Détournement de sens

Un site masculiniste s'est, récemment, emparé d'un texte que j'avais écrit sur Léo Thiers-Vidal au moment de son décès, en novembre 2007 et l'a détourné de son propos à des fins de propagande anti-féministe. Hélène Palma, la première a avoir eu connaissance de ce commentaire, a écrit une réponse, que je publie ici avec son autorisation.

11 novembre 2010
Ce soir, cette nuit, mon très cher Léo, il y aura trois ans que tu t’es tué. Non par misandrie, non par “haine de soi”, comme l’affirment en l’absence de tout élément, quelques cyniques sans vergogne qui se réjouissent ouvertement de ta disparition.
Non, tu es mort, mon cher Léo, parce qu’on a piétiné ton enfance et que tu ne t’en es jamais remis.
Je n’aurais pas écrit ce petit texte, mon très cher Léo, si tu n’étais, de manière posthume, l’objet de commentaires particulièrement odieux et déplacés.
Il est nécessaire de répondre aux phallocrates jaloux et médiocres, qui te qualifient, toi, de “malheureux” et qui salissent ta mémoire.
Je veux rappeler ici quel garçon souriant et chaleureux tu étais, quel esprit vif et minutieux, et surtout quelle capacité tu avais à démonter froidement les mécanismes d’un patriarcat dont tu avais toi-même été la victime.
J’ai entendu des dizaines de fois, de ta bouche, le récit de ce que tu avais subi.
Aux pères, aux groupes de pères (divorcés le plus souvent) qui affirment sans savoir, voici donc, pour information, cet extrait qui explique tout l’engagement, toute la fragilité et la mort de Léo Thiers-Vidal:
“Sans rentrer dans une note trop biographique (…) il me semble important de donner des éléments de compréhension sur ma place sociale et comment celle-ci me semble avoir influencé ma prise de conscience des rapports d’oppression qu’exercent les hommes sur les femmes (…). Les violences psychologiques et physiques paternelles envers moi (dès ma petite enfance), (…) la violence et l’exploitation domestique et non-domestique de mon père vis-à-vis de ma mère ont eu des effets importants sur mon rapport à la masculinité et aux rapports hommes-femmes. Une solidarité instinctive avec ce que subissait ma mère au quotidien, ainsi qu’un rejet et une haine puissante envers mon père et ce qu’il représentait au niveau de la masculinité et de l’autorité, ont structuré un développement psycho-sexuel-affectif marginal : dès l’adolescence, l’incapacité de reprendre pleinement à mon compte les normes masculines (…) ainsi qu’un refus (ou échec) d’intégrer pleinement ‘la maison des hommes’ (Godelier), 1980)”, Léo Thiers-Vidal,  De L’Ennemi Principal aux principaux ennemis, position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination , Paris : l’Harmattan, 2010.
C’est le machisme qui tue tous les jours, comme l’a dit un jour Benoîte Groult. Et il arrive qu’il tue des hommes. Comme Léo.

Contrairement à ce que prétend l'auteur de ce détournement, je ne pense pas que le féminisme soit à l'origine de cette "haine de soi" que j'ai cru identifier en Léo.

Léo Thiers-Vidal, d'après ce que je connais de lui, se voyait comme le représentant d'une gente dont il ne partageait pas les principaux effets de socialisation (égocentrisme, abus de position dominante par l'usage de la violence symbolique ou physique). On peut dire que c'est le féminisme qui l'a aidé à distinguer, en lui, ce qui relevait de cette socialisation (voyez, pour prendre un exemple très récent, le film poetry, qui illustre si bien la manière dont peuvent être élevés les garçons) et ce qui relevait d'autre chose, de son humanité mais aussi de ce qu'il appelait sa "virilité". Non, Léo ne détestait pas les hommes en soi. Loin de lui l'idée que les hommes forment une classe détestable à tout jamais. Il travaillait seulement à distinguer ce qui les entraînait vers la domination et ce qui pouvait améliorer, pacifier, leurs relations avec les autres.

Je dirais donc, trois ans après son départ et en réponse à cette analyse masculiniste de la "haine de soi", que grâce au féminisme, il avait pris conscience que des hommes comme son père, s'ils avaient été éduqués différemment, auraient pu échapper à l'exercice de la violence sur les femmes et les enfants, et trouver une voie vers une autre manière d'être homme ; et que grâce au féminisme, et notamment aux travaux de Christine Delphy dont il n'a jamais renié l'apport fondamental, il a pu mettre des mots sur l'attitude de son père en tant qu'homme, lutter pour les mères et les enfants victimes de la violence masculine, et trouver les moyens de dépasser, 20 ans durant, les effets dévastateurs de la violence qu'il avait subie. Mais on guérit mal des ravages de la violence parentale, ici paternelle, et Hélène Palma a raison de dire que Léo est mort de ses effets à long terme.

physique

Bibliographie

Voici la bibliographie du séminaire "Pensée politique des rapports sociaux de sexe".

Darmon  P., Le tribunal de l'impuissance : virilité et défaillances conjugales dans l'ancienne France, Paris, Éditions du Seuil, 1979.

Ronsin  F., La grève des ventres : propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité française, XIXe-XXe siècles, Paris, Aubier Montaigne, 1980.

Loraux N., Les enfants d'Athéna : idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes, Paris, F. Maspero, 1981.

Illich  I., Le genre vernaculaire, Paris, Éditions du Seuil, 1982.

Le Brun A., Vagit-prop. Lâchez tout et autres textes, Paris, Ramsay, 1990.

Yan Thomas, « La division des sexes en droit romain », in Perrot M. et Duby G. (dir.), Histoire des femmes en Occident. 1. L'Antiquité, [Paris], Plon, 1990.

Ronsin F., Le contrat sentimental : débats sur le mariage, l'amour, le divorce, de l'Ancien Régime à la Restauration, [Paris], Aubier, 1990.

Ronsin F., Les divorciaires : affrontements politiques et conceptions du mariage dans la France du XIXe siècle, [Paris], Aubier, 1992.

Berlière  J., La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Editions du Seuil, 1992.

Laqueur T., La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, [Paris], Gallimard, 1992.

Sevegrand  M., Les enfants du bon Dieu : les catholiques français et la procréation au XXème siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

Audoin-Rouzeau S., L’enfant de l’ennemi 1914-1918. Viols, avortements, infanticides pendant la Grande Guerre, Paris, Aubier, 1995.

Heinich N., États de femme : l'identité féminine dans la fiction occidentale, [Paris], Gallimard, 1996.

Borrillo  D., Homosexualités et droit : de la tolérance sociale à la reconnaissance juridique, Paris, PUF, 1999.

Giami A., « Cent ans d'hétérosexualité », in Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 128, juin 1999, Sur la Sexualité, pp. 38-45.

Tamagne F., Histoire de l’homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris (1919-1939), Paris, Seuil, 2000.

Steinberg S., La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

Taraud C., La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.

Lilly R. J., La face cachée des GI’s. Les viols commis par les soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2003.

Iacub  M., L'empire du ventre : pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard, 2004.

Tabet P., La Grande Arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004.

Bozon M., « Fourier, le Nouveau Monde Amoureux et mai 1968. Politique des passions, égalité des sexes et science sociale », Clio, 2005, p. 123-149.

Iacub  M., Par le trou de la serrure : une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, [Paris], Fayard, 2008.

Bard  C., Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, 2010.

Annie Ferrand, « La « libération sexuelle » est une guerre économique d’occupation », Genre, sexualité & société, n°3, printemps 2010.

Pensée politique des rapports sociaux de sexe

Année universitaire 2010-2011

Le sexe dans l’espace public.  Pratiques et représentations politiques.

J'accuse, Damien Saez

DERNIERE MINUTE (5 novembre 2010) : le calendrier a été modifié, voyez les nouvelles dates ci-dessous.

Ce séminaire portera sur la pensée politique des rapports sociaux de sexe à travers la question du contrôle et de l’encadrement de la sexualité dans l’espace public.

Au moment du Code civil (1804), l’Etat napoléonien édifie un mur entre le monde privé, espace de libertés sexuelles dans lequel il s’engage à ne plus intervenir, et l’espace public où tout signe sexuel visible est désormais interdit. Ce mur va progressivement s’effriter – sans complètement disparaître : aujourd’hui, sous l’empire notamment du nouveau Code pénal (1992), la sexualité n’est plus bannie de l’espace public ; et dans le monde privé, elle ne bénéficie plus de l’ombre et du secret des familles.
Deux questions nous guideront pour suivre cette évolution : comment cet espace public asexué a-t-il été délimité dans la géographie des habitations et des rues, dans l’imaginaire des juristes et des législateurs, ainsi que dans les utopies politiques qui l’organisent ? Comment cet impératif spatial, qui jugeait moins la sexualité que sa visibilité, a-t-il peu à peu laissé place à une politique de moralisation des comportements sexuels ?

Pour y répondre, nous travaillerons sur six objets :

1. Le ventre des femmes. Les enjeux politiques de la reproduction
2. Une chambre à soi. La politisation du privé
3. La marche des fiertés. L’orientation sexuelle du citoyen
4. Le nu, le voile, le pantalon pour les filles et la jupe pour tous. Les manipulations de l’espace public.
5. La violence sexuelle. Les frontières mouvantes du licite
6. Les métiers du sexe. Discours politiques sur la prostitution et la pornographie.

