sa premier communion ; sa bonne maman a dû recevoir cette nouvelle avec bien du plaisir. »[21]

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Voir le chapitre premier.

[2] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 17 fructidor, 11 heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[3] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen le 12 oct 1809, à Pierre et Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[4] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 25 thermidor.

[5] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, Paris, le 1er fructidor à dix heures du soir. A la citoyenne Morand-Jouffrey dans son domaine de Machi, commune de Chasselay, par le petite poste, à Lyon.

[6] Pierre Vitet à Amélie, à Bapaume, le lundi 15 septembre 1823.

[7] AM Lyon, 14 ii 028. Il s’agit de la petite vérole ? Vérifier en Englais c’est « small pox »  Mon dictionnaire traduit ca par « petite vérole » et « variole ». Il y a-t-il une différence en français ? Aucune idée. Voir sur wikipédia ? J

[8] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre numérotée 10/ du 4 germinal après midi pour partir le 5.

[9] AM Lyon, 14 ii 035, Lettres d’Antoine Morand à sa femme, adressées de Paris, 1801 / 1802. Lettre de Paris, le 26 floréal an 9 (16 mai 1801). Samedi. Sans adresse. A ce propos, voir la correspondance d’Ampère, sur le site http://www.ampere.cnrs.fr/correspondance, qui fait référence à la manière dont Vitet, médecin de la famille comme des Morand, encourage à pratiquer des inoculations plutôt que des « vaccines » : « J’ai su par Pignot que M. Vitet, de qui j’apprécie le savoir (2), n’est pas porté pour la vaccine. Sans en dire du mal, il dit qu’on ne pourra juger de son bon effet que dans 20 ans. Il préfère l’inoculation ; moi aussi, mais plus tard… ». Vendredi 21 mai 1802, lettre de Julie Carron-Ampère à André-Marie Ampère. Référence publiée de cette lettre : DE LAUNAY (Louis). Correspondance du Grand Ampère. tome I. Paris : Gauthier-Villars, 1936. p. 154-155.

[10] AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. 9 germinal (29 mars) (1804).

[11] AML 14 ii 35, Lettres d’Antoine à sa mère, dossier des lettres non datées. Lyon, mercredi 21 germinal (10 avril) (1804).

[12] Lyon, le 30 messidor an 6,  18 juillet 1798. A la citoyenne Morand la Mère, recommandée au citoyen Bérard, place aux herbes. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[13] Lyon, le 30 messidor an six, 18 juillet 1798. A la citoyenne Morand la Mère, recommandée au citoyen Bérard, place aux herbes. Lettres d’Antoine à sa mère. 14 ii 35.

[14] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 24 nov 1807 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[15] Marie est l’une des nièces de Pierre et Amélie. Elle est la fille de Victoire et … Barbet.

[16] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 5  janvier 1819.

[17] AM de Lyon, 14 ii 035. Antoine à sa mère, Paris, le 5 brumaire, mardi (an 10), 27 oct. 1801. A madame Morand rue Brocherie, à Grenoble. (oct-nov 1801).

[18] AM de Lyon, 14 ii 35. Machi, le mercredi 13 9bre (année du mariage d’Albine, 1806 ?). Cette lettre se trouve dans le dossier « lettres non classées ».

[19] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet [Lyon] n.d. probablement décembre 1812.

[20] AML 84 II 11  Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] 16 février 1812.

[21] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 18 juillet [1817].


[dzd1]Good analysis !

[dzd2]A l’époque ils font l’inoculation contre la variole. Vers 1800 ils introduisent la vaccination, qui porte moins de risques.

[dzd3]Tableau de Boilly donne bien une idée de comment ca se faisait.

[dzd4]Il faut mettre les lettres de la mère de Pierre Vitet avec ca. OUI, pense à les insérer quelque part dans ce texte.  OK.

Chapitre deux : Des enfants à élever (2/7)

La découverte du sexe de l’enfant

Marie Magdeleine accouche donc de son troisième enfant en avril 1795. Elle est déçue, elle qui souhaitait un garçon. Antoine, en revanche, s’en réjouit : « Ma femme vient d’accoucher très heureusement d’une fille et a son grand regret, pour moi cela m’est à peu près égal et quand ma fille aînée sera mariée, je serai fort aise d’en avoir une qui la remplace auprès de moi. »[1] Déjà, en 1787, lors de la naissance de sa première nièce, Olimpe Bertrand de Besson, Antoine s’est exprimé sur ce sujet. En faisant allusion au sentiment qu’éprouve sa sœur, il confie à sa mère : « … qu’elle ne soit point fâchée du sexe de son enfant et qu’elle n’imagine pas que son mari doive l’être, je suis sûr que Besson aimera sa fille de tout son cœur et comme moi, ne voudra par la changer contre un garçon ; pour moi je suis tout fier d’avoir une petite nièce de mon sang et la petite Olimpe me sera aussi chère dans la suite que l’Eléonore[2] qui m’a toujours tendrement aimé et à qui je le rends bien.

Nous avons envoyé chez mon oncle qui comme il nous l’avait annoncé, ne s’informait pas du sexe de l’enfant mais seulement de la santé de la mère, il a été enchanté d’apprendre qu’elle était aussi bonne qu’elle peut l’être après une pareille secousse (…). »[3]

Marie Magdeleine exprimant sa déception est loin d’être un cas isolé. Catherine Arnaud Tizon, de son côté, anticipe en riant sous cape la déception qu’aura un de leurs amis proches, M. Roux[4], lorsqu’une quatrième fille lui naîtra : « La nouvelle que vous me donnez de la grossesse de Mme Roux nous a fait tous beaucoup rire, pour moi je n’avais pas besoin de cette preuve pour être persuadée que l’ambition fait tourner la tête ; que pense Fournel[5] de ce nouvel exploit de l’ami Roux ; s’il a une quatrième fille son nez touchera son menton »[6]. En vérité, c’est un garçon qui, 7 mois plus tard, naît au sein de cette famille ; et Mme Arnaud Tizon, jamais à court de jugements, trouve encore quelque chose à déclarer sur le sujet : « J’ai reçu mes chers enfants votre lettre du 29 qui m’annonce l’accouchement de Mme Roux qui doit être au comble de la joie ; lorsque l’on a un grand nom à transmettre il est permis de désirer un garçon ; il aura trois jolies soeurs pour le bercer, tout cela est à merveille, veuillez je vous prie faire mon compliment à M. et Mme Roux sur ce grand événement ; soignée par votre cher papa[7] je ne doute pas que l’accouchée ne soit bientôt rétablie ; c’est ce que j’aprendrai avec beaucoup de plaisir. »[8]

Pourquoi pensent-t-elles, toutes ces femmes, que les hommes ne veulent que des garçons tandis que les hommes disent l’inverse ? Que signifie cet écart entre les attentes des pères et des mères ?  S’agit-il d’un désamour des femmes à l’égard du sexe féminin, que ne partagent pas les hommes de cette classe sociale, tout acquis aux femmes de la famille et aux femmes en général ? Les hommes sont-ils faussement indifférents ou bien le fait d’avoir un mâle les dédouane-t-il à jamais d’en avoir un second ?

Peut-être faut-il considérer les choses autrement. Non pas en termes d’amour ou de désamour pour un sexe, mais du point de vue de l’idée que l’on se fait, de part et d’autre, de son utilité relative dans la famille. Lorsque la sœur d’Antoine s’émeut, c’est moins apparemment d’avoir mis au monde une fille, que de ne pas répondre aux attentes de son mari : elle craint de n’avoir pas rempli son devoir, de n’avoir pas été « utile » elle-même en ne mettant pas au monde un héritier mâle. Un autre versant de l’utilité paraît plus convaincant encore : Antoine met très bien l’intérêt de « disposer » d’une cadette pour remplacer l’aînée auprès de lui. Antoine aime « avoir » une fille dans la perspective de le servir peut être, mais aussi de lui tenir compagnie, de jouer avec lui au tric trac, aux échecs, de discuter et d’être présente : il ne faut pas oublier que les filles, contrairement aux garçons, passent toute leurs enfance, jusqu’au moment du mariage, dans la maison parentale. Ni Albine ni Eléonore n’iront en pension, et c’est à la maison qu’elles reçoivent leur instruction. Le plus clair de leur temps est consacré aux arts d’agrément, à la conversation, aux jeux. Elles forment donc un élément essentiel de la vie domestique, et mieux, des côtés agréables de la vie domestique ; aussi bien pour les pères que pour les mères qui partagent encore plus que les premiers leur quotidien avec elles.

Ajoutons enfin, pour proposer encore une raison non sentimentale à cette différence entre la susceptibilité des mères et celle des pères à la naissance d’une fille, que l’éducation d’une fille est une charge et une responsabilité pour la mère : on le verra, c’est elle qui surveille son éducation jusqu’à son mariage, sans interruption et sans guère d’aide extérieure. Le père, qui lui se charge davantage de donner une instruction à son fils, peut compter sur les institutions qui, à l’époque, existent ou se mettent place : collèges, lycées, internats, universités, etc. Lorsque naît une fille, un père peut davantage voir en elle les agréments qu’elle lui apportera, alors que la mère y verra surtout ce que cela va lui coûter en peine(s).

Il y a aussi, bien sûr, le coût de la dot mais à cet égard, le père devrait aussi bien que la mère s’inquiéter de la naissance d’une fille supplémentaire ; dans les familles aisées, ce n’est pas un problème.[dzd1] La question est ailleurs, par conséquent.

On pourrait prendre en compte le devoir qu’ont les femmes de mettre au monde un garçon d’abord, afin de donner un héritier à la lignée masculine. Mais la question n’est pas que là, sinon comment expliquer la déception de Marie Magdeleine à la naissance de la petite Eléonore, alors qu’elle a déjà mis au monde un garçon ?[dzd2]

Enfin, une dernière chose qui témoigne de l’état d’esprit dans lequel étaient attendus les bébés. Dans la famille de Pierre et Amélie, du moins du côté maternel, on parle du futur enfant en l’appelant le « petit Mr »[9]. On n’a alors, évidemment, aucune idée de son sexe. Mais on devine la pression que cela pouvait mettre sur le ventre des mères qui, au lieu du Petit Monsieur tant attendu, mettaient au monde une petite madame dont personne jusqu’ici n’avait parlé.

Bien entendu, cela n’engage en rien les sentiments des uns et des autres, une fois l’enfant présent. Cette petite fille qu’on n’attendait pouvait très bien ne pas être mal accueillie, voire entourée et aimée : on navigue ici dans entre le possible et le probable, variable selon les familles. On peut être certain en revanche de la satisfaction, et de l’atmosphère festive, qui venaient entourer la venue au monde d’un petit bébé de sexe mâle. On peut raisonnablement penser que, d’emblée, avant que ne se nouent les liens particuliers nés du soin et du contact, la mère se penchait sur son fils avec une tendresse mêlée de reconnaissance et de contentement. Si la petite fille n’était pas toujours perdante à ce jeu des attentes déçues, le petit garçon y était, lui, généralement gagnant.

La petite fille est d’autant moins perdante qu’elle vient après un grand nombre de fausses couches. L’enfant qui naît est alors, fille ou garçon, accueilli comme un bienfait. C’est le cas de la fille de Pierre et Amélie qui naît après deux décennies d’attente, de renoncements, de deuils aussi même s’ils n’en portent pas le nom. On félicite la mère de son heureux accouchement, et l’on se réjouit du « plaisir qu’elle a d’avoir une petite fille. » [10]

Conserver la vie

On se souvient que, dans l’histoire familiale de Pierre Vitet, la question de la survie des nourrissons n’est pas une petite affaire : ses parents ont perdu une dizaine d’enfants en bas âge.

Les enfants ne survivent pas toujours, et il semble que, s’ils décèdent très jeunes, il n’en soit pas fait un drame aussi poignant que ce serait le cas aujourd’hui. Ainsi, lorsque Pierre doit apprendre à sa mère que l’un des jumeaux mis au monde par sa belle-sœur est finalement décédé trois jours après sa naissance, il le note rapidement au dos d’une feuille comme s’il risquait d’oublier : « nouvelles de Victoire, nourri à la maison, fille morte, garçon va bien, ma femme marraine » [11].

