Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

« Le Bon Mari est le titre d’un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d’une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L’autorité familiale, qui dans la société d’Ancien Régime était réservée à l’aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l’individu-citoyen, chef d’une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C’est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l’unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d’autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l’histoire de cette émancipation décisive qui place l’union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne. »

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

« La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses », par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

« Au bonheur des pères de famille », par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

« La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille », par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

« Révolution dans la famille », par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

François Joseph L’Ange et le suffrage des chefs de famille


A la suite de la publication du règlement du 24 janvier 1789 pour la convocation des Etats généraux, cet ancien peintre sur soie publie une brochure intitulée : Notions problématiques sur les Etats généraux, suivies d’un plan de leur vraie constitution, présentées à la députation de Lyon, par un vieux Germain ; brochure qui a été précédée d’une Proposition réglant au premier degré la Constitution des Etats généraux par les citoyens groupés, sans distinctions corporatives, en Centuries élisant chacune un centenier, proposée selon l’auteur lui-même le 22 octobre et le 1er novembre 1788. Cette pièce a été perdue, mais elle est reproduite dans le Plan de Constitution… sous la forme de l’art. II. Selon Paul Leutrat, qui a établi l’édition critique, L’Ange est rousseauiste (p. 29). Il est pour le vote par tête, contre le vote par ordre ; mais, très méfiant à l’égard de tout mandataire, il précise que les représentants ne peuvent être les représentés, que les députés des Etats généraux ne peuvent être ces mêmes Etats ; d’où son système de vote par centurie, où tout le monde se connaît : cinquante centeniers élus tiennent un Congrès ; six Congrès élisent 36 membres auxquels se joignent 36 autres membres de la noblesse et du clergé choisis par les deux ordres dans des Assemblées dont le nombre sera égal à celui des Congrès. Ces 72 délégués forment un Conseil des Etats qui votera par tête pour élire un député ; il y aura 1 200 députés répartis en cent divisions, qui seront mélangées les unes aux autres par moitié. Ainsi seront constitués les Etats généraux qui se réuniront tous les 25 ans, à partir de 1800. Le Tiers vote en trois degrés : centurie, Congrès et Conseil des Etats. Le peuple, lorsqu’il se réunit (devant l’église), sera voilé, afin d’éviter toute pression et d’introduire entre tous une parfaite égalité provisoire. Les femmes veuves ou âgées de plus de 25 ans et qui “n’auront point de représentant naturel” peuvent voter par correspondance ; quant aux célibataires, ils ne sont pas éligibles et sont seulement susceptibles d’être choisis comme lieutenants par les centeniers élus.

Voici quelques extraits concernant l’absence des femmes :

“La raison générale a reconnu que la nation a toujours le droit de tenir ses Etats généraux comme et quand il lui plaît. Elle a reconnu qu’il n’est personne qui n’ait son plus grand intérêt, toute son existence civile, dans la chose publique, et qui, par conséquent, ne doive avoir une influence directe dans l’Assemblée nationale. Cependant la faiblesse, les devoirs maternels et domestiques, les infirmités et l’ignorance nécessitent les mineurs, les femmes, les infirmes et les simples à confondre leurs intérêts avec ceux des chefs de famille, leurs représentants naturels. Mais ces chefs de famille, par leurs professions, leurs charges, leur nombre, sont eux-mêmes, pour la plupart, dans la nécessité, dans la fatalité de se faire représenter aussi. Or, comme il vaudrait pourtant mieux tout quitter pour la chose publique que de la confier à des représentants suspects, la prudence et point d’autre loi, la prudence seule leur commande de choisir et de députer ceux d’entre eux que la pluralité des voix désigne comme les plus capables et les plus dignes de cet honneur ; et c’est encore la même fatalité qui les oblige à statuer par députation et qui restreint le nombre de leurs députés dans les bornes de leur confiance. La confiance du commun des hommes en leurs pareils ne s’étend pas au-delà d’un cercle de cent personnes ; cela est vrai ; mais l’espèce humaine n’est peut-être pas encore assez corrompue en France, ni la multitude assez misérable, pour que sur cent hommes on ne puisse pas en trouver un qui, par sa conduite et ses moeurs, n’ait fait preuve de bon sens et de probité, seules qualités essentielles que la saine politique exige de ceux qui seront choisis, pour concourir au bonheur du peuple français.”

ARTICLE II de son Plan de Constitution des Etats généraux :

“Le lendemain de ces instructions pastorales et solennelles, à commencer par les paroisses et les domiciliés les plus éloignés de la capitale du royaume, les marguilliers, par ordre du souverain, convoqueront nominativement, sans exception et sans aucune distinction personnelle, cent chefs de famille ou hommes mariés qui s’avoisinent de plus près, et tous les célibataires passé l’âge de vingt-cinq ans, qui demeurent avec eux, ou le plus près d’eux, afin qu’à l’heure donnée, ils s’assemblent dans leur paroisse, comme dans la vallée de Josaphat et que là chacun, en pleine liberté, fasse connaître celui des cent chefs de famille en qui il a le plus confiance.

Celui des cent qui réunit le plus de suffrages sera proclamé centenier, ayant la prérogative de présider et de représenter toute la centurie, et de suite il nommera un lieutenant de son choix parmi les voisins, soit marié, soit célibataire, ce qui fera la première preuve de son mérite.

Aussitôt que chacune des centuries, aux frontières du royaume, aura proclamé son centenier, toutes les centuries qui en sont les plus voisines en feront de même, et ainsi de suite immédiatement depuis les frontières jusqu’au centre de la capitale.

Toutes les centuries doivent être complètes en nombre d’hommes mariés, et s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière d’une paroisse, fussent-ils de 99, ils se réuniront à leurs plus proches voisins de la paroisse voisine, amenant avec eux les célibataires qui leur seront annexés par le voisinage, et formeront dans celle-ci une de ses premières centuries. Mais s’il se trouve des mariés surnuméraires à la dernière centurie de la capitale, ils obtiendront pour celle-ci le privilège de nommer deux présidents, s’ils passent de vingt-cinq le nombre de cent, non compris les célibataires.”

Commentaire de L’Ange :

“Le nombre des centuries peut monter à trente mille, car en les multipliant par cent, on aura trois millions de citoyens mariés et si l’on ajoute à ce nombre trois millions, tant célibataires mâles que vieillards, et de plus six millions d’enfants mâles, on aura la moitié virile de la population qu’on suppose de douze millions ; en l’ajoutant à l’autre moitié dont elle est inséparable, on retrouve le total de 24 millions. Donc un père ou chef de famille, vu généralement, paraît représenter sept individus en outre de lui-même ; mais une centurie, en cette hypothèse, est exactement la trente millième portion collective de 24 millions de volontés, et tout centenier élu a la prérogative d’en représenter 800.”

ARTICLE III

“L’élection des centeniers ne se fera ni à haute voix ni par scrutin ; la centurie pouvant être composée de gens de toutes conditions, il faudra qu’ils en cachent l’inégalité, qu’ils les enveloppent comme nos pénitents, sous un voile uniforme, sous lequel le maître ne puisse se distinguer du valet, ni le père de son fils. C’est aux portes de l’église paroissiale où chacun trouvera et mettra cet uniforme de l’égalité chrétienne et philosophique, propre à le soustraire à toute espèce d’asservissement et de gêne de son choix. C’est aussi là que chacun s’inscrira lui-même (ou par un officier public s’il ne sait pas écrire), dans un registre légalisé.

Quand, sous ce masque de l’âge d’or, toute la centurie appelée sera prête à manifester ses suffrages, le curé déclarera le nombre et les noms des absents, des veuves et des filles âgées de plus de vingt-cinq ans qui n’auront point de représentant naturel dans l’Assemblée présente ; il aura eu soin d’envoyer à temps, à toutes ces personnes absentes, des billets parfaitement semblables, un à chacune, ces billets seront renvoyés cachetés et ne contiendront qu’un seul nom ; ceux qui manqueront à l’heure fixée ne seront plus reçus, et s’il y en a plus qu’on n’a dû en attendre, on en prendra au hasard, et l’on brûlera sur le champ tous ceux qu’il y aura d’excédents au nombre déclaré ; cette vérification faite, les billets seront remis dans leur boîte, posée sur l’autel, et resteront encore cachetés et renfermés.

Il y aura sur l’autel une table noire verticale, sur laquelle seront écrits, suivant l’ordre alphabétique, en gros caractère blanc, les noms simples et sans marque distinctive des cent hommes mariés seulement ; on aura tracé une ligne d’attente à côté du nom de chacun. Toute l’Assemblée s’étant rangée en ligne de hasard et observant la plus grande décence, chacun, à son tour, montera à l’autel, et d’un simple trait de craie, il marquera son suffrage sur la ligne d’attente et celui qu’il en juge le plus digne ; si quelqu’un ne sait pas lire, il priera le curé, à haute voix, de lui montrer le nom qu’il cherche, et le curé présent, en silence, le lui montrera. Pour obvier à tout embarras et à toute fraude dans le choix et pour satisfaire en même temps à la justice et à l’amitié lorsqu’elles ne s’accordent pas, chacun sera tenu de faire sa croix à côté de deux noms et aura la liberté d’en marquer trois. A la fin, quand toute l’Assemblée aura passé, le curé rouvrira la boîte aux billets, les en tirera, les décachètera l’un après l’autre, et marquera d’une croix, sur le tableau, le nom écrit sur le billet. La dernière croix mise, on les comptera toutes et celui qui s’en trouvera le plus grand nombre sera généralement reconnu pour le chef de toute la centurie ; si plusieurs étaient marqués un même nombre de fois, ceux-ci y tireraient au sort pour en décider.”