Calendrier : le séminaire, d’une durée de 21 heures, aura lieu le vendredi matin de 8h45 à 12h à l’Ens-Lsh, en salle R 253. Les dates des séances sont les suivantes :

29 octobre

26 novembre

17 décembre

14 et 28  janvier

11 et 25 février

Le séminaire est ouvert aux étudiants de M2 et aux doctorants. Il pourra être validé par une note de synthèse portant sur trois éléments (livres ou articles) de la bibliographie. Cette note de synthèse prendra la forme d'un compte-rendu critique destiné à une revue de Science politique. Elle devra compter entre 20 et 25 000 signes.

La bibliographie sera mise en ligne une semaine avant le début du séminaire (cliquer ici).

Le bon mari, une histoire du conjugalisme.

DSC_0409 Le voici donc sorti, ce livre qui propose une première synthèse des éléments en partie présentés sur ce carnet de recherche depuis un an, à travers la notion de conjugalisme. Il est en vente dans toutes les (grandes ou excellentes) librairies :

Le bon mari.

Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

Voici sa quatrième de couverture :

"Le Bon Mari est le titre d'un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d'une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce « bon mari » préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus « faibles » : les femmes, les enfants et les domestiques. L'autorité familiale, qui dans la société d'Ancien Régime était réservée à l'aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l'individu-citoyen, chef d'une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C'est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l'unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d'autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l'histoire de cette émancipation décisive qui place l'union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne."

Quelques comptes-rendus parus dans les journaux et revues suivants :

Cahiers d'Histoire. Revue d'histoire critique, n°110, 2010, pp. 191-194, par Claudette Toulmonde.

"La Révolution fort mari. Comment l’abolition de la puissance paternelle sur les majeurs n’a pas conduit à l’affranchissement des épouses", par Yannick Ripa, Libération, Cahier des Livres, jeudi 20 mai 2010, pp. VI-VII.

"Au bonheur des pères de famille", par Cécile Champy, sur Nonfiction.fr, le 13 mai 2010.

Liens socio, mars 2010, par Maud Navarre.

Mona Ozouf, dans Le Nouvel Observateur, 25 mars 2010.

"La Révolution et l’idéal bourgeois de la famille", par Jean Bart, dans L’Humanité, vendredi 26 février 2010.

"Révolution dans la famille", par Paul François Paoli, dans Le Figaro littéraire, jeudi 4 février 2010.

Masculinisme

Pour servir à l'histoire du mouvement masculiniste, les 4 pages ( 1 ; 2 ; 3 ; 4 ) qu'a consacrées Le Monde Magazine, le 12 décembre 2009, à la commémoration du massacre de l'Ecole polytechnique de Montréal. Les reproductions que j'ai faites ne sont pas de grande qualité, mais elles restent lisibles.

Plus intéressantes peut-être encore, les  deux colonnes dans le "courrier des lecteurs", la semaine suivante (sans commentaire de la rédaction) dans laquelle Jean-Marc Bessette, fondateur de l'association québécoise Papa pour toujours, les enfants d'abord, termine son courrier par ces mots : "... j'ose vous avoir démontré quelques syndromes de société à éviter pour ne pas tomber dans la déchéance matriarcale qui a détruit tant de civilisations."

Par ailleurs, pour info, un colloque a récemment été consacré à la tuerie de polytechnique.

Le masculinisme : ou comment le sexualisme mute en sexisme ?

--------------------------------------------------------------------------------

Intéressante aussi, la polémique depuis le printemps dernier autour du texte du rappeur Orelsan, "sale pute" (l'accès au clip, sur youtube, nécessite désormais une inscription, certifiant que l'internaute est majeur). Les paroles sont sur le blog Larajoventre.

"Ne me quitte pas... moi, je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas"... chantait, il y a une éternité, un homme qui s'appelait Jacques Brel. Cela fait longtemps qu'on a quitté ces rives de la complainte sur soi : désormais, l'autre est dans la ligne de mire, et la violence physique à l'ordre du jour.  "Je te souhaite tout le malheur du monde", chante-t-on aujourd'hui en vouant l'autre, celui qui part ou celui qui trompe, aux gémonies (Cali, dans l'appel à la violence contre l'autre, renchérit depuis longtemps sur ce thème). Orelsan, c'est tout le malheur du monde plus l'apologie de la violence à l'opinel, "marietrintignanesque" (sic : néologisme issu d'un autre de ses textes, intitulé La Saint Valentin) contre celle qui finalement n'est qu'une pute pas "différente des autres pétasses".

Virginie Despentes, interrogée par les Inrocks, le défend au nom de la liberté d'expression d'une part, et de la violence ordinaire (moins violente que celle qu'on trouve, dit-elle, dans le même registre, chez Shakespeare...) née du "désarroi amoureux". Le désarroi c'est une chose, qui rime plutôt avec tristesse, peine et douleur ; violence en est une autre. Le premier nous renvoie à nous même, le second atteint l'autre et le met en danger. Extrait :

"Depuis une dizaine de jours, on a beaucoup entendu parler du rappeur Orelsan et de sa chanson "Sale Pute". Des « féministes » et politiques ont fait pression pour qu’il soit déprogrammé du printemps de Bourges, la Ministre de la Culture Christine Albanel a évoqué un texte d’une « cruauté inouïe ». Que pensez-vous de cette affaire, et de la chanson ?
Je trouve la chanson très bien, efficace, drôle et bien foutue. Dans d’autres communautés, on parlerait, je crois, d’un texte traitant avec une certaine efficacité le « désarroi amoureux » : je t’aime, tu ne m’aimes pas, je suis désespéré, je vais te niquer ta race. Sur le sujet, on doit pouvoir trouver quelques lignes autrement plus violentes chez Racine ou Shakespeare. Je veux dire : ça serait pas genre un thème classique de la littérature, la déception amoureuse ? Bon, mais on parle d’un gouvernement qui en avait déjà après Madame de La Fayette, donc on finit par se demander s’ils n’ont pas un problème, global, avec le dépit amoureux… De là à penser qu’ils pressentent quelque chose, dans leur propre rang, qui pourrait déconner de ce côté là… va savoir."

C'était au printemps 2009 (le texte d'Orelsan sort en 2007 sur internet, mais personne à l'époque ne s'en émeut. Il faut attendre sa programmation dans un festival, le printemps de Bourges 2009, pour le voir entrer véritablement dans l'espace public : le 23 mars 2009, le blog femininlemporte lance un appel pour le faire déprogrammer. En vain. Mais Orelsan sera retiré du programme des Francofolies de La Rochelle.

Juillet 2009, maître Eolas, juriste qui tient un blog particulièrement lu, s'exprime sur la question. Le même blog féministe (femininlemporte) le fait savoir, ce qui suscite nombre de commentaires.

Automne-hiver 2009 :

24 novembre 2009 : Une jeune femme s'inquiète, sur son blog, de trouver l'album sur la sélection "Noël" du catalogue de la Fnac.

Le lendemain, un autre blog réagit et écrit au président du groupe PPR dont fait partie la Fnac. Le 5 décembre, elle publie le courrier qu'elle a reçu en réponse. Elle n'est pas la seule : encore féministes a, de son côté, écrit et fait écrire à la FNAC. Ce site est intéressant, aussi, pour les nombreux extraits de lettres adressées à la FNAC avant et après le retrait de la vignette de promotion de l'album d'Orelsan. Je note en particulier, comme une réponse à Virginie Despentes : "Je trouve sidérant que certains défendent la folie misogyne d'Orelsan sous prétexte de liberté d'expression : l'insulte est-elle donc un droit si fondamental ? Le message "Je n'éprouve que haine, volonté de domination, volonté de blesser, volonté de salir, volonté de détruire, volonté d'utiliser puis jeter les femmes" est-il si important à faire passer ? Orelsan représente un danger idéologique, au même titre que tout autre extremisme. Le racisme, l'antisémitisme sont condamnés à juste titre: mais comment peut-on encore défendre le droit d'exprimer tant de haine envers les femmes? Il s'agit d'une absurdité, á tous les niveaux, et au niveau historique également: ceux qui se sont battus pour la liberté d'expression et y ont parfois laissé leur vie - et les femmes aussi!- se sont d'abord battus pour l'égalité, la justice, le droit au respect. Pas pour le droit à la violence, pas pour le droit à la domination, pas pour le droit à la destruction d'autrui! Non! Orelsan n'a PAS LE DROIT de s'attaquer à moi, à ma mère, à mes soeurs! Je le lui refuse! Nous le lui refusons! Et il s'agit ici de MA, de NOTRE liberté d'être en paix! Qu'il vomisse ses insultes en comité privé! Que l'espace public soit l'espace du respect de chacun!" Géraldine Fourrier

Dans la même catégorie ("liberté d'expression" vs "appel à la haine sexiste") : "Le monde d'Orelsan est un monde effrayant. Il s'en vante et sue la haine par tous les pores, c'est son droit. Mais qu'il le fasse uniquement en privé, c'est-à-dire dans ses chiottes. Ce qui me frappe dans ce personnage, c'est qu'il se dissimule sous le masque de la "liberté d'expression", "liberté artistique", pour répandre sa haine des femmes. Ses appels au meurtre, à la barbarie contre les femmes, devraient évidemment tomber sous le coup de la loi. Imaginons quelqu'un qui écrirait et chanterait (gueulerait) qu'il va « avorter à l'opinel une sale juive ou une sale musulmane ». Est-ce qu'on accepterait ça au nom de la liberté artistique ? Non, parce qu'il serait accusé de racisme ou de discrimination religieuse. La discrimination qu'Orelsan prône est celle contre les femmes, c'est-à-dire contre la moitié de l'humanité. Et il le fait en y ajoutant l'appel à la barbarie, mais toujours en se prétendant "artiste". Tout est là : nous assistons à une véritable déviation de la liberté d'expression. C'est cela qu'il faut combattre avec fermeté." Alain Coqueugniot (toujours sur le site encore féministe).