Le fait qu’il ne leur accorde pas de prénom n’est, en revanche, pas un indicateur de son désintérêt pour l’enfant[dzd3] ; cela laisse simplement penser que les jumeaux n’avaient pas été baptisés au moment du décès de la petite fille.

La mise en nourrice

Antoine raconte qu’il a été mis en nourrice. Il ne s’en plaint pas, ayant, dit-il, été « remis à mon père et à ma mère dans le meilleur état possible ». Ce n’était pas toujours le cas : sa sœur, également mise en nourrice, qui « ne fut pas élevée avec autant de soin que moi. On la remit dans un état de dépérissement qui fit craindre à ma mère de ne la pouvoir pas conserver, à quatre ans elle ne marchait pas, et il a fallu tous les soins de ma mère pour avoir pu l’élever. » Autres temps, autres mœurs : dans les années 1790, tous ceux qui ont lu Rousseau (c’est-à-dire à peu près toute l’élite éduquée) n’ont pas pris le choix d’utiliser une nourrice sans y refléchir. Mais ce n’est pas à dire que toutes ont fait le choix de faire l’allaitement maternel non plus.

Lorsque naît la deuxième fille de Pierre et Amélie, celle-ci est mise en nourrice sans aucune discussion dans les lettres de l’époque. La mère d’Amélie s’inquiète, quand le moment de la naissance d’une de ses petites filles, chez Adèle s’approche, si celle-ci a décidé de mettre son enfant en nourrice ou de le garder « chez elle ». Elle s’en informe pour une raison qui étonnera, sans doute : il s’agit de déterminer le type de layette qu’elle doit faire faire. Or, « il y a toujours un peu de différence pour l’un ou l’autre cas ». En d’autres termes, un enfant confié à une nourrice n’est certainement pas aussi richement paré que s’il est mis en exposition aux yeux des amis à la maison. Chez les Arnaud-Tizon, c’est-à-dire dans la lignée maternelle d’Amélie, on n’en est plus à penser qu’il est bon de confier un enfant à une nourrice. On n’y recourt qu’en dernière extrémité ; ainsi, quand Victoire réalise qu’elle ne parviendra pas à nourrir son deuxième enfant, une petite Mery, parce qu’elle est trop faible pour têter et oblige sa mère à lui donner le sein « tout le jour », Catherine confie à Amélie que le recours à une nourrice « serait bien désagréable », quoiqu’inévitable[12]. Quels sont les variables qui entrent dans cette décision ?  Il y a santé de la mère et de l’enfant évidement, mais il y a aussi le plaisir aussi bien sexuel que social, car une mère qui allaite ne peut faire n’importe quoi.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Lyon, le 19 frimaire an 4 (nov décembre 1795). Au citoyen morand, homme de loi à Briançon. (Adressée à son cher oncle.)

[2] L’Eléonore dont il s’agit est sa sœur (et non pas sa fille qui en 1787 n’est pas encore née).

[3] Lyon, ce 28 may à 10 heures du soir. Lettres d’Antoine à sa femme, non datées. 14 ii 35. Antoine y parle d’Albine, donc postérieure à 1786. Et ne parle pas de James, donc avant sa naissance en septembre 87. Naissance d’Olympe Bertrand de Besson, le 27 mai 1787, sans doute.

[4] Des représentants de la famille Roux avaient été témoins au mariage de Pierre et Amélie. Ce sont, comme il se doit, des Lyonnais.

[5] Les Fournel sont dans le même cas que les Roux. (mais combien y avait-il de témoins à ce mariage ?) Quand je dis « témoins » je parlent de ceux qui ont signé le contrat de mariage. C’est peut-être pas la même chose ? Si, on peut prendre comme définition que ceux qui signent sont appelés comme témoins. Il faudra l’écrire quelque part, dans une petite note.

[6] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 mai 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12

[7] Il s’agit bien entendu de Louis Vitet qui exerce encore la médecine à Paris. On sait d’ailleurs qu’il est le médecin attitré d’Antoine lorsque celui-ci se rend à Paris. (il faut penser à l’ajouter à l’introduction).

[8] Catherine Arnaud-Tizon née Descheaux, Rouen 1 dec 1808 à Pierre & Amélie Vitet (Paris)  AML 84 II 12.

[9] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 9 avril 1817.

[10] AML 84 II 10 Veuve Morel à Pierre Vitet, Lyon le 6 février 1822.

[11] AML 84 II 11, notes de brouillon écrit sur la lettre de Vitet née Faulin datée du 25 juillet 1812.

[12] Catherine Arnaud-Tizon, Rouen 12 juin 1811, à Pierre et Amélie Vitet (Paris) 84 II 12


[dzd1]Même dans les familles aisées les dots peuvent peser lourd. Plus qu’on est riche, plus qu’on doit donner. Je ne suis pas convaincue par ta logique ici.

[dzd2]C’était bien le cas dans la famille Roux après la naissance de trois filles.

Ton commentaire veut dire que tu es d’accord ou le contraire ? dans la famille Roux, il fallait, oui, donner un héritier ; mais ça n’explique pas le cas de Mion qui a déjà donné un héritier : c’est ça que je veux dire, sur la déception « en général ». Qu’en penses tu ? Plus haut, tu as raison sans doute.  Tu peux modifier dans le texte quand tu n’es pas d’accord.

[dzd3]Le bébé avait bien un prénom (Louise Adèle). On l’a inscrit dans l’état civil à Rouen un jour après sa naissance, et on trouve l’acte de décès juste après. Par contre, c’est possible que Pierre, à Paris, ne sache pas son prénom. Dans ce cas, chère Denise, pense à effectuer toi-même les modifications dans le texte.

Chapitre Deux : Des enfants à élever (1/7)

2. Des enfants à élever

De son lointain exil, Antoine parlait déjà d’étendre leur famille. Albine et James étaient nés avant la Révolution, en 1786 et 1787. Avaient-ils sciemment renoncé à toute grossesse alors que s’annonçaient, avec la précipitation des événements politiques, des temps troublés ? Ou bien Marie Magdeleine avait-elle connu, comme très souvent les femmes à cette époque, des fausses couches qui avaient retardé d’autant l’arrivée d’un troisième enfant ?

Car le désir d’une famille nombreuse est présent chez Antoine. De Briançon, où il a tout loisir de rêver à un avenir meilleur, il annonce : « il nous faut doubler au moins nos richesses »[1] ; et de s’imaginer, comme s’il émergeait d’un roman de Rousseau, auprès de sa « fermière » pour l’aider à « former de bons citoyens et bonnes mères de famille ». Le sort leur donnera un dernier enfant, Eléonore, en 1795. Mais le petit frère attendu ne viendra pas.

Chez Pierre et Amélie, le désir d’une grande famille est le même. Mais le petit Louis dit « Ludovic », né en 1802, attendra sa sœur pendant vingt ans.

Bien des choses diffèrent de notre conception de l’éducation des enfants, chez ces couples fortunés. D’abord, le caractère extrêmement différencié des soins qu’on apporte aux garçons et aux filles : quoiqu’élevés, éduqués et instruits ensemble pendant une grande partie de leur enfance, ils sont soigneusement préparés pour endosser des rôles distincts. La deuxième différence, c’est la forte implication des pères dans cette formation de l’enfant, sous la forme d’un mélange d’autorité et de tendresse. La troisième différence, c’est que les soins domestiques, et le travail parental dans ce qu’il peut avoir de plus pénible, sont pris en charge par la domesticité. Les mères peuvent se consacrer entièrement à une éducation domestique qui consiste non seulement à prendre soin de la santé des enfants, mais également à les éduquer et les instruire, au jour le jour, pendant les sept premières années de leur vie quand ce sont des petits garçons et pendant les dix-huit années qui précèdent le mariage quand ce sont des filles. Autant dire que ce n’est pas une moindre responsabilité ni une petite charge.

Enfin, il est une chose qui a considérablement changé depuis l’époque : le risque de mortalité maternelle à la naissance des enfants. C’est bien sûr par cela qu’il faut commencer l’histoire de ces couples lorsqu’ils se faisaient parents.

Mettre au monde et maintenir en vie

Donner naissance

On ne sait pas grand-chose de la venue au monde des premiers enfants d’Antoine et Magdeleine. Albine est née moins d’un an après leur mariage, le 18 avril 1786 ; et son petit frère, James, naît 14 mois plus tard, le 16 septembre 1787.

Antoine a, malgré ces naissances rapprochées, vécu une expérience dont il garde un souvenir cruel. On l’apprend au moment de la naissance de sa nièce Olimpe, en mai 1787 : « nous avons tous appris avec transport l’heureuse délivrance de ma petite sœur maintenant petite maman » ; mais ajoute-t-il, « quelque naturels que soient ces moments on ne peut se défendre de certains mouvements de crainte, surtout quand (…) comme moi l’on a assisté à une scène [dzd1] qui ne s’effacera jamais de ma mémoire. » Quelle est-elle, on ne saura pas. Marie Magdeleine a-t-elle vécu une fausse couche, malgré les naissances rapprochées d’Albine et de James ?

Il est certain, de toute façon, que les grossesses étaient vécues comme des moments particulièrement risqués pour la vie de la mère. On prenait toutes sortes de précautions pour ménager celle qui portait l’enfant : une mère, surtout au tout début de sa grossesse, doit rester chez elle, éviter la danse, les sorties, les mouvements brusques. La mère d’Amélie s’inquiète d’avoir appris par Pierre qu’Adèle, sa fille cadette, est toujours fatiguée de sa grossesse : « comment va-t-elle se tirer de l’entreprise de donner un bal dans son petit appartement, j’ai peur qu’elle ne se fatigue beaucoup trop pour son état ; tu aurais dû interposer ton autorité de maman, que je t’ai déléguée, pour faire quelques observations à cette jeune tête, elle ne les prend pas toujours comme il faudrait, enfin, l’âge viendra, il me tarde de savoir comment tout se sera passé et surtout si elle n’a pas été fatiguée de cette corvée. »[2]

Est-ce le peu d’assurance qu’on avait de mener à terme ces grossesses qui incitait à les cacher le plus longtemps possible, y compris à son mari ? Il semble qu’ait régné le sentiment d’une entière responsabilité des femmes en la matière. Ce sont les hommes, à cette époque, qui sont censés porter l’unique germe de vie : les femmes se trouvent donc en charge de mener à bien le développement de cet être minuscule, d’origine masculine, qui leur a été confié. Toute fausse couche ne peut être considérée que comme un échec de la mère, sinon une faute. Il est juste, dans ce contexte, que la plupart des femmes préfèrent ne pas faire connaître leur état, jusqu’au moment où il devient impossible de le cacher ; c’est la mère d’Amélie qui lui raconte que sa belle fille, la femme de Ludovic Arnaud-Tizon, enceinte, a pris le « prétexte de son deuil qu’elle a prolongé pour refuser les invitations de bals, je suis très contente de cette résolution car je te dirai sous le secret qu’elle est grosse de deux ou trois mois et qu’après l’accident qu’elle a eu dans sa dernière grossesse elle doit prendre bien des précautions et la danse surtout aurait pu lui faire mal… »[3] Un mois plus tard Catherine exprime encore ses inquiétudes pour sa belle fille, mais hésite de lui en parlé directement : « je crois t’avoir déjà marqué que Mde Ludovic était grosse. Cela me donne assez d’inquiétude d’après le dernier évènement qu’elle a éprouvé.  Il faut espérer qu’il n’en serra pas de même cette fois. Elle devait aller à Paris ce printemps avec ses enfants. Je ne sais si cela changera ses projets. Je ne lui donnerai la dessus aucun conseils mais je crois qu’elle ferrait très prudemment de ne pas voyager. »[4]

Chez les Vitet, l’écart de presque vingt ans entre l’aîné, Ludovic, et la petite sœur Amélie s’explique par les fausses couches d’Amélie, la femme de Pierre. Après dix années d’expériences tragiques, elle les vit toujours douloureusement, comme en témoigne une lettre de la mère de Pierre : « enfin, j’hésite à vous témoigner mon regret mes bons enfant sur ce qui vous affecte maintenant, quoique je n’eut pas bien compté sur cette grossesse[av2] , je conçois que vous en aviez l’espoir et que chaque jour assurait votre jouissance… ; (….) tu feras bien de l’engager cette chère femme de se promener tous les jours le matin à la fraicheur, le bon docteur[5] peut à cet égard donner de très bon avis, mais ce diner dont tu fais mention est je pense un pari pour le oui ou le non de la grossesse[av3] . »[6] Catherine, la mère d’Amélie, s’inquiète constamment des allées et venues de ses filles et belles filles dès lors qu’elles sont « grosses ». On la voit, à longueur de lettres, conseiller de prendre du repos, de ne pas danser et surtout de ne pas voyager. Mais il faut bien reconnaître que ses inquiétudes sont souvent fondées. Les femmes de la famille Arnaud-Tizon sont sujettes aux fausses couches. Tant les deux Amélie qu’Adèle ou Victoire sont passées par là au moins une[av4] fois[dzd5] .