Commentaire de L’Ange :

“(…) Remarquez encore que ce serait un phénomène étonnant si celui-là [l’élu] n’était pas un des plus grands propriétaires du canton et s’il ne réunissait pas à la fortune les qualités de coeur et d’esprit qui constituent l’homme par excellence ; que ce serait un phénomène plus grand encore si les suffrages s’accumulaient en prépondérance sur la tête d’un homme qui s’isole ou d’un mari dont les intérêts tiennent, soit à ceux d’un privilégié, soit aux emplois des publicains [ie. les fermiers généraux], que par conséquent il ne serait pas moins inutile d’offenser cette classe d’hommes, ainsi stipendiés, par une exclusion positive du rang des éligibles, qu’injuste de les confondre avec les proscrits de la nation, en les excluant du rang des électeurs. Il est incontestable, on l’a déjà dit, que tout Français, tout homme à qui les lois assurent une existence civile, a le droit de prendre place dans ce rang commun ; tout règlement qui prescrirait d’autres conditions que celle-ci pour être électeur, et la condition du mariage pour être éligible, serait contradictoire à la liberté de l’élection et pourrait donner sujet à des difficultés interminables.

La saine politique, qui gémit sur le célibat, ne demandera pas pourquoi le mariage serait une condition nécessaire pour être éligible. Elle sait que c’est le mariage seul qui peut accomplir le citoyen, purifier les moeurs et lier les générations futures à la génération présente. Le mariage est la plus grande preuve de sociabilité ; celui qui se dévoue à ses lois, s’il est fidèle, ne peut être que vertueux et doué de ce bon esprit qui doit régner dans les Etats généraux. Il est vrai que, si les Etats généraux se tenaient périodiquement, il deviendrait bientôt superflu aussi d’imposer cette condition salutaire expressément, par la raison que les sophismes de la corruption ne décevant plus personne et les abus devenant éphémères, chacun alors conviendrait que le célibat, toujours stérile quand il n’enfante point de vice, n’offre que des sujets qui, renonçant au mariage, renoncent à la patrie. Il est possible pourtant, surtout dans nos moeurs corrompues, que ce renoncement même soit une vertu qui mette le célibataire en parallèle avec les plus grands législateurs. Aussi, est-ce en considération de semblables célibataires que l’article deux établit la nomination d’un lieutenant ; c’est par cette voie que tout célibataire, acquérant le juste titre de citoyen privilégié, peut parvenir au haut grade de député.”

L’ARTICLE IV porte sur l’ajournement de l’Assemblée afin de “tenir état sur tout ce qui peut concerner les cent familles et les personnes isolées qui composent la centurie et lorsque tous les besoins seront bien connus, tous les intérêts bien conciliés”, le centenier ou son lieutenant ira rejoindre les cinquante centeniers les plus proches et marcheront vers la capitale. Au lieu de la cinquantième centurie, les centeniers tiendront les Etats de leurs commettants dans un Congrès.

Commentaire de L’Ange :

“Il sera facile à ces cinquante sages de tomber d’accord sur les véritables intérêts respectifs des centuries dans lesquelles chacun aura su concilier les esprits différents de plus de cent familles et l’on verra peu de différence entre le résultat de leur conseil et les résultats de tous les conseils semblables. Du moins il n’y a point de raison d’en présumer : d’où naîtrait-elle ? Certes, ce n’est pas la nature, ni la raison, ni la saine politique qui trouveront la moindre difficulté dans la division de la monarchie en familles, sans égard à leur dépendance mutuelle, c’est au contraire cette division même qui ne permettra pas qu’aucun intérêt personnel porte obstacle à leur réunion, à leur accord, qui sera d’autant plus parfaite que la base en est égale et commune.

Il en est de l’ordre politique comme de l’ordre de nature : les intérêts de toutes les parties d’un même corps sont identiques ; c’est bien par la volonté du chef que les membres se meuvent ; mais c’est par les intérêts des membres que la volonté se motive. Ainsi, quand une famille met toute sa confiance en son chef, elle suit la loi de la nature et de la raison et ne saurait mieux faire. Mais les intérêts d’une famille ne peuvent être solidement établis que lorsqu’ils sont en équilibre avec ceux de toutes les autres familles ; il importe donc à tous les chefs également de porter, de bonne foi, toutes leurs prétentions dans la balance de la justice ; et puisqu’en effet c’est à ce dessein qu’ils s’assemblent, qu’est-ce qu’il faut à la droiture de leurs intentions pour discerner les voeux justes des voeux injustes. Il faut une méthode publique qui soit évidemment d’une convenance générale, telle que la délibération par centurie, où les votants sont tous voisins, de toutes conditions et se connaissent bien, où, le nombre n’excédant point l’attention commune, personne ne peut avoir de la peine à se faire entendre de tous, où, par toutes ces raisons, personne n’oserait tenir un autre langage que celui de sa conscience.”

Les Articles V et VI organisent les Etats de la noblesse et du clergé, qui seront tenus en particulier (appelés non pas congrès, mais Etats ou Assemblées) ; toutes les Assemblées et les Congrès se combinent par arrondissement, dans la proportion d’une moitié pour les Congrès, et dans l’autre moitié “les Assemblées du clergé et de la noblesse seront en proportion naturelle” : si dans un arrondissement il y a 6 Congrès, et si le nombre d’ecclésiastiques est inférieur d’un tiers à celui des nobles, il y aura quatre Assemblées de la noblesse et deux du clergé. Pour obtenir une Assemblée, on additionne l’ensemble des privilégiés et on les divise par le nombre de Congrès ; c’est “chaque unité du quotient qui tiendra Etat”. L’Article VII organise l’élection des députés : chacun des Etats élit six de ses membres pour former une députation qui sera composée de 12 ecclésiastiques, de 24 privilégiés et de 36 centeniers : soit 72 députés.

“Leur objet sera de concilier les Assemblées avec les Congrès, de réunir en un seul les douze résultats de leurs délibérations, de faire à leurs commettants le rapport ou de leur succès ou de leurs difficultés, et de le communiquer à toutes les députations conciliatrices par une correspondance réglée et circulaire”. Ces députations seront nommées Conseils des Etats ; en leur sein, les 36 députés des Congrès élisent un président parmi eux et prennent leur place à sa gauche ; ceux des Assemblées élisent eux aussi un président mais parmi les ecclésiastiques seulement ; ils prennent place à sa droite ; entre les deux présidents, un représentant du prince n’ayant pas voix délibératrice, mais qui sera “le médiateur dans les choses des opinions”.

Commentaire de L’Ange :

“On trouvera bizarre que 30 000 familles aient 36 chefs, on aura trouvé très inexact le calcul de 3 millions de pères de familles et trois millions, tant célibataires qu’invalides et vieillards ; on voudra donc bien apercevoir maintenant que les célibataires tonsurés et les [ou plutôt des ?] familles nobles en ont été soustraits et qu’ici on les rapporte en addition, parce qu’il n’est point d’ecclésiastique, ni de famille noble, fût-elle ancienne comme Israël, qui ne tienne à la roture par son origine, ou qui n’y soit prodigieusement entée.

L’Article VIII règle la délibération des Etats : trois jours pour délibérer sur les propositions qui seront faites, 8 jours pour que chacun écrive sans le signer son avis sur celles-ci ; on les partage entre d’accord et pas d’accord ; on choisit ensuite les députés, qui font l’analyse de ces avis contradictoires ; on aura ainsi 1200 mémoires ; ensuite (article IX), dans chacun des cent arrondissements, le Conseil des Etats réduit par deux le nombre des députations qui le composent (par le sort), et prend le nom de comité. Dans chacun des 100 arrondissements, il y aura donc six comités, composés chacun de six députés d’une même assemblée et de six députés d’un même congrès (12 x 6 = 72). Ces 12 (sic) membres du Conseil des Etats (il y a donc 2 députés par comité, et non pas 2 x 6) discuteront les deux mémoires qui seront soumis à leur arbitrage. Donc 12 mémoires par arrondissement : ils seront réduits à 6 et par 6 comités, ensuite à 3 par 3 comités… enfin à un par les douze députations assemblées.

En 1790, il publie Plaintes et Représentations d’un Citoyen décrété Passif aux Citoyens décrétés Actifs par M. L’Ange (Lyon, 30 p.) qui fait suite à l’élaboration de la Constitution par l’Assemblée nationale dont les premiers articles sont connus depuis la fin de l’année 1789. Voici l’attaque que L’Ange lance contre ce système, après avoir rappelé les principes qui fondent la DDH :

“Enfin, quand ils [les représentants du peuple français] reconnurent et déclarèrent que le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation, et que nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément, on ne doit pas s’attendre qu’ils tourneraient leur activité contre eux-mêmes, que retranchant une grande masse du souverain, divisant la nation, ils se réduiraient à n’en représenter que la moindre partie, que le pouvoir qui leur était confié leur servirait à ôter à leurs commettants le droit de le commettre et à les transformer en esclaves ou citoyens passifs ce qui est la même chose.

N’est-ce donc pas assez de restreindre la souveraineté de la nation au simple vote pour ses représentants ? Fallait-il encore nous faire l’outrage de nous exclure des Assemblées primaires, sous prétexte de notre laborieuse pauvreté dans laquelle vous puisez vos richesses ? Si par pauvreté notre entendement reste inculte au point qu’on nous croit incapables de délibérer nous-mêmes sur ce qui nous convient, si par la nature de nos besoins nous sommes dans l’impossibilité de vaquer à la chose publique dans laquelle nous sommes les plus intéressés, vu que nous y mettons nos facultés personnelles, le droit de se faire représenter est notre unique ressource, l’unique garantie de nos intérêts ; et c’est de ce droit-là qu’une politique perfide et cruelle a suggéré à nos députés de nous frustrer.”