Aussitôt, c'est à dire le 14 décembre, Orelsan réagit. Il prétend que son album a été retiré du catalogue (y a-t-il vraiment eu une seconde édition du dit catalogue ? Je n'ai pas pu vérifier, mais ça m'étonnerait, vu les délais et les coûts d'impression que cela aurait engendré - vérification faite, il y a eu suppression de son album sur le catalogue en ligne. Le Parisien en a rendu compte). Il s'adresse à son public pour obtenir son soutien contre une entreprise de censure dont il est la victime. Voir ici.

Le plus intéressant, sans doute, ce sont les 664 commentaires (en date du 22 décembre 2009) qu'a suscités cet appel. Voir sur le blog d'Orelsan. Il est loin d'être soutenu par tous, c'est le moins qu'on puisse dire, et comme dit mon amie Elisa, "ça remonte le moral" de voir, sur skyrock, un tel rassemblement de féministes !

Le second degré qu'on invoque ici et là pour justifier ces paroles (et Orelsan de rétorquer : moi j'ai jamais violé personne, prenez-vous en à ceux qui agissent, pas à ceux qui chantent) oublie que "l'humour" de l'insulte n'est pas nécessairement reçu comme tel par celles qui en font les frais.

La mise en scène d'une déception "ordinaire", résolue par la menace d'une violence destructrice qui n'a rien d'ordinaire, fait froid dans le dos. Pourquoi, à lire Sade ou Despentes, qu'on peut situer au sommet de la violence sexuelle littéraire ou cinématographique, est-ce qu'on n'éprouve rien d'aussi menaçant ? Justement parce qu'on se situe, avec eux, dans un espace fictionnel de rôles, inversés ou non, joués comme tels par les figurants que sont les acteurs de ces romans. Qu'on se situe dans l'espace infini, non normé et fantasmagorique d'un imaginaire qui ne doit pas connaître de limites, lieu même de la liberté absolue de l'individu. Ici, au contraire, dans cette chanson, Orelsan situe la violence hors du jeu fantasmagorique, dans un espace social bien défini, comme une conséquence concrète, acceptable et potentielle de la déloyauté de l'Autre. L'appel à la haine raciale est puni par la loi. Pourquoi pas l'appel à la haine sexiste ? N'est-ce pas en tant que femme ("toutes pétasses") que la "fiancée" d'Orelsan est promise aux pires châtiments ? Remplacez "pétasses" par "arabes", et le second degré paraîtra, tout d'un coup, beaucoup moins fin et évident.

Tout ceci a été très bien analysés par les Chiennes de garde, qui les premières je crois se sont inquiétées des effets de ce texte sur les jeunes et moins jeunes gens qui écoutent Orelsan : "Qui apprendra à des adolescents prolongés, à des hommes immatures, qu’une femme ne leur appartient pas, et qu’elle est libre de ses choix de vie ? Qui leur fera comprendre qu’on devient adulte en dépassant ses déceptions, en dominant ses envies de meurtre et en respectant les droits des autres ?"

Voir plus bas la réponse de la Fnac reçue le 11 décembre 2009 avec l'annonce de la suppression dans le catalogue en ligne.

Lettre ouverte à Messieurs
- Christophe Cuvillier, Président-directeur général de la FNAC,
- François-Henri Pinault, président du Groupe PPR (Pinault-Printemps-Redoute), propriétaire de la FNAC.

Paris, le 8 décembre 2009

Messieurs,

Vous avez choisi, dans votre catalogue "Sélection de Noël" FNAC, de promouvoir le disque du chanteur Orelsan en ces termes (p. 53) : "La polémique sur l'un de ses textes ne doit pas occulter le talent de ce jeune rappeur. Son ton volontairement très provocateur et son flow nerveux, boosté par un son impressionnant, servent une écriture serrée, digne des plus grands. Il y a du Eminem chez Orelsan !"

Ce catalogue, disponible sur Internet, a aussi été adressé personnellement à vos 3 millions d'adhérents, et il est distribué dans vos magasins.

Voici à quelles paroles vous avez accordé l'estampille « Sélection Fnac» :

EXTRAITS des chansons du disque

- "Etoiles invisibles" : „C'est pas en insultant les meufs dans mes r'frains que je deviendrais quelqu'un mais j'aime bien“.

- "Sous influence" : „J'rêve de péter les dents d'l'autre pétasse des Pussycat Dolls“

-"Changement" : „Maintenant les meufs portent du Vuitton, des grosses lunettes dorées / Avant c'était qu'pour les vieilles putes blondes décolorées / Les gars s'habillent comme des meufs et les meufs comme des chiennes / Elles kiffent les mecs effeminés comme si elles étaient lesbiennes“

- "Différent" : „J'finirais par acheter ma femme en Malaisie / Les putes à blog sont plus bonnes en photos qu'dans la vrai vie / Nan, j'suis pas un produits marketing / J'suis sensible, j'me sens sale après avoir été voir les filles

(…) Renseigne toi sur les pansements et les poussettes / J'peux t'faire un enfant et te casser l'nez sur un coup de tête / Poulette pourquoi tu veux pas sortir avec moi ? / J'adore passer par les p'tits trous j'adore me sentir à l'étroit

"Courez courez" : „Petite, essaie pas de me fréquenter / Ou tu va perdre ton pucelage avant d'avoir perdu tes dents de lait / (...) J'suis pour de vrai de vrai, j'dis c'que j'pense, j'pense c'que j'dis / Tout ce que j'écris c'est du premier degré, hé !

(...) Les féministes me persécutent, me prennent pour Belzebuth / Comme si c'était d'ma faute si les meufs c'est des putes / Elles ont qu'à arrêter de d'se faire péter l'uc / Et m'dire merci parce que j'les éduque, j'leur apprend des vrais trucs / Des fois j'sais plus si j'suis misogyne ou si c'est ironique / j'serai peut-être fixé quand j'arrêterais d'écrire des textes où j'frappe ma p'tite copine“

Fin des citations.

Pour mémoire, Orelsan est aussi l'auteur-interprète de « Sale pute ! », avec des paroles comme « Mais ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner », ou « J'vais te mettre en cloque, sale pute, et t'avorter à l'opinel ».

Les textes d'Orelsan sont fondés sur la violence sexiste et la haine des femmes. Leur machisme a été dénoncé dès mars 2009 par de nombreuses personnalités et élu-es. (Voir le site des Chiennes de garde)

La liberté d'expression a des limites, l'incitation à la violence et au meurtre en est une. L'expression raciste est heureusement interdite, et la liberté d'expression, loin d'en souffrir, y a gagné au contraire, en qualité. Les femmes ont droit au respect et à la sécurité. Alors qu'en France, une femme sur dix est victime de violences de la part de son conjoint ou ex-conjoint (Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France, 2000, voir ici), les textes d'Orelsan banalisent la violence masculine.

Ignorez-vous que la violence contre les femmes a été décrétée Grande Cause Nationale 2010 par le gouvernement français ? Avez-vous déjà oublié que le groupe PPR (Pinault Printemps Redoute), propriétaire de la FNAC, a créé en janvier 2009 une Fondation pour la dignité et les droits des femmes avec l'objectif de "sensibiliser les internautes aux droits des femmes" (site internet www.fondationppr.org) ?

Avec le réseau "Encore féministes !" (4 015 personnes et associations, dans 53 pays), nous vous demandons de
- modifier votre catalogue de Noël en ligne,
- mettre en œuvre tous vos moyens pour rectifier avant l'affluence de Noël cette grave erreur de communication peu en accord avec des principes que vous affichez par ailleurs.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Nous invitons les féministes de notre réseau à écrire, et de préférence par la poste, car c'est beaucoup plus efficace
- au PDG de la FNAC (Monsieur Christophe CUVILLIER 9 rue des Bateaux-Lavoirs ZAC Port d'Ivry 94768 Ivry-sur-Seine)
ou sur le site

- au PDG du groupe PPR - Pinault Printemps Redoute - propriétaire de la FNAC
(Monsieur François-Henri PINAULT 10 avenue Hoche 75381 Paris cedex 08)
ou sur le site
en reprenant le texte ci-dessus ou en s'en inspirant : l'essentiel est d'annoncer qu'on s'abstiendra d'acheter à la Fnac, ce qui, en cette période d'achat de cadeaux, est un argument auquel ils seront sensibles.