Tout risque n’est pas écarté car le moment de l’accouchement est sans doute, pour la mère, le plus dangereux. Bien des mémoires familiales portent la trace d’accouchements tragiques, ou de la nécessité impérieuse de ne plus risquer la vie de la mère ; ainsi, Antoine raconte-t-il dans ses mémoires que sa propre mère « courait risque de perdre la vie en la donnant à sa fille, ses couches furent suivies d’accidents qui la réduisirent dès ce moment au même état où se trouvent ordinairement les femmes âgées de 50 ans et empêchèrent l’augmentation de la famille ».

Si ce n’est pas dans la famille, les exemples ne manquent pas autour de soi pour considérer ce moment comme particulièrement risqué, pour la mère ou pour l’enfant. En juillet 1796, Antoine évoque la famille Dullieu, dont la fille aînée a perdu son premier enfant et qui est grosse du second[7]. Quelques années plus tard, c’est une amie très chère, une voisine d’enfance d’Antoine, qui meurt d’une grossesse qui n’avait pas été détectée : « La pauvre Mad. Louise de Montherot vient de mourir après avoir accouché il y a 7 à 8 jours d’un enfant mort et qui paraissait âgé de cinq à six mois ; plusieurs de nos médecins et chirurgiens les plus instruits soutenaient qu’elle n’était point grosse, le contraire a été prouvé, mais ils soutenaient qu’elle avait un corps étranger dans la matrice et à cet égard ils ne se sont malheureusement pas trompés. Sa délivrance avait donné beaucoup d’espérance pour son rétablissement, mais le mieux qui en était résulté pour elle n’a pas duré ; elle est morte avant-hier ; hier soir j’ai assisté à son convoi, elle est généralement regrettée, sa mère et son [mari] sont au désespoir. »[8]

Pour cette raison, la sollicitude et l’expérience maternelles sont attendues surtout au moment de l’accouchement. Les mères souvent se déplacent et demeurent plusieurs semaines auprès de leur fille après la naissance. C’est le cas en 1787 quand la sœur d’Antoine accouche d’Olimpe : elle supplie sa mère, qui vit encore à Lyon, de ne pas « l’abandonner » et de lui rendre visite à Grenoble[9].

Ces mères ne sont pas seules auprès de leur fille : un médecin est appelé, quand le temps le permet. Chez les filles Arnaud-Tizon, c’est Adèle qui choisit, en dernière instance, parmi ceux que son mari lui propose. Il faut, confirme sa mère, « ne rien faire par déférence en pareil cas »[10] . Seule la confiance doit guider la future mère dans le choix de son accoucheur. En 1810, lorsque Victoire, une des sœurs d’Amélie, met au monde une « grosse fille », après seulement deux heures de travail, c’est sa mère qui reçoit l’enfant ; prévenu mais arrivé trop tard, le médecin s’est contenté de terminer la « besogne »[11]. Quelques années plus tard, en 1817, Catherine se rend à nouveau au chevet d’une de ses filles. Cette fois c’est Adèle qui a besoin de ses soins. Elle fait le voyage de Rouen, non sans avoir envoyé au préalable la layette et promis de s’occuper « de quelques petites robes et bonnets brodés que je me réserve d’acheter à Paris »[12]. Elles resteront six semaines ensemble.

(A suivre…)

Pour reprendre la lecture de ce récit au début, aller sur la page Un projet de livre.


[1] Le 13 fructidor l’an 2 de la République une, indivisible et démocratique. (30 août 1794). 14 ii 35.

[2] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 10 janvier 1817

[3] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 1 février 1819.

[4] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 4 mars 1819

[5] Le bon docteur est évidemment Louis Vitet. On peut se demander cependant s’il était de si bon conseil que cela, au vu de la mortalité infantile dans sa propre famille. Cependant, ce n’étaient pas les grossesses qui se terminaient mal, puisque Mme Vitet en a mené plus d’une dizaine à terme, mais les enfants qui mouraient en bas âge.

[6] AML 84 II 11 Marguerite Vitet née Faulin à Pierre Vitet, [Lyon] 3 mai 1812

[7] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres datées de l’an IV, A la citoyenne Morand Jouffrey, dans le domaine de Machi, commune de Chasselay, par la petite poste, à Lyon.

[8] AM Lyon, 14 ii 035. Lettres d’Antoine à sa mère, non datées. 9 germinal (1804 ?)

[9] Lettres d’Antoine Morand à sa mère.  Il faut la référence exacte.

[10] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Amélie Vitet (Paris), Rouen le 10 janvier 1817.

[11] AML 84 II 13 Claude Arnaud Tizon à Amélie Vitet, Rouen le 15 octobre 1810.

[12] AML 84 II 13, Catherine Arnaud Tizon à Pierre Vitet (Paris), Rouen le 9 avril 1817.


[dzd1]A qui écrivait-il ? S’il parle à sa femme, je ne crois pas que c’est elle qui est impliquée dans cette scène. A mon avis c’est quelqu’un d’autre. NON, il parle à sa mère.

[av2]Qu’est-ce que ça veut dire ?  ON NE PEUT PAS DIRE CA ? si c’est correct en français mais pourquoi ne comptait elle pas dessus ? cela veut dire soit qu’elle pensait que ça ne marcherait pas, soit qu’elle ne la désirait pas. Evidemment, c’est plus probablement la première hypothèse qui est la bonne, mais ce n’est pas très sympathique d’aller dire cela à un couple qui vient de perdre un bébé.

[av3]Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?  JE NE SAIS PAS NON PLUS. CE N’EST PAS LOGIQUE.

[av4]Je pense, en disant cela, à cette lettre qui parle de Mde Ludovic (bon sang c’est qui déjà celle là ?) : « je crois t’avoir déjà marqué que Mde Ludovic était grosse cela me donne assez d’inquiétude d’après le dernier évènement qu’elle a éprouvé   il faut espérer qu’il n’en serra pas de même cette fois,  elle devait aller à Paris ce printemps avec ces enfants  je ne sais si cela changera ces projets  je ne lui donnerai la dessus aucun conseils mes je crois qu’elle ferrait très prudemment de ne pas voyager »[1]

[dzd5]Ce n’est pas des la norme de l’époque ?   Mde Ludovic est la femme de Ludovic A-T, le frère d’Amélie. Ils ont trois enfants, Claudius, Marc et  Auguste.  C’est une descendante de cette branche de la famille que j’ai rencontré au Havre il y deux ans.  OK ! merci ! Elle s’appelle Amélie, n’est ce pas ? je m’y perds dans cette famille, je vais commencer à noter un arbre quelque part.

Paternité et Récession économique, par Ralph LaRossa

Le titre exact du livre de Ralph LaRossa est :

The Modernization of Fatherhood. A social and political History

Univ. of Chicago press, 1997

Il y montre comment la paternité s’est reconfigurée à l’ère de la Grande Dépression, en croisant des facteurs économiques et culturels : le plus intrigant étant qu’en criste économique, lorsque le modèle du « male bread winner » décroît, faute de travail, cela ne laisse pas plus de place, dans le camembert familial, pour un accroissement de l’investissement parental du père (caregiver). Au contraire, montre LaRossa : moins un père est étayé par son activité professionnelle, moins il est apte à s’investir ailleurs, et en particulier dans le familial. Hélas, on fera remarquer que plus un père s’investit dans son activité professionnelle, moins il a de temps, psychique et matériel, pour la même chose. L’un dans l’autre, et vue la conjoncture actuelle, les femmes qui travaillent autant à l’extérieur qu’à l’intérieur ont du souci à se faire.

LaRossa est professeur de sociologie à l’université de Georgia State (comme Denise Davidson) ; voir la présentation de ses travaux sur sa page à l’université de Georgia State).

Table des matières du livre :

Prologue sur 1832

  1. Modernisation de la paternité
  2. Racines historiques de la paternité nord américaine standard
  3. Paternité et pédiatres
  4. Hommes et enfants
  5. Paternalité (fathercraft)
  6. Paternité et presse populaire
  7. Cher M. Patri
  8. Honore ton père

Conclusion

La fiche de lecture qui suit fait l’équivalent d’une vingtaine de pages A4. Outre la difficulté pour moi à résumer un propos écrit en anglais, la qualité du livre de LaRossa justifie pleinement ce luxe de détails.

1. Modernisation de la paternité

L’âge de la machine, (années 1920-1930) moment important dans l’histoire de l’Amérique, a aussi été une étape dans l’histoire des relations de sexe et en particulier dans l’histoire de la paternité américaine. L’image du père comme « economic provider, pal and male role » s’est institutionnalisée à ce moment. Ce sont les événements culturels et économiques qui ont formé le stéréotype dont les « expectations » étaient apparues bien avant, et qui devint un idéal de la classe moyenne avant de devenir celui de l’Amérique tout entière. Ce livre est l’histoire de la mise en place de cette « fusion » entre ces trois attentes, celle du père gagne pain, du père ami et du rôle masculin. L’histoire de la paternité a été faite pour la plupart des périodes avant et après mais étrangement, il manquait celle des années 1930. On a encore trop l’habitude de considérer les pères de la grande dépression comme amoindris par la crise (a « debilitating effect on men’s domestic duties and responsabilities », p. 2). Or, la période a intensifié son effort pour sanctifier les relations du père au fils. Cite l’historien David Blankenhorn qui prétend qu’avant le XIXème, c’étaient les pères qui étaient considérés comme le « parent primaire » et que la révolution industrielle a contribué, en leur faisant quitter le foyer, à les faire renoncer à ce rôle au profit des mères. David Blankenhorn, Fatherless America : Confronting our most urgent social problem, new york, basic books, 1995. Un long passage sur l’utilité de faire l’histoire des pères comme on a fait l’histoire des femmes, pour leur redonner un passé leur permettant de ne pas réinventer la roue à chaque génération, de s’inscrire dans une continuité, un passé ancien, et de promouvoir le changement autrement que comme un lent et patient processus.il faut en finir avec l’égocentrisme paternel et paternaliste consistant à se valoriser par l’ostracisation des générations précédentes de pères. (p. 5) La nouvelle paternité ne commence donc pas dans les années 1970 mais dès le début du XXème siècle ; seulement, elle entre en forte contradiction avec une paternité « ancienne mode ». La contradiction est due à l’âge de la machine. C’est, pour LaRossa, la deuxième guerre révolutionnaire, celle pendant laquelle les Américains ont été capables de créer leur propre Culture (électricité, radio, urbanisation, vote des femmes, automobile comme transport majoritaire, entre 1920 et 1940). C’est ce qu’on appelle l’avènement du MODERNISME (here and now) : religion séculière du uprésent. Ford : L’histoire a mis les voiles (« History is more or less bunk »). Le modernisme se caractérise aussi par un souci de l’analyse micro : entre les années 1920 et 1930, l’étude de la famille comme un groupe social s’est vue donner son impulsion. Entre autres choses, le modernisme met l’accent sur les similarités entre les personnes et les objets (ainsi, voient moins les hommes et femmes en termes dichotomiques ce qui explique pourquoi la phrase « companionate marriage » devint si populaire au milieu des années 1920 ; en tout cas, relativement à l’ère victorienne, précise LaRossa[av1] ). C’est pourquoi la fête des pères faisait sens : elle ne polarisait pas le genre comme le faisait la fête des mères ( ?? pourquoi ?? c’est que, selon LaRossa, elle met – à l’instar des groupes de pères, ou des articles dédiés exclusivement aux pères dans certains magazines – l’accent sur le rôle duel des parents.) Enfin, étaient autant que nous convaincus, et le proclamaient haut et fort, que leurs pères étaient « nouveaux ». Reste que le mouvement demeure confiné à la classe moyenne urbaine. Et à une certaine idée de la paternité : par exemple, exclut que le père puisse s’occuper d’un enfant malade. Modernisme implique l’idée que l’élevage de l’enfant doit parvenir à l’état de science.