…le décret qui nous exclut des assemblées primaires, qui nous sépare de vous [il s’adresse aux citoyens actifs] et nous frappe d’une mort civile, est un véritable fratricide qui ne peut rester impuni. (…) …c’est vous qui nous avez à tort expulsés de la société ; c’est vous qui nous avez rayés du contrat social ; vous nous avez empêché, tyranniquement défendu d’y délibérer ; même vous avez trop méprisé ou trop craint une ratification libre de notre part ; c’est vous-mêmes qui nous avez remis dans l’état de nature, qui nous avez dégagés de la convention qui nous liait à vous ; et vous croyez avoir le droit de punir en nous le droit de ne pas vouloir que vous nous donniez des lois, comme vous donnez la bride à vos chevaux.”

Renversez donc cet or, cet argent, ces boulevards puérils qu’une politique fausse et mercantile élève pour aliéner l’homme à l’homme. Dessillez les yeux aux riches sur l’absurdité d’acheter un devoir inhérent au droit qui leur est inné, qui est leur caractère et sans lequel ils ne seraient pas sociables, ils ne seraient pas hommes. Découvrez à leurs yeux la lourde erreur de statuer une société politique comme une société de commerce.”

En janvier 1791, L’Ange est élu assesseur juge de paix du district de Lyon (ce qui suppose qu’il payait une contribution au moins égale à 10 journées de travail). Le 23 janvier 1792, il sera élu juge de paix. En cette année 1791, il publie Du Citoyen, du Monarque et du Titre II de la Constitution (Lyon, 24 p.) après le vote définitif de cette Constitution le 3 septembre. Celle-ci prévoit quatre catégories de citoyens : les passifs, exclus du droit de vote (3 millions) ; les actifs, qui pour pouvoir voter doivent payer une contribution égale à la valeur de trois journées de travail (4 millions) ; les citoyens actifs choisissent les électeurs qui, à l’échelon départemental, élisent les députés ; ces électeurs doivent payer une contribution de 10 journées de travail ; les députés doivent payer une contribution égale à un marc d’argent, soit une cinquantaine de livres. Dans la version définitive de la Constitution, révisée le 27 août (après les événements du Champ de Mars du 17 juillet 1791), le marc d’argent a été supprimé, n’importe quel citoyen actif pourra donc être élu député, mais le cens électoral a été augmenté (il atteindra entre 12 et 25 livres selon les régions).

De décembre 1791 à décembre 1792, il est élu à la mairie auprès du maire Vitet. La municipalité est alors de majorité “rolandine”.

Le 30 août 1792, alors que se déroulent les élections à la Convention, il écrit son Adresse à mille Français de Lyon (Lyon, 7 p., daté du 30 août 1792) ; selon P. Leutrat, c’est une “profession de foi républicaine enflammée mais qui se refuse au coup de force et attend tout du vote populaire”. L’auteur y proclame que tous les Français sont souverains, mais il fait toujours une réserve en ce qui concerne les femmes :

“Un corps politique est un souverain sur la terre car le souverain naturel et légitime est collectif essentiellement.

Ainsi, le peuple français tout entier, et sans aucune distinction d’individus, n’est qu’un seul souverain et il ne peut y en avoir d’autre en France. Ainsi, quiconque est du peuple français est du souverain de France. Oui, les femmes, les enfants, les enfants dans le ventre de leurs mères demeurant en France, sont de notre souverain.

Ainsi, nous convenons que tous les individus sont du souverain, et que nous tous ensemble sommes le souverain, c’est-à-dire que personne ne l’est isolément, que personne n’est souverain seul, que personne ne l’est ni plus ni moins qu’aucun de nous tous ; nous sommes donc, tout à la fois, enfants, adultes et vieillards de deux sexes.

Mais la nature et la raison nous obligent de convenir que notre souveraine puissance consiste principalement dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge viril, que notre puissance souveraine ne peut être mue et dirigée que par notre souveraine volonté, que notre volonté souveraine ne peut être présumée exister que dans ceux d’entre nous qui sont dans l’âge de la raison, que, par l’effet du mariage et conformément au voeu de la nature, la femme s’identifie avec l’homme, plus propre aux fonctions publiques, que tout homme a le droit de contribuer à former notre volonté souveraine en exprimant sa volonté particulière, mais qu’il ne le peut que dans la section de son domicile. C’est-à-dire que la nature et la raison nous obligent de convenir que, sur 27 millions d’individus, nous sommes tout au plus 5 millions de votants ou de citoyens ; ce qui est la même chose.”

En mars 1793, il est l’objet d’une plainte de la part de Hidins, frère naturel du maire Bertrand et qui joua un rôle important à Lyon durant la Révolution ; il est accusé d’avoir élargi [libéré] sous caution un affidé des émigrés. Lambert, n’est pas un émigré, mais un ancien contrôleur général des finances ; il avait été interrogé par L’Ange, puis arrêté et emprisonné ; ceci avait été la cause de troubles provoqués par la section bourgeoise Port-du-Temple, et de la plainte de Hidins. Il semble que L’Ange devra sa perte au fait qu’il ait alors conservé ses fonctions durant le siège. Il est arrêté et passe devant la Commission de Justice populaire le 14 novembre 1793. Il est exécuté le lendemain.

Selon Paul Leutrat, c’est à partir de son exécution que “l’on [la Commission temporaire de Surveillance républicaine] commence, sinon à appliquer ses théories, du moins à lutter contre les trop grandes inégalités sociales”. “C’est chez Fourier que l’on retrouve la théorie de L’Ange, développée et précisée.”

Celui-ci a longtemps vécu à Lyon, à partir de 1791 (il a alors 19 ans) et surtout de 1793 ; sous l’Empire, il collabore à divers journaux ; et en 1804, il écrit dans Le Bulletin de Lyon, un article intitulé “Harmonie universelle” ; en 1808, il écrit sa Théorie des quatre mouvements et des destinées générales. Michelet établit lui aussi le lien entre Fourier et L’Ange : c’est à Lyon, dit-il, que “parurent les premiers socialistes L’Ange et son successeur Fourier. P.M. Gonon, qui a analysé dans sa Bibliographie historique de la ville de Lyon pendant la Révolution une brochure de L’Ange intitulée Remède à tout ou Constitution invulnérable de félicité publique (1793), pense que la théorie qu’il y présente “n’est autre que celle de Fourier publiée à Lyon, 15 ans plus tard, sous le titre Théorie des quatre Mouvements et des Destinées générales”. Toujours selon Gonon, “il est plus que probable que l’ouvrage de L’Ange parvint à la connaissance de Fourier pendant son long séjour à Lyon, car ses granges et phalanstères sont déjà proposés par son prédécesseur dans sa division et réunion par cent familles ou centuries.”

Cela dit, confie P. Leutrat, “on ignore si Fourier a eu connaissance des idées de L’Ange.”

Luc Desages, Le droit des femmes, 1850

« Le Dialogue qu’on va lire a été écrit peu de temps après la seconde fête de l’Egalité ou Banquet des rois, donnée par les socialistes en janvier 1849.

Il fut question a plusieurs reprises, dans ce banquet, du droit qu’ont les femmes d’être déclarées citoyennes. J’y lus moi-même un toast où ce droit était défendu. La cause des femmes est encore pendante aujourd’hui, car je ne sache pas qu’elle ait reçu, soit il y a un an, pendant le grand mouvement des banquets, soit depuis lors, une solution qui puisse satisfaire, je ne dirai pas la majorité des socialistes (il ne s’agit point ici de majorité et de minorité), mais le socialisme lui-même considéré dans ce qu’il a de plus idéal comme doctrine. Bien donc que ce petit écrit ait plus d’un an de date, je crois qu’il n’a rien perdu de son opportunité. Il a été émis dans la Revue du Nouveau Monde, qui a pour auteur un de nos premiers éc

Drivains, une théorie, sur la destination de la femme, bien vieille et bien arriérée, j’ose le dire. On y soutient cette opinion que la vie de la femme, toute de sentiment et d’amour, doit se passer dans le cercle de la famille. Le rôle de la femme comme mère de famille est beau sans doute, il est admirable, il est sublime ; mais la femme n’est pas toute sa vie vouée à des manifestations où prévaut le sentiment. L’écrivain dont nous ne pouvons partager l’opinion en cette matière, dit quelque part dans sa Revue : « Si la femme n’est pas semblable l’homme, est-ce une raison pour admettre qu’elle n’est point son égale ? » Je ne réponds pas de bien citer les termes de la proposition, mais je suis sûr du sens. Ainsi la femme n’est pas semblable à l’homme, et pourtant elle est son égale. Mais cette égalité qui conduit l’auteur à voul

oir que dans le sein de la famille, vis-à-vis des biens matériels, comme eu égard à la puissance des enfants, l’époux et l’épouse aient les mêmes droits ; cette égalité, qui lui fait faire, après d’autres écrivains, une juste critique du code civil, ne l’amène pas à conclure l’égalité politique de l’époux et de l’épouse : inconséquence étrange à notre avis. Et d’abord est-ce à un point de vue purement anatomique, comme il semble que l’auteur l’admette, qu’on doit examiner la similitude des êtres humains ? Si la femme n’est pas semblable à l’homme, comme un mâle est semblable à un autre mâle, quelle que soit d’ailleurs l’espèce, s’ensuit-il que la femme ne soit pas notre SEMBLABLE en tant qu’être humain ? Quand il est dit que Dieu fit l’être humain à son image et ressemblance, cela ne

comprend-il point l’homme et la femme ? La similitude des êtres humains, hommes et femmes, dérive de leur essence ; cette similitude est le fondement de leur égalité. Il faudrait donc, pour nier cette égalité et partant cette similitude, dire que la femme n’est pas, comme l’homme, SENSATION – SENTIMENT – CONNAISSANCE, ou, dans le cas où l’on n’admettrait point cette psychologie, la seule vraie, la seule démontrée, dire que la femme n’a pas, comme l’homme, une âme douée des mêmes attributs, ce qui la fait inférieure devant Dieu. Mais qui pense à soutenir pareille impiété ? Ce n’est certes pas l’auteur auquel nous répondons. La femme et l’homme sont donc des êtres semblables ou des types semblables d’une même espèce, différenciés seulement eu égard à cette propriét

admirable et mystérieuse qu’a chaque espèce de se reproduire.