Prière d'envoyer le texte de la lettre, s'il est différent, pour qu'il figure ci-dessous !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

DES MEMBRES DE "ENCORE FÉMINISTES !" ÉCRIVENT :

Monsieur,
Je travaille en banlieue parisienne, dans des établissements dits « difficiles », où la violence verbale et physique est le lot quotidien des élèves, où les filles ne sont plus appelées par leur prénom mais par des « sale pute », « salope », etc. ; où bien des garçons pensent qu'être un homme c'est « te casser le nez sur un coup de tête », « péter les dents de l'autre pétasse », et menacer sa copine de « l'avorter à l'opinel »….

Alors souvent, je m'interroge : mais comment se sont construits ces jeunes ? Mais qui sont leurs modèles ? Et qui peut faire la promotion de tels modèles ?

Grâce à votre sélection de Noël, j'ai eu la très désagréable surprise d'avoir une réponse à cette dernière question : La Fnac.
Non seulement vous avez mis le chanteur Orelsan (extrêmement, violent dans ses propos envers les femmes) en avant en le sélectionnant pour votre catalogue Noël, mais de plus vous osez parler « d'écriture serrée, digne des plus grands » (des plus grands quoi !!).

Je vous écris donc pour :
1- vous inviter à réfléchir au
Sens des mots,
À ce qui construit un adolescent
À ce qui formate sa pensée
Aux liens entre la pensée formatée et les actes.
2- vous demander de bien vouloir retirer de votre sélection le chanteur Orelsan
3- vous informer que je n'effectuerai plus aucun achat dans les magasins Fnac, tant que vous ferez la promotion de chanteurs incitant à la violence envers les femmes.
Ariane GIL

Messieurs,
La promotion du disque d'Orelsan dans le catalaogue de Noel de la Fnac est tout á fait irresponsable.
La violence contre les femmes est une réalité á combattre, non un phénomene á encourager.
En promouvant ce discours plein de haine envers les femmes et appelant ouvertement á la violence contre les femmes, vous en devenez les complices consentants.
Je cite le catalogue:
"La polémique sur l'un de ses textes ne doit pas occulter le talent de ce jeune rappeur. Son ton volontairement très provocateur et son flow nerveux, boosté par un son impressionnant, servent une écriture serrée, digne des plus grands. Il y a du Eminem chez Orelsan !"
Vous déclarez donc que l'expression de la haine sexiste, l'appel aux violences sexistes, ne doivent etre qu'une considération de deuxieme ordre en comparaison du talent suposé d'Orelsan.
Quelle que soit la nature premiere de votre entreprise -commerciale:-, comment oserez-vous justifier votre prise de positon face á celles qui sont victimes dans les faits de cette violence dont l'on prétend faire quelque chose d'admirable?
N'est-il pas en outre tout á fait déplacé de promouvoir cette violence á l'occasion d'une fête de la paix, du partage, de l'amour envers son prochain?
Je n'acheterai pas á la FNAC en cette veille de Noel, et j'espere convaincre mon entourage de s'en abstenir également.
Géraldine Fourrier

Endossement de propagande haineuse contre les femmes avec la promotion d'ORELSAN sous le fait qu'il aurait du TALENT. Je suis québécoise et vient tout juste d'arriver en France. Depuis 1 mois, j'ai déjà fait quelques achats dans votre magasin. Si vous ne remédiez pas à la promotion de cet artiste, vous pouvez être certain-es que je n'encouragerai plus votre magasin.
Merci de remédier à cette situation,
Katherine Hébert-Metthé.

La mise en avant du rappeur Orelsan dans le catalogue de Noël de la FNAC est une honte.
L'ensemble, ou presque, des textes est une éructation haineuse contre les femmes, un appel a "les mettre en cloque puis les avorter a l'opinel" et j'en passe.
Scandaleux.
J'irai acheter mes cadeaux aileurs, ce ne sont pas les endroits qui manquent.
Carine Libermann

Pour les raisons que vous a déjà très bien expliquées la représentante du réseau « encore féministes » dont je fais partie, le fait que vous promouviez le chanteur Orelsan et ses albums m'a beaucoup choquée.
Compte tenu de la gravité des propos tenus par ce chanteur, qu'il ait ou non du talent (les goûts et les couleurs…) m'est bien égal. Je le considère comme dangereux, diffusant auprès du public des idées d'une misogynie extraordinaire et d'une violence extrême.
Hitler était un grand orateur, dit-on. Il était aussi peintre et écrivain. On a beaucoup regretté de l'avoir laissé librement exprimer son discours extrémiste, entraînant avec lui dans son délire assassin, des masses influençables. N'aurait il pas mieux valu, en effet, tirer la sonnette d'alarme plus tôt ?
Vous trouvez la comparaison exagérée, sans doute ?
Pourtant, si j'ai choisi ce triste personnage, c'est qu'il est aujourd'hui consensuellement reconnu comme un monstre. … Aujourd'hui! Car à l'époque, j'imagine que ses promoteurs, et notamment ses éditeurs, le qualifiaient de « talentueux »… !
Je n'ai pas encore fait mes achats de Noël et généralement c'est à la FNAC que j'en fais une partie. Désormais, je m'abstiendrai, et je m'attellerai à convaincre mon entourage de suivre mon exemple.
Juliette Doroy
PS : La fondation créée par votre groupe en janvier dernier « pour la dignité et le droit des femmes » était une belle et bonne idée. Dommage que les choix « artistiques » de la FNAC la tournent en ridicule…

[citations d'Orelsan]
Ces textes sont fondés sur la violence sexiste la plus abjecte et sur la haine des femmes. La liberté d'expression ne saurait les justifier : elle a en effet des limites fixées par la loi, notamment l'incitation à la violence et au meurtre. Or, le chanteur Orelsan franchit ces limites, avec votre aval, puisque vous faites la promotion de ses disques.
Cela est d'autant plus inacceptable que la violence contre les femmes a été décrété "grande cause nationale " en 2010 par le gouvernement. De plus, le groupe PPR propriétaire de la Fnac, a créé une "Fondation pour la dignité et les droits des femmes, afin de "sensibiliser les internautes aux droits des femmes ".
Je vous demande donc de modifier au plus vite votre catalogue en ligne et de mettre en œuvre tous les moyens pour rectifier une erreur de communication si peu en accord avec le respect de la dignité des femmes et si contraire à la lutte contre les violences qu'elles subissent quotidiennement.
Annick Boisset

Vous avez choisi de faire figurer « Perdu d'avance », l'album d'Orelsan, rappeur aux textes machistes, homophobes et pédo-criminels, dans votre catalogue de Noël, versions papier et internet.
Commercialement parlant, le public d'Orelsan étant un public de téléchargeurs sauvages pas franchement préoccupés par votre chiffre d'affaire, la stratégie se discute (à moins que vous ne comptiez sur les parents et les filles pour offrir cet album à leurs fils et petits amis, pari également hasardeux) ; il est cependant vrai que je n'ai pas fait d'école de commerce. Passons donc.
Une question : pourquoi, après les présidentielles de 2002 auxquelles Jean-Marie Le Pen est parvenu à passer au second tour, la FNAC a-t-elle pris position contre lui (je me souviens très bien des piles de tracts anti-racistes du magasin de Toulon Mayol), si c'est aujourd'hui pour aider à promouvoir la carrière d'un chanteur néo-nazi comme Orelsan ? Le racisme anti-femme, anti-gays et anti-enfants vous tiendrait-il moins à cœur que le racisme anti-Noirs ou anti-Arabes ? Apparemment oui, puisque vous protestez (à juste titre) contre la xénophobie du FN mais que vous aidez à la promotion de la carrière d'un chanteur qui parle d'avorter les femmes « à l'Opinel », de dépuceler les petites filles «avant qu'elles n'aient perdu leurs dents de lait », et j'en passe.
La prochaine fois qu'en ouvrant le journal ou qu'en regardant la télévision, vous apprendrez une fille ou une femme de plus a été violée et/ou tuée, qu'une agression homophobe a eu lieu ou que des enfants ont été victimes de pédophiles, soyez sûrs que vous y serez pour quelque chose : car à votre niveau, en enjoignant vos clients à « oublier la polémique » - en réalité le scandale justifié que constituent les incitations à la haine machiste, homophobe et pédo-criminelle d'Orelsan- vous aurez fait ce qu'il faut pour participer à la banalisation de cette violence. Vivez avec cette idée !
Je n'ai pas beaucoup d'argent pour Noël, mais le peu que j'ai, j'irai le dépenser ailleurs qu'à la FNAC.
Avec mes regrets,
Alice RALLIER

A Monsieur Christophe Cuvillier,
Je me plaisais plutôt bien à la Fnac.
Je vais, je le crains, avoir le regret de vous rendre ma carte adhérent, et je ferais mes achats ailleurs. La raison?
Je ne conçois pas de fréquenter, ni de près ni de loin, des commerçants sans déontologie.
Avoir dans vos rayons un certain ORELSAN est pour le moins un acte inconscient de ce que véhicule la bouche de ce "malodorant" individu, et salit la Fnac sans aucun doute, si ce n'est votre personne. Vérifiez Monsieur: l'ignominie est dans vos rayons.
Bien que ne rêvant pas, je serais heureux que vous fassiez savoir -par un biais ou un autre- que vous avez nettoyé vos rayons de l'odeur pestilentielle que dégagent les Cd de ce... heuh!... type.
(je peine à réécrire son nom)
D'ici cette espérée nouvelle, ma seule et unique visite dans vos magasins consistera à aller déposer symboliquement ma carte d'adhérent dans le bureau du directeur.
Encore respectueusement. Mais jusqu'à quand?
Jean Calvet.