Forces économiques et culturelles à l’oeuvre

Contrairement aux autres historiens, LaRossa est convaincu, et va démontrer, que la Dépression a eu un impact positif sur la paternité. Paternité : un rôle, une institution, une norme, attitudes et sentiments à l’égard des pères, cérémonies, rituels qui honorent les pères, ou les marginalisent, enfin activités routinières des hommes essayant d’agir en pères. L’approche des pères doit tenir ensemble tous ces éléments, au premier rang desquels le lien entre la culture et les pratiques ; méthodologiquement évidemment, mais aussi d’un point de vue théorique : à cet égard, convaincu que la Dépression est bien le moment où la culture change dans une direction, et les conduites, dans une autre. De fait, il y a eu un réel accroissement de l’intérêt médiatique et scientifique pour la nouvelle paternité après 1932. mais qu’en est-il des pratiques ? les pères se sont, de fait, moins impliqués dans la vie de leurs enfants. Cette disjonction, asynchronie, est centrale pour comprendre ce qui s’est passé. Une explication compréhensive des changements culturels et pratiques dans ces années là doit prendre en compte le fait qu’une économie « pauvre » non seulement dé-prime mais ex-prime. Une économie pauvre peut rendre des idées nouvelles plus attractives ; notamment des idées fournissant un allègement de la pression sur M. gagnepain. Elles valorisent des identités qui accordent moins de place, d’importance aux responsabilités financières. C’est dans les années 1930 qu’une plus grande emphase a été mise sur les pères en tant que « masculine caregivers [av2] or male role models ». Ce thème a pu être rendu populaire parce qu’il a servi à contrebalancer l’effet « émasculant » de la Dépression. Il y a donc un entremêlement des forces économiques et culturelles. Créée pendant la Dépression, la nouvelle paternité a gagné en force pendant la Dépression non seulement en raison des groupes trouvant un intérêt vendre le concept, mais également parce que les pères et mères exposés au message voulaient, plus qu’avant, avoir un regard démonétarisé sur les hommes.

Politiques de la parentalité

Se référant à la sociologie de Eviatar Zerubavel (The Fine Line), montre que pour définir la paternité, il a fallu la sortir de son contexte (on ne peut distinguer une entité que séparée du magma dans lequel elle est encastrée, c’est vrai pour l’œil humain qui discerne une forme sur un fond de lignes enchevêtrées, c’est vrai selon Zerubavel pour l’esprit humain qui fait de même avec le « fond » social) ; pour voir la paternité, il faut savoir aussi ce qu’elle n’est pas. Faire du sens (des ilots de sens/islands of meaning) c’est réunir pour diviser ensuite. La paternité et la maternité aussi bien que les artistes et les scientifiques, les renards et les dromadaires, etc. Socialement, la distinction entre maternité et paternité est floue : et il n’est pas certain que les différences soient plus nombreuses que les points communs. Mais pour « voir » la différence entre les deux, afin de savoir quand l’une commence et l’autre se termine[av3] , on commence par regrouper puis par séparer et diviser. Lumping and splitting, selon Zerubavel. Si nous cherchons tant à distinguer ce qui, objectivement, relève de pratiques largement communes, c’est en raison des politiques de genre, explique LaRossa. Ici encore, a recours aux concepts de Zerubavel sur la « géographie cognitive », dans laquelle les similarités entre sexes sont ignorées, quand au contraire les différences sont accentuées. Zerubavel parle de « loi du milieu exclu » dans laquelle les différences en degré sont transformées en différences en nature par ignorance du monde commun et exagération des pôles. Dans la stratification parentale, la structure d’autorité est plus vague que dans celle des genres : dans ce monde social, les mères sont parfois vues comme détenant la connaissance et méritant les honneurs afférents. Les pères, au contraire, sont considérés comme moins informés (à moins qu’ils ne soient pédiatres…) et peuvent être perçus comme carrément incompétents. Certains feront remarquer que ce système censé favoriser les femmes est en réalité en faveur des hommes : n’ayant pas en charge les enfants, ils n’ont pas à en être responsables ; plus de liberté par conséquent pour agir de manière agréable ou/et lucrative. Certes, les hommes ont largement contribué à édifier ce système (lois, publications pédiatriques…) ; cependant, supposer qu’ils ont créé sciemment un monde servant leurs intérêts, c’est oublier les conséquences négatives des actions les plus autocentrées. Oui, les hommes gagnent à ne pas devoir être tant accessibles aux enfants, mais ils y perdent aussi dans la mesure où la parentalité a des avantages dont ils se trouvent privés. Bien des pères se montrent jaloux de l’amour et de l’affection que les enfants portent à la mère ; et bien des hommes divorcés se plaignent de la perte de leurs enfants dans les procès pour leur garde. Par ailleurs, les mères ne sont pas totalement absentes de l’édification de ces rôles : lorsque cela a dû aller dans le sens de leur intérêt, les femmes ont travaillé à protéger les droits et privilèges du statut maternel et se sont montrées actives dans les politiques de la parentalité. Enfin, ces concepts ne sont pas seulement négociés sur une base journalière ; ils ont changé. D’où l’intérêt de prendre en compte leur historicité/histoire. L’âge de la machine fut une période pendant laquelle les politiques de genre ont été particulièrement aigües. Le processus de « lumping and splitting » ne pouvait pas être plus aigu, alors qu’il s’agissait de trouver pour les pères une place qui ne mette pas en péril celle de la mère[av4] . La construction de son livre, qui est thématique plutôt que chronologique, veut montrer que la paternité a été, à l’âge de la Machine, politisée et contestée, au sens où sa construction a été le fruit d’intérêts divers en compétition les uns avec les autres.

2. Les racines historiques de la paternité nord américaine standard

Il y a plusieurs histoires de la paternité selon l’aire géographique et l’époque ou la classe considérées. Mais quant à la modernisation de la paternité, elle prend sa source dans la classe moyenne urbaine à l’ère de la Machine. Cette paternité s’inscrit dans ce que les sociologues et historiens ont appelé la SNAF (standard North American Family) : une famille composée d’un couple légitime partageant un même toit, dont l’homme a un emploi payé, dont les revenus soutiennent la famille ; dont la femme, même si elle travaille, doit assurer d’abord et avant tout les soins au mari et enfants et maison. (Dorothy Smith). SNAF est le « code idéologique » de l’Amérique depuis la fin du XVIIIème.

L’ère coloniale

Les pères sont plus impliqués qu’on le pense généralement, surtout à partir du moment où les enfants (et surtout les fils) parviennent à l’âge de l’instruction. En cas de divorce, ils se voyaient confier la garde des enfants (XVII-XVIIIème siècles) ; la littérature éducative leur était adressée ; enfin, les correspondances montrent que les enfants écrivent d’abord au père. La paternité coloniale trouve ses racines dans la paternité patriarchale antique et chrétienne aussi bien. Des raisons économiques s’ajoutent au poids de ces valeurs et croyances : les pères, dans un monde dominé par la propriété, gardaient un pouvoir économique considérable tant sur leurs fils que sur leurs filles à marier. Enfin dans une société paysanne, les parents et les enfants passent la plupart de leurs jours côte à côte. Reste que ce sont des représentations dont l’étude des pratiques, inexistante sur ce champ, n’a pas montré en quoi ni comment elles se vérifiaient. « The problem we confront is that no one has yet carried out a full-scale historical study of fatherhood during this early period.” (p. 26)

L’ère révolutionnaire et industrielle

Révolution, ère d’une première modernisation notamment dans l’éducation des enfants (Locke et Rousseau). Enfant comme table rase (Locke), ou comme être naturellement sociable et affectueux (Rousseau). Voir Mintz et Kellogg, 1988. Pères incités à développer conscience et auto gouvernement chez les enfants ; plus égalitaires, plus « permissifs ». Le plus grand changement concerne la localisation du travail paternel qui, sous l’impact de la révolution industrielle, se déplace hors du foyer. « Gone, was the ubiquitous patriarch. In his place was the wage earner who was absent much of the day. The role of “good economic provider” had arrived for men, and SNAF had taken root.” P. 27 changements induits : à la fin du XIXème, la majorité des pères n’ont plus la garde des enfants jeunes. Le fait que la littérature médicale ait mis l’accent pendant tout le siècle sur l’intérêt de l’enfant, sur le caractère crucial des trois premières années de la vie a aussi contribué à donner davantage de poids au statut maternel ou plutôt, à la stature parentale des mères. (mother’s parental stature). De même, la littérature sur l’éducation des enfants a commencé à mettre davantage l’accent sur la persuasion et la récompense (plutôt que sur la coercition et le jugement), ce qui a accru le rôle des mères dont on pensait qu’elles étaient plus aptes que les hommes sur le plan émotionnel. Un père peut arracher l’obéissance à un enfant par les punitions corporelles ; mais une mère était censée pouvoir inciter l’enfant à l’obéissance, par l’amour, la sympathie et la compréhension.[av5] LaRossa cite ici le livre de E. Anthony Rotundo, American Manhood : Transformations in Masculinity from the Revolution to the Modern Era, New York, Basic Books, 1993, p. 28). L’idéologie exaltant les joies de la maternité n’apparaît pas avant les années 1830-1840[av6] . Voir Barbara Welter, « The Cult of True Womanhood », American Quarterly, vol.18, n°2, 1966 : « Les attributs de la “vraie féminité”, par lesquels toute femme se jugeait et était jugée par son époux, ses voisins et la société pouvait être divisée en 4 vertus cardinales : piété, pureté, soumission et domesticité. Mettez-les ensemble et ils s’épellent « mère, fille, sœur, épouse ». Sans elles, quelle que soit la gloire, l’accomplissement ou la fortune, tout n’était que cendres. Avec elles, la femme se voyait promettre la joie et le pouvoir. » (ma traduction ; citation dans LaRossa p. 29). Selon LaRossa, qui tient à nuancer les conclusions des historiens de la paternité, le XIXème connaît un grand nombre de contradictions, en raison de la lenteur des communications : pas de révolution culturelle instantanée. Ainsi, femmes des classes laborieuses, moins exposées aux ouvrages de pédagogie infantile, et employées en dehors de chez elles, ont été moins soumises que d’autres aux modèles du « economic provider » et de la « vraie féminité ». D’une manière générale, deux systèmes de production, rurale et urbaine, coexistent qui induisent deux systèmes au moins de relations familiales.

L’ère progressiste

Avec le renforcement de l’urbanisation et du travail industriel, adviennent de nouvelles attentes à l’endroit des pères. Ceux-ci entrent davantage dans leur rôle d’ « economic provider » mais se voient également demander un investissement plus important dans les soins apportés aux enfants.