(…)

Que la femme, dans la famille et dans l’amour, vive en prédominance de sentiment, cela est vrai ; qu’elle ait plus d’amour, plus de sentiment que l’homme, cela est encore vrai ; mais l’homme chez qui la sensation et la connaissance l’emportent n’est pas dépourvu de tout sentiment, de tout amour ; la femme non plus n’est pas privée de toute raison.

Le sentiment caractérise les actes de la femme, comme il caractérise ceux de l’artiste ; nierez-vous à l’artiste un grand nombre d’aptitudes en dehors de son art ?

Je ne veux pas empiéter sur ce qui me paraît démontré dans le Dialogue ; mais je ne puis m’empêcher de m’étonner qu’au

moment où, d’une société dans laquelle tous les éléments sont en guerre, nous voulons passer à l’état d’association, tous les socialistes ne soient point unanimes pour appeler la femme à jouer un rôle important et pour lui attribuer de hautes fonctions. Selon nous, un grand nombre d’entre elles devront transporter les soins qu’elles prodiguent à leurs seuls enfants dans la famille à un bien plus grand nombre d’enfants de l’association. La femme n’est-elle pas la pierre angulaire de l’atelier-éducateur de l’avenir ? Nous ne prétendons point que les femmes soient aptes à toute espèce de travaux ou fonctions, puisqu’il serait absurde même de soutenir une pareille thèse pour les hommes. Qu’on le remarque donc, les socialistes qui réclament en faveur des femmes, parlent surtout du droit de vot

Ter dans les élections et du droit de concourir à la formation de l’Etat. Or, aucune cause de l’ordre intellectuel, ni de l’ordre moral, ni même de l’ordre physiologique, n’interdit à la femme l’approche des urnes électorales. Si l’on oppose le tumulte des assemblées publiques pour interdire à la femme le droit d’être élue, nous répondrons que les fonctions de l’Etat ne sont pas bornées à celle de faire les lois. Il y a encore l’administration ; il y a l’Education, la seule des fonctions publiques où la femme aspire. Nous ne voyons pas de bonne éducation possible pour nos enfants des deux sexes sans l’intervention de la femme.

Enfin, n’est-il pas impolitique, quand on vise à réformer l’Etat, de confiner la femme au foyer domestique et de lui opposer des fins de non-recevoir qui la rabaissent, pour lui interdire de s’occuper des affaires soc

iales ? S’il est encore tant d’hommes égoïstes qui votent mal ou sont indifférents en matière politique, que l’on s’en prenne à l’influence pernicieuse des femmes. Ayant pour horizon le salon ou la cuisine, l’intérêt de leur maison préoccupe les femmes par-dessus tout. Qu’importe donc à beaucoup d’entre elles la France et ses destinées ? Que leur fait l’humanité ? Les questions d’impôts les touchent encore ; mais l’honneur national est bien trop loin d’elles, et plutôt que de faire à cet honneur le moindre sacrifice, elles sauront étouffer dans leurs maris les velléités d’un patriotisme trop chaud. C’est ainsi que, pour vouloir renfermer la femme dans le cercle de la Famille ou de la Propriété, on la rend de glace devant le sentiment de la Patrie. (…) »

Luc Desages

a

Numéro 7, troisième année, mars 1850

LUCIEN

– Bonjour, Simon. Je viens te proposer des billets pour un banquet ; je viens voir si tu veux aller à la seconde fête de l’Egalité ; nous la célébrons le jour des rois.

SIMON

– Tu as pensé à moi, Lucien, je te remercie. Il vaudrait mieux s’occuper sérieusement des moyens d’arracher les travailleurs à la griffe des capitalistes que de faire des banquets. Les banquets sont bons cependant ; ils tiennent le Socialisme en éveil. Ça me fera plaisir d’aller à celui-là ; je prends un billet.

LUCIEN

– Comment, un billet ? Et ta femme ? Sache donc que c’est un banquet de famille.

SIMON

– Oh ! Lucien, ma femme n’a pas à se mêler de ces sortes de choses ; une femme reste à la maison : c’est son devoir. Le Socialisme se fourvoie depuis quelque temps avec l’idée de l’affranchissement des femmes. Toutes ces réunions des

bas-bleus socialistes nuisent au Progrès, retardent les solutions. Chacun son affaire, il me semble : aux femmes le ménage, aux hommes la politique. Ce qui convient à un sexe ne convient pas à l’autre.

LUCIEN

– Voilà un mot, Simon, qui abuse bien du monde.

SIMON

– Quel mot ?

LUCIEN

– Pardieu, le mot sexe ! Ne vois-tu pas qu’avec ce mot la question est posée de travers ? Je ne sais pourquoi tant de socialistes intelligents, aussi bien ceux qui veulent l’émancipation politique des femmes que ceux qui n’entendent pas raison là-dessus, se posent toujours ailleurs que sur le bon terrain, et prennent les choses par leur côté faux.

SIMON

– Qu’entends-tu par là ?

LUCIEN

– Dis-moi pourquoi, vous tous qui voulez émanciper les femmes, ou les restreindre au rôle de ménagères, vous ne voyez dans la femme que son sexe ?

SIMON

– Veux-tu que nous voyions autre chose que ce qui est ?

LUCIEN

– On ne peut voir que ce qui est, cela est i

ncontestable ; mais on peut voir tout ce qui est. C’est pourquoi je pense que dans la femme on ne doit pas voir seulement le sexe, et qu’il vaut mieux n’y pas faire attention que d’être uniquement occupé de lui.

SIMON

– Pourquoi cela ?

LUCIEN

– Eh ! cette coutume de toujours penser au sexe des femmes a produit tous ces jolis mots prétendus galants, mais selon moi passablement corrupteurs ou passablement injurieux pour celles qui en sont l’objet : sexe gracieux, sexe aimable, sexe enchanteur. Ne voit-on pas que ces paroles correspondent à d’autres expressions du même genre : sexe trompeur, sexe perfide, sexe volage, qu’on ne peut dire devant nos femmes, nos filles et nos soeurs sans nous faire de la peine ?

SIMON

– Je réprouve, comme toi, toutes ces expressions ; mais après cela, pouvons-nous faire que la femme ne soit pas la femme ? Puis-je m’empêcher de distinguer son sexe ? Son sexe peut-il disparaître à mes yeux ?

LUCIEN

– Je ne me fais pas co

mprendre, Simon. Chez la femme comme chez l’homme, le sexe est présent dès la naissance, et reste, toute la vie, une particularité de leur être. Mais je me demande, à propos des femmes, si leur sexe est d’abord ce qui doit occuper la pensée ; et je me dis : Non. Je proteste contre cet usage qu’on a de toujours séparer les femmes des hommes, appelant les premières la plus belle moitié du genre humain, regardant les hommes, apparemment, comme des êtres assez laids, quitte à leur attribuer ensuite tous les avantages de la vie, et à laisser aux femmes tout le fardeau, tous les devoirs les plus rigoureux.

SIMON

– Oh ! quant à cela, Lucien, tu conviendras que les avantages sont bien partagés. Je pourrais citer à cet égard, en témoignage, celui qui, chez les anciens, avait été tour à tour homme et femme. Dernièrement, j’entendais dire à une femme socialiste que si notre sexe avait l’apanage de la gloire, le sien avait la science du bonheur

.

LUCIEN

– J’ignore si cette femme faisait sortir de ses lèvres une pensée aussi sensualiste que celle que tu me parais lui imputer ; mais je repousse, pour mon compte, ton interprétation. J’entends par avantages les privilèges moraux et intellectuels de toutes sortes que nous nous réservons au point de vue social. Je dis et soutiens que, quand il s’agit de nos droits et nos devoirs politiques, il ne doit pas être question de sexe ; qu’alors le sexe disparaît complètement pour faire place à ce qu’il y a en nous tous, hommes et femmes, indépendamment de nos diversités, l’Humanité faite à l’image de Dieu.

SIMON

– Voilà que tu deviens trop philosophe pour moi.

LUCIEN

– Tu vas me comprendre d’un mot. Est-ce parce que nous sommes d’un sexe que nous, hommes du Peuple, ouvriers, prolétaires de toute espèce, sommes fiers d’avoir conquis le droit d’être citoyens ? Est-ce parce que nous sommes d’un sexe que nous voulons la liberté, la fratern

ité, l’égalité parmi nous ? Est-ce parce que nous sommes d’un sexe, que nous aspirons à une nouvelle organisation sociale ? ou n’est-ce pas plutôt parce que nous sentons et connaissons que tous les êtres humains sont faits pour vivre libres, frères et égaux ?

SIMON

– Que veux-tu conclure de là ?

LUCIEN

– En quoi consiste la liberté politique ? Au premier chef, à être citoyen, à avoir le droit de voter, à n’accepter de gouvernement que celui qu’on a formé soi-même. Les femmes sont-elles, oui ou non, gouvernées comme nous ? Ont-elles, oui ou non, droit à la liberté ? Si une femme est majeure, c’est-à-dire a vingt et un ans, a-t-on quelque raison de la déclarer mineure politiquement ?

SIMON

– Oh ! tu vas trop vite ; attends un peu. Rien ne l’empêche de se marier, après quoi son mari votera pour elle. Avant le mariage, elle a son père qui la représente dans la cité.

LUCIEN

– Tu vas trop vite toi-même. Beaucoup de raisons peuvent empêcher une femme de se ma

rier. D’ailleurs, d’après ta manière de voir, sa minorité politique ne fait que continuer avec le mariage, puisque tu admets que le mari vote au lieu et place de la femme, ce qui revient à dire qu’elle ne vote pas du tout : car, enfin, le mari ne dépose pas deux bulletins dans l’urne. Mais que diras-tu pour celle qui, veuve ou non mariée, a perdu son père ?