J’apprends avec stupeur que le catalogue de Noël de la Fnac, une des entreprises du groupe PPR, financeur de la Fondation pour la Dignité et les Droits des Femmes, fait la promotion d’un rappeur connu pour son machisme assumé et affiché. Il s’agit d’Orelsan, qui tient dans ses chansons des propos d’une violence inouïe contre les femmes.

Extraits :
« J’rêve de péter les dents d’l’autre pétasse “ ; „J’finirais par acheter ma femme en Malaisie / Les putes à blog sont plus bonnes en photos qu’dans la vrai vie » ; « ... insultant les meufs dans mes r’frains ... j’aime bien“ ;„Petite, essaie pas de me fréquenter / Ou tu va perdre ton pucelage avant d’avoir perdu tes dents de lait » ; « Les gars s’habillent comme des meufs et les meufs comme des chiennes » ;  « les meufs c’est des putes » ; « ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner », ou « J’vais te mettre en cloque, sale pute, et t’avorter à l’opinel ».
Est-ce suffisamment précis ?
Ce soi-disant « artiste » établit son fonds de commerce sur le sexisme, l’insulte envers les femmes, les formes les plus abjectes de domination masculine, la propagation d’images dégradantes des femmes, l’incitation à la violence à leur encontre et même au meurtre sexiste. Bref, tout ce contre quoi votre fondation essaie courageusement de lutter.
Je suis choquée que la Fnac encourage des parents à offrir pour Noël à leurs enfants (le public d’Orelsan est un public jeune, adolescent) une telle conception des rapports entre les femmes et les hommes.
Certaine que vous partagerez mon indignation, je vous serais reconnaissante d’alerter vos financeurs sur l’incohérence (le mot est faible) entre cette communication malheureuse et leur engagement fort à vos côtés.
Sylvie Chaussée.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

La FNAC nous répond
Courriel reçu le 11 décembre à 18h, de M. Franck Pupunat, directeur de la Responsabilité sociale et environnementale de la Fnac :
« Nous avons reçu des mails et lettres provenant de militants et militantes de votre mouvement concernant le chanteur Orelsan.
Nous avons également pris connaissances de vos demandes par courrier et sur votre site internet.
Nous tenions a vous dire que [nous] comprenons votre émotion et sommes navrés d'avoir heurté votre sensibilité.
La mise en avant dans le catalogue de Noël de ce disque est une erreur.
Nous l'avons d'ailleurs immédiatement retiré sur le catalogue de Noël en ligne sur Fnac.com.
Nous vous assurons de notre vigilance sur cette question à l'avenir et vous prions d'accepter nos excuses
. »

En effet, le passage sur Orelsan a été enlevé du catalogue en ligne.
Notre première demande est donc satisfaite.
Nous attendons de savoir quelles mesures la Fnac compte prendre pour satisfaire la seconde : « mettre en œuvre tous vos moyens pour rectifier avant l'affluence de Noël cette grave erreur de communication peu en accord avec des principes que vous affichez par ailleurs ».
(à suivre)

***************************************************

DES SIGNATAIRES "Encore féministes !" RÉAGISSENT

Monsieur le Président,
Je vous écris de Nouvelle-Calédonie. La FNAC n'est pas connue qu'en France.
Je vous remercie d'avoir ôté de votre catalogue en ligne le chanteur Orelsan.
Autant qu'il m'en souvienne par ailleurs, et je vous en félicite, le groupe PPR cherche à sensibiliser les internautes aux droits des femmes, puisqu'il est à l'origine de la FONDATION POUR LES DROITS DES FEMMES.
Le véritable problème que pose un chanteur comme Orelsan dont vous connaissez comme moi les textes, qui sont une incitation à la barbarie la plus abjecte, spécifiquement tournée contre les femmes, c'est qu'il se cache derrière la « liberté d'expression » pour transmettre ses messages d'appel au meurtre. Il s'agit là d'une véritable stratégie.
Chaque année en France, de nombreuses femmes sont victimes de la violence. Cette violence est croissante. Il faut être de la pire mauvaise foi pour oser prétendre que les chansons qui encouragent une telle violence n'ont aucune influence sur les esprits, en particulier ceux des adolescents dont la construction personnelle est encore fragile.
Je sais que les producteurs de monsieur Orelsan et de ces chansons vont continuer à exercer une pression sur vous pour que la FNAC les vende et en fasse la promotion.
Au nom des valeurs que vous prônez, je vous en prie, ne vous laissez pas influencer. Défendre une cause juste n'est pas seulement un devoir moral individuel, c'est un acte aux conséquences sociales lourdes, particulièrement dans le cas d'une société ayant le renom et le poids financier de la FNAC.
Croyez, Monsieur le Président, à l'expression de toute ma considération.
Alain COQUEUGNIOT

Messieurs,
Je suis détentrice de la carte Fnac et cliente occasionnelle de la FNAC.
Je constate avec satisfaction que vous avez enlevé le passage sur Orelsan de votre catalogue en ligne. Que comptez-vous faire en termes de communication pour confirmer votre position ?
Je m'étonne encore qu'il ait fallu l'intervention du réseau Encore Féministes pour qu'un grand groupe comme le vôtre retire de son catalogue en ligne des propos incitant à la haine mysogine.
"La liberté d'expression a des limites, l'incitation à la violence et au meurtre en est une. "
La Fnac a forcément un rôle éducatif à jouer vis-à-vis de son public adulte ou plus jeune, voire auprès d'enfants. A ce titre, vous vous devez d'avoir un comportement exemplaire notamment dans les choix artistiques que vous faites..
Pourquoi ne pas confirmer votre position en réaffirmant vos valeurs par un erratum ou un communiqué de presse ?
Il serait en effet regrettable que la FNAC renvoie l'image d'un magasin "TRASH"...
Je fais quant à moi le choix de suspendre mes achats à la FNAC tant qu'une position claire de votre part n'aura pas été prise pour le futur.
Cordialement,
Violaine

***************************************************

courriel à "Encore féministes !", 16 décembre 2009

Voici l'appel à son public que le chanteur Orelsan a mis en ligne sur son blog le 14 décembre : "BESOIN DE VOUS!!!"

Suivent des commentaires dont la lecture est édifiante.
Pour l'un de ses fans, Orelsan est le « seul ecrivain potable depuis victor hugo » (mais ça se veut de l'humour). Après le ministre de la Culture rapprochant Orelsan de Rimbaud, sous quel autre sommet de la littérature va-t-on encore l'écraser ?
L'une de ses partisans pose le débat avec un argument intéressant : « Vous vous battez pour les droits des femmes, nous on se bat pour la liberté d'expression! » Quand il y a conflit entre les deux, qui pose les limites de la berté d'expression ?
Un autre assure le chanteur qu'il a déjà écrit à la Fnac, et annonce ce qu'il réserve aux féministes (« tkt » = t'inquiète = ne t'inquiète pas !) : « c dja fait tkt on va les baiser c salop ».
Une autre nous traite de « pétasses pseudo-féministes ».
Autre appréciation personnelle : « ces grosses chiennes mal baisées ne sont pas féministes, ce sont juste des pauvres femmes sans intêret dans la vie si ce n'est faire chier la jeunesse =) »

Heureusement, une valeureuse Sophie nous défend ; elle conteste « le droit de ce type pitoyable à traiter les femmes de putes tous les trois mots », et invite une autre femme à la réflexion sur l'apport des féministes : « Continue à écouter ce misogyne homophobe aligner ses violences verbales pendant que d'autres femmes se battent pour que même toi, tu sois respectée et libre. »
:

Contacté par LEXPRESS.fr, Vincent Demarthe, le manager d'Orelsan, explique avoir pris contact avec la Fnac: "Nous devons discuter avec eux aujourd'hui. J'espère qu'ils vont revenir sur cette décision. En attendant, nous utilisons les mêmes armes de lobbying que ces groupuscules qui empêchent Orelsan de travailler et de donner ses concerts."

« Groupuscules », nous ? En voilà une insulte !
La responsable d'un réseau de 4 044 membres (personnes et associations), dans 54 pays se sent offensée.