Domesticité masculine et masculinité domestique

Sur le concept de “Masculine Domesticity”, voir Margaret Marsch, « suburban men and masculine domesticity« , in American Quarterly, 1988 ; ainsi que E. Anthony Rotundo qui l’emploie pour le critiquer. Sur le concept de « Domestic Masculinity », voir Clyde Griffen, qui s’appuie sur le premier pour développer le sien, sans clarifier cependant le détournement de « masculine domesticity » (« Reconstructing Masculinity from the Evangelical Revival to the Waning Progressivism : A Speculative Synthesis », in Meanings for Manhood : constructions of Masculinity in Victorian America, ed. Mark C. Carnes and Clyde Griffen, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1990.) Domesticité masculine : valorise la masculinité ; il s’agit d’accomplir des activités domestiques d’une manière virile ; alors que masculinité domestique renvoie plutôt à la domestication de l’homme et peut bien, pour cette raison, avoir été vécue comme un « problème » par les hommes qui n’y voyaient qu’aliénation et décroissement de leur pouvoir. L’usage de ces deux concepts est important en ce qu’il montre que TROIS attentes pesaient sur les destinées masculines à l’époque : l’ « economic provider », la domesticité masculine (les hommes doivent investir leur masculinité dans le travail domestique) et la masculinité domestique (masculinité placée en état d’arrestation, civilisée, domptée).

Démocratisation du mariage, facteurs économique et écologique

Ces deux derniers concepts sont le fruit de la démocratisation du mariage. Que Mintz et Kellogg définissent ainsi : « estime mutuelle, amitié mutuelle, et confiance mutuelle » comme piliers de la bonne union, le bonheur personnel et l’amour comme ses sous produits. Le concept de « mariage démocratique » commence à avoir une signification en Amérique du début vers le milieu du XIXème. Comme pratique, il n’a pas été institutionnalisé avant la fin du XIXème siècle, début du XXème. C’est le mariage démocratique qui contribue au développement de la domesticité masculine et de la masculinité domestique en faisant émerger des questions quant à la perméabilité des frontières entre les rôles féminin et masculin. Selon Marsch, deux facteurs montrent l’emprise de ce concept à la fin du siècle : facteur économique (société salariale généralisée fin du XIXème aux US, ce qui laisse davantage de disponibilité aux pères pour s’enquérir des besoins des membres de la famille) ; facteur écologique (banlieurisation comme facteur de promotion de la réunion familiale).

Fathercraft and Mothercraft

Au tournant du siècle, le mouvement de maternalité professe que materner est une occupation importante, un métier auquel les femmes doivent aspirer et dont elles doivent être fières. Le mouvement consiste également à baser ce métier non pas sur l’instinct ou la nature, mais sur des études sérieuses. D’où la création d’une industrie de l’étude de l’enfant (chid study industry) : groupes de discussion, conférences symposiums, instituts d’entraînement, etc. Première école de « mothercraft » fondée à New York en 1911 par Mary L. Read. Voir son « The Mothercraft Manual ». Epoque où les écoles commencent à proposer des cours de « science domestique[av7] ». Si la maternalité est le fruit d’une socialisation et non pas de l’instinct maternel, alors il peut exister tout autant une paternalité. Cependant, dans le but de ne pas dévaloriser cette fonction qui reste « typiquement féminine », la paternalité est renvoyée à une tâche subalterne, d’accompagnement, de soutien, d’aide. En d’autres termes, les mères sont des autorités en la matière, quand les pères sont ramenés au rang d’adjoints.

L’âge de la machine : the « pal », the « male role » and the « economic provider » models

Pendant les années 20 et 30, prolifération de magazines populaires abordant le sujet de la paternité ; multiplication des groupes d’étude de l’enfant ; fête des pères devient un jour de congé ; les mères acceptent davantage l’aide des pères. Parallèlement, les années 1920 voient la montée en puissance du modèle du père comme « copain » (pal), the Daddy cherchant à se mettre au niveau de son enfant. Tandis que les années 1930 voient la domesticité masculine reprendre le pas (the father as male role model), renforçant l’idée que le rôle des pères était de contrebalancer l’influence néfaste, émotionnelle et destructrice, des femmes. Mais le modèle dominant reste, à l’époque, celui de l’ « economic provider ».

3. La paternité et les « baby doctors »

Le livre sur lequel les historiens s’accordent pour dater la première publication distillant à un large public un savoir en science et technologie de l’enfant est celui de Luther Emmet HOLT : The Care and Feeding of Children : A Catechism for the Use of Mothers and Children’s Nurses, en 1894. Holt a fondé les Archives of Pediatrics ; il fut une figure clé dans la création de l’American Pediatric Society ; et l’un des professeurs les plus respectés dans le champ de la médecine au tournant du siècle. Dans ce livre, il n’accorde AUCUNE attention aux pères. « Not a single reference was made to fathers anywhere in the book.” (p. 41) vrai de la première comme des editions suivantes (à peu près tous les trois ans jusqu’en 1914). L’intérêt de l’ouvrage pionnier de Holt, c’est qu’il inaugure la promotion du métier de pédiatre et par là, l’incitation à confier la santé des enfants malades aux médecins.

The Children’s Bureau

Agence gouvernementale établie en 1912, ministère du travail, dédiée à l’investigation des affaires concernant le bien être de l’enfant dans toutes les classes de la société. Son influence est forte entre 1912 et 1929. Ont publié entre autres Infant Care, leur premier et plus populaire manuel d’éducation de l’enfant. C’est à travers cette publication que l’on peut le mieux se rendre compte de la manière dont le gouvernement américain a pris en charge la question de la paternité en la supportant d’abord, puis en la supprimant. (examine les sept éditions). Première édition : 1,5 millions d’exemplaires entre 1912 et 1921. Arrivé en 1945, le manuel aura totalisé 17 millions d’exemplaires. S’adresse aux mères. Aux pères, on recommande de soutenir les mères, de leur permettre d’exercer leur fonction en les déchargeant au maximum d’autres tâches, et de leur fournir de temps en temps le moyen de prendre du repos. A partir des années 1920, influence du behaviorisme. Mais ne fait que renforcer une tendance déjà présente dans le manuel : rationalisation et routinisation des soins aux enfants (et aux mères). 1929, l’accent est mis sur les soins maternels comme tâche féminine et comme « métier ». L’apport du behaviorisme est d’avoir renforcé la place faite aux pères dans le manuel. 1942, date à laquelle Infant Care se détache du behaviorisme. On commence à admettre que, si l’enfant doit être conditionné (et notamment, qu’on ne doit pas lui prêter trop d’attention sous peine de devenir son esclave…), il a également un droit légitime à l’attention. En 1929, une bonne mère ne va pas chercher son enfant qui crie à tout bout de champ ; en 1942, elle reconnaît que le cri est aussi un moyen honnête pour communiquer… même chose pour nourrir l’enfant : en 1929, on le nourrit à heure fixe. En 1942, on s’adapte à ses besoins[av8] .

The Child Psychology Movement

Il faut attendre les années 1920-1930 pour voir l’étude scientifique des enfants atteindre son autonomie. 1925 : Comité sur le développement de l’enfant créé pour promouvoir la recherche sur l’enfant au-delà des politiques sociales et de l’éducation « direct-to-parent ». Sorte de répudiation de l’approche morale du sauvetage des enfants, qui prévalait auparavant. Première institutionnalisation, à l’échelle nationale, de la recherche financée sur l’enfant. Terrain : les quatre plus importantes publications, à édition multiple, sont : F. Brown Sherbon, The Child, His Origin, Development and Care, 1934 et 1941. John J. B. Morgan, Child Psychology, 1931, 1934, 1942. Winifred Rand, Mary Sweeny and E. Lee Vincent, Growth and Development of the Young Child Study, 1930 et 1938. Ruth Strang, An Introduction to Child Study, 1930 et 1938. (LaRossa, dans cette section, ne dit pas grand chose des évolutions, reste très au “cas par cas” et je vois mal ce qu’il en retire, sinon une absence relative des pères – mais seulement relative puisque l’un des ouvrages (Rand) souligne au contraire la fin de la société patriarcale et le besoin d’avoir des pères présents auprès des enfants, dès 1930).

Au final, après avoir étudié ces deux « terrains », LaRossa conclut qu’à travers le Children’s Bureau, on voit les mouvements proféministes militer pour un plus grand investissement des pères auprès de leurs enfants ; tandis que les pédiatres se portent plus volontiers du côté du conservatisme : « Physicians, on the other hand, have a history of supporting patriarchal norms » (p. 62).

4. Men and Infants

Pendant tout le temps de son existence, le Bureau des Enfants a reçu 400 000 courriers, stockés aujourd’hui aux Archives nationales à Washington DC. LaRossa pousse la courtoisie jusqu’à expliquer au béotien comment fonctionne le classement apparemment énigmatique de ces archives. L’historienne reconnue, sur le Bureau des Enfants, est Molly Ladd-Taylor. Voir Raising a Baby the Government Way. Mothers’ letters to the Children Bureau, 1986.

Lectorat : femmes blanches de la campagne ou petites villes, parfois à peine lettrées ; ce qu’illustre avant tout cette correspondance, c’est le GAP entre le lectorat et le journal Infant Care qui assume systématiquement que les enfants ont leur propre chambre, que la vie de famille est globalement chaleureuse, affectueuse et harmonieuse, et fait absolument abstraction de la Grande Dépression. Surtout, on sait que le journal accordait peu d’importance aux pères, bien qu’en fin de période on observe un léger changement. Les lettres offrent un tableau bien différent.

« This type of letter is becoming too frequent »

D’abord, les lettres décrivant des mères bien incapables de nourrir leur enfant, que ce soit au sein (malnutrition maternelle, donc absence de lait) ou à l’assiette ; familles non soutenues par un père ; des femmes demandant vainement des informations sur le contrôle des naissances ; des femmes et enfants battus, rabroués, délaissés … des milliers de lettres de cette époque décrivent, selon LaRossa, un aspect « sombre et terrifiant » de la vie des familles américaines. LaRossa reconnaît que son histoire de la modernisation de la paternité examine principalement le « bon côté » de la paternité ; mais qu’à l’époque, coexistait des « enclaves of irresponsibility and abuse. For some children and women, fatherhood was not synonymous with hugs and kisses at all, but was a living hell ». Et en effet, il faut lire les extraits qu’il cite longuement pp. 66-69 (et dont j’ai pris des clichés : larossa-pp-66-67 et LaRossa pp. 68-69), pour toucher du doigt ce que vivaient ces femmes et ces enfants écrivant les unes directement au Bureau, les autres au président Roosevelt.

Durant la Dépression, certains pères ont profité de leur chômage pour établir davantage de contacts avec les enfants ; mais la plupart ont tendu, plutôt, à se retirer, physiquement et psychologiquement, de la vie de famille. Dans les familles avec enfants, ce retrait pouvait avoir des conséquences non négligeables quand on connaît la somme de travail que pouvait représenter le soin des enfants à l’époque. « Without the father, there would be one less worker to share the load ». p. 69

Men wrote, too

Bien que la grande majorité des lettres adressées au Bureau soient écrites par des femmes, des hommes ont écrit, aussi. LaRossa estime leur proportion à 10%, dont la moitié seulement étaient des pères. Le ton, les sujets de plainte, la longueur des lettres : tout les différencie des lettres écrites par les mères et les filles. Mais leur préoccupation est la même que celle des mères : comment prendre soin au mieux des enfants.

Focal Point : Men Writing about Feeding

La plupart des lettres sont concernées par les aspects médicaux et physique du soin aux enfants ; principalement parce que telle était la mission du Bureau, et de son journal Infant Care. Le nourrissage (feeding) arrive en tête de liste.

Were Men Cultural Dopes ?

