Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

1793 : Roederer répond à Condorcet

Roederer, extrait de son « Troisième discours sur l’organisation sociale », lu au lycée le 10 février 1793 (l’an II de la république française). Suite des éléments physiques de la société », in Œuvres du comte P.-L. Roederer, pair de France, membre de l’Institut, etc. etc. etc., publiées par son fils le baron A. M. Roederer, ancien pair de France, tant sur les manuscrits inédits de l’auteur que sur les éditions partielles de ceux de ses ouvrages qui ont déjà été publiés avec les corrections et les changements qu’il y a faits postérieurement, Paris, Firmin Didot Frères, 1853-1859, vol. 8, p. 160 et suiv.

« Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de leur sexe, il y aurait un grand nombre de cas où elles auraient un intérêt commun avec leurs maris ; et il résulterait de leur suffrage, qui très généralement serait le même que celui de leurs maris, que les hommes mariés auraient dans la société un avantage trop considérable sur ceux qui ne le seraient pas.

Si elles se faisaient représenter dans toutes les affaires par des députés de notre sexe, alors elles se réuniraient encore pour la plupart en faveur de leurs maris ; et dès lors les hommes mariés auraient l’avantage d’être élus plus probablement et en plus grand nombre que les non mariés.

Dans les affaires communes, il y aurait encore à craindre le danger des distractions ou de la séduction, effet nécessaire de cet invincible charme qui porte toujours un sexe vers l’autre, et de cette prière muette qu’ils se font sans cesse pour le plus doux, le plus intime des besoins.

Leur représentation se réduira-t-elle aux affaires où elles ont intérêt, alors elles ne pourront députer des personnes du sexe avec lequel elles seraient en guerre, ou du moins elles ne pourront en attendre une véritable protection. Si elles députent des personnes de leur sexe, alors il faudra que le nombre de ces députés soit égal à celui des hommes ; s’il était inférieur, leurs droits seraient illusoires ; s’il était supérieur, le droit des hommes serait illusoire ; mais, s’il est égal, qui départagera dans l’opposition ? qui videra la querelle ? je ne vois dans l’assemblée que des parties adverses qui sont aux prises ; je ne vois point de juges.

Ces dernières réflexions répondent à tout ce qu’on pourrait dire en faveur des femmes veuves ou des filles majeures, quand elles ne seraient pas une exception à la condition générale des femmes, et une exception trop bornée pour entrer en compte.

Ainsi, quand le perfectionnement des sociétés par la liberté ne garantirait pas les femmes de tout danger, il ne leur resterait cependant d’autre ressource que celle de se confier aux hommes comme dans l’état de nature ; de s’y confier comme leurs enfants se confient en elles ; de se reposer sur ces lois de la nature, qui ne sont pas toujours toutes puissantes au milieu du désordre de nos sociétés, mais qui le sont souvent, et ont toujours un organe dans la conscience d’un grand nombre d’hommes. J’observe, en finissant, que ma doctrine n’exclut pas les femmes de l’éligibilité à l’éducation publique ; 2° à l’administration et service des hôpitaux : ce sont là des soins essentiellement domestiques ; 3° du tribunal de famille. »

Roederer distingue l’autorité patriarchale et l’autorité paternelle

« Je distingue l’une de l’autre parce qu’elles différent essentiellement : l’autorité paternelle, c’est celle du père sur ses enfans ; l’autorité patriarchale, c’est celle du plus ancien père ou ascendant de la famille sur ses enfans, petits enfans et arrière petits enfans, à quelque degré qu’ils soient. De plus, l’autorité paternelle est une relation purement domestique ; l’autorité patriarchale est une relation tout à la fois domestique et politique : ainsi l’indique l’etymologie du mot patriarchal qui est composé de ΛαΤρου père, et de αρΧή, gouvernement. les anciens patriarches étaient rois dans leur famille, leur famille était l’état ; leur dignité était donc naturelle et politique. L’autorité paternelle ne s’étendant que du père aux enfans ne présente aucune idée de pouvoir politique, puisqu’elle ne regarde en rien ni l’ascendant ni les petits enfans, et qu’elle ne peut embrasser l’état social.

Ce n’est jamais que figurément qu’on a dit de quelques monarchies tempérées, c’est un gouvernement paternel : mais il y a des gouvernemens qui fondés sur l’autorité des patriarches et lui servant en même tems de garantie, sont justement appelés quoique par extension gouvernements patriarchaux. Nulle constitution politique nulle institution morale, ne peut donner à un roi pour ses sujets ce que la nature donne aux pères pour leurs enfans : des entrailles. Mais les institutions politiques et morales peuvent fonder l’autorité patriarchale dans les familles sous la garantie des affections naturelles et placer les patriarches sous un monarque que leur puissance domestique, leur exemple, leurs moeurs contraindront à être patriarche lui même. Je ne conçois rien de paternel dans le pouvoir d’un roi de France ; je me prête aisément à supposer l’excellence patriarchale dans le gouvernement de la chine. Un roi de patriarches ne peut être qu’un patriarche lui-même. L’amour paternel n’en souffrirait pas d’autre.

Il me semble au premier coup d’oeil que l’établissement du système patriarchal dans les familles facilite extrêmement l’exercice du pouvoir public et le dispense d’une extrême intensité. En effet un ascendant ou patriarche qui gouverne 8 enfans qui en ont chacun 8 et les femmes ou les maris de ces enfans et petits enfans et répond d’eux à la loi, dispense l’autorité publique de toute surveillance et de toutes actions sur 144 individus en âge de raison [en marge, il ajoute : « dans notre Europe on compte un chef de famille pour 4 individus. à la chine il n’y en a pas un sur cinquante. »] ; au lieu que la division de cette famille en autant de maisons ou familles qu’il y aura de têtes mariées ou majeures de 21 ou 25 ans mettre sous l’autorité de la loi 74 chefs de maison ou de famille. (…) le grand problème est de combiner l’esprit conservateur avec l’esprit d’amélioration et de perfectionnement.

Si cela était impossible et qu’il fallut céder le teneur à l’un des deux, lequel préféreriez vous? L’esprit conservateur, sans difficulté.

Il me parait que le gouvernement de la chine à très bien résolu le problème. Les pères de la famille en sont maitres absolus et conservent les mœurs et les opinions. Les enfans que l’esprit distingue entrent dans le corps des lettrés et deviennent supérieurs à la famille.

Le meilleur fondement de la République dans l’état, c’est la Royauté de famille.

La meilleure garantie de la Royauté domestique, c’est l’égalité républicaine.

Nul homme ne doit être plus maître chez lui qu’un homme libre. »[1]


[1] Il est difficile de dater cette note. Elle est certainement antérieure au concours de l’Institut de 1797 puisque Nougarède, l’un de ses participants, cite Roederer pour distinguer, lui aussi, les deux types d’autorité. Il est possible qu’elle ait été écrite au moment où Roederer rédige un « premier mémoire sur le gouvernement de la Chine », daté du 7 floréal an 6/26 avril 1798. Dans ses archives, les notes de ce premier mémoire se trouvent juste avant celles sur l’autorité patriarchale. AN, série 29 AP, carton 109.