***********************************************

AUTRES TEXTES DE MEMBRES DE NOTRE RÉSEAU

Je trouve sidérant que certains défendent la folie misogyne d'Orelsan sous prétexte de liberté d'expression : l'insulte est-elle donc un droit si fondamental? Le message "Je n'éprouve que haine, volonté de domination, volonté de blesser, volonté de salir, volonté de détruire, volonté d'utiliser puis jeter les femmes" est-il si important à faire passer? Orelsan représente un danger idéologique, au même titre que tout autre extremisme. Le racisme, l'antisémitisme sont condamnés à juste titre: mais comment peut-on encore défendre le droit d'exprimer tant de haine envers les femmes? Il s'agit d'une absurdité, á tous les niveaux, et au niveau historique également: ceux qui se sont battus pour la liberté d'expression et y ont parfois laissé leur vie - et les femmes aussi!- se sont d'abord battus pour l'égalité, la justice, le droit au respect. Pas pour le droit à la violence, pas pour le droit à la domination, pas pour le droit à la destruction d'autrui! Non! Orelsan n'a PAS LE DROIT de s'attaquer à moi, à ma mère, à mes soeurs! Je le lui refuse! Nous le lui refusons! Et il s'agit ici de MA, de NOTRE liberté d'être en paix! Qu'il vomisse ses insultes en comité privé! Que l'espace public soit l'espace du respect de chacun!
Géraldine Fourrier

Orelsan, t'aimes le rap? Si oui, arrête de ternir son image, s'il te plait. Ça m'énerve que les gens pensent que tous les rappeurs sont sexistes. Tant que tu rabaisseras les femmes, faut pas t'étonner d'avoir des réactions. Change ton attitude et ta manière de parler d'elles, c'est seulement à ce moment que t'auras peut-être le droit d'être désigné par le titre: "rappeur", c'est à dire le même titre que Kery James ou les Chiens de paille... Sache qu'on ne naît pas rappeur, on le devient!
Anushavan Sarukhanyan

Orelsan et son manager font une erreur d'appréciation. Les femmes ne sont ni une minorité ni un groupuscule : elles représentent un peu plus de 52% de la population. Toutes ne sont pas féministes déclarées mais le plus grand nombre n'accepte pas les paroles insultantes et barbares de ce jeune. De nombreux hommes nous soutiennent également. Toutes les générations sont présentes dans cette lutte contre la violence imbécile de quelques garçons bloqués dans la pré-adolescence. Nous défendons notre droit au respect et à la vie sauve contre ceux qui défendent leur droit au machisme et à la violence meurtrière. Nous ne lâcherons pas. Les mails d'insultes que ses fans nous adressent sur sa demande se retourneront contre lui.
Pauline

Le monde d'Orelsan est un monde effrayant. Il s'en vante et sue la haine par tous les pores, c'est son droit. Mais qu'il le fasse uniquement en privé, c'est-à-dire dans ses chiottes. Ce qui me frappe dans ce personnage, c'est qu'il se dissimule sous le masque de la "liberté d'expression", "liberté artistique", pour répandre sa haine des femmes. Ses appels au meurtre, à la barbarie contre les femmes, devraient évidemment tomber sous le coup de la loi. Imaginons quelqu'un qui écrirait et chanterait (gueulerait) qu'il va « avorter à l'opinel une sale juive ou une sale musulmane ». Est-ce qu'on accepterait ça au nom de la liberté artistique? Non, parce qu'il serait accusé de racisme ou de discrimination religieuse. La discrimination qu'Orelsan prône est celle contre les femmes, c'est-à-dire contre la moitié de l'humanité. Et il le fait en y ajoutant l'appel à la barbarie, mais toujours en se prétendant "artiste". Tout est là : nous assistons à une véritable déviation de la liberté d'expression. C'est cela qu'il faut combattre avec fermeté.
Alain COQUEUGNIOT

Chapitre VII : Cette mort qu'on n'attend pas (6/6)

Antoine, quant à lui, a bien dû se rendre à une autre évidence, pas moins douloureuse pour cet homme qui, on se souvient, claironnait, de son exil briançonnais : « je serai exigeant et tu seras complaisante ! » Convaincu de pouvoir en toutes circonstances parvenir à ses fins, sûr de son charme ou de ce qu'il croit être son charme, ce qui revient exactement au même pour lui, Antoine était le roi. Un charmant sujet absolu. La mort d'Albine le confronte à des limites qu'il n'a pas imaginées. Magdeleine s'est mise en retrait, lui oppose une faiblesse qui se traduit par de l'effacement ou de l'indifférence, et Antoine qui a obtenu de conserver Machi, se trouve à batailler désormais pour tenter de faire revivre le fantôme de Mion. Mais sans grand espoir d'y parvenir :

De Machi, le jeudi 17 à 8h moins un quart

A Madame Morand de Jouffrey à Lyon

« Aussitôt que tu le pourras tu enverras je te prie la cuisinière dire à M. Durand des Brotteaux de te venir parler ou tu lui écriras un mot, mais le premier serait peut être le plus sûr.

Il faut qu'il se munisse demain du billet nécessaire pour faire entrer et ressortir quatre années de vin en deux demi-pièces et qu'il se trouve samedi matin à huit heures à la barrière de Vaise sans manquer, où il trouvera Lombard. (...)

Voilà mes commissions faites et quoiqu'il soit un peu tard chez Jacques où tout le monde est déjà couché comme on m'a promis d'attendre que ma lettre fut écrite avant de se fermer irrévocablement, je te dirai que j'arrive de Curis où je ne suis arrivé ce matin qu'à près de midi et où nous avons planté quelques arbres avec Honoré ; il faisait si beau ce matin que je n'avais pas pris mon manteau et ce soir il a un peu plu. Tu sens bien que quelque plaisir que j'aie à me trouver avec mon gendre, il m'en coûte bien pour parcourir certains espaces et me retrouver dans certains lieux, mais ma chère amie, depuis le malheur qui nous a écrasés je me trouve mal partout et la peine que j'éprouve dans les endroits où tout me parle d'elle n'est cependant pas pour moi, sans quelque mélange de consolation.

Hier j'ai passé la soirée à lire la vie de M. le duc de Penthièvre, la lecture en est triste et bien convenable à ma position ; j'aime beaucoup aussi le style et les idées fortes de la femme qui en est l'auteur, la même qui a écrit la vie de Mad. de Lamballe[1] ; et nous faisons la cruelle expérience de la vérité de ce qu'elle dit : '' rien ne prouve autant la faiblesse de l'homme que l'impossibilité où il est de fixer le bonheur, parce que tous les objets de ses affections sont périssables comme lui. Ni la jeunesse, ni la beauté, ni le Rang, ni la fortune ne peuvent retarder d'un seul jour l'arrêt fatal.......

Tous les objets qui nous attachent dans ce monde, échappent à notre amour à l'instant où nous le craignons le moins et la vie n'est qu'une longue suite de funérailles, où l'homme qui atteint la vieillesse n'a que le triste avantage d'avoir vu plus de ses semblables descendre au tombeau, et d'avoir eu plus de larmes à répandre.''

Elle termine cependant par convenir que le temps émousse nécessairement les pointes trop aigües de la douleur, les âmes simples et vraies, dit elle, ''qui n'exagèrent rien, conviennent de bonne foi qu'il est dans la nature humaine de se consoler des maux sans remède et c'est ce que prouva M. le duc de Penthièvre, etc.''

Je suis réduit à te citer ma bonne amie les réflexions des autres puisque les miennes sont maintenant sans effet sur toi. Cependant ma chère amie, n'oublions pas que c'est dans une union et un accord plus intime que jamais que nous pourrons trouver des forces contre la douleur et les moyens de nous acquitter de ce que nous nous devons mutuellement et de ce qu'il nous reste à faire pour le bonheur de nos enfants ; je ne peux te passer l'insouciance que etu parais prendre maintenant à ta santé et à tout ce qui te touche personnellement, car tu dois bien sentir de quel prix est ta conservation pour James pour Léo et pour leur père.

Que ce soit pour eux ma chère amie que tu prennes un peu de courage, le mien s'en va tout à fait, ma tête se perd et je sens bien que c'est surtout à ton état et à ta volonté de ne rien faire pour l'améliorer, que je dois la position où je me trouve. Il ne peut me rester de consolation dans ce monde qu'autant que je pourrai t'aider à supporter les peines et être de quelque utilité à mes enfants, s'il faut renoncer à cet espoir, que faire sur cette terre ?

Mais il faut terminer des réflexions que je porte sans cesse avec moi, et aller porter mon griffonnage à cette fille qui va demain à Lyon, il apparaît qu'on en est fort content. (...) Adieu ma tendre amie. Je ne peux croire qu'un malheur qu'on n'a point à se reprocher puisse engager à se moins aimer. »[2]

Deux semaines après cette lettre, et deux mois et demi après que Magdeleine a quitté Grenoble, c'est au tour de la mystérieuse sœur d'Antoinette de tomber malade. Elle décèdera dans les jours qui suivent. Antoine, à son habitude, n'a pas compris les signes cabalistiques qui parcouraient une lettre envoyée par James, à ce propos. C'est, encore une fois, Magdeleine qui avertit son époux en lui communiquant ses doutes.

La dame de Machy [DD1] n'a, on le voit, rien perdu de sa perspicacité. Ses sens ne sont pas affaiblis et la faiblesse qu'elle oppose à Antoine lui est, peut-être, juste un paravent contre un absolutisme dont elle a cessé de subir le charme. Il faudra(it) à Antoine tout son talent pour la faire revenir à d'autres sentiments, mais l'histoire ne dit pas s'il y parvint.