L’un des points centraux de la littérature sur la vie de famille du XXème siècle est que l’approche scientifique de l’éducation des enfants, caractéristique de l’époque, a créé une culture « thérapeutique » qui a transféré la prise de décision des familles aux experts. LaRossa renvoie ici aux travaux de Max Weber, Christopher Lasch, ainsi qu’à Barbara Ehrenreich and Deidre English, For Her Own Good : 150 Years of Expert’s Advice to Women (1978). D’autres, comme Ann Swidler (sociologue), ont mis en avant une culture du « self-help », tout aussi prescriptive mais moins déterministe. De ce point de vue, les individus interprètent de différentes manières et peuvent choisir, à la fin, de ne pas suivre le conseil qu’ils sont venus chercher. Voir, sur ce sujet, Ann Swidler, « Culture in Action : Symbols and Strategies », in American Sociological Review, n°51, avril 1986. Enfin, selon Robert L. Griswold, si les femmes ont suivi les experts avec un certain recul, les hommes auraient au contraire suivi aveuglément leur femme et révélé, par là, leur inaptitude et leur frustration. « … while fathers are seen as cultural dopes, pawns who did only what they were told » (p. 76). Pour LaRossa, la lecture des lettres montre que les hommes pourraient bien avoir été plus sceptiques qu’on le dit ; certes, ils ont pu se sentir frustrés par la parole qui leur était adressée par les experts, mais inaptes, non. Par ailleurs, Griswold soutient qu’une coalition mère-experts a fait des pères des « outsiders » ignorants. Certes, reconnaît LaRossa, une telle coalition a existé, qui a contribué à renforcer les divisions traditionnelles du travail (sexué). Mais il ne faut pas en surestimer l’impact : le contenu des conseils pouvait aller aussi bien dans le sens des mères que dans celui des pères ; en outre, la parole de l’expert passait par le filtre de la « structure du pouvoir domestique ». Même quand le Bureau de l’enfance prenait le parti de la mère, il n’y avait pas de garantie que le père en tienne compte. « Therapeutic culture or no therapeutic culture, men still called the shots in early-twentieth-century America ». p. 80 Les lettres sur l’alimentation des enfants suggèrent que les pères étaient plus impliqués qu’on ne le pense en s’en tenant à la lecture de Infant Care ; d’autres, sur d’autres sujets (le sommeil notamment) vont dans le même sens. Quelle représentativité de ces pères ? Pour répondre, LaRossa s’appuie sur deux études menées dans les années 1930. la première, menée exclusivement auprès des mères, montre que les pères sont impliqués dans le jeu et dans la discipline, moins que les mères (75,8% des mères d’un enfant de moins de 5 ans avaient joué avec lui la veille, contre 65,4% des pères ; 91% des mères et 82 ,4 % des pères avaient joué avec leur bébé (6-11 mois). 98,5% des garçons de moins d’un an avaient été punis par leur mère (la veille ???), contre 66,2% par leur père. LaRossa connaît les biais de telles études, mais justement ; basées sur la déclaration maternelle, elles sont supposées sous-estimer le rôle des pères ; on peut penser, par conséquent, que les résultats sont plus ségrégués qu’ils ne l’étaient en réalité. Des groupes de pères se sont constitués, dont la fréquentation a rapidement augmenté entre 1922 et 1940, dans certains Etats. Cependant, un BACKLASH s’est opéré, selon LaRossa, dans le courant des années 1940. Il s’appuie notamment sur un article du magazine médical HYGEIA paru en 1942 dans lequel le journaliste décrit un « père maternel » qui s’empresse de rentrer tôt chez lui, s’empare du bébé, l’arrache plutôt aux bras de sa mère, le baigne, le change, lui donne le biberon pendant que madame « plonge dans un fauteuil confortable pour se relaxer, ou s’éclipse sur la pointe des pieds, laissant le père et l’enfant ensemble « in gurgling bliss ». » (p. 87) Le journaliste continue : « nous ne voulons pas nous disputer avec ce père maternel, ou dans ce cas avec la femme qui refuse d’accepter sa maternité (…) mais nous pensons qu’il ne devrait pas être glorifié comme un standard au regard duquel les autres devraient être jugés. » Les responsables d’un tel état de la famille américaine ? Non pas le complot experts-mères, mais … les féministes. Voici le texte tiré de Hygeia : « The extreme need of many women today to urge and encourage the father to assume a more maternal role seems to be compensatory and not based on the role of the male in the development of the race. (…) Might it be possible that as a result of their emancipation there has arisen in the minds of many women an inability to accept sexual differences either biologically or temperamentally, a desire to lessen the gaps of the past, so that they necessarily tend to interpret the role of man as nearly as possible as similar to that of woman ? … However, the fact remains that feeding a newborn child is not as natural a function for the father as for the mother… Why not encourage fathers to be themselves and to follow a more paternal pattern ? Encourage them to romp and play and work with their children in their own way, developing paternal bonds and deepness of affection which may be just as lasting as that which the maternal father develops by pinning on diapers or spooning out mush. To us, it seems in many ways more wholesome… Might it not be better to encourage paternal fathers and leave maternity to mothers ?” (p. 87-88)

5. Fathercraft

Etudie d’autres agences et groupes qui ont joué un rôle aussi important que le Bureau de l’enfance.

The Child Study Group Movement

En 1932, selon un rapport du gouvernement, des groupes d’étude de l’enfance et des cours de parentalité avaient été établis au niveau national par le Bureau de l’enfance, mais aussi par l’association américaine des femmes universitaires, l’association de l’économie domestique, le congrès national des parents et professeurs, etc. etc. La Californie, l’Iowa, New York etc avaient leurs propres programmes. Quel rôle ont joué les pères dans tout cela ? un rôle faible, selon LaRossa. Une étude portant sur les adhésions à un groupe d’étude de l’enfance du Minnesota, comptant 540 membres, n’a dénombré la présence que d’UN homme… cette étude, et d’autres, ont montré la domination des femmes dans le domaine de l’éducation parentale. Mais Larossa récuse le terme de domination : on ne devrait pas utiliser le baromètre de la fréquentation de ces groupes pour juger de l’implication des pères, de la composition genrée, de la structure de pouvoir ou des dynamiques de groupes dans le mouvement des groupes d’étude de l’enfance. L’étude sur le Minnesota étudie les cartes ; mais qui dit que les pères n’accompagnaient pas leurs épouses ? si les séances étaient planifiées le jour, pendant le temps de travail des pères, on ne peut être surpris de la moindre fréquentation masculine. D’ailleurs, les rapports montrent que lorsque les réunions avaient lieu à des moments de disponibilité plus grande pour les hommes, la présence des pères s’accroît. Enfin, l’étude du Minnesota porte sur des réunions spécialisées sur l’enfant d’âge préscolaire, habituellement confié au soin des mères. Enfin, ces années 1920 (cadre temporel de l’étude du Minnesota) ne portent pas autant l’accent sur les pères que la décennie qui va suivre.

Father-to-Father books

Un « father-to-father » book est un livre écrit par un homme, probablement père, pour d’autres pères, réels ou potentiels.

Au tournant du siècle, ces livres portaient sur l’enseignement des « réalités de la vie », sur les conseils aux étudiants, ou s’adressaient aux parents de soldats. A l’époque de l’âge de la machine, ces livres portent sur des sujets plus larges de l’éducation enfantine, bien qe l’attention soit davantage portée sur les fils que sur les filles. Quelques exemples : Franck H. Cheley, The Job of Being a Dad, 1923 John Crawley, Reveries of a Father, 1924. Samuel S. Drury, Fathers and Sons, 1927. E. M. Walker, On Being a Father, 1929. CHELEY, auteur de trios livres, a eu une influence importante : il était le rédacteur en chef d’un série appelée « The Father and Son Library » (1921) dont le but affiché était d’apporter une aide aux pères désireux de mieux comprendre leur(s) fils, de leur inspirer une meilleure appréciation, le tout drainé par la conviction que l’homme civilisé dont avait besoin le monde futur soit éduqué normalement et développé dans les familles du pays. En 1933 : 20 volumes publiés (dont des livres pour enfants). Montre que la science de la paternité n’était pas confinée aux groupes d’étude de l’enfance des clubs de pères. Montre également que les pères pouvaient jouer, et de fait jouaient, un rôle parental significatif à cette époque. Get involved : mot d’ordre de cette série. Quel investissement préconisé ? un dimanche … par mois ( !). quelques minutes après le dîner, chaque jour. « Thus we can see that certain Victorian concepts of fatherhood prevailed during the Machine Age », commente LaRossa (p. 95)… mais quelques maximes sont intéressantes, néanmoins, telle celle-ci : un père ne doit pas confondre « the difference between doing things for, and living with » his boy. D’autres conseils sont également intéressants, tirés de nouveau de Cheley : il faut concevoir la chambre de son garçon comme l’endroit qui le construira comme garçon ou, au contraire, le « cassera ». L’idée dominante est d’en faire un endroit où le petit garçon y ressentira le même sentiment de propriété que celui que ressent sa mère dans la cuisine, et son père dans le garage ou dans la grange (je n’invente pas : « … a place where the boys can feel the same sens of ownership that Mother feels in the kitchen and that Father feels in the garage or barn » (cit. p. 96).) Aux murs, devraient être affichés la « tête de christ » de Hoffman, mais aussi des équipements sportifs (« snowshoes look well on the wall »). Pas de meubles d’occasion mais en chêne, aux lignes droites, épurées. En passant, petite statistique : 16% des femmes mariées, en 1940, ont un emploi rémunéré. (en 1997, aux US, seulement… 53% des « mères d’un enfant de moins d’un an»). LaRossa fait remarquer que eu égard à l’implication croissante des femmes sur le marché du travail depuis l’âge de la machine, on n’a certes pas assisté à une révolution de la paternité.

The Child Study Association of America (CSAA)

On ne peut étudier la construction sociale de la paternité sans observer les agents impliqués dans le processus de construction. L’organisation dédiée à l’étude de l’enfant et à l’éducation parentale la plus importante est la CSAA : Child Study Association of America. Créée en 1888 (Society for the Study of Child Nature) ; devient la Federation for Child Study en 1908. deviant la CSAA en 1924. A l’origine, un club de discussion d’ouvrages pédagogiques (Locke, Rousseau, Platon…). Publie un périodique (Child Study). Felix ADLER est la figure qui a le plus insprié la CSAA (père du mouvement de Culture éthique, auteur de The Moral Instruction of Children). Présidente et fondatrice : Mrs Harry HASTINGS. Figure la plus influente de la CSAA : Sidonie M. GRUENBERG, professeur d’éducation à Columbia University, auteure de nombreux livres (Our Children ; Parents’ Questions…). Son époux, auteur du premier manuel d’éducation sponsorisé par la CSAA, Outlines of Child Study (1922 et 1927).

« Every Father a Member »

La CSAA n’est pas mixte jusqu’en 1924, mais ouverte seulement aux mères et aux étudiants. Mais la question de l’implication des pères émerge avant ; certaines conférences, à la demande des « pater familias », leur sont ouvertes. Campagne de recrutement des pères en 1925. Slogan : « every father a member ». Mais d’après LaRossa, l’ouverture n’est pas tant une intégration qu’un appel à un soutien financier. Les cartes d’inscription imprimées en 1927 continuent à supposer que les membres sont exclusivement des mères : « her age », « her occupation »… informations about « husband », etc. Malgré cela, des pères s’impliquent, participent aux conférences et certaines conférences, de fait, s’adressent aux parents et non plus exclusivement aux mères. Saison 1927-1928, 5 conférences « for fathers and mothers ».

A symposium : « Fathers and Parent Education »

Symposium publié en 1932 par la CSAA. Le fil rouge de ces publications : pères et mères sont différents. La question n’est pas, pour Cecile Pilpel, « comment apprendre à un père de faire le travail de la mère », mais comment lui apprendre ce que signifie le travail de la mère… ; comment l’amener à contribuer par sa compréhension, sa sympathie et son soutien moral au travail de la mère. Pour Eduard Lindeman : l’éducation des pères a besoin d’être basée sur des différences importantes entre mères et pères. Il ne s’agit pas de transformer le père en mère, etc. etc. On voit émerger, globalement dans la CSAA, une tendance à exclure les pères de l’exercice de la parentalité ; mais LaRossa veut n’y voir qu’une tendance, combattue par d’autres courants, conscients du risque de marginalisation des pères.