SIMON

– Que veux-tu que je dise ? Je dis tant pis pour elle.

LUCIEN

– Brave et loyal Simon, tu ne sais déjà plus comment défendre ton système d’exclusion ! … Mais allons plus loin. Si tu admets qu’un père vote pour sa fille non mariée, pourquoi n’admets-tu pas la même chose pour un fils ?

SIMON

– Parce que dans ce cas il s’agit d’un homme.

LUCIEN

– Donc, c’est à cause de son sexe que tu prives la femme du droit de voter ; son sexe t’offusque, et malgré toi, tu rattaches à l’idée que tu te fais de la femme en général le rôle particulier que son sexe lui crée dans la famille.

SIMON

– Sans doute !

LUCIEN

– Sans do

ute est fort bon ! D’une part, tu veux appliquer ta règle d’exclusion des droits politiques aux femmes non mariées, sans songer qu’elle s’étend non-seulement aux filles majeures qui ont leur père, mais encore aux filles majeures dont le père est mort ; d’autre part, cependant, ta règle d’exclusion n’est fondée que sur le rôle qui devient propre à la femme en puissance de mari, comme disent nos légistes dans leur style barbare. Eh bien, donc, permets-moi de te répondre. Jusqu’au mariage le sexe de la femme ne doit pas exister à tes yeux. Tu le devines, tu sais qu’il est, mais il n’est pas révélé. C’est le mariage seul qui révèle le sexe. Jusque-là, il n’y a que les regards impudiques qui percent les voiles dont le sexe s’enveloppe. Cette façon de voir toujours et avant tout le sexe dans les êtres est, à mon sens, une grande preuve de débauche ou d’ignorance. Si tu avais une morale élevée et intelligente, dans cette femme qui passe, et que tu ne connais pas, pense

rais-tu à voir autre chose qu’un être humain semblable à toi, doué des mêmes facultés essentielles ? Tu m’objecteras que la démoralisation et la misère font souvent manifester le sexe en dehors du mariage. Je ne le nie pas. Mais l’imperfection et la dureté de nos moeurs sont-elles des raisons déterminantes contre le droit, la justice et la vérité ? Considère l’âme humaine, et dis-moi si elle a un sexe !…

SIMON

– Tout ce que je comprends dans ce que tu viens de dire, c’est ceci : tu voudrais que d’abord on vît dans les hommes et dans les femmes, indépendamment de l’idée de mariage, des êtres humains semblables, ayant les mêmes droits politiques, ce qui fait que les femmes auraient le droit de voter.

LUCIEN

– C’est cela même.

SIMON

– Je commence à être de ton avis pour les filles et les veuves ; mais je ne puis m’empêcher de faire une exception pour les femmes mariées, et cela à cause même de ces rôles différents que tu es bien obligé de reconn

aître à l’homme et à la femme dans le mariage. L’épouse, il me semble, doit se borner aux travaux du ménage, aux soins de la famille, et laisser à son mari l’exercice des droits politiques.

LUCIEN

– En vérité, Simon, tu es étrange. Tu veux donc absolument que le mariage soit, pour les femmes, une cause de minorité politique ! Mais tu opères ainsi sur elles une diminution de tête, comme disaient les Romains. Le mariage les fait déchoir. Beaucoup de femmes, si la loi de l’hyménée n’est plus forte en elles que tout autre sentiment, seront tentées de préférer le célibat et la liberté politique à la déchéance du mariage ; ou bien elles chercheront à accorder la liberté avec la nature au moyen d’unions clandestines.

SIMON

– Mais alors, c’est très embarrassant.

LUCIEN

– Eh oui !… Voilà pourquoi ceux qui sont conséquents, ne voyant que le sexe dans la femme, lui refusent en tout temps l’exercice des droits politiques. Mais ceux-là, à mon avis, sont peu éclairés

! Il faut être conséquent en sens contraire. Le législateur n’a pas à tenir compte de l’apparition du sexe, soit chez l’homme, soit chez la femme. Toujours donc il doit voir dans la femme, qu’elle soit fille, mariée ou veuve, l’être humain, l’Humanité, qui est en nous tous, nous fait tous semblables, et nous donne à tous les mêmes droits politiques, indépendamment de notre sexe.

SIMON

– Ainsi, il ne faut pas reconnaître que la nature assigne l’épouse, à la mère de famille, une vie toute intérieure, toute domestique ?

LUCIEN

– Mon Dieu ! Simon, ne confondons pas deux choses qui sont des manifestations d’ordres divers, la famille et la cité. Dans la famille, en effet, le rôle de la femme ou de l’homme, de l’épouse ou de l’époux, est tout intérieur. Le père et la mère ont des devoirs analogues à remplir. La mère a les premiers, les plus tendres les plus doux, les plus minutieux. En allaitant son enfant, elle continue pendant quelque temps l’oeuvre de

création qui lui a été départie. Ah ! rend-on assez profondément hommage à cette fonction sublime de la femme au nom de laquelle on veut la condamner à la réclusion ! Oui, en effet c’est à elle et non à l’homme qu’a été attribuée la création mystérieuse et divine du corps de l’Humanité ! C’est un être humain qui se façonne dans ses entrailles bénies ! Dieu intervient dans cette conception, Dieu prête une vertu indicible à la jeune femme qui devient mère ! Pourquoi a-t-elle ces regards profonds qui semblent tournés vers un autre monde ? Pourquoi ces rêves où tous les visages des petits enfants se jouent dans de frais tableaux ? Il semble à son air qu’elle soit plongée dans une sorte d’hébétude : c’est que toute sa vie intellectuelle s’est concentrée ! respectez-là, elle fait oeuvre divine ! respectez-là, la vie la plus intense et la plus féconde est en elle ! Quand elle sentira tressaillir son enfant, quelle joie remplira son âme ! Quelle allégresse sans fi

n ! Quand l’enfant sera venu, comme elle l’entourera de tous ses soins et de tout son amour ! Mais alors le père, à son tour, éprouve en lui-même un sentiment nouveau ! alors commence, en commun, pour les deux époux, le travail de la famille et de l’éducation. Mais je ne vois nullement pourquoi cette phase de la vie de l’homme et de la femme qu’on appelle famille nuirait aux choses de la cité. Dans la cité, le père et la mère sont citoyens, exercent leurs droits, et votent sans qu’il en résulte la moindre atteinte à la famille. La cité n’en sera que plus belle d’aspect, moins agitée, moins turbulente, plus morale, moins vouée à l’intrigue, à l’ambition et à tous les mouvements passionnés, quand de nobles femmes, respectées en leurs qualités d’êtres humains, viendront, leur enfant à leur cou, déposer un bulletin dans l’urne.

Pardonne à mon long discours, Simon ! Vois-tu, je sens profondément cette injustice qui tient nos fem

mes, nos filles, nos soeurs éloignées et indifférentes, quand il s’agit des actes les plus importants de notre vie.

SIMON

– Ton discours me plaît. J’avoue que je suis tout-à-fait ébranlé. Il me semble toutefois que tu prends un peu trop pour la réalité un idéal peut-être impossible… Tiens, voici Justus !

LUCIEN

– Ah ! voici Justus ! Bonjour, Justus !

JUSTUS

– Bonjour, citoyens ! Vous me paraissez très-animés ; de quoi parliez-vous donc ?

(La suite au prochain numéro.)

Numéro 8, troisième année, avril 1850

LUCIEN

– Il s’agit d’une question grave entre Simon et moi. Je demande justice pour les femmes, je veux qu’on les déclare citoyennes. Simon, jusqu’ici, leur a fermé la Cité. Et vous, Justus, êtes-vous de ceux qui disent : Point de milieu, il faut que les femmes soient ou court

isanes ou ménagères ?

JUSTUS

– Non certes. Je ne comprends pas qu’on prenne l’occupation ou les vices des personnes pour les personnes elles-mêmes. Quand je suis à mon atelier, bien que menuisier, je ne me sens pas moins homme et citoyen. Vouloir que la femme ne s’occupe que du ménage, c’est ressembler aux aristocrates qui visent à renfermer le peuple dans ses ateliers, et lui refusent les aptitudes nécessaires pour s’occuper de politique.

LUCIEN

– C’est très juste. On subalternise les femmes, en se fondant sur leur sexe, et on les tient dans le ménage comme on enchaînait autrefois les ouvriers à l’atelier.

JUSTUS

– Au point où en est notre civilisation, il est difficile que le sexe de la femme ne lui soit pas désavantageux. Il n’y a que cela qu’on développe chez elle depuis bien des années, je crois. Comment les élève-t-on ? On ne s’attache pas à en faire des êtres forts, fiers, capables de résister aux séductions. Sans cesse on leur dit de se mettre en garde

contre les hommes et contre elles-mêmes, sans leur apprendre autre chose que des manières et des convenances. Leur instruction est brillante parfois, mais jamais sérieuse, et toujours frelatée. On leur dit d’être réservées, parce qu’elles sont faibles ; leur réserve, loin d’être naturelle, est calculée, et bientôt, avec les circonstances de la vie, elles deviennent rusées et coquettes ; que les passions s’en mêlent, on les voit arriver bien vite au dernier degré de la dégradation.