___

Il n'y aura pas de suite à ce qui est la fin de cette première version de notre livre. Nous réservons la conclusion, qui n'est pas encore écrite, pour la publication au format papier. Cette première étape, qui s'est close à la fin du 7ème chapitre, fut atteinte le 2 août dernier, et nous avions à cette occasion fait un premier point sur cette belle expérience de collaboration.

Et toujours, pour ceux qui découvriraient ce site par hasard... pour reprendre la lecture de ce récit au début, il vaut mieux se rendre sur la page Un projet de livre puis suivre les flèches.


[1] Il s'agit de Elisabeth Brossin de Méré, auteure en 1803 d'une Vie du duc de Penthièvre en deux volumes. On trouve cet ouvrage à la Bnf. Mme Brossin de Méré était une romancière prolifique. Comme souvent à cette époque, elle a écrit sous quantité de pseudonyme ; on la connaît aussi comme Elisabeth Guénard veuve de Méré (à partir de 1805), Mme de Boissy, M. de Faverolles,  J.F.H Geller ou simplement P.L.B... En 1801, elle avait publié les Mémoires historiques de Marie-Thérèse-Louise de Carignan, princesse de Lamballe, en 4 volumes (disponibles sur Gallica). Signalons aussi, parmi les quelques 147 références répertoriées sur le catalogue de la Bnf (nombre d'éditions, qui comprend les rééditions jusqu'en 1877), un ouvrage sur la domestique qu'avait épousée Rousseau, Thérèse de Volmar, ou L'orpheline de Genève, en 1821 ainsi qu'un ouvrage sur l'enfant sauvage, intitulé Victor, ou l'Enfant des bois, en 1827. Mais elle est surtout connue, et a bâti sa réputation à l'époque, pour un roman à la gloire de la monarchie, intitulé Irma ou les malheurs du jeune orpheline, histoire indienne, en 1800, qui « détruit le mythe républicain de la vertu de Robespierre, tandis qu'elle idéalise un Roi-martyr, seule figure possible du pouvoir et de la légitimité. » Cf. Vivre libre et écrire. Anthologie des romancières de la période révolutionnaire (1779-1800), textes choisis, présentés et annotés par Huguette Krief, Voltaire Foundation et Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2005.

[2] De Machi, le jeudi 17 à 8h moins un quart [mars 1808 : il est possible, grâce aux calendriers de l'époque révolutionnaire, de faire concorder les jours de la semaine et les jours du mois, si bien qu'on a pu établir que le seul jeudi 17, à cette période de l'année, était celui du mois de mars]


[DD1]Ca me choc de la trouver appelée comme ca ici. Tu trouves que c'est trop distant et que ça lui donne un air trop hautain ? Je crois que c'est plus parce que c'est la première fois qu'on l'appelle comme ca, et on vient de parler de son désir de vendre Machy. D'ailleurs, je crois que part tout dans nos chapitres, il faut l'écrire « Machy » même si dans leurs lettres ils font différemment.

Chapitre VII : Cette mort qu'on n'attend pas (5/6)

Antoine a bien compris que Magdeleine et lui ne pensent ni ne sentent de même. Leur attitude devant la douleur les a placés devant le constat de la grande distance qui les sépare. On l'a compris : là où Magdeleine fuit et cherche à couper toutes les sources de ressouvenir, lui au contraire appuie là où la douleur est la plus grande. Comme avec un abcès, il fait sortir le mal en l'affrontant, certain qu'un mieux être en sortira. Il en est conscient et il revient dessus lorsqu'il est question d'aller passer les fêtes de fin d'année à Curis, dans cette maison qui fut si peu de temps celle du bonheur d'Albine. Il tient un long discours à ce propos à Magdeleine, trouvant là une nouvelle occasion de la sermonner : « je sais bien ce qu'il m'en coûte mais je suis bien persuadé qu'il importe de surmonter et que ce n'est qu'en faisant le plus tôt possible tout ce qui ajoute le plus à notre douleur qu'on parvient ensuite à la calmer en ne se privant pas par une marche contraire, des consolations qu'on ne peut trouver que dans les lieux et auprès de ceux qui furent si chers à ceux que nous ne pourrons plus retrouver que dans un monde meilleur. A cet égard nous sommes loin de penser et de sentir de même ; si j'étais riche et indépendant je n'en n'userais par sentiment et par goût que pour vivre constamment dans le local que tu redoutes tant ; crois moi ma chère amie, ce n'est pas en courant ce n'est pas en cherchant à vivre au jour le jour, qu'on peut maitriser une aussi grande douleur ; c'est seulement dans l'accomplissement des devoirs qui restent à remplir qu'on peut trouver les moyens d'adoucir ce qui ne peut cesser qu'avec notre triste existence. » [1] La douceur et l'apaisement qui ont suivi les retrouvailles se sont dissipés. Antoine, sous l'effet peut être des courriers au ton « raidi » qu'il reçoit de Magdeleine, attaque à nouveau. A chaque nouvelle lettre, le ton monte un peu plus. Il ne la reconnaît pas. Elle est devenue insensible, inaccessible au raisonnement comme à la tendresse et Antoine, privé des moyens de la convaincre, en est désarçonné. Puisque les menaces, y compris sur sa propre vie, ne l'atteignent pas, il passe à la vitesse supérieure : faudra-t-il qu'elle soit sur le point de perdre un nouvel enfant pour réaliser quels trésors de bonheur elle détient encore ? Quand se résignera-t-elle enfin à considérer Léo et James autrement que comme des rappels pénibles de la perte subie ? On sent, en cette fin décembre sombre et froide, combien Antoine est désemparé, découragé, accablé : « Quelque affreuse, quelque insupportable qu'elle soit nous ne pouvons en disposer, et la rendre encore utile est le seul moyen d'en diminuer les peines et d'y trouver encore quelques charmes.

Mais ce que je t'écris, ma chère amie, comme tout ce que je t'ai répété si souvent est malheureusement sans effet ; tu te raidis contre tout ce qui est raisonnement et même contre tout ce qui tient à la tendresse de ceux qui t'étaient si chers, il semble que la partie aimante de ton être a perdu toute action, et comme j'aime à en douter encore, il faudrait comme je te l'ai souvent dit, qu'un de ceux qui te restent fut au moment de t'être enlevé pour que tu fus persuadée que tu pourrais être encore plus malheureuse et pour sentir la nécessité de la résignation. »

Il est certain qu'Antoine trouve, auprès de son travail au tribunal la journée, et dans les soins qu'il apporte à Léo le soir après l'avoir été chercher chez les amies qui s'occupent de la distraire et de la faire travailler, les moyens d'éteindre la souffrance qui le ronge. Les occasions de pleurer ne lui manquent pas pourtant. Mais si sa théorie est la bonne, il trouve là aussi les moyens d'assécher son malheur. Ainsi, lorsqu'il revoit Honoré et discute longuement d'Albine ; ou quand en allant chercher Léo, il rencontre l'ancien maître de danse de sa fille aînée. Cependant, conclut-il, « à moins de renoncer à toute communication avec les hommes il faut se résoudre à les voir. » Et Antoine de se prendre à revivre les anciens moments de bonheur passés à rêver de Magdeleine, de ses caresses et de sa tendresse : « je vais me coucher ma bonne amie et ce n'est pas pour dormir de quelque temps, où est celui où, quand je veillais, l'idée de tes bontés[DD1] , le souvenir de tes caresses donnaient tant de charmes à ces moments d'insomnie, où sont ces instants.... Mais ma tendre amie je m'égare, gardons nous de comparer le passé au présent, mais pensons aux ressources que la providence nous a ménagées dans notre malheur. » Décidément, quand l'une fuit toute occasion matérielle ou immatérielle de replonger dans le passé, lui au contraire y trouve, par les larmes qu'il verse dessus, un moyen singulier autant qu'efficace de soulager sa peine.

En vérité, leur attitude ne reflète pas totalement cette division simplette des tâches. Car Antoine fuit autant qu'elle et elle affronte autant que lui, mais par d'autres voies, la douleur qui les a submergés. Antoine trouve auprès des autres, dans l'amour qu'il porte et dans la tendresse qu'il reçoit, l'oubli de son malheur que, de cette manière, il contribue à fuir ou du moins, à éloigner. Magdeleine au contraire, affronte en la ressassant tout le jour et dans la solitude de son deuil l'amertume de son poison. Fuir les lieux n'est pas nier la douleur ni le mal, contrairement à ce que lui reproche Antoine qui est décidé à ne pas la comprendre. Et s'étourdir dans le don et le contre-don aux autres est bien une autre manière d'éviter l'introspection.

Chacun voit midi à sa porte et reproche à l'autre de ne pas adopter la bonne attitude face au deuil. Chacun va vers l'accalmie selon son tempérament, l'un dans la solitude et la mortification, l'autre dans la vie sociale et l'extériorisation.

L'accalmie à quel prix ?