Group Dynamics

Les pères ne sont pas les seuls à se sentir exclus : les parents le ressentent en général, selon Sidonie Gruenberg s’adressant aux étudiants en 1931. Je reproduis ici la discussion entre elle et ses étudiants (p. 109, p. 110, p. 111) qui illustre la manière dont systématiquement elle les ramène à observer ce qui différencie, plutôt que ce qui rapproche, les hommes et les femmes. Selon LaRossa, plusieurs raisons peuvent expliquer l’attitude de Gruenberg quant au « dimorphisme » des genres : 1. La conviction que l’égalité est irréversible : ayant acquis les mêmes droits que les hommes, les femmes n’ont plus à craindre, d’après la conférencière, que la différence soit transmutée en hiérarchie. Comme d’autres à la même époque, elle est convaincue que les femmes n’ont pas (plus) à être « comme » les hommes. LaRossa : elle était bien naïve de penser que le combat pour l’égalité était terminé ; mais l’axiome sociologique « si les individus définissent une situation comme vraie, alors elle est vraie dans/par ses conséquences » permet de comprendre leur point de vue. Voyant les hommes et les femmes comme égaux, elle agissait sur la base de cette perception. [en note, LaRossa précise que l’axiome en question est connu comme l’axiome de Thomas ; il a été élaboré justement à l’ère de la machine par W. I. Thomas et D.S Thomas (The Child in America : Behavior Problems and Programs, 1928]. 2. La nécessité stratégique de prendre en compte le point de vue marital : les maris, une fois qu’ils eurent compris que ces conférences parentales n’étaient pas un simple club comme les autres, ont commencé à manifester leur inquiétude : pourquoi leur femme avait-elle besoin d’apprendre une science qui était si naturelle à leur mère ? A cette inquiétude, qui se transforme rapidement en réticence voire en opposition frontale, comme le souligne Gruenberg, les leaders du mouvement éducatif se doivent d’apporter une réponse, sous peine de voir leur audience fondre comme neige au soleil : ils ont besoin du soutien des pères (davantage que de leur présence). Prenant appui sur les mères, ne négligeant pas la parole paternelle qui transitait éventuellement par elles, le mouvement du CSAA a pu ainsi exercer une réelle influence sur la modernisation de la paternité, sans pour autant le faire directement.

6. La paternité et la presse populaire

Les pères ne lisent guère la presse populaire portant sur l’éducation, comme Parent’s Magazine. De même qu’ils ne participent guère aux conférences et aux groupes d’étude ou de parole sur l’enfant. Pour autant, LaRossa considère qu’ils ne restent pas à l’écart de l’influence de ces moyens de communication, dans la mesure où les mères jouent ici le rôle d’intermédiaire. En outre, les mères influencées par le discours sur les pères changent leur point de vue sur eux et par là, amènent également des changements dans leurs comportements. « … anything that has had the power to affect mothers also has the power to affect fathers, and thus cannot be ignored ». (p. 119)

Focal Point : Fatherhood Articles

Etudie les articles portant sur la paternité seulement. Leur proportion reste stable au fil de la triple décennie étudiée. Leur étude montre quelque chose qu’on n’aperçoit pas sur d’autres terrains, à savoir : la masculinité domestique (création d’un père maternel, proche de l’enfant, the « pal ») grimpe en intensité jusqu’à la fin des années 1920 ; la domesticité masculine (intrusion des valeurs masculines dans la sphère domestique : père comme « male role model ») ne prend son ampleur qu’à partir du début des années 1930, jusqu’au début de la guerre. Par ailleurs, les articles montrent que l’on se déplace vers la question de la juste place de l’homme au foyer ; notamment parce que certains sont convaincus qu’une des raisons des ratés de l’époque vient du manque de présence paternelle forte dans la vie des enfants. Enfin, les articles illustrent une culture de la DADDYHOOD, un ensemble de valeurs qui, en accentuant le rôle parental des hommes les a, en même temps, marginalisés.

Parents’ Magazine : In Media Res

1926 : parution de Children : A Magazine for Parents (première version de Parents’ Magazine). Publiera davantage d’articles sur les pères, pendant la Dépression, que tous les autres magazines réunis. Fondé par George J. HECHT. Si le titre s’adresse aux parents, l’écriture des articles et la publicité sont visiblement dirigées vers les mères. De 1926 à 1942, 75 articles portent sur les hommes et leur relation à l’enfant (47% de l’ensemble des articles publiés sur le sujet pendant cette période). Pendant la Dépression (1930-1934), les articles sur les pères de Parents’Magazine couvrent jusqu’à 59% de l’ensemble des articles publiés sur le sujet.

The Rhetoric of the Magazine Industry

Ce qui ressort avec le plus de netteté, à travers les articles portant sur la paternité, est l’espèce d’agressivité avec laquelle sont assénées les vérités suivantes : les pères devraient être reconnus comme des acteurs aussi importants que les mères dans leur éducation et leur participation au bien être des enfants ; être un bon parent dépend d’une bonne éducation à la parentalité. En cas de conflit entre ces deux propositions, le magazine prend le parti de la première. Première revendication : a place of his own. Les pères n’ont pas de place définie, se plaint le magazine. Il n’est d’autre qu’un « coopérateur », quelqu’un dont le rôle se définit surtout négativement.

« For Fathers Only »

Titre d’une colonne du magazine parue de juin 1932 à décembre 1937. La plupart sont baignées de « domesticité masculine » : jusque dans la manière de donner le bain à un bébé de six mois, le père peut se distinguer de la mère (plus d’eau, plus d’éclaboussures, plus de rires et la porte bien fermée pour se préserver des conseils de la mère), ou dans celle de faire le ménage dans la maison (comme on va à la chasse ou on part à la guerre). On trouve cependant quelques articles portant l’idée inverse, celle de la masculinité domestique. Au final, les lecteurs devaient penser qu’être père relevait d’une juste combinaison des deux : « Many men… do not know how to be real fathers. They conceive of father as an autocrat, a provider, or as an example. But few seem to look ahead and get a broad view of life that will fit them for companionship with their sons. (…) Perhaps the answer to the frequent question, “What’s wrong with modern youth ?” is simply : “It is fatherless”.” (cit. p. 130)

Rhetorical Contours, 1901-1942

Quid des autres magazines, permettant d’observer une période plus large ? Plusieurs thématiques émergent : Domestic masculinity (father as pal) ; masculine domesticity (male role model) ; tendance à parler des fils plutôt que des filles ; tendance à plaisanter ; tendance à utiliser le mot « papa » dans les articles.

The Rise and Fall of Domestic Masculinity

Début du siècle jusqu’au milieu de la première guerre, tendance à faire prévaloir la figure du père « male role model ». A partir de 1916, jusqu’à la fin des années 1920, c’est le père comme « copain » qui prend la relève. Puis dans les années 1930 c’est de nouveau le père comme « male role model » qui revient en force. Dans la décade 1940, cela s’accentue.

Daughters versus Sons

Les fils sont mentionnés dans 66% des articles sur les pères, les filles dans 36%. Le rapport fils fille donne, sur les 7 périodes qu’il a découpées, la progression suivante : 1,25 ; 1,26 ; 4,00 ; 3,52 ; 1,97 ; 1,94 et 1,13. Ces données chiffrées confortent l’observation qui avait porté sur la progression de la figure du « copain » : plus on met en avant la figure du « copain », plus les articles mentionnent les fils au détriment des filles. Pourquoi ? « … because, with the accent on masculinity, fathers were expected to counteract mother’s negative influence on both sons and daughters. (…) because when it came to being their children’s playmates, fathers were assumed to have more in common with boys.” 135

Humor and Fatherhood

Plus le père est figuré en copain, plus est forte la tendance à s’en moquer.

Mothers versus Dads

Sujet de débat, au début du siècle : doit-on appeler son père « Dad » ? la réponse est positive du côté des tenants du « pal » ; avec une tendance à un certain paternalisme à l’égard des « papas » qu’on a tôt fait de qualifier de « poor dad ». L’inverse n’est pas vrai : on n’appelle pas les mères de « moms ». En général, l’expression consacrée est « mother and dad » ; parfois mother and father ; mais JAMAIS Mom and Father. Dans les articles, ie dans la littérature publique et normée, les mères sont moins susceptibles d’être dénommées en des termes informels que les pères. Ce sont les années 1916 – 1929 qui sont décisives dans l’émergence de la culture « daddyhood ».

The Culture of Daddyhood

La culture du « daddyhood » était peu menaçante pour les mères comme pour la stratification parentale : les hommes pouvaient bien être appelés à rentrer à la maison, mais ils n’étaient pas invités à devenir des partenaires complets dans le processus d’éducation des enfants. Des « playmates », oui ; Des aides, au besoin ; mais définitivement pas des mères et certainement pas des égaux. « Dad and mother, in short, were more than just words in the early-twentieth-century child-rearing lexicon ; they were political symbols. » (p. 141). Je reproduis, ci-dessous, l’un des passages que je considère comme l’un des plus importants du livre (p. 141). Les quelques phrases qui suivent en sont une traduction approximative, comme tout le reste de cette « fiche » qui commence à devenir bien longue. Mais comme dans le cas des sources que j’ai insérées sous forme de fichier pdf, je préfère, quand les mots sont vraiment importants, et les notions délicates, donner à voir la « source » plutôt que ma seule interprétation traduite :

En cliquant sur le cliché, il apparaîtra en plein écran

En tant que symboles politiques, dad et Mother peuvent être vus comme des éléments fondamentaux de ce qu’en sociologie on appelle « la loi du milieu exclu ». A travers l’histoire des relations de genre, on a assisté à un effort considérable pour assigner l’instrumental et l’expressif à des personnes ou à des rôles, plutôt que pour reconnaître que chaque personne et chaque rôle est une mixture des deux. Si l’on regarde attentivement le rôle du père au début du XXème siècle, et qu’on se demande quelles attentes étaient associées, jour après jour, avec ce rôle, on reconnaît qu’être un père a un côté expressif (être un compagnon de jeu) et un côté instrumental (être l’economic provider) et que la différence entre être un père et être une mère relevait plus de la différence de degré que de nature. La culture du daddyhood a pris, cependant, la différence en degré (le continuum) et l’a coupée en deux catégories. Dans le but de donner à ces catégories une apparence naturellement discrète, la culture de daddyhood a poussé les pères à un bout, et les mères à l’autre, laissant un chiasme à la place de ce qui était avant un « centre ». Pour parler de manière figurée, les nuances de gris ont été transposées en noir et blanc : être un « dad » dans les années 1920, c’était ne pas être une « mother ». Comment expliquer que l’émergence de la figure du père comme « pal » ait été associée à sa féminisation ? Pourquoi cette corrélation entre l’accroissement des contacts fils-père et l’augmentation des moqueries à l’égard du « pal » ? La réponse à ces deux questions réside dans la signification de cette figure du père exclusivement compagnon de jeu (…what it means to make fathers their children’s playmates », p. 142) : d’abord, on doit se rappeler que, quel que soit le nombre d’heures moyen passé par les pères à jouer avec leurs enfants, elles n’atteignent jamais celui des heures passées par les mères. Aussi, être compagnon de jeu n’est pas ce qui a pu différencier les pères des mères dans la vie des enfants ; pourquoi ? parce que, virtuellement, n’importe qui et tout le monde pouvait jouer avec les enfants, et beaucoup le faisaient. Aussi, limiter les pères au rôle de compagnon de jeu ne pouvait que rendre les pères non indispensables (en anglais : « dispensable »). Si les pères n’étaient pas là pour remplir leur rôle, ce rôle, quelqu’un d’autre pouvait facilement servir de substitut. En termes de stratification sociale, les pères qui étaient relégués au rôle de compagnon de jeu avaient peu de ressources à leur disposition. Il n’est donc pas surprenant que les pères des années 1920 soient devenus le jouet de multiples plaisanteries : ayant moins de valeur spécifique, les hommes étaient plus vulnérables, de la même manière que des travailleurs non qualifiés et des adultes illettrés se trouvent, dans une économie post-industrielle, l’objet de la risée (« objects of humor- and scorn. », p. 143). Cette culture du daddyhood a décliné durant les années 1930 au profit du « male role model ». Cette bascule est significative ; elle a créé une place particulière pour les pères (une que les mères ne pouvaient pas occuper) ; elle a fait des filles ET des garçons la responsabilité psychologique des hommes ; elle a accru le statut des hommes à la maison. Ainsi, le déclin de la culture du « daddyhood » a été plus profitable (positive) que le contraire – au moins pour les pères. Dernière précision : cette culture n’est pas comportementale mais un schéma cognitif qui a déterminé les pères et leurs activités ; aussi, le fait que les magazines des années 1920 aient tendu à caractériser les pères comme des « daddies » ne signifie pas que les pères empiriques n’étaient pas grand-chose d’autre. La culture de la paternité et la conduite (les pratiques) de paternité doivent être maintenues distinctes, bien qu’elles soient reliées.

7. « Dear Mr. Patri »

Patri

Angelo Patri

Chapitre assez bref sur Angelo PATRI, un éducateur, proviseur d’une « junior high school », chroniqueur radio, auteur d’une « colonne » dans un journal intitulée « Our Children » pendant les années 1920-1930. On a conservé à peu près 7000 des lettres qui lui ont été envoyées (parmi lesquelles, 500 proviennent de pères. LaRossa considère que Patri a conseillé davantage de parents sur l’éducation des enfants que n’importe qui d’autre. LaRossa a fait une étude approfondie de ces lettres ; je renvoie aux quelques pages de ce chapitre, pour plus de détail. Il arrive à la conclusion que les pères des années 1930 étaient moins investis dans leur rôle paternel qu’à la décennie précédente : ce qui contredit les changements opérés dans la culture populaire. La raison de cette anomalie, selon lui : la Grande Dépression. Alors qu’elle a fait office de « force positive » dans la modernisation de la culture paternelle (poussant la communauté commerçante à se mobiliser autour de la Fête des pères, voir prochain chapitre), elle a exercé un impact négatif sur l’interaction père enfant. Des études antérieures indiquent que la Dépression a généralement réduit le nombre de contacts que les hommes ont eus avec leurs enfants dans les milieux populaires. Mais c’est une surprise de constater le même effet dans des familles financièrement en sécurité. Reste que le sentiment de l’insécurité a touché toutes les classes de la société, et a probablement eu un effet sur les pères les plus à l’abri du besoin.

Un élément important, que je souligne en raison des similitudes avec une étude menée dans le cadre d’une thèse de sociologie par Renaud Orain, sur les pères de la fin des années 1990 en France (La naissance du Foyer ? conditions matérielles des entrées dans les carrières parentales et de l’accueil du premier enfant en France à la fin du XXème siècle, thèse de sociologie de Paris8, sous la direction de Florence Weber, 2007 ; la thèse et le rapport de soutenance sont en ligne sur http://jourdan.ens.fr/~rorain/) :« le fait que l’économie ait pesé aussi fortement sur ces hommes, et finalement réduit l’attention dédiée à leur paternité souligne combien, dans le cadre du « economic provider role », l’investissement des pères est lié à leur emploi.

Ce n’est pas tant la question de savoir si un homme a un travail ; mais à quel degré il est préoccupé par ce travail (« It is not simply a question of wether a man has a job but how preoccupied he is with that job that matters », p. 166). Aussi, plus un homme est soucieux d’être un « economic provider », moins il a de chances de consacrer du temps pour autre chose, que ce soit prendre un week end de congé ou s’occuper de son enfant. « The Depression not only forced a number of men to devote attention to finding a job, but it also placed considerable mental strain on the many others who were fortunate enough to have work. The consequence for children in both instances (…) was that children were dropped, figuratively speaking, from their father’s “calendars”.” (p. 167)

Et les mères ? pourquoi l’impact de la crise économique n’a-t-il pas d’effet sur la longueur de leurs lettres à Patri, ou sur les comportements auxquels elles font allusion dans leur correspondance ? Réponse : « … unlike the fathers, they probably did not view parenthood as an extra activity – as something to do if time permits. Rather, the mothers who wrote to Patri probably saw parenthood much the same as mothers today see parenthood – as a highly salient role.” (p. 167) En revanche, l’usage du pronom possessif ne décline pas ce qui laisse penser que l’investissement psychique des pères n’a pas suivi la même courbe que leur investissement « physique ». Il est probable que la Dépression ait freiné l’impact positif que la modernisation de la culture paternelle aurait pu avoir sur les relations entre les pères et les enfants ; mais d’une manière générale, les lettres à Patri révèlent une réelle ouverture à cette modernisation : et on peut penser que lorsque la Dépression s’est éloignée, la pression exercée par les mères sur les pères est demeurée tout aussi vivace. Par ailleurs, les changements d’attitude (à distinguer des changements de comportement) ont pu ne pas se traduire immédiatement en un accroissement de l’investissement paternel ; mais influencer d’autres changements de comportement pendant la Dépression : c’est l’objet du chapitre 8.

8. « HONOR THY FATHER »

« Father’s Day is like Mother’s Day, except the gift is cheaper ».

Dans les archives de Patri, on trouve une invitation à se rendre le jour de la fête des pères à un meeting “père fils” (ce meeting, programmé un 14 juin 1931 tombait en réalité une semaine avant la fête des pères officielle du 21…). En exergue sur le carton d’invitation, cette mention : « No longer does today’s boy see his father only as a dignified, bewhiskered, stern and somewhat to be feared individual. Today it’s Dad !” Ce qui fait dire à LaRossa : oui, la paternité était en pleine transformation ; mais, non, la transformation ne s’accomplissait pas sans difficulté… puisqu’on pouvait encore se tromper aussi lourdement sur la date de la fête des pères. La Fête des Pères a joué un rôle très important dans la modernisation de la paternité selon LaRossa. La fête des pères n’est pas pratiquée de manière généralisée avant la fin des années 1930. L’historiographie a négligé la fête des pères ; au mieux, quand on l’aborde, elle est ramenée à une opération commerciale (voire un effet commercial de la fête des mères) ; c’est sous-estimer un événement d’une importance familiale considérable. La relation de réciprocité entre la fête des pères et la nouvelle paternité, chacune contribuant à nourrir l’autre, démontre mieux que tout à quel point les forces culturelles et économiques, travaillant en tandem, sont responsables de la modernisation de la paternité. La politique de genre, au centre de la métamorphose fut à la fois une politique des idées et une politique du porte-monnaie.

Fathers’Day and Mothers’ Day : The Official History

Sonora Louise Smart Dodd, de l’Etat de Washington, a pensée à cette fête en 1909, en hommage à son père William Jackson Smart, vétéran de la guerre de Sécession qui éleva seul ses six enfants et a pu la faire célébrer dès 1910 dans sa ville de Spokane le troisième dimanche de juin, mois anniversaire de la naissance de son père. C’est Anna M. Jarvis qui a créé la Fête des mère, en souvenir de sa mère et de son souhait de voir advenir une telle fête. Le deuxième dimanche du mois de mai fut choisi, là encore, en souvenir de la date anniversaire de la mort de sa mère. Première fête eut lieu en 1908, sous la forme d’une messe en l’honneur des mères à Grafton et Philadelphie (où Anna Jarvis vivait). Ce sont là les historiques établis par les deux comités en charge de la célébration de ces deux fêtes.

Fathers’Day and Mothers’ Day : Other Voices

Contrairement à l’histoire officielle qui attribue la création de ces deux fêtes à quelques individualités, celles-ci ont émergé à peu près en même temps dans un grand nombre de lieux. On trouve des célébrations de la fête des pères avant 1910 et un grand nombre de tentatives pour s’en approprier la « paternité » dans les années 1910. Même chose pour la fête des mères. Stephanie Coontz prétend même que la fête des mères, à l’origine, a été inventée pour célébrer les activités des mères en dehors de la maison, et pas du tout pour honorer sa propre mère dans l’intimité familiale. LaRossa citant Coontz : « The people who inspired Mother’s Day had quite a different idea about what made mothers special. They believed that motherhood was a political force. They wished to celebrate mother’s social roles as community organizers, honouring women who acted on behalf of the entire future generation rather than simply putting their own children first.” (cit. p. 174)
Ces fêtes ont suscité des oppositions ; la plus intéressante est sans doute celle qui s’est tenue régulièrement à Central Park des années 1920 aux années 1930, le jour de la fête des mères, et qui revendiquait la création d’une Fête des Parents. Cette initiative meurt en 1940, victime de la politique économique : la communauté commerçante l’avait tuée. « Mother’s Day followed by Father’s Day was too perfect a setup financially to allow something as gender-nonspecific as Parents’Day to muck things up.” (p. 175).

Une telle différence apparaît paradoxale pour LaRossa ; selon lui, elle s’explique par le type d’alliés qui travaillait pour chacune des fêtes.

Fête des mères : trois types d’alliés.

1. les conservateurs politiques et religieux (opportunité pour rappeler aux mères que leur place naturelle est à la maison ; symbole pour lutter contre les mouvements d’émancipation qui fleurissent à l’époque).

2. Leurs adversaires… les avocats du droit des femmes qui ont tendu à favoriser la fête des mères pour rappeler à la nation l’importance des femmes.

3. Le corps médical travaillant dans les domaines de la santé des mères et des enfants (outil publicitaire pour mettre en avant les moyens scientifiques de réduire la mortalité infantile).

La politique genrée de l’époque eut l’effet de faire de la fête des pères une concurrente dans le champs politique de valorisation de la maternité.

Cependant, la fête des pères, même si elle connut une officialisation tardive, était pour ainsi dire « institutionnalisée » à l’aube de la deuxième guerre mondiale.

9. Conclusion

En faisant de l’éducation infantile une activité apprise (un savoir et non pas un don), les experts ont augmenté leur propre prestige et conféré un sens de l’accomplissement aux femmes qui sont devenues leurs plus ardentes étudiantes. En même temps, faire basculer l’éducation des enfants de l’inné vers le savoir signifiait que les rudiments de la « bonne » parentalité étaient désormais disponibles à la consommation publique. Il est vrai que certains pères sont restés exclus des discours et se sont sentis marginalisés ; d’autres, par contre, ont utilisé le mouvement éducatif pour justifier leur propre expertise. Après tout, les pères savaient lire les livres, eux aussi… Egalement important, quoique généralement peu reconnu par les historiens de la paternité : qu’une mère s’appuie sur les savoirs enseignés ne donnait pas à ses paroles le statut de dogme : cela pouvait être versé au débat à l’intérieur de la maison. Les hommes avaient l’avantage du pouvoir, comme maintenant, et il est bien possible que la détention par la mère d’un plus grand savoir n’ait finalement pas fait de différence. Ce que l’approche scientifique de l’éducation infantile a fait, c’est placer le processus parental plus étroitement dans la politique de la famille.


[av1]LaRossa considère le modernisme comme conjugaliste, en somme, et l’ère victorienne comme sexualiste… je pense tout le contraire.

[av2]Donneurs de soins masculins, l’inverse en somme du « economic provider ».

[av3]ce qui suppose qu’il soit nécessaire ou utile d’effectuer cette distinction.

[av4]Trouver une place pour ceux dont la Grande Dépression fragilisait le rôle traditionnel de « economic provider ». Comme si finalement, un vide appelait nécessairement un plein…

[av5]On se croirait exactement dans le basculement qui opère, en France à l’époque révolutionnaire, entre autorité arbitraire du roi et incitation à l’action républicaine et que résumait si bien Say : « voulez vous être obéi ? il ne faut pas vouloir que l’on fasse, mais faire que l’on veuille » (citation approximative).

[av6]C’est bien le cas en France aussi, d’après ce que j’en connais. Dommage que l’on n’ait pas un ouvrage sur le sujet… Anne Cova, spécialiste de la question maternelle, a travaillé sur le début du XXème. A quand une thèse sur l’idéologie maternelle qui émerge au sortir des années 1830 en France ?

[av7]Equivalent de l’éducation ménagère en France.

[av8]A la fin du XXème siècle, j’ai connu certains pédiatres et parents qui n’avaient pas atteint l’année 1942 des savoirs pédiatriques…