LUCIEN

– Je suis de votre avis, Justus ; je reconnais avec vous que les femmes sont privées, par leur éducation même, d’une force morale véritable. Est-il étonnant, dès lors, de les voir arriver à ces deux extrêmes, ménagère ou courtisane ? Ménagère, cela veut dire, dans bien des cas, égoïsme féroce, propriétarisme stupide ; courtisane signifie prodigalité, désordre, destruction. Attirées ainsi aux deux pôles du mal, les femmes ne s’appartiennent pas ; elles ne sont pas libres, et je conçois très

bien que, prenant la question de leur affranchissement par l’idée de sexe, à côté de ces faux gardiens de la morale publique qui permettent tous les écarts secrets, excusent ceux des hommes plus que ceux des femmes, les Fouriéristes en soient venus à s’écrier : « Plus de barrière, plus de règle aux rapports sexuels ! qu’ils s’établissent à la guise et au goût des femmes, qu’on ne s’occupe plus de leurs déterminations amoureuses ! Qu’elles restent libres de choisir à leur gré entre la fidélité conjugale et les amours passagères ! Qu’elles soient dans la Cité au même titre que les hommes, avec leurs passions et appétits de tout genre. » Mais, pour des moralistes plus forts, la dégénérescence de la race humaine résulterait de cette prétendue liberté. La vie de famille chaste et sévère est seule dans la direction du développement moral de l’Humanité. Donc, dirai-je aux Fouriéristes, cette loi qui nous fait tous vivre dans une pénétration mutuelle les uns des autres, et nou

s rend solidaires, cette loi qui place la vie de chacun de nous à la fois en lui et dans ses semblables, nous donne à tous le droit d’exercer une influence légitime sur nos déterminations. Or, si la chute et le mal résultent évidemment des licencieuses amours, nous avons parfaitement le droit, au nom de l’intérêt même de l’espèce, d‘intervenir quand il s’agit de l’affranchissement des femmes, pour leur montrer comment et de quelle façon plus normale, plus en rapport avec les facultés humaines, elles doivent s’affranchir.

JUSTUS

– Eh bien ! c’est justement à cause de cette intervention qui nous est permise que je suis d’avis de refuser aux femmes, présentement du moins, l’entrée de la Cité, attendu qu’elles seraient de très mauvaises citoyennes, étant les unes esclaves de leurs curés ou de leurs maris, les autres de leurs amants.

LUCIEN

– Vous êtes au moins d’accord avec moi sur le principe ; vous admettez que les femmes ont droit à la Cité comme les hommes ?

JUS

TUS

– Assurément.

LUCIEN

– Entre nous ce n’est plus qu’une question d’opportunité. Mais les motifs que vous opposez à l’extension du suffrage universel aux femmes eussent pu, jusqu’à un certain point, s’appliquer aux paysans.

JUSTUS

– Je suis forcé d’en convenir.

LUCIEN

– Vous savez qu’on a dit : « Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! » et c’est un beau mot. Si vous me demandez combien il faudrait de temps aux femmes pour briser les liens de toute domination grossière et abusive, je vous répondrai : Combien en faudra-t-il au peuple pour qu’il comprenne son droit et l’exerce en toute indépendance ? Combien à l’Humanité pour délaisser les derniers langes de son berceau ? Ce n’est pas en vain, mes amis, qu’on a comparé ces deux grandes figures dont les deux esclavages ont toujours été de pair, la Femme et le Peuple ! Après tout, si les femmes sont esclaves dans le passé et dans le présent, qu’est-ce à dire ? Que les hommes le sont aussi, que l’Humanité l’est, que

l’inégalit

règne, que le despotisme est et a été la seule loi d’organisation connue et pratiquée.

JUSTUS

– Voilà qui contrarie un peu l’opinion généralement admise, où l’on regarde la femme comme asservie directement par l’homme. Suivant cette opinion, l’homme aurait abusé de sa force et soumis brutalement la femme à tous ses caprices ; il l’aurait regardée, on ne voit trop pourquoi, comme un être inférieur. Vous penseriez donc que l’asservissement de la femme est un cas particulier de l’esclavage général qui pèse et a pesé sur l’Humanité ?

LUCIEN

– Je ne suis pas, en effet, de ceux qui, considérant toujours les femmes à part des hommes, voient dans celles-là des victimes éternelles de ceux-ci. Ce n’est pas précisément de cette façon que les choses se sont passées dans l’Humanité.

JUSTUS

– Comment se sont-elles passées ?

LUCIEN

– Mon Dieu ! Quand les femmes ont été esclaves, les hommes l’ont été avec elles, à côté d’elles, et par les mêm

es causes.

JUSTUS

– Eh quoi ! Les passions et la grossièreté de certains personnages n’ont pas eu et n’ont pas encore de ces effets désastreux où la femme est vraiment victime et l’homme bourreau ?

LUCIEN

– Dans certains cas particuliers, si. Les romans sont pleins de ces cas-là, qui, du reste, confirment la règle que je vous indique, quand on voit les choses de haut.

JUSTUS

– Faites-nous les donc voir ainsi, et justifiez votre proposition, qui me paraît un peu aventurée.

LUCIEN

– Si vous aviez eu le temps, Justus, d’étudier l’histoire comme moi, et de lire les livres des philosophes modernes, vous auriez appris cette loi de l’histoire : L’humanité a jusqu’ici passé par trois sortes d’inégalité ou d’esclavage. La première s’appelle caste de famille, la seconde, caste de cité, la troisième, caste de propriété.

SIMON

– Mais qu’entends-tu par le mot caste ?

LUCIEN

– Caste signifie séparation, antagonisme, guerr

e ; caste se trouve par là-même synonyme d’inégalité, de despotisme, d’esclavage.

SIMON

– Ainsi, ces trois castes dont tu parles, cela veut dire esclavage et despotisme par la famille, esclavage et despotisme par la cité, esclavage et despotisme par la propriété.

LUCIEN

– Précisément.

JUSTUS

– Continuez.

LUCIEN

– Il est nécessaire, Justus, que Simon se fasse expliquer ce qu’il n’entend pas. Suivez bien maintenant ce que je vais vous dire. Les trois genres d’inégalités en question se sont montrés successivement et ensemble, c’est-à-dire, dès que l’un apparut, les autres lui firent cortège ; mais l’un des trois ayant cependant toujours prédominé sur les deux autres, nous sert à déterminer une certaine partie de la vie de l’Humanité. Prenez l’Orient, et transportez-vous en idée au commencement des nations. N’est-il pas vrai que la majesté, la grandeur, la puissance de la famille, font le caractère de cette époque histo

rique ? C’est le patriarcat. Or, les familles sont rivales les unes des autres ; elles forment des races, des tribus séparées qui luttent d’abord, se réduisent l’une l’autre en servitude, sans se mêler, mais en se superposant. Parmi ces premières familles du genre humain, les unes se consacrent à la science et à l’étude des mystères de la nature, elles deviennent bientôt les dépositrices du sens caché des croyances religieuses, et acquièrent par là-même une grande importance ; quelques autres s’adonnent à la pratique des armes, aux exercices du corps, aux voyages, elles sont guerrières ; d’autres, enfin, se composent de laboureurs, de marchands, d’industriels. Mais les métiers que font celles-ci, aux yeux des castes savantes et guerrières, à leurs propres yeux même, sont avilissants ; pour cela dites inférieures, elles vivent dans un véritable esclavage relativement aux autres castes.

SIMON

– Eh ! Mon Dieu ! N’en est-il pas de même auj

ourd’hui ?

LUCIEN

– Pas tout-à-fait, Simon. Tu conviendras que les savants et les artistes de nos jours sont forcés de se mettre à la solde de riches industriels et d’être leurs viles serviteurs, s’ils veulent éviter la misère. Au temps dont je parle, c’était le contraire. Toutes choses appartenaient censément aux savants, qu’on appelait les prêtres, et aux artistes, les guerriers.

JUSTUS

– Mais ces conditions différentes, riche et pauvre, propriétaire et non propriétaire, existaient-elles ?

LUCIEN

– Oui et non. Oui, en ce sens que l’inégalité pouvait avoir ces deux conséquences, richesse et pauvreté. Non, car le pauvre n’était pas celui qui, né de parents pauvres, ne trouve qu’un maigre travail et qu’un salaire insuffisant. Vous étiez pauvre parce que vous naissiez d’une caste servile et dominée. Jamais un savant, jamais un guerrier ne pouvaient être pauvres.

SIMON et JUSTUS

– Nous comprenons.

LUCIEN

– Vous devez comprendre alors que cette première forme de mal

, d’inégalité, de séparation entre les hommes, eut nécessairement deux faces qui se répondirent. La domination des castes, ou tribus, ou familles, les unes sur les autres, dut se refléter au sein de chaque caste prise en elle-même. La famille, la race fut tout, l’homme rien, en tant qu’homme. Il n’exista que par rapport à sa famille, à sa race. Donc, l’homme fut esclave de la famille. Jacob a deux femmes, Lia et Rachel. Si la race de Jacob, qui est celle d’Isaac et d’Abraham, venait à s’éteindre, que serait Jacob à ses propres yeux ? Rien ; il se regarderait même comme déshonoré, car il ne se sent d’existence que par sa postérité et sa race. Il a beau être patriarche, chef de famille, il est esclave de l’idée de race ou de famille, esclave de ses fils, comme ses fils le seront de lui. De là une lutte entre la féconde Lia et l’impuissante Rachel. Victoire à celle qui donnera le plus d’enfants au patriarche ! Rachel emploie un singulier stratagème : stérile, el

le présente à son époux une servante et le prie d’avoir des rapports avec la servante. Des enfants naissent ; elle les présente à Jacob comme venant d’elle. Ils sont à elle, en effet ; la part de l’esclave est au maître.

Voyez-vous, mes amis, comment la servitude de la femme peut résulter de la famille-caste ? Que représente la femme dans la famille-caste ? Elle représente l’enfant, ou plutôt les enfants, la postérité. L’honore-t-on pour cela ? Non. La passion de la postérité est exclusive de tout autre sentiment. On n’honore pas la femme, on lui commande impérieusement d’être mère. La sensation étant ce qui la domine à cet égard, comme elle domine l’homme à tous égards, la femme pour elle-même et pour l’homme est l’être concupiscent par excellence. Elle désire son mari, comme il désire d’elle des enfants, d’une façon grossière et matérielle. Elle est donc esclave et des appétits de son époux et des siens. Elle ne se sentira élevée que si elle donne des enfants, beaucou

p d‘enfants, une nombreuse postérité.

JUSTUS

– Donc, dans l’Orient, la femme a été esclave en même temps que l’homme, et parce que le mal ou l’inégalité avait cette forme : des familles ou des races séparées et rivales les unes des autres ?

LUCIEN

– Précisément. Mais quelle est la cause première du mal sous cette forme ? Pourquoi Dieu, le Souverain-Bien, permet-il au mal d’exister et au progrès de triompher peu à peu de ce mal ? C’est là une haute question que je ne veux pas traiter, bien qu’elle se lie intimement au sujet qui nous occupe. Contentons-nous de savoir que l’Humanité a eu son enfance où la sensation a été toute puissante. La famille-caste est le fruit d’une exagération naturelle à l’Humanité enfant. Qui sait même si ce furieux amour de postérité n’a pas été la condition de l’accroissement de l’espèce et de l’extension de l’Humanité sur le globe ? Croissez et multipliez, et remplissez la terre, dit le Bible. Aujourd’hui, ces paroles sont un aphorisme d

e mort. L’excès de population effraie les hommes d’Etat. Il s’agit, par tous les moyens, d’arrêter l’essor de l’espèce ! Que de malheurs, que de crimes, que de guerres, que de souffrances n’enfante pas la multitude des hommes ! La terre est impuissante à nous sustenter dans les conditions actuelles de la production. Ah ! c’est qu’un nouveau progrès est nécessaire, qui nous fera sortir de la caste sous tous les rapports, et permettra aux fils des hommes de se multiplier normalement et de réprouver tous les genres d’homicides auxquels a recours contre elle-même la prolifique Humanité.

JUSTUS

– Et dans les castes de cité, Lucien, comment les femmes et les hommes sont-ils esclaves ?

LUCIEN

– Pour aller régulièrement, il faudrait vous dire par quelle génération de faits, en Occident, à la caste de famille s’ajouta la caste de cité, laquelle fut bientôt prépondérante. La moyenne antiquité voyant du reste se perpétuer l’esprit étroit de famille, la servitude d

e la femme resta la même, cela est tout simple. Par la cité guerrière, conquérante, qui traite de barbare tout ce qui n’est pas elle, et fait du prisonnier de guerre une propriété, les hommes sont asservis à deux titres : 1° l’homme n’est rien, le citoyen est tout ; mais il n’est tout que par la cité ; guerrier, il appartient à la cité, fonctionnaire, il lui appartient ; 2° la condition de guerrier voue le citoyen à l’esclavage ; vaincu en effet, il devient la chose du vainqueur. Or, la femme n’est pas guerrière, elle ne peut l’être, et la cité a besoin de guerriers ! Que la femme donc enfante des guerriers, peu ou point de filles, beaucoup de garçons, si elle veut gagner l’estime de ses concitoyens. Veut-elle s’élever en considération ? Spartiate, elle saura dire à son fils, en lui présentant son bouclier : Dessus ou dessous, mort ou victorieux.

JUSTUS

– Je me rappelle cependant avoir ouï parler de femmes qui, dans l’antiquité, se consacraient à la guerre

. Je ne parle pas de quelques héroïnes exceptionnelles ; mais les amazones ?

LUCIEN

– Le fait des amazones est un mythe, mythe qui semble indiquer un effort de la femme pour entrer dans la cité, ou se constituer une cité à part. Mais, vous le savez bien, les amazones sont vaincues par Thésée, qui épouse leur reine. Ainsi se termine cette révolte de la femme contre son joug. La révolte avait consisté de sa part à se faire guerrière et à rester vierge ; sa défaite est une obéissance à la loi de l’hyménée, ce qui montre que l’homme et la femme ne peuvent s’affranchir l’un sans l’autre, et doivent arriver ensemble à l’Egalité.

SIMON

– C’est vrai ce que tu dis là.

LUCIEN

– Puisque nous en sommes sur les mythes des temps héroïques ou fabuleux, je vais vous en citer un que raconte Fabre d’olivet, le savant et ingénieux mystique. Tout en paraissant nous écarter de notre sujet, ce mythe nous y ramènera bientôt. Fabre d’Olivet, dans un ouvrage intitulé

: De l

tat social de l’homme, ouvrage où il prétend nous initier aux premiers faits et gestes de l’Humanité naissante, nous présente la race blanche, la race celtique, qu’il appelle aussi race boréenne et caucasique, à cause des lieux où elle eut son origine, comme ayant été longtemps dans une situation bien misérable, bien chétive, bien inférieure à celle de la race noire, sa rivale. Toutefois, à travers mille vicissitudes, cette race commençait à se constituer et à s’étendre, quand une guerre éclata entre deux de ses tribus, deux peuplades jalouses. Les armées ennemies vinrent en présence, et l’on vit alors les deux Hermans, les deux chefs, se provoquer à la tête de leurs hommes d’armes, afin de vider d’un seul coup le différend par un combat singulier. C’est une issue, vous le savez, que pratiquaient assez fréquemment les peuples anciens.

JUSTUS

– Sans doute ; car, pour ne citer que l’histoire romaine, nous avons le c

ombat des Horaces et des Curiaces.

LUCIEN

– Malheureusement, ni la fière et impétueuse Camille, ni Sabine la douce n’eurent une inspiration aussi heureuse que l’héroïne du mythe qui nous occupe.

JUSTUS

– Comment cela ?

LUCIEN

[Poursuit le mythe : Voluspa, la soeur de l’un et l’épouse de l’autre, s’interpose et, au nom de Dieu qui lui a parlé, enjoint les deux chefs à s’allier pour vaincre leur véritable ennemi : les peuples noirs. Ce qu’ils font. La même Voluspa prédit alors la victoire.] (…)

– Cet oracle fut rendu sous un chêne, le chêne devint un arbre sacré, les forêts servirent de temple. Quant aux femmes, dès ce moment elles eurent, aux yeux de ces peuples, un caractère divin. Voluspa est le modèle de toutes les pythies, de toutes les prophétesses qui furent connues par la suite des temps, en Europe et en Asie. Un collège de femmes fut chargé de tout régler dans le culte et dans le gouvernement. Ce mythe vous indique que

lle influence la femme eut sur la civilisation de nos ancêtres. Mais les femmes rapportèrent bientôt, suivant le même mythe, à elles, en tant qu’individus, l’empire qu’elles exercèrent d’abord au nom des intérêts généraux. Elles virent alors cesser leur inspiration divine, qui fut remplacée par les passions.

SIMON

– Il résulte de ton récit que la femme a eu, socialement parlant, son tour de domination sur l’homme.

LUCIEN

– Évidemment ; mais cette domination, qui fut fragile et de courte durée nous ramène à dire une seconde fois que l’homme et la femme ne doivent point s’affranchir l’un sans l’autre, doivent au contraire s’élever ensemble à l’égalité sociale. L’hypothèse de Fabre d’Olivet paraît d’ailleurs avoir peu de fondement dans les monuments écrits qui forment jusqu’à cette heure l’histoire. Cependant, l’Edda, ancien poème druidique, parle de la Voluspa, et rapporte un chant qui lui est attribué.

Revenons maintenant à la conditio

n des femmes sous l’empire des castes de cité. Devons-nous tenir compte d’une certaine particularité relative à cette condition chez les Romains ? Après un certain laps de temps, à Rome la femme devient l’égale de l’homme sous un rapport. Fille et héritière, elle finit par acquérir des droits égaux à ceux du fils ; épouse, elle voit un beau jour la loi protéger sa dot contre les déprédations de son mari ; en un mot, la femme devient propriétaire. Mais comme elle ne devient pas citoyenne, est-ce par le côté de la propriété qu’il faut compter les progrès de son affranchissement ?

JUSTUS

– Il me semble que non. Toutefois une chose me surprend. Comment cette espèce d’affranchissement de la femme en tant que propriétaire n’a-t-il pas eu d’effet eu égard à la Cité ? Il n’y a pas longtemps de cela, chez nous, la qualité de citoyen s’acquérait avec la possession de l’argent.

LUCIEN

– Par une inconséquence inexplicable, quand on raisonne au point de vue d

u droit actuel de propriété, la Cité n’a cependant jamais été ouverte à la femme riche et propriétaire. A Rome, il est vrai, le droit de cité était entièrement distinct de l’indépendance matérielle qui se tire de la richesse. Aussi ne faut-il pas séparer cette naissance de la femme à la propriété d’un fait du même genre qui eut lieu pour le fils de famille, dont toutes les acquisitions appartenaient d’abord au père. Les empereurs autorisèrent le fils de famille à avoir des biens en propre que l’on appela son pécule. Ce nouveau droit ne fit pas le fils de famille citoyen ; il l’était auparavant sans propriété. La puissance du père de famille cédait devant le droit qu’avait la Cité sur le fils. Quant à la condition particulière de la femme dans la famille romaine, elle tenait aux origines mêmes de la République. Vous savez que les femmes des premiers Romains furent choses conquises.

SIMON

– Eh ! Oui, l’enlèvement des Sabines !

LUCIEN

– (…) C’est l’esprit exclusif de la

cité qui s’appliquait aux femmes à Rome. Comment le guerrier romain considérerait-il autrement sa femme, puisqu’il l’a conquise à la guerre ! La femme est donc assimilée à l’esclave. Les enfants qu’elle donne sont presque des enfants d’esclave. Le père a eu longtemps sur eux le droit de vie et de mort. Vis-à-vis de son mari, l’épouse est comme la soeur de ses enfants, et, après la mort du mari, elle retombe sous la tutelle de ses propres enfants. L’adoucissement des moeurs romaines, des sentiments plus élevés de justice, l’amour conjugal, l’amour filial, l’amour paternel, modifièrent peu à peu à l’égard des femmes un droit si rigoureux, mais le modifièrent dans le sens le plus étroit. La femme devint propriétaire, devint-elle citoyenne ? Non pas.

JUSTUS

– Vous me faites comprendre des choses que je n’avais pas bien comprises. Je suis moins frappé dès lors du progrès de la législation romaine au sujet du droit des femmes. Mais venons au moyen âge.

LUCIEN

– Nous n

e pouvons prendre le moyen âge en passant sous silence la venue de Jésus et celle de S. Paul, ces deux grands destructeurs des castes de cité.

JUSTUS

– Ah ! Vous avez raison. Voici une occasion pour vous de nous expliquer ce qu’on entend quand on dit que les femmes ont été émancipées par le Christianisme.

LUCIEN

– C’est par allusion à la doctrine de Jésus sur le mariage qu’on s’exprime ainsi. Jésus et S. Paul ont pour l’adultère du mari la même réprobation que pour celui de la femme. Jésus même est plus avancé que S. Paul, comme aussi il est plus avancé que la Bible. Ce que S. Paul ne fait pas, ce que la Bible ne fait pas non plus, lorsqu’elle dit en parlant des époux, ils seront deux en une chair, Jésus identifie la chair des deux époux. « Au commencement de la création, Dieu ne fit qu’un homme et qu’une femme, c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme : et les deux feront une seule chair. » A quoi il ajoute : « AINSI, ILS N

E SONT PLUS DEUX, MAIS ILS SONT UNE SEULE CHAIR. » De là on devait nécessairement conclure l’égalité la plus absolue de l’homme et de la femme dans le mariage. Mais vous savez bien qu’en ce point l’Evangile n’a eu aucune influence sur les lois civiles. Du reste, Jésus appelle la femme de toutes les façons. Par lui elle écrase la tête du serpent, par lui la femme adultère, mais repentie, est pardonnée. Enlevez de l’Evangile quelques paroles dures à Marie, et toute la mission de Jésus à l’égard des femmes vous apparaîtra profondément émancipatrice.

JUSTUS

– Comment accordez-vous cela avec l’état des femmes sous le Catholicisme ? Un certain concile a été sur le point de déclarer qu’elles n’avaient point d’âme.

LUCIEN

– Il faut attribuer l’anathème jeté aux femmes par le Catholicisme à l’envahissement du Christianisme par une portion des erreurs manichéennes, à la théorie des deux principes, le bon et le mauvais, Dieu et le diable, le paradis et l’enfer

; il faut l’attribuer encore à d’autres causes.

JUSTUS

– Et quelles sont-elles ?

LUCIEN

– Il y eut une époque où, sous l’influence d’une mauvaise traduction de ces paroles de l’Evangile : Mon royaume n’est pas de ce temps-ci ; où, sous l’effet des exhortations de S. Paul et même de Jésus au célibat, les hommes, les femmes, se retiraient en foule dans les couvents, et faisaient trois voeux : d’obéissance, de Chasteté, de Pauvreté, renonçant ainsi à toute propriété, toute famille, toute patrie ; s’annihilant dans leur corps, leur coeur et leur intelligence. Mais doit-on imputer uniquement à une doctrine erronée, à l’ignorance de la destination de l’homme, cette ardeur de tant d’âmes d’élites pour l’appauvrissement de leurs facultés ? L’état du monde donnait bien aussi la raison de cette émigration dans les cloîtres. On était au beau milieu de la débauche romaine. (…) [Suit une description apocalyptique des moeurs de l’époque]. En présence de la dissolution effra

yante de cette société, les âmes tendres, délicates, chercheuses de l’Idéal, devaient préférer à tout l’ombre, le silence, l’ensevelissement moral. Poussez maintenant à ses dernières limites cette horreur des liens sociaux, vous comprendrez que, pour des prêtres catholiques, mariage ait pu signifier corruption. La femme ayant toujours représenté dans le couple l’élément sensuel, la femme, pour des prêtres catholiques, dut s’appeler tentation, luxure, concupiscence, perdition. De là à conclure que la femme, vraie fille de Sathan (sic), si elle ne macère et ne mutile son corps et sa beauté, n’a point d’âme, il n’y a qu’un pas que ledit concile n’a toutefois osé franchir.

JUSTUS

– C’est juste !

LUCIEN

– Passons maintenant de l’Eglise au château. Jésus, tout en sapant dans leur base les castes de cité ne les détruisit certes pas complètement en fait. Elles subsistèrent, et avec elles les castes de famille. Mais sur ces deux premières formes d’esclavage prévalut u

ne troisième forme qui domina toute l’humanité du moyen-âge, c’est la propriété-caste, autrement dite la propriété féodale. Des hordes ont quitté les plateaux de la haute Asie ; elles émigrent, et bientôt elles se précipiteront sur l’empire romain en décrépitude. On appelle leur irruption l’invasion des Barbares. Mais ces barbares, à les examiner dans leur nature et dans leurs moeurs, ne sont autres que les rejetons des castes industrielles de l’Orient, qui ont fui la domination des castes savantes ou guerrières. Forcés de quitter les séjours de leurs ancêtres depuis des temps qu’on ignore, ils se sont avancés pour tomber à leur tour sur ce monde dont l’origine remontait à plusieurs émigrations de prêtres et de guerriers indiens et égyptiens, ce monde érudit et jadis plein de vigueur, mais alors exténué et corrompu, de la Grèce et de Rome. Ils vont en faire leur pâture matérielle, morale et spirituelle. Ce que les Barbares demandèrent en premier lieu, ce n’est pas le

titre de citoyen que Rome donnait aux esclaves, et qui n’avait plus de prix, mais les riches et belles campagnes qu’ils voyaient devant eux et dont ils étaient avides. Occuper la terre, en dépouillant les vaincus, telle fut l’oeuvre des Barbares. Une série de titres relevant les uns des autres, mais tous attachés à la terre et déterminés suivant l’importance et l’étendue de la possession, tel est l’ordre social du moyen âge. Des multitudes errantes, lasses de leur mobilité, désireuses de se fixer enfin et de s’attacher à ce qui leur paraissait le plus solide, la terre, devaient faire naître les castes de propriété. Au moyen âge donc, la propriété féodale, la propriété du château fort est tout. La famille tire son nom et son titre du château fort ; l’homme et la femme sont esclaves du château fort. De la femme, comme sous la caste de famille, on n’exige plus la nombreuse postérité ; de la femme, comme sous la caste de cité, on n’exige plus le guerrier et le citoyen ; de la femme,

on exige l’héritier féodal, celui qui doit conserver le château intact, le transmettre de même, et conserver par là son nom, son titre, sa puissance à la famille. Tout donc, dans la société civile du moyen âge, est subordonné à cette idée : une terre, un château, un seigneur de la terre et du château, une femme pour donner le jour au seigneur de la terre et du château.

JUSTUS

– Oh ! C’est tout-à-fait cela.

LUCIEN

– Vous voyez bien, mes amis, que si la femme a été asservie et l’est encore, l’homme l’est aussi, l’Humanité l’est. L’Humanité ne continue-t-elle pas de vivre, misérablement soumise aux trois genres d’oppression que je vous ai signalés ? On a déclaré en France tous les hommes citoyens, c’est quelque chose, mais ce n’est pas suffisant pour sortir de la cité-caste et créer la Cité véritable. Nous n’aurons fait de grands progrès à cet égard que quand nous aurons reconnu aux fe

Cmmes le titre et la qualité de citoyennes.

SIMON

– A la bonne heure ! Je ne puis plus m’empêcher d’être de ton avis. Aussi ne me reste-t-il qu’une question à te faire. Quelle fonction exerceront les femmes dans la cité ? Car enfin, du moment qu’elles seront reconnues citoyennes, elles auront droit de prétendre à des emplois.

LUCIEN

– Songerais-tu à me faire cette singulière objection que la femme ne pouvant pas accomplir les travaux des hommes, par exemple être couvreur, maçon, tailleur de pierre, carrossier, etc., ne peut de même être sergent de ville ou général d’armée, préfet ou procureur de la République ? Est-ce que par hasard elle enviera des fonctions de ce genre, qui seront toujours en dehors de ses goûts ? Est-ce que tous les hommes peuvent exercer ces mêmes professions ? Outre l’industrie, et les fonctions qui rel

vent du pouvoir exécutif dans l’Etat, n’y a-t-il pas l’art, la science ? Enfin, le sentiment étant la prédominance commune aux femmes, ne pourra-t-on pas quelque jour, quand l’instruction publique et gratuite par l’Etat sera décrétée, confier à des femmes le soin de régler et de diriger cette partie importante de l’enseignement qui est l’éducation ?

JUSTUS

– Vous avez raison.

LUCIEN

– Mes amis, il y a des fonctions pour les femmes dans l’association humaine bien organisée. Mais entre nous, à cette heure, il s’agit de principes. Réfléchissez à ceux que je vous ai émis, et nous en recauserons une autre fois ; car il est temps que je vous quitte. Je désire cependant terminer en résumant ce qui ressort pour moi de notre longue causerie. Voici ma conclusion :

Ne soyons point de ceux que le sexe de la femme préoccupe avant tout, et qui, tombant dans deux excès contraires, ou prêchent la licence aux femmes

, ou veulent les condamner à la réclusion.

Comme sexe, la femme n’a droit qu’à deux choses, à être épouse et mère. Comme sexe, l’homme n’a droit qu’à deux choses, à être époux et père.

L’épouse et l’époux sont les deux faces égales d’un même être qu’ils réalisent par leur union, le Couple ; la loi du Couple est l’égalité des époux, leur constance et leur fidélité réciproques.

Dans la cité il n’y a plus de sexe ; il y a des êtres humains semblables, ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs.

La femme entre dans la cité au même rang que l’homme, comme lui et à côté de lui ; elle y exerce des fonctions en rapport avec les aptitudes qui lui sont propres.

Luc Desages.