Après Noël, Antoine trouve assez d'énergie pour s'extraire de son ressentiment ; les lettres sont plus douces, plus tendres. Il envisage d'aller la chercher bientôt et abandonne les sermons et les menaces. A-t-elle déjà commencé à lui annoncer sa capitulation ? L'a-t-il sentie venir ? Pourtant, la capitulation, comme la subordination, n'est ni une preuve d'amour ni une solution acceptable. Antoine s'en rend compte et le lui dit ; il aurait voulu qu'elle se range à son avis, et non pas qu'elle renonce par la force (des choses ou de conviction d'Antoine). Or, c'est ainsi qu'elle lui présente son changement d'avis : elle consent à lui « laisser » Machi parce qu'il en a le « pouvoir ». Cela serait peut être acceptable pour Antoine, à vrai dire. Mais ce qui ne l'est pas, ce sont les conditions qu'elle y met : n'y pas vivre.

Mais alors à quoi bon, s'écrie Antoine ? « Tu m'annonces qu'il est impossible que tu y habites, tu parles d'une maison près de la ville un peu considérable, et puis un appartement et comme ton [projet ? trou dans le papier] ne peut s'arranger avec mon défaut de moyens et que [trou] je les aurais même il ne serait pas de mon goût d'avoir trois ménages et de m'arranger de manière à n'être jamais avec toi ou du moins très peu, je t'avoue que jamais tu ne m'as plus fait sentir qu'il fallait y renoncer qu'au moment où tu me disais que je la garderais; sur le tout ma bonne amie je ne demande que du temps pour m'accoutumer à cette idée ou pour n'être plus capable de l'empêcher ; car en vérité je ne veux ni contrarier tes volontés, si cela doit te rendre plus malheureuse, ni faire des acquisitions qui augmentent notre mal être et les embarras de ma famille. » Et nous y revoilà. Magdeleine n'a que de mauvaises idées.

Et Antoine, une fois de plus, se place dans une double contrainte qui le met en situation de ne satisfaire à rien de ce qu'elle demande : il ne veut pas la contrarier mais il ne veut accéder à aucune de ses suggestions.

On voit bien, de loin, dans quel imbroglio se retrouve Magdeleine : consciente d'être impuissante à convaincre Antoine, elle tente de négocier une dernière retraite, un compromis satisfaisant pour les deux. C'est compter sans le désir qu'a Antoine de revenir à la vie d'avant, à une vie à deux où il trouve, lui, les ressources pour s'oublier et vivre, revivre ; toucher le sol, sentir les odeurs, contempler Machi, flirter avec la nostalgie, ressentir la douleur aigüe qu'il croit pouvoir dompter, toucher sa femme, trouver dans sa tendresse un appui pour son grand corps, se troubler au contact de l'intelligence de Léo, admirer son fils qui devient un homme... et enfin, ne cesse-t-il de répéter, remplir son devoir de père à l'égard des enfants qu'il leur reste. Ce qui, sur le tout, est d'abord un désir de vivre, impératif jusqu'à être impérieux, Antoine l'impose à Magdeleine comme une condition de sa survie. Et Magdeleine, qu'a-t-elle à offrir qui laisse pénétrer autre chose que le repli sur sa macabre  langueur ? Antoine voit comme un piège ce projet d'une habitation distincte de leurs lieux habituels de vie : qu'y fera-t-il, sinon la visiter de temps à autre et, impuissant, assister à la lente décomposition de leur complicité ?

Le 6 janvier, Magdeleine annonce son désir de revenir à Lyon. Elle y arrive le 15 au matin. Nous perdons alors la trace de leurs échanges, déjà si incomplète puisqu'elle ne suivait que le chemin d'Antoine. Il ne reste qu'une lettre envoyée de Lyon, en mars ; et deux courriers envoyés à sa mère, lors de son arrivée puis fin février.

Un mois et demi après avoir retrouvé Antoine, Léo et Honoré, Magdeleine n'a guère varié dans ses émotions ; elle continue, d'après Antoine, à s'abandonner à une « douleur immodérée ». Antoine la pousse à se reprendre, notamment en la forçant à l'action, soit pour qu'elle invite les uns et les autres à dîner, soit pour qu'elle se rende aux invitations et joue quelques parties de boston par exemple. Peu à peu, elle « montre plus de courage », reconnaît Antoine ; mais l'idée d'abandonner Machi ne l'a pas quittée. Dans l'appartement de la rue Saint Dominique, elle reste cloitrée dans sa chambre, où elle préfère dresser une table pour les invitées qu'elle reçoit à dîner, (et du coup, l'une après l'autre, la chambre étant « excessivement petite ») plutôt que d'affronter le salon où on suppose que se situaient la plupart de ses activités avec Albine. L'idée d'une petite maison à côté de Lyon la taraude. Antoine, sur ce point, ne varie pas. Il confie à sa mère que c'est pour transmettre Machi à James qu'il se refuse absolument à vendre la propriété : or, acheter une maison aussi petite soit elle à côté de Lyon l'obligerait à se défaire du petit château. Etonnamment c'est un argument qu'il n'a jamais utilisé avec Magdeleine. Pourquoi ? L'avait-il suffisamment répété à l'oral ? ou bien était-ce un argument qu'elle ne pouvait pas entendre ? Nous sommes sans réponse face à cette question.

Antoine n'est pas sans malice ni capacité manipulatoire ; il s'en confie à sa mère, qui est redevenue sans grande confidente, passées les années de soupirs réciproques autour des rentes du quai Saint Clair. Son objectif n'a pas dévié d'un iota : il faut revenir le plus près possible du mode de vie antérieur. Il restera de bien cruelles différences, il ne s'en cache ; mais son énergie vitale l'incite à reprendre une vie sociale. Dans ce but, il fait pression, une fois de plus, sur Magdeleine : si elle refuse de recevoir à dîner, il ne pourra continuer d'accepter les invitations qu'on lui fait. Et c'en sera fini de leurs relations et des affaires qui se traitent dans ces occasions. De cela, Magdeleine ne peut qu'être consciente, pense Antoine : « j'ai refusé tous les dîners possibles pour rester beaucoup avec ma femme et lui faire sentir aussi que je dois renoncer à aller chez les autres si elle veut cesser tout à fait de les recevoir, j'espère que cela l'engagera à reprendre l'année prochaine notre ancienne manière d'être mais je sens bien que ce sera toujours avec de bien cruelles différences. »[2]

Antoine n'a pas tort. Ce sont les affaires, c'est-à-dire le goût de Magdeleine pour la gestion du pont, des loyers, des rentes viagères et des milliers d'aménagements qu'ils entreprennent aux Brotteaux, qui vont la sortir de son marasme moral. On ne sait quand ni comment elle a fini par se laisser convaincre de reprendre les invitations à dîner ; on ne sait rien de ce qu'il se passe entre cette lettre de fin février et celle de mi mars qu'échangent les deux époux.

Toute la lettre vaut d'être citée, à quelques passages près. La livrer en entier est aussi une manière, pour nous, de laisser la parole à Antoine sans conclure davantage qu'il n'est nécessaire sur cette période de leur vie qui laissa ces deux amoureux livrés plus dénudés l'un à l'autre que jamais. Les quelques mois que dura l'éloignement de Magdeleine firent sur eux, par les limites qu'ils rencontrèrent en eux, et dans l'autre,  l'effet d'une révélation. C'est Magdeleine qui semble avoir été le plus touchée, atteinte même, de cet effet. On ne peut être certain de ses sentiments ; nous sommes livrés à nos propres conjectures, ici. On peut supposer, à lire la manière dont elle a, jusqu'au bout, tenté de venir à bout de l'hostilité d'Antoine, qu'elle a pour la première fois touché du doigt l'impossibilité où la mettait sa position d'épouse d'agir selon sa propre loi ; et, qu'elle a eu, mêlée à cette découverte, la conscience de la non réciprocité de cette règle : Antoine aurait-il, s'il avait voulu vendre Machi, pu se voir opposer la même résistance ? Aurait-elle eu les moyens, elle, de ne pas céder à ses prières ? Rien n'a été possible, ni vendre ni acheter ; ni se défaire d'un bien, ni se reconstruire ailleurs. Lorsque, dans la lettre qu'on va lire, Antoine lui fait remarquer, mi figue mi raisin, qu'il sent bien qu'il n'a plus d'influence sur elle, on peut imaginer que les yeux de Magdeleine se sont décillés. Et qu'il ne lui reste désormais qu'à se jeter dans l'activité, à l'instar de son époux, et à tenter de retrouver autrement les moyens et la conviction de son ancienne assurance. N'était-elle pas, aux yeux d'Antoine, celle qui tenait le gouvernail ? Ne lui reconnaissait-il pas, il y a de cela des lustres et des siècles, de bien meilleures compétences et ne lui accordait-il pas une autonomie qu'elle avait fini par prendre pour une vraie liberté ?

A suivre...


[1] Lyon, le lundi 21 9bre 1807 [en réalité, nous sommes en décembre, pour les mêmes raisons qu'indiquées supra]. A Madame Morand de Jouffrey chez madame Moran rue Brocherie à Grenoble. Cachet noir encore visible en transparence. Cette lettre déclassée se trouve dans le dossier des lettres non datées.

[2] Lyon, le 26 février 1808. A Madame Morand rue Brocherie. Lettres d'Antoine à sa mère.


[DD1]Une erreur quelque part ? Il veut dire : « où est celui (le temps) où, quand je veillas, l'idée de tes bontés... ». Je mets des virgules pour aider à comprendre. Je trouve que c'est toujours difficile à comprendre, mais on peut la